Veuillez référer à l’article La science de Cronenberg, disponible par le site-web David Cronenberg: exposition virtuelle au www.cronenbergmuseum.tiff.net/science-fra.html
Veuillez référer à l’article La science de Cronenberg, disponible par le site-web David Cronenberg: exposition virtuelle au www.cronenbergmuseum.tiff.net/science-fra.html
Les notes de bas de page ci-dessous sont toutes référencées dans l’essai « La science de David Cronenberg », et offrent plus de contexte et un examen plus approfondi des idées soulevées par son auteur, Noah Cowan.

1
Rodley, Chris, Cronenberg on Cronenberg, Faber and Faber, Londres, 1997, page 58-5.
2Le meilleur exemple est encore plus ancien; il s’agit de la classique fiction « faustienne » proto scientifique Frankenstein de Mary Shelley. Ce roman présente essentiellement un dilemme éthique : le docteur aidera-t-il sa répugnante créature à vivre une bonne vie ou la détruira-t-il pour le bien de la société?
3Entrevue avec Gregory Corso et Allen Ginsberg, Journal for the Protection of All Beings, vol. 1, City Lights Books, San Francisco, 1961, pages 79 à 83.
4Dans un article publié en 1962 et intitulé « Which Way to Inner Space? », Ballard mentionne que la science-fiction devrait tourner le dos à l’espace, aux voyages interstellaires, aux formes de vie extraterrestres et aux guerres galactiques, sentiment pleinement compatible avec l’approche rigoureuse de Cronenberg. Dans son introduction au film Crash publiée en 1974, Ballard lance également cette remarque croustillante : Nos vies sont présidées par les deux formidables leitmotivs jumeaux du XXe siècle : le sexe et la paranoïa. C’est un énoncé sur le monde de David Cronenberg aussi influent qu’on peut l’imaginer.
5Et il y en a d’autres : Wilhelm Reich, Philip K. Dick, Thomas Kuhn et toute une brochette d’existentialistes.
6Cronenberg raconte : « C’était un nain qui habitait dans un grenier. Il possédait une toile et rêvait de pouvoir vivre dans le tableau représenté sur cette toile. Il y serait différent de ce qu’il était. Il finit par s’apercevoir que le tableau a été peint par une personne exactement comme lui : un nain qui habite dans un grenier. »
7Rodley, page 27.
8Rodley, page 41.
9Ces critères découlent du texte que Robin Wood a écrit pour The American Nightmare: Essays on the Horror Film (1979). Wood était un féroce détracteur de Cronenberg, mais plusieurs critiques, notamment le regretté John Harkness, ont suggéré depuis que Wood avait erronément classé Cronenberg dans la catégorie des réalisateurs de films d’horreur plutôt que de science-fiction.
10Et la question générique ne se pose plus : ces films et leurs effets relèvent définitivement de la science-fiction et non de l’horreur.
11Avec Piers Handling et moi-même dans le cadre de la préparation de l’exposition David Cronenberg : Évolution, au TIFF Bell Lightbox, en 2013.
12Schrödinger, Erwin, What Is Life?: With Mind and Matter and Autobiographical Sketches, Cambridge University Press, Cambridge, 2012, page 69.
13Avec Piers Handling et moi-même dans le cadre de la préparation de l’exposition David Cronenberg : Évolution, au TIFF Bell Lightbox, en 2013.
14Rodley, page 158.

© 2014, Toronto International Film Festival Inc. Tous droits réservés.

David Cronenberg parle de l'impossibilité d'un humain parfait.

Piers Handling : L’autre chose que je perçois dont vous êtes très conscient est cette notion de l’homme qui essaie de parfaire l’homme, ou du scientifique qui essaie de parfaire l’homme. Peut-être que vous pourriez explorer cette idée un petit peu plus. D’évidence, vous ne croyez pas du tout en la perfectibilité de l’homme.

David Cronenberg : Non, et je pense que c’est une chimère. Souvent, ce n’est pas tant de parfaire, de dire que nous allons créer l’être humain parfait, mais c’est d’améliorer le plus modeste de mes personnages fous. Je pense plus en termes d’améliorations, et ça remonte aussi loin que Scanners ou même Frissons. C’est pour améliorer. Parfois c’est pour améliorer d’une façon bien spécifique, pas pour créer un super héro. Je n’ai jamais vraiment été attiré par les super héros même si, enfant, j’adorais Captain Marvel. Je crois qu’il a été bien négligé. Shazam, vous savez, [---]. Ils n’ont pas vu ça.

TIFF
David Cronenberg, Piers Handling, Noah Cowan

© 2014, Toronto International Film Festival Inc. Tous droits réservés.


David Cronenberg parle de l’entropie et de l’impossibilité du contrôle

Je crois que c’est semi-conscient, dans le sens où un bel espace architectural est une sorte d’idéal. C’est une chose conceptuelle, une chose abstraite, presque une chose philosophique. Puis la réalité arrive, chaotique et complexe. C’est le conflit entre les deux ou la dégradation de l’une dans l’autre. C’est comme ce dont nous parlions avant avec les Audi et l’entropie et le reste. Le corps humain n’est pas très droit du point de vue architectural. Il est vraiment, vraiment compliqué. Cependant de l’extérieur, il peut sembler assez – joli architecturalement. Mais l’intérieur – et revoilà l’intérieur et l’extérieur, l’intérieur du corps est vraiment chaotique et compliqué. Et alors que nous descendons au niveau de l’examen quantum de la cellule humaine, nous voyons encore mieux que c’est ce que nous pensions déjà. Ce n’est pas schématique. Ce n’est pas comme ces jolis dessins schématiques de cellule que vous avez vus au lycée. Donc c’est intéressant. C’est, essentiellement, l’intellect contre le monde, un désir pour une sorte de pureté et de clarté abstraites.

TIFF
David Cronenberg, Piers Handling, Noah Cowan

© 2014, Toronto International Film Festival Inc. Tous droits réservés.


David Cronenberg parle de la théorie de la microbiologie et de la façon dont elle appuie son idée d'une évolution changeante

Qu’est-ce que cette membrane? Cette membrane semi-perméable d’une identité qui permet aux choses d’entrer ou de sortir. C’est à l’image de la biologie cellulaire. Une cellule doit vraiment contrôler son intégrité. Ça a une membrane. Il y a des livres fantastiques, je viens d’en lire un appelé The Machinery of Life. C’est un vieux livre qui a été modernisé et il est magnifique. Je pense que j’étais très intéressé par la biologie cellulaire quand j’étais un scientifique en herbe. C’est peut-être là où j’aurais abouti si j’avais étudié les sciences plus sérieusement. C’est chaud actuellement. Quand je pense à quel point notre compréhension d’une cellule était primitive il y a 40 ou 50 ans, comparé à maintenant : l’ADN – pas simplement l’ADN, mais la biologie cellulaire moléculaire. Fantastique. C’est presque un modèle pour un être humain et une société. Je pense à vous en tant qu’unité cellulaire dans l’organisme multicellulaire qu’est la société. C’est votre membrane qui empêche l’extérieur de submerger l’intérieur et prévient l’intérieur de sortir par tous ces pores.

TIFF
David Cronenberg, Piers Handling, Noah Cowan

© 2014, Toronto International Film Festival Inc. Tous droits réservés.


David Cronenberg discute la science et le contrôle

David Cronenberg : D’une certaine façon, en dépit des expériences de science-fiction, c’est plus réaliste en termes de ce que les scientifiques font. Je ne pense pas qu’un scientifique veuille admettre, ou probablement littéralement ne pense même pas qu’il avance vers la création de la perfection. Honnêtement, ça ressemble plus à un projet religieux qu’à un projet scientifique.

Piers Handling : Mais ils essaient au moins d’améliorer.

David Cronenberg : Oui, ça vient de mon sentiment qu’une partie du fait d’être jeté dans la vie est que nous ne pouvons pas – c’est tellement submergeant que nous ne pouvons pas accepter quoi que ce soit comme tel. Nous pensons. C’est de là que vient le contrôle. Je crois que c’est la peur existentielle qui induit le contrôle, le désir de contrôler. Une partie du contrôle est de mettre la mort en échec. Toutes les religions ont une version de ça. Pour moi, c’est du délire et c’est une fiction. La religion pour moi est une fiction. Mais je la comprends parce qu’elle vient de l’incapacité à faire face au côté inévitable de la mort. Donc ça fait partie d’où vient le désir de contrôler. Vous ne trouvez pas ça chez les animaux. Ils contrôlent quelque chose d’autre, leur environnement peut-être, mais ils ne se font pas de souci sur la mort parce qu’ils ne pensent pas vraiment que ça va leur arriver. Alors que nous, nous savons que ça va arriver, et nous sentons le besoin désespéré de faire quelque chose à son sujet. Beaucoup des désirs d’amélioration des êtres humains ont à voir avec le corps, la santé et la longévité.

TIFF
David Cronenberg, Piers Handling, Noah Cowan

© 2014, Toronto International Film Festival Inc. Tous droits réservés.


David Cronenberg parle de la nature positive inhérente à l'acte créatif.

…Vous mettez vos peurs dans un film pour qu’elles ne soient pas dans votre vie. Je crois que j’ai dit ça. C’est simpliste; ce n’est pas si facile parce qu’il y a toujours, pour moi, un immense côté ludique dans la réalisation de chaque film et dans l’acte de création, même quand vous faites des trucs terribles, horribles, dépressifs, dangereux ou terrifiants. Cela implique beaucoup de jeux, un peu comme le font les enfants qui découvrent la vie en jouant à la poupée et au tas de sable.

Donc ce n’est pas simple... La chose mauvaise essentielle de votre vie, qui est votre mortalité et celle des gens que vous aimez, cela ne s’en ira pas. Vous n’allez pas l’encapsuler et la rendre sécuritaire en construisant cette membrane cinématique autour. Je suis bien conscient de cela, donc je ne pense pas que ce soit la façon de faire. C’est étrange, j’y pense comme quand on fait un film, ce qui en soi est un acte positif; si vous écrivez un livre, c’est un acte positif. Le fait d’avoir fait quelque chose est définitivement positif.

TIFF
David Cronenberg, Piers Handling, Noah Cowan

© 2014, Toronto International Film Festival Inc. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Les étudiants pourront connecter Cronenberg aux écrivains et théoriciens soucieux de science et de biologie. On peut suivre l'évolution de la pensée scientifique de Cronenberg à travers l'évolution de la science représentée à l'écran.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons