Malgré les nombreuses tâches quotidiennes, mes grands-parents, soit Willie et Eva, ont réussi à nous donner le goût de la musique. Il jouait du violon, elle, du piano. Ensemble, ils ont eu treize enfants, chacun retenant le talent musical de leurs parents. Souvent, la famille se rassemblait le samedi soir, non avec des amis, mais dans le salon de la petite maison, jouant de leur belle musique acadienne. Tant qu’il y avait des enfants au bercail, la tradition continuait.

Aujourd’hui, les grands-parents décédés, la musique continue. Chacun des enfants chante, joue de la guitare, du violon ou du piano. De plus, les petits-enfants, dont plusieurs sont devenus adultes, commencent à démontrer leur potentiel ainsi que leur intérêt envers la musique. Plusieurs cousins et cousines chantent et jouent de la guitare. Ensuite s’ajoutent à la liste la flûte traversière, la clarinette, le hautbois et le piano classique.

Faisant partie des nombreux petits enfants, je fais de la musique. Je joue du piano depuis près de sept ans. Mon choix d’ins Pour en lire plus
Malgré les nombreuses tâches quotidiennes, mes grands-parents, soit Willie et Eva, ont réussi à nous donner le goût de la musique. Il jouait du violon, elle, du piano. Ensemble, ils ont eu treize enfants, chacun retenant le talent musical de leurs parents. Souvent, la famille se rassemblait le samedi soir, non avec des amis, mais dans le salon de la petite maison, jouant de leur belle musique acadienne. Tant qu’il y avait des enfants au bercail, la tradition continuait.

Aujourd’hui, les grands-parents décédés, la musique continue. Chacun des enfants chante, joue de la guitare, du violon ou du piano. De plus, les petits-enfants, dont plusieurs sont devenus adultes, commencent à démontrer leur potentiel ainsi que leur intérêt envers la musique. Plusieurs cousins et cousines chantent et jouent de la guitare. Ensuite s’ajoutent à la liste la flûte traversière, la clarinette, le hautbois et le piano classique.

Faisant partie des nombreux petits enfants, je fais de la musique. Je joue du piano depuis près de sept ans. Mon choix d’instrument a été grandement influencé par ma famille. Ayant entendu jouer ma grand-mère, mes tantes et mes oncles, j’ai toujours perçu le piano comme un instrument fascinant. C’est alors qu’à l’âge de dix ans, j’ai commencé mes cours de piano. Quelque temps après, j’écoutais des disques de piano classique. J’ai vite découvert que le piano est un instrument exceptionnel. Sa sonorité parfois claire et puissante, parfois douce et chaleureuse, laisse échapper une foule d’émotions.

Même si le piano est dérivé plus ou moins de la musique classique, les Acadiens ont toujours su conserver et promouvoir le piano comme un instrument acadien et ceci par des soirées acadiennes. Les « soirées du bon vieux temps » ont toujours été indispensables aux Acadiens. Elles consistaient tout simplement en un rassemblement de gens d’un village pour jouer de la musique acadienne. Le piano y était toujours présent, quoiqu’il fut rarement joué seul. Il servait le plus fréquemment d’accompagnement au violon, à l’accordéon ou à l’harmonica, que l’on nommait « musique à bouche ». Les Acadiens s’amusaient beaucoup durant ces soirées.

J’attacherai toujours une importance primordiale au piano parce qu’il me définit en tant que jeune musicienne et en tant qu’Acadienne. De nombreuses personnalités acadiennes partagent le même sentiment et réussissent à sauvegarder notre bel héritage. Je les entends Angèle Arsenault, les Méchants Maquereaux, Suroît, Barachois...

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Piano

Instrument de musique à clavier avec touches dont les cordes sont frappées par des marteaux. Fabriqué en noyer avec deux jambes taillées et trois caisses de résonances dont deux sont décorées de motifs complexes. Le couvert du piano une fois levé dévoile le clavier et le pupitre sous lequel on retrouve l’inscription KNOTT A. Milton C.W. La table d’harmonie dispose de deux pédales métalliques décorées.

Musée acadien de l'Université de Moncton, Canada

© Musée acadien de l'Université de Moncton, Canada


Le piano, mon instrument préféré, appartient à la famille des instruments à cordes . J’ai choisi cet instrument, parce que je le connais un peu. Mon père était un mosamea1 (ténor), je l’entendais chanter à la maison. Mon oncle était le chef d’un groupe de musique folklorique et je l’écoutais au cours de ses répétitions avec les membres de son orchestre. Je vais encore avec un autre oncle à la zaouïa2 . J’ai donc été élevé, comme le veut la tradition musicale, dans un milieu familial qui aime le chant et la musique. J’ai commencé à chanter avec mes frères et soeurs quand j’avais moins de dix ans. Ce goût venait d’une curiosité intellectuelle. À 13 ans, avec l’aide de mon oncle, je me suis inscrit au Conservatoire de Musique, comme chanteur dans l’amdah, groupe de « la récitation des panégyriques ». J’y suis resté trois ans, au cours desquels j’étais un interprète « unchid » Pour en lire plus
Le piano, mon instrument préféré, appartient à la famille des instruments à cordes . J’ai choisi cet instrument, parce que je le connais un peu. Mon père était un mosamea1 (ténor), je l’entendais chanter à la maison. Mon oncle était le chef d’un groupe de musique folklorique et je l’écoutais au cours de ses répétitions avec les membres de son orchestre. Je vais encore avec un autre oncle à la zaouïa2 . J’ai donc été élevé, comme le veut la tradition musicale, dans un milieu familial qui aime le chant et la musique. J’ai commencé à chanter avec mes frères et soeurs quand j’avais moins de dix ans. Ce goût venait d’une curiosité intellectuelle. À 13 ans, avec l’aide de mon oncle, je me suis inscrit au Conservatoire de Musique, comme chanteur dans l’amdah, groupe de « la récitation des panégyriques ». J’y suis resté trois ans, au cours desquels j’étais un interprète « unchid » apprécié. Je chantais le mawâl3 et les baïtaïn4 tirées de la poésie andalouse. Comme les mawâwîl sont liées à la musique orientale, je les aimais beaucoup. C’est ainsi que j’ai commencée à jouer du piano et de la musique arabe classique, andalouse et folklorique. Mes connaissances pratiques dans ce domaine étaient plus grandes que celles de la théorie.

J’ignore totalement, l’évolution ainsi que la forme initiale du piano. Mes connaissances de cet instrument sont purement artistiques. Par contre, mon intérêt pour le dessin , que j’ai appris à l’école primaire et au collège, m’a permis de dessiner le piano.

J’étais libre de chanter dans mon milieu familial. Un bienfaiteur m’a fait cadeau d’un piano pour m’encourager à me perfectionner. Je consacrais une heure par jour au piano pour me changer les idées après l’école lorsque je rentrais à la maison le soir. En combinant mon passe-temps et mes études, j’ai pu trouver un certain équilibre et la tranquillité d’esprit.

Le piano est utilisé à la fois en musique classique et en musique andalouse. Je ne pense pas que le violon soit fabriqué sous une forme autre que celle qu’on connaît déjà et qu’on utilise dans les Conservatoires de Musique de l’Occident et de notre pays. Quand à sa distribution géographique et à son influence culturelle, le piano est utilisé dans la majorité des Conservatoires de Musique au Maroc, et c’est un instrument surtout utilisé et admiré par l’élite, les intellectuels et les riches de l’aristocratie.
1 Terme issu du samâa : chant essentiellement religieux en l’honneur du Prophète et une épuration ou une spiritualisation de la « âla » (musique andalouse), mais il n’admet aucun instrument ni chantant ni de percussion.
2 Établissement religieux sous l’autorité d’une confrérie musulmane, spécialement affecté à l’enseignement.
3 Cantilène improvisée, en « bel canto ». Il est surtout destiné à l’expression de la tendresse ou de la passion.
4 Sorte de cantilène non mesurée qui expose et développe un large thème de « bel canto » arabe et dont le nom même est une définition : baïtaïn = deux vers.

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Piano2

Piano

Centre d'études et de recherches andalouses
vers 1710
Tilleul recouvert d'ivoire ou en ébène (touches noires)
Lo : 1,58 x 47,5 cm, H : 1,28 m
© Centre d'études et de recherches andalouses


On ne remarque aucune différence en ce qui concerne le piano d’enseignement normal et celui de l’artiste professionnel sauf que le cadre du second est en verre, son clavier en ivoire et ses touches toujours en règle.

Qu’il soit de type classique ou électrique, le piano est très différent des autres instruments à cordes. Pour être un instrument à cordes frappées, le piano est nettement, de par ses origines déjà et par rapport au clavecin et aux instruments à cordes pincées, le plus récent d’entre tous. Du moins ne connaît-on pas d’instruments à cordes frappées qui soient antérieurs au moyen âge. Bartolomeo Cristofori, son inventeur, aurait vraisemblablement construit à Florence vers 1710 son premier Gravicimbalo « col piano e forte ». Ces instruments utilisent une mécanique les apparentant à l’actuel piano beaucoup plus qu’il ne les rapproche du clavicorde.

D’une façon générale, l’ère du piano ne commence que vers 176 Pour en lire plus

On ne remarque aucune différence en ce qui concerne le piano d’enseignement normal et celui de l’artiste professionnel sauf que le cadre du second est en verre, son clavier en ivoire et ses touches toujours en règle.

Qu’il soit de type classique ou électrique, le piano est très différent des autres instruments à cordes. Pour être un instrument à cordes frappées, le piano est nettement, de par ses origines déjà et par rapport au clavecin et aux instruments à cordes pincées, le plus récent d’entre tous. Du moins ne connaît-on pas d’instruments à cordes frappées qui soient antérieurs au moyen âge. Bartolomeo Cristofori, son inventeur, aurait vraisemblablement construit à Florence vers 1710 son premier Gravicimbalo « col piano e forte ». Ces instruments utilisent une mécanique les apparentant à l’actuel piano beaucoup plus qu’il ne les rapproche du clavicorde.

D’une façon générale, l’ère du piano ne commence que vers 1765-1770, à l’époque des premières sonates de Joseph Hayden. À partir de 1773, John Broadwood perfectionne considérablement la mécanique Cristofori-Silbermann et de 1796 à 1823 le Français Erard travaille la mécanique dite à échappement puis à double échappement sur le principe duquel sont construits les pianos modernes. Des perfectionnements de détails sont introduits au début du XIXe siècle avec l’invention du piano droit (en Angleterre en 1807), du cadre métallique (aux États-Unis en 1825) et du principe des cordes croisées (toujours aux États-Unis en 1832).

Le piano se compose essentiellement d’une table de résonance, ou table d’harmonie en épicéa, montée sur une charpente appelée barrage ; les cordes sont tendues sur un chevalet placé sur la table. Elles se trouvent fixées de part et d’autre du sommier d’attache et du sommier des chevilles. Les cordes triples, sauf pour la grave, exercent sur le cadre une tension de l’ordre de 20 tonnes environ. Chaque touche du clavier fait en tilleul recouvert d’ivoire ou en ébène pour les touches noires, commande simultanément un marteau et un étouffoir. Les deux pédales, la douce et la forte, sont employées chacune dans la nuance piano comme dans la nuance forte.

La position du pianiste doit être face aux touches du piano ; cependant le virtuose du piano ou de la guitare joue sans regarder le clavier de son instrument. Le piano est un instrument de soliste dans l’orchestre. Son usage est répandu à travers divers genres de musique au Maroc : les musiques classique et andalouse notamment ; on ne le trouve pas dans la musique populaire traditionnelle, moderne ou de variétés.


© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Piano3

Piano Vers 1710 Tilleul recouvert d'ivoire ou en ébène (touches noires) Lo (superieure) : 1.58 x 47,5 cm Lo (inférieure) : 1,47 x 28,5 cm H (supérieure) : 1,28 x 42,5 cm H (inférieure, jusqu'au clavier) : 73 cm Centre d'études et de recherches andalouses

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Canadian Heritage Information Network, Centre des recherches et études andalouses, Centre des musiques arabes et méditerranéennes Ennejma Ezzahra, Musée de la musique, Laboratoire de recherche des musiques du monde, Musée acadien de l'Université de Moncton, Canadian Museum of Civilization, Musée d'art et d'archéologie de l'Université d'Antananarivo, Musée ethnographique Alexandre Sènou Adande, Musée national du Mali, St. Boniface Museum, Lycée de langues étrangères Alexandre Dumas, Museum of the Romanian Peasant

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.


Piano Moncton : audio

Piano Moncton : audio

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Canadian Heritage Information Network, Centre des recherches et études andalouses, Centre des musiques arabes et méditerranéennes Ennejma Ezzahra, Musée de la musique, Laboratoire de recherche des musiques du monde, Musée acadien de l'Université de Moncton, Canadian Museum of Civilization, Musée d'art et d'archéologie de l'Université d'Antananarivo, Musée ethnographique Alexandre Sènou Adande, Musée national du Mali, St. Boniface Museum, Lycée de langues étrangères Alexandre Dumas, Museum of the Romanian Peasant

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.


Piano Maroc : audio

Piano Maroc : audio

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Canadian Heritage Information Network, Centre des recherches et études andalouses, Centre des musiques arabes et méditerranéennes Ennejma Ezzahra, Musée de la musique, Laboratoire de recherche des musiques du monde, Musée acadien de l'Université de Moncton, Canadian Museum of Civilization, Musée d'art et d'archéologie de l'Université d'Antananarivo, Musée ethnographique Alexandre Sènou Adande, Musée national du Mali, St. Boniface Museum, Lycée de langues étrangères Alexandre Dumas, Museum of the Romanian Peasant

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • comprendre que la musique est un mode d’expression dans chaque culture;
  • comprendre que la relation entre les sentiments personnels et la musique transcende les frontières et les cultures;
  • acquérir du respect pour la musique issue de divers environnements culturels;
  • examiner les pratiques musicales traditionnelles dans certains pays de la Francophonie;
  • faire preuve de sensibilisation à l’égard des régions géographiques en reconnaissant les pays francophones;
  • connaître l’apport musical des divers groupes culturels dans leur propre collectivité;
  • comprendre que toute la musique du monde peut être organisée selon un système de classification standard.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons