Cette partie du site porte sur divers jeux et athlètes des Premières nations des régions boisées de l’Est. La région Est des terres boisées d’Amérique du Nord est bordée par la zone subarctique, au nord, les plaines, à l’ouest, la zone sud-est, au sud, et l’océan Atlantique, à l’est. C’est dans cette région que l’on trouve les groupes de langues iroquoise (Mohawk, Oneida, Onondaga, Cayga, Seneca et Tuscarora) et algonquine (Ojibwa, Odawa, Potawatomi, Algonquins, Abénaquis, Micmacs). L’information contenue dans les présentes pages n’est pas exhaustive. Nous vous invitons donc à en apprendre davantage sur les jeux et les athlètes des Premières nations d’Amérique du Nord. Pour plus de renseignements, adressez-vous à votre centre culturel ou musée le plus plus près de chez-vous !
Cette partie du site porte sur divers jeux et athlètes des Premières nations des régions boisées de l’Est. La région Est des terres boisées d’Amérique du Nord est bordée par la zone subarctique, au nord, les plaines, à l’ouest, la zone sud-est, au sud, et l’océan Atlantique, à l’est. C’est dans cette région que l’on trouve les groupes de langues iroquoise (Mohawk, Oneida, Onondaga, Cayga, Seneca et Tuscarora) et algonquine (Ojibwa, Odawa, Potawatomi, Algonquins, Abénaquis, Micmacs). L’information contenue dans les présentes pages n’est pas exhaustive. Nous vous invitons donc à en apprendre davantage sur les jeux et les athlètes des Premières nations d’Amérique du Nord. Pour plus de renseignements, adressez-vous à votre centre culturel ou musée le plus plus près de chez-vous !

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Le jeu des deux balles est un des jeux les plus physiques. Souvent, c’était les femmes et les filles qui s’y adonnaient. Il s’agit d’un jeu où les équipes peuvent comprendre chacune de cinq à dix joueurs ; il suffit que chaque équipe compte le même nombre de joueurs. Le joueur tient un bâton dont une extrémité est recourbée et dont il se sert pour attraper et lancer les deux balles. Le jeu des deux balles est composé de deux poids ronds en cuir contenant du sable et reliés entre eux par un morceau de cuir. Les règles de ce jeu varient, mais en général, le but consiste à faire passer la balle au-delà d’un point donné ou de frapper un but planté dans le sol avec les deux balles. Le terrain de jeu peut mesurer environ 81 mètres (300 pieds) de longueur, mais tout terrain peut servir. On dit que les Cris emploient un terrain de 1,6 kilomètre (un mille) de longueur. Les buts sont installés à chaque extrémité du terrain qui, lui, peut être de n’importe quelle dimension. Les équipes peuvent compter autant de joueurs qu’on veut pourvu que le nombre soit égal des deux côtés. Anciennement, les jeux de crosse et des deux balles pouvaient se jouer avec Pour en lire plus
Le jeu des deux balles est un des jeux les plus physiques. Souvent, c’était les femmes et les filles qui s’y adonnaient. Il s’agit d’un jeu où les équipes peuvent comprendre chacune de cinq à dix joueurs ; il suffit que chaque équipe compte le même nombre de joueurs. Le joueur tient un bâton dont une extrémité est recourbée et dont il se sert pour attraper et lancer les deux balles. Le jeu des deux balles est composé de deux poids ronds en cuir contenant du sable et reliés entre eux par un morceau de cuir. Les règles de ce jeu varient, mais en général, le but consiste à faire passer la balle au-delà d’un point donné ou de frapper un but planté dans le sol avec les deux balles. Le terrain de jeu peut mesurer environ 81 mètres (300 pieds) de longueur, mais tout terrain peut servir. On dit que les Cris emploient un terrain de 1,6 kilomètre (un mille) de longueur. Les buts sont installés à chaque extrémité du terrain qui, lui, peut être de n’importe quelle dimension. Les équipes peuvent compter autant de joueurs qu’on veut pourvu que le nombre soit égal des deux côtés. Anciennement, les jeux de crosse et des deux balles pouvaient se jouer avec un but dans un village et le deuxième but dans un autre village.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Jeu des deux balles

Gros plan d'un jeu des deux balles.

Photographie de Mark Barrowcliffe
Woodland Cultural Centre

© Woodland Cultural Centre


Le serpent à neige est un jeu d’hiver traditionnel chez les Autochtones des régions boisées de l’Est. Le jeu consiste à lancer aussi loin que possible un bâton préparé à cette fin dans un couloir de neige. Chaque concurrent a trois essais et le gagnant est celui qui lance le serpent le plus loin. Il faut parfois compter jusqu’à huit ans pour pouvoir achever un serpent à neige (1,83 mètre [6 pieds] de longueur) ou une « queue de rat » (1,21 mètre [4 pieds] de longueur) et obtenir la forme et la dureté nécessaires pour que le bois résiste à l’humidité et à la glace. Pour construire le couloir, on entasse de la neige sur environ 76 centimètres (30 pouces) d’épaisseur et on y forme une rigole. Les couloirs ont pour la plupart une longueur de 1,6 kilomètre [un mille]. On se sert d’une bille de bois pour façonner le couloir et y laisser courir le serpent. Chaque équipe compte un polisseur, un lanceur et un marqueur. Le polisseur prépare le serpent en fonction des conditions météorologiques du moment. Le lanceur se tient sur la base de lancement, s’élance à la course et lance le serpent dans le couloir. Parfois le polisseur marque la Pour en lire plus
Le serpent à neige est un jeu d’hiver traditionnel chez les Autochtones des régions boisées de l’Est. Le jeu consiste à lancer aussi loin que possible un bâton préparé à cette fin dans un couloir de neige. Chaque concurrent a trois essais et le gagnant est celui qui lance le serpent le plus loin. Il faut parfois compter jusqu’à huit ans pour pouvoir achever un serpent à neige (1,83 mètre [6 pieds] de longueur) ou une « queue de rat » (1,21 mètre [4 pieds] de longueur) et obtenir la forme et la dureté nécessaires pour que le bois résiste à l’humidité et à la glace. Pour construire le couloir, on entasse de la neige sur environ 76 centimètres (30 pouces) d’épaisseur et on y forme une rigole. Les couloirs ont pour la plupart une longueur de 1,6 kilomètre [un mille]. On se sert d’une bille de bois pour façonner le couloir et y laisser courir le serpent. Chaque équipe compte un polisseur, un lanceur et un marqueur. Le polisseur prépare le serpent en fonction des conditions météorologiques du moment. Le lanceur se tient sur la base de lancement, s’élance à la course et lance le serpent dans le couloir. Parfois le polisseur marque la distance parcourue par le serpent. D’après les archives, des serpents ont parcouru jusqu’à 2,4 kilomètres (un mille et demi).

On organise encore des tournois de serpent à neige. Le Woodland Cultural Centre est l’hôte d’un tournoi à la fin de janvier ou au début de février. Pour plus de renseignements sur cette activité annuelle, veuillez consulter la page www.woodland-centre.on.ca

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

un serpent à neige

Il faut parfois compter jusqu'à huit ans avant de pouvoir employer un serpent à neige pour un tournoi.

Woodland Cultural Centre

© Woodland Cultural Centre


Comme le base-ball, la longue balle emploie un bâton pour frapper une balle dans un champ où se tient l’équipe adverse. Le frappeur a trois chances (trois prises) de frapper la balle. Quand la balle est frappée, le frappeur ne bouge pas. C’est le reste de l’équipe du frappeur qui doit se rendre à une ligne donnée dans le champ et revenir à l’endroit où se trouve le frappeur.

L’équipe qui est au champ doit attraper la balle qui a été frappée et la lancer en direction des coureurs de l’équipe adverse. Si un des coureurs de l’équipe adverse est atteint par la balle, il est éliminé. Il faut que trois joueurs aient été ainsi éliminés pour que l’équipe adverse puisse passer au bâton. On accorde un point pour chaque joueur qui retourne à la ligne du frappeur sans avoir été atteint par la balle. Les instructions complètes du jeu figurent à la rubrique « Coin de l’enseignant ».
Comme le base-ball, la longue balle emploie un bâton pour frapper une balle dans un champ où se tient l’équipe adverse. Le frappeur a trois chances (trois prises) de frapper la balle. Quand la balle est frappée, le frappeur ne bouge pas. C’est le reste de l’équipe du frappeur qui doit se rendre à une ligne donnée dans le champ et revenir à l’endroit où se trouve le frappeur.

L’équipe qui est au champ doit attraper la balle qui a été frappée et la lancer en direction des coureurs de l’équipe adverse. Si un des coureurs de l’équipe adverse est atteint par la balle, il est éliminé. Il faut que trois joueurs aient été ainsi éliminés pour que l’équipe adverse puisse passer au bâton. On accorde un point pour chaque joueur qui retourne à la ligne du frappeur sans avoir été atteint par la balle. Les instructions complètes du jeu figurent à la rubrique « Coin de l’enseignant ».

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Bâton

Bâton de longue balle traditionnel.

Photographie de Mark Barrowcliffe
Woodland Cultural Centre

© Woodland Cultural Centre


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • définir les peuples des terres boisées de l’Est;
  • décrire trois des jeux extérieurs pratiqués dans les terres boisées de l’Est, avec les règles de jeu, le matériel nécessaire et les habiletés requises.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons