Edward Winslow - Témoin oculaire de l'histoire

Si les historiens s’intéressent particulièrement à Edward Winslow, c’est qu’il a participé à certains des moments historiques les plus marquants de l’Amérique du Nord, dont la Révolution américaine, la migration des loyalistes et la fondation du Nouveau-Brunswick en 1784. Épistolier prolifique et exceptionnel, il a eu la prévoyance de conserver une grande partie de sa correspondance et des documents associés aux diverses fonctions administratives qu’il a exercées jusqu’à son décès à l’âge de 70 ans en 1815. Il est en effet permis de croire que les documents de la famille Winslow aux Archives de l’Université du Nouveau-Brunswick constituent la plus riche collection de documents loyalistes du monde. Même si la position sociale et l’éducation de Winslow ne sont certainement pas celles du loyaliste moyen, ces documents permettent de mieux connaître les difficultés que les loyalistes ont dû surmonter et les rêves qu’ils avaient pour la nouvelle colonie du Nouveau-Brunswick.

Direction du patrimoine, province du Nouveau-Brunswick
Direction du patrimoine, province du Nouveau-Brunswick
1745 - 1815
n/a
© 2006, Direction du patrimoine, province du Nouveau-Brunswick. Tous droits réservés.


Edward Winslow -Témoin oculaire de l’histoire

Le 19 avril 1775, près de la petite ville de Lexington au Massachusetts, une détonation a retenti. Elle a marqué le début de la Révolution américaine. Au cours des années du conflit qui a opposé la Grande-Bretagne aux Treize Colonies, des allégeances se sont brisées et des amitiés ont pris fin en éclat. Un grand nombre de personnes, qu’on estime entre 20 et 30 % de la population coloniale, ont choisi de rester fidèles à la Couronne britannique, car elles croyaient que leurs perspectives d’avenir seraient meilleures si elles conservaient des liens étroits avec la mère patrie. Elles se sont donné le nom de « loyalistes »; aux yeux des patriotes américains, c'était de détestables « tories » ou « royalistes ». En 1781, il est devenu évident - lors de la défaite des Britanniques dans la bataille de Yorktown - que la cause des loyalistes était perdue. Les Améri Pour en lire plus

Edward Winslow -Témoin oculaire de l’histoire

Le 19 avril 1775, près de la petite ville de Lexington au Massachusetts, une détonation a retenti. Elle a marqué le début de la Révolution américaine. Au cours des années du conflit qui a opposé la Grande-Bretagne aux Treize Colonies, des allégeances se sont brisées et des amitiés ont pris fin en éclat. Un grand nombre de personnes, qu’on estime entre 20 et 30 % de la population coloniale, ont choisi de rester fidèles à la Couronne britannique, car elles croyaient que leurs perspectives d’avenir seraient meilleures si elles conservaient des liens étroits avec la mère patrie. Elles se sont donné le nom de « loyalistes »; aux yeux des patriotes américains, c'était de détestables « tories » ou « royalistes ». En 1781, il est devenu évident - lors de la défaite des Britanniques dans la bataille de Yorktown - que la cause des loyalistes était perdue. Les Américains victorieux étant peu enclins au pardon, les loyalistes ont connu de grandes difficultés et même l’exil. Edward Winslow Junior et sa famille ont figuré parmi ceux qui ont quitté les États-Unis d’Amérique pour entreprendre une nouvelle vie dans ce qu’il restait de l’Amérique du Nord britannique.

Né en 1745 d’une importante famille de Plymouth au Massachusetts, Edward Winslow a connu tout le raffinement de la vie coloniale d’avant la révolution. Il a fréquenté l’université Harvard et il espérait marcher dans les traces de ses pères, d’éminents membres de l’élite du Massachusetts. Mais la Révolution américaine a tout bouleversé. Présent à la première salve d’artillerie tirée à Lexington, Winslow a été contraint de quitter le Massachusetts en 1775. Il s’est établi à New York où il a été nommé général en chef de rassemblement des régiments provinciaux. À la fin de la guerre, il  aperdu les privilèges qu’il avait si longtemps tenus pour acquis. Comme les 75 000 autres personnes au moins qui avaient défendu la Couronne britannique, Edward Winslow a choisi de quitter les États-Unis. En 1782, il marchait à la tête des quelque 30 000 loyalistes et plus qui se dirigeaient vers la péninsule rocheuse située au nord-est de la Nouvelle-Angleterre, la Nouvelle-Écosse.

Si les historiens s’intéressent particulièrement à Edward Winslow, c’est qu’il a participé à certains des moments historiques les plus marquants de l’Amérique du Nord, dont la Révolution américaine, la migration des loyalistes et la fondation du Nouveau-Brunswick en 1784. Épistolier prolifique et exceptionnel, il a eu la prévoyance de conserver une grande partie de sa correspondance et des documents associés aux diverses fonctions administratives qu’il a exercées jusqu’à son décès à l’âge de 70 ans en 1815. Il est en effet permis de croire que les documents de la famille Winslow aux Archives de l’Université du Nouveau-Brunswick constituent la plus riche collection de documents loyalistes du monde. Même si la position sociale et l’éducation de Winslow ne sont certainement pas celles du loyaliste moyen, ces documents permettent de mieux connaître les difficultés que les loyalistes ont dû surmonter et les rêves qu’ils avaient pour la nouvelle colonie du Nouveau-Brunswick.

Pour découvrir la richesse de la collection, les lecteurs peuvent suivre les « sentiers » thématiques qui mènent à certains des événements importants de la vie d’Edward Winslow.


© Archives & Special Collections, Harriet Irving Library, UNB. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

Les apprenants seront en mesure de comprendre les contributions d’Edward Winslow à notre connaissances sur l’histoire du début du Nouveau-Brunswick.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons