La mer n’est jamais étale et on doit savoir reconnaître et respecter les changements qui s’y trament. Depuis environ la mi-juillet, la surface glacée de la mer se brise en blocs de grande superficie donnant naissance à la banquise. Lorsque le vent souffle avec violence, les blocs s’éloignent et la mer devient dégagée sur de grandes étendues. Si, au contraire, le vent tourne, les glaces reprendront rapidement le terrain en entraînant avec elle un intense brouillard.

Généralement, en août, la banquise a fait place à la mer qui est alors dégagée sur presque toute sa surface. Cela survient plus ou moins tardivement selon les endroits et il arrive que, certaines années, les glaces ne disparaissent jamais totalement. En septembre et octobre, le temps se refroidit et les vents d’automne peuvent faire s’élever de violentes vagues là où la mer était calme, ce qui rend cette saison de l’année imprévisible et dangereuse pour chasser et se déplacer.
La mer n’est jamais étale et on doit savoir reconnaître et respecter les changements qui s’y trament. Depuis environ la mi-juillet, la surface glacée de la mer se brise en blocs de grande superficie donnant naissance à la banquise. Lorsque le vent souffle avec violence, les blocs s’éloignent et la mer devient dégagée sur de grandes étendues. Si, au contraire, le vent tourne, les glaces reprendront rapidement le terrain en entraînant avec elle un intense brouillard.

Généralement, en août, la banquise a fait place à la mer qui est alors dégagée sur presque toute sa surface. Cela survient plus ou moins tardivement selon les endroits et il arrive que, certaines années, les glaces ne disparaissent jamais totalement. En septembre et octobre, le temps se refroidit et les vents d’automne peuvent faire s’élever de violentes vagues là où la mer était calme, ce qui rend cette saison de l’année imprévisible et dangereuse pour chasser et se déplacer.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

photo

« La grande mer glacée m'a coupé des miens et m'entraîne à la dérive comme un fétu sur le fleuve. » Ainsi parlait Uvanuk, l'habitant d'Igloolik.

Photographie d'Eric Loring.

© Eric Loring


À partir d’octobre, les jours raccourcissent pour la peine et la température se fait elle aussi beaucoup plus froide. L’habitat se recouvre de neige et la glace commence à se former dans les baies les plus abritées. Puis, en novembre, généralement par une nuit sans vent, la glace se soude brusquement et la terre comme la mer ne forment plus qu’une vaste immensité glacée.
À partir d’octobre, les jours raccourcissent pour la peine et la température se fait elle aussi beaucoup plus froide. L’habitat se recouvre de neige et la glace commence à se former dans les baies les plus abritées. Puis, en novembre, généralement par une nuit sans vent, la glace se soude brusquement et la terre comme la mer ne forment plus qu’une vaste immensité glacée.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

homme qui pêche

Vivre des ressources du territoire demande du savoir-faire, de la patience et une connaissance profonde de l'environnement et de la faune.

Photographie d'Eric Loring.

© Eric Loring


Au fur et à mesure que l’hiver s’installe, la glace de mer gagne en superficie, devenant homogène à certains endroits tandis que, à d’autres, se forme la sena, ou zone de glaces disloquées séparant la nappe de glace des eaux libres. Si une tempête s’élève peu après que l’eau a pris en glace, la surface de celle-ci devient rude et inégale. Lorsque la glace atteint sa superficie et son épaisseur maximales, des vents violents peuvent transformer de petites fissures en de larges échancrures qui favorisent le détachement et la dérive vers le large de blocs de glace importants.
Au fur et à mesure que l’hiver s’installe, la glace de mer gagne en superficie, devenant homogène à certains endroits tandis que, à d’autres, se forme la sena, ou zone de glaces disloquées séparant la nappe de glace des eaux libres. Si une tempête s’élève peu après que l’eau a pris en glace, la surface de celle-ci devient rude et inégale. Lorsque la glace atteint sa superficie et son épaisseur maximales, des vents violents peuvent transformer de petites fissures en de larges échancrures qui favorisent le détachement et la dérive vers le large de blocs de glace importants.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

paysage

Zone de glaces disloquées.

Photographie de W. Kemp

© W. Kemp


paysage

La violence du vent, les marées et les courants peuvent rendre l'expédition très dangereuse lorsque l'on s'aventure dans la zone des glaces disloquées.

Photographie d'Eric Loring.

© Eric Loring


En mars, les jours s’allongent de nouveau et le soleil reprend de la vigueur, mais la glace, qui alors atteint sa superficie et son épaisseur maximales, conserve toute son emprise. En mai, la couche de neige qui recouvre la banquise commence à fondre et à s’évaporer, laissant à la surface de gigantesques flaques d’une eau bleue. Même si les jours sont beaucoup plus longs, les nuits peuvent être encore suffisamment froides pour que la glace regèle en surface, ce qui, à ce moment-là, facilite beaucoup nos déplacements. Lorsque l’été succède au printemps, la glace se fracture de nouveau et les métamorphoses de la mer entament un nouveau cycle.
En mars, les jours s’allongent de nouveau et le soleil reprend de la vigueur, mais la glace, qui alors atteint sa superficie et son épaisseur maximales, conserve toute son emprise. En mai, la couche de neige qui recouvre la banquise commence à fondre et à s’évaporer, laissant à la surface de gigantesques flaques d’une eau bleue. Même si les jours sont beaucoup plus longs, les nuits peuvent être encore suffisamment froides pour que la glace regèle en surface, ce qui, à ce moment-là, facilite beaucoup nos déplacements. Lorsque l’été succède au printemps, la glace se fracture de nouveau et les métamorphoses de la mer entament un nouveau cycle.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

paysage

La glace commence à se fissurer en juin-juillet.

Photographie d'Eric Loring.

© Eric Loring


paysage

La glace commence à se fissurer en juin-juillet.

Photo offerte par la Société Makivik.

© la Société Makivik


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • décrivre l’aspect des mers de l’Arctique au cours des quatre saisons ;
  • associer les textes d’information aux images.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons