De tous les mammifères terrestres, le caribou est celui que nous considérons comme le plus essentiel à notre bien-être. Notre manière de le chasser a toujours été déterminée non seulement par la topographie des lieux, mais également par l'évolution cyclique de l'espèce. Lorsque les caribous sont nombreux, on peut les chasser sans avoir à s'éloigner et, souvent, on peut le faire à partir des mêmes campements que ceux que l'on utilise pour la chasse aux mammifères marins. Lorsque, au contraire, leur nombre diminue, il est souvent nécessaire de parcourir de grandes distances pour retrouver la trace de petits groupes disséminés.

Dans les temps anciens, on choisissait d'abattre les caribous au moment où ils traversaient les rivières ou les lacs car on avait alors plus de facilité à les approcher. Une fois dépecées, les carcasses étaient empilées, puis recouvertes d'un monceau de pierres pour les protéger des atteintes des loups et des renards. L'hiver, lorsque le transport par Pour en lire plus
De tous les mammifères terrestres, le caribou est celui que nous considérons comme le plus essentiel à notre bien-être. Notre manière de le chasser a toujours été déterminée non seulement par la topographie des lieux, mais également par l'évolution cyclique de l'espèce. Lorsque les caribous sont nombreux, on peut les chasser sans avoir à s'éloigner et, souvent, on peut le faire à partir des mêmes campements que ceux que l'on utilise pour la chasse aux mammifères marins. Lorsque, au contraire, leur nombre diminue, il est souvent nécessaire de parcourir de grandes distances pour retrouver la trace de petits groupes disséminés.

Dans les temps anciens, on choisissait d'abattre les caribous au moment où ils traversaient les rivières ou les lacs car on avait alors plus de facilité à les approcher. Une fois dépecées, les carcasses étaient empilées, puis recouvertes d'un monceau de pierres pour les protéger des atteintes des loups et des renards. L'hiver, lorsque le transport par voie de terre était facilité par l'utilisation des traîneaux à chien, nous retournions sur ces lieux de chasse et, ayant récuperré ces réserves de viande, les rapportions à nos campements.

L'un des temps de l'année les plus importants pour la chasse au caribou est la fin de l'été et le début de l'automne, car c'est à ce moment-là que les peaux sont les meilleures pour la confection des vêtements d'hiver. L'une des raisons pour lesquelles les peaux de caribous sont si recherchées pour la confection des vêtements d'hiver est qu'il s'agit de fourrures à poils creux, ce qui leur confère une plus grande propriété isolante.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Caribou

L'été, les bois des caribous se recouvrent d'une peau ressemblant à du velours ; c'est également pendant cette saison que le prélèvement des peaux destinées à la confection des vêtements d'hiver se fait, car celles-ci sont alors plus durables.

Photo offerte par Parcs Canada.

© Parcs Canada


caribou

Caribou dans ses « ravages » d'été.

Photographie d'Eric Loring

© Eric Loring


Lorsque, au début des années 1900, le commerce des fourrures a commencé à se déplacer vers le Nord, le renard argenté a eu tendance à devenir une ressource beaucoup plus importante. Jusque-là, nous capturions le renard avec des pièges en pierre pour en récolter la fourrure. Nous ne mangions pour ainsi dire jamais la chair de renard, qui n'était toutefois pas perdue puisque nous la donnions en pâture à nos chiens. Lorsque la trappe du renard est devenue plus importante, nos habitudes de chasse et notre rapport à l'habitat ont beaucoup changé. C'est ainsi que nous avons commencé l'hiver à faire des incursions à l'intérieur du continent en quête d'endroits où l'on devrait trouver des renards en abondance. Malheureusement, cela nous entraîna parfois dans des endroits où il nous était beaucoup plus difficile d'assurer notre propre subsistance.
Lorsque, au début des années 1900, le commerce des fourrures a commencé à se déplacer vers le Nord, le renard argenté a eu tendance à devenir une ressource beaucoup plus importante. Jusque-là, nous capturions le renard avec des pièges en pierre pour en récolter la fourrure. Nous ne mangions pour ainsi dire jamais la chair de renard, qui n'était toutefois pas perdue puisque nous la donnions en pâture à nos chiens. Lorsque la trappe du renard est devenue plus importante, nos habitudes de chasse et notre rapport à l'habitat ont beaucoup changé. C'est ainsi que nous avons commencé l'hiver à faire des incursions à l'intérieur du continent en quête d'endroits où l'on devrait trouver des renards en abondance. Malheureusement, cela nous entraîna parfois dans des endroits où il nous était beaucoup plus difficile d'assurer notre propre subsistance.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Une structure en pierre

Autrefois, on se servait d'une structure en pierre afin de prendre en piège les renards.

Photographie d'Eric Loring

© Eric Loring


piège à renard

"Qiggiriaq" Tendre un piège à renard.

Mary Pudlat
Photo offerte par la West Baffin Eskimo Co-op, Cape Dorset, Nunavut.
1987
Gravure sur pierre / pochoir
© la West Baffin Eskimo Co-op, Cape Dorset, Nunavut.


Nous pouvons capturer de grandes quantités d’omble chevalier au printemps, lorsque ce poisson migre depuis les lacs d’eau douce vers la mer et, de nouveau à l’automne, lorsqu’il fait le trajet en sens inverse. Surtout à l’automne, nous éclusons le lit des rivières peu profondes pour rassembler les poissons avant de les capturer au harpon. Au printemps, nous nous contentons de percer la surface de la glace pour harponner les poissons.

La pêche au harpon peut exiger beaucoup d’adresse, surtout lorsque la glace est très épaisse, car il faut alors savoir repérer le poisson sans vraiment le voir, puis lancer le harpon à l’instant précis où celui-ci passe à bonne portée. Il faut également connaître les habitudes de déplacements des poissons pour savoir à quel endroit il faut percer la glace. Nous pouvons trouver du poisson dans pratiquement tous les lacs et toutes les rivières. Les Inuits reconnaissent facilement les différents goûts des poissons selon le lac ou la rivière où il Pour en lire plus
Nous pouvons capturer de grandes quantités d’omble chevalier au printemps, lorsque ce poisson migre depuis les lacs d’eau douce vers la mer et, de nouveau à l’automne, lorsqu’il fait le trajet en sens inverse. Surtout à l’automne, nous éclusons le lit des rivières peu profondes pour rassembler les poissons avant de les capturer au harpon. Au printemps, nous nous contentons de percer la surface de la glace pour harponner les poissons.

La pêche au harpon peut exiger beaucoup d’adresse, surtout lorsque la glace est très épaisse, car il faut alors savoir repérer le poisson sans vraiment le voir, puis lancer le harpon à l’instant précis où celui-ci passe à bonne portée. Il faut également connaître les habitudes de déplacements des poissons pour savoir à quel endroit il faut percer la glace. Nous pouvons trouver du poisson dans pratiquement tous les lacs et toutes les rivières. Les Inuits reconnaissent facilement les différents goûts des poissons selon le lac ou la rivière où il a été pêchés et ils se targuent parfois de connaître les endroits où l’on peut trouver les poissons « les plus succulents ».

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

poisson

Séchage du poisson destiné à être consommé pendant l'hiver.

Photographie d'Eric Loring

© Eric Loring


pêche

La pêche sous la glace est une activité de prédilection pour beaucoup d'Inuits.

Photographie d'Eric Loring, 1987

© Eric Loring


pêche

Pêche printanière.

Arnaqu Ashevak
Photo offerte par la West Baffin Eskimo Co-op, Cape Dorset, Nunavut
1994
Lithographie / pochoir
© la West Baffin Eskimo Co-op, Cape Dorset, Nunavut.


La pêche sous la glace qui se pratique au printemps apporte à de nombreuses familles de substantielles um

La pêche sous la glace qui se pratique au printemps apporte à de nombreuses familles de substantielles ressources économiques et alimentaires.

Photographie d'Eric Loring

© Eric Loring


La chasse aux oiseaux a également beaucoup d'importance pour nous. Nous attendons avec impatience l'arrivée des oies et des canards qui marque le véritable début du printemps. Nous chassons les oies le long du littoral, mais les canards font de préférence leurs nids dans les petites îles situées au large pour y être moins à la merci des renards.

Au printemps, nous prélevons des œufs de canards dans les nids. Seulement quelques-uns dans chaque nid. Après que les œufs ont éclos et que les canetons sont assez grands pour quitter le nid, nous retournons de nouveau dans les îles, cette fois pour ramasser les nids désertés, dont nous extrayons le doux duvet que nous nettoyons et que nous utilisons pour la confection de nos vêtements d'hiver.
La chasse aux oiseaux a également beaucoup d'importance pour nous. Nous attendons avec impatience l'arrivée des oies et des canards qui marque le véritable début du printemps. Nous chassons les oies le long du littoral, mais les canards font de préférence leurs nids dans les petites îles situées au large pour y être moins à la merci des renards.

Au printemps, nous prélevons des œufs de canards dans les nids. Seulement quelques-uns dans chaque nid. Après que les œufs ont éclos et que les canetons sont assez grands pour quitter le nid, nous retournons de nouveau dans les îles, cette fois pour ramasser les nids désertés, dont nous extrayons le doux duvet que nous nettoyons et que nous utilisons pour la confection de nos vêtements d'hiver.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Oeufs

Œufs d'eider.

Photographie d'Eric Loring

© Eric Loring


Nid

L'eider calfeutre son nid avec du duvet qu'il extrait de son plumage.

Photographie d'Eric Loring

© Eric Loring


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • en se servant d’exemples, décrire à l'aide d'exemples, comment les animaux terrestres et de l’eau fraîche de l’Arctique sont importants pour la vie des Inuits ;
  • décrire certaines des techniques inuites traditionnelles de pêche et de chasse ;
  • raconter, à l’aide d’exemples, les philosophies traditionnelles des Inuit à l’égard des animaux et de leur chasse.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons