M. Henry W. Rosenthal

M. Henry W. Rosenthal

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz, Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien des civilisations, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, Musée d’histoire allemande, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Ingénieur en mécanique (à la retraite) 83 ans Né à Berlin en 1915 De 1932 à 1937, il a vécu et travaillé à Darmstadt. En 1939, il se rendit en Angleterre et y trouva du travail comme mécanicien-designer Arrivé au Canada en 1940
  • Ingénieur en mécanique (à la retraite)
  • 83 ans
  • Né à Berlin en 1915
  • De 1932 à 1937, il a vécu et travaillé à Darmstadt. En 1939, il se rendit en Angleterre et y trouva du travail comme mécanicien-designer
  • Arrivé au Canada en 1940

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Henry W. Rosenthal

My name is Henry Rosenthal. Mein name ist Henry Rosenthal. Mon nom est Henry Rosenthal.

Réseau canadien d'information sur le patrimoine
Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz, Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien des civilisations, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, Musée d’histoire allemande, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Pourquoi êtes vous venu(e) au Canada? Êtes-vous venu(e) directement au Canada?

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement britannique a assigné de nombreux Allemands à un régime d’internement en Angleterre. Je n’ai pas choisi de venir au Canada. Ils (autorités britanniques) hésitaient entre nous considérer comme des réfugiés, victimes du nazisme, ou des terroristes à sa solde. Ils déportèrent des jeunes hommes du groupe d’âge de 20 à 30 ans, dont j’étais, au Canada, et nous placèrent dans un camp d’internement près de Sherbrooke (Québec) où nous séjournâmes pendant deux ans. Aucun de nous n’était un terroriste.
Pourquoi êtes vous venu(e) au Canada? Êtes-vous venu(e) directement au Canada?

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement britannique a assigné de nombreux Allemands à un régime d’internement en Angleterre. Je n’ai pas choisi de venir au Canada. Ils (autorités britanniques) hésitaient entre nous considérer comme des réfugiés, victimes du nazisme, ou des terroristes à sa solde. Ils déportèrent des jeunes hommes du groupe d’âge de 20 à 30 ans, dont j’étais, au Canada, et nous placèrent dans un camp d’internement près de Sherbrooke (Québec) où nous séjournâmes pendant deux ans. Aucun de nous n’était un terroriste.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Qu’attendiez-vous de votre nouvelle vie au Canada? Vos espoirs se sont-ils réalisés?

Vu la manière dont j’étais arrivé au Canada, je ne nourrissais aucun désir ni espoir à l’égard de ce pays. Mais lorsque, constatant que nous n’étions pas des terroristes, on nous rendit notre liberté, certains de nous retournèrent en Angleterre pour commencer une nouvelle vie. Je connaissais peu de choses du Canada lorsque je suis arrivé, mais en ai appris beaucoup pendant mon internement. Ainsi, d’autres, comme moi, sont restés au Canada et nous nous y sommes fait une très bonne vie.
Qu’attendiez-vous de votre nouvelle vie au Canada? Vos espoirs se sont-ils réalisés?

Vu la manière dont j’étais arrivé au Canada, je ne nourrissais aucun désir ni espoir à l’égard de ce pays. Mais lorsque, constatant que nous n’étions pas des terroristes, on nous rendit notre liberté, certains de nous retournèrent en Angleterre pour commencer une nouvelle vie. Je connaissais peu de choses du Canada lorsque je suis arrivé, mais en ai appris beaucoup pendant mon internement. Ainsi, d’autres, comme moi, sont restés au Canada et nous nous y sommes fait une très bonne vie.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelle a été la réaction de votre famille lorsque vous avez décidé de venir au Canada?

Il ne me restait guère de famille en Allemagne. Mon père était mort pendant la Grande Guerre en combattant les Français et ma mère, qui était doctoresse, avait, lors de la Seconde Guerre, été envoyée à Auschwitz et n’en était jamais revenue. Je n’ai cependant jamais perdu le contact avec ma cousine et son mari qui vivent à Bâle, en Suisse.
Quelle a été la réaction de votre famille lorsque vous avez décidé de venir au Canada?

Il ne me restait guère de famille en Allemagne. Mon père était mort pendant la Grande Guerre en combattant les Français et ma mère, qui était doctoresse, avait, lors de la Seconde Guerre, été envoyée à Auschwitz et n’en était jamais revenue. Je n’ai cependant jamais perdu le contact avec ma cousine et son mari qui vivent à Bâle, en Suisse.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Connaissiez-vous déjà des gens ici au Canada? Avez-vous fait la connaissance de gens pendant votre voyage d’immigration au Canada? Dans l’affirmative, avez-vous toujours des contacts avec eux?

À mon arrivée je ne connaissais personne au Canada. Au camp d’internement, j’ai fini par me faire des connaissances. J’y enseignais les mathématiques à des jeunes gens qui, par la suite, devaient faire des études à l’Université McGill. Je n’ai connu personne sur la bateau, mais parmi ceux que j’ai rencontrés au camp, il en est avec qui nous sommes restés très bons amis.
Connaissiez-vous déjà des gens ici au Canada? Avez-vous fait la connaissance de gens pendant votre voyage d’immigration au Canada? Dans l’affirmative, avez-vous toujours des contacts avec eux?

À mon arrivée je ne connaissais personne au Canada. Au camp d’internement, j’ai fini par me faire des connaissances. J’y enseignais les mathématiques à des jeunes gens qui, par la suite, devaient faire des études à l’Université McGill. Je n’ai connu personne sur la bateau, mais parmi ceux que j’ai rencontrés au camp, il en est avec qui nous sommes restés très bons amis.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelle est la première chose qui vous ait marquée au Canada?

Dans le camp, je le répète, j’ai enseigné les mathématiques et certains de mes élèves ont par la suite poursuivi leurs études à McGill. Mon mariage avec une Canadienne a, lui aussi, constitué un événement tout à fait spécial.
Quelle est la première chose qui vous ait marquée au Canada?

Dans le camp, je le répète, j’ai enseigné les mathématiques et certains de mes élèves ont par la suite poursuivi leurs études à McGill. Mon mariage avec une Canadienne a, lui aussi, constitué un événement tout à fait spécial.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Avez-vous eu l’impression qu’on vous respectait lorsque vous êtes arrivé(e) ici?

Oui, on m’a respecté lorsque je suis arrivé au Canada. Après notre libération du camp d’internement, pour les fins du travail, on nous a tous considérés comme des prisonniers libérés de l’oppression nazie.
Avez-vous eu l’impression qu’on vous respectait lorsque vous êtes arrivé(e) ici?

Oui, on m’a respecté lorsque je suis arrivé au Canada. Après notre libération du camp d’internement, pour les fins du travail, on nous a tous considérés comme des prisonniers libérés de l’oppression nazie.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Quelles sont les différences entre le Canada et l’Allemagne que vous avez le plus remarquées lorsque vous êtes arrivé(e) ici? Étaient-ce des différences culturelles ou d’un autre type? Ces différences existent-elles toujours?

La littérature que l’on apprenait au Canada et en Allemagne n’était pas la même. Tandis qu’au Canada on lisait Shakespeare, Oscar Wilde et Walter Scott, en Allemagne, on lisait Goethe. Quoi qu’il en soit, on trouve encore dans chacun des pays des gens qui ont une meilleure éducation que d’autres.
Quelles sont les différences entre le Canada et l’Allemagne que vous avez le plus remarquées lorsque vous êtes arrivé(e) ici? Étaient-ce des différences culturelles ou d’un autre type? Ces différences existent-elles toujours?

La littérature que l’on apprenait au Canada et en Allemagne n’était pas la même. Tandis qu’au Canada on lisait Shakespeare, Oscar Wilde et Walter Scott, en Allemagne, on lisait Goethe. Quoi qu’il en soit, on trouve encore dans chacun des pays des gens qui ont une meilleure éducation que d’autres.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Est-ce qu’il y avait des familles allemandes dans votre voisinage? Avez-vous adhéré à des clubs ou à des associations de germanophones?

Il n’y a pas de germanophones à ma connaissance dans mon quartier, mais j’ai des amis germanophones dans d’autres quartiers de Montréal; Dorval, par exemple. Je suis membre de la German Jewish Heritage Association qui, chaque 9 novembre, commémore la fameuse « Kristallnacht » (nuit de cristal). Je siège à son conseil d’administration et le consulat d’Allemagne au Canada m’envoie chaque année un carton m’invitant à prendre part à une réunion d’associations ayant des liens avec l’Allemagne.
Est-ce qu’il y avait des familles allemandes dans votre voisinage? Avez-vous adhéré à des clubs ou à des associations de germanophones?

Il n’y a pas de germanophones à ma connaissance dans mon quartier, mais j’ai des amis germanophones dans d’autres quartiers de Montréal; Dorval, par exemple. Je suis membre de la German Jewish Heritage Association qui, chaque 9 novembre, commémore la fameuse « Kristallnacht » (nuit de cristal). Je siège à son conseil d’administration et le consulat d’Allemagne au Canada m’envoie chaque année un carton m’invitant à prendre part à une réunion d’associations ayant des liens avec l’Allemagne.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Avez-vous trouvé difficile pour l’immigrant / l’immigrante que vous étiez de trouver du travail dans un nouveau pays?

Cela n’a pas été difficile pour moi de trouver du travail au Canada. J’avais travaillé comme ingénieur en Allemagne et en Angleterre. C’est également ce que j’ai fait au Canada. J’ai travaillé pour la Cowan Company comme dessinateur, puis comme ingénieur-conseil. Je remplis également ce rôle à la Dominion Engineering Works (G.E.) et, enfin, à KHD Canada.
Avez-vous trouvé difficile pour l’immigrant / l’immigrante que vous étiez de trouver du travail dans un nouveau pays?

Cela n’a pas été difficile pour moi de trouver du travail au Canada. J’avais travaillé comme ingénieur en Allemagne et en Angleterre. C’est également ce que j’ai fait au Canada. J’ai travaillé pour la Cowan Company comme dessinateur, puis comme ingénieur-conseil. Je remplis également ce rôle à la Dominion Engineering Works (G.E.) et, enfin, à KHD Canada.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • décrire le contexte de l’immigration allemande au Canada au cours du XXe siècle;
  • constater que l’immigration affecte la vie d’individus issus d’horizons très variés;
  • comprendre quelques-unes des expériences qu’ont vécues les immigrants allemands au Canada, tant en Allemagne qu’au Canada;
  • expliquer pourquoi des individus émigrent au Canada;
  • comprendre ce que ressentent des nouveaux immigrants au Canada;
  • comprendre l’impact de la Seconde Guerre mondiale sur la vie des individus.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons