En 1700, Rotterdam était, après Amsterdam, la deuxième ville commerciale en importance de la Hollande. Rotterdam était à l’origine un village de pêcheurs construit au XIIIe siècle sur des terres asséchées situées à l’embouchure de la Rotte. La construction d’un canal lui a permis de devenir un port d’une très grande importance. Le commerce et le transport maritime ont connu un essor majeur aux Pays-Bas au XVIIe siècle avec le développement du commerce dans les Indes orientales. Rotterdam vit alors ses activités portuaires atteindre une importance majeure.

L’occupation de Napoléon, de 1795 à 1815, marqua l’arrêt de la plupart des échanges commerciaux. Mais Rotterdam s’adapta aux exigences des grands navires à vapeur océaniques et développa le trafic des passagers en aménageant encore de nouvelles voies navigables. Son économie continue aujourd’hui d’être axée presque exclusivement sur le transport maritime.
En 1700, Rotterdam était, après Amsterdam, la deuxième ville commerciale en importance de la Hollande. Rotterdam était à l’origine un village de pêcheurs construit au XIIIe siècle sur des terres asséchées situées à l’embouchure de la Rotte. La construction d’un canal lui a permis de devenir un port d’une très grande importance. Le commerce et le transport maritime ont connu un essor majeur aux Pays-Bas au XVIIe siècle avec le développement du commerce dans les Indes orientales. Rotterdam vit alors ses activités portuaires atteindre une importance majeure.

L’occupation de Napoléon, de 1795 à 1815, marqua l’arrêt de la plupart des échanges commerciaux. Mais Rotterdam s’adapta aux exigences des grands navires à vapeur océaniques et développa le trafic des passagers en aménageant encore de nouvelles voies navigables. Son économie continue aujourd’hui d’être axée presque exclusivement sur le transport maritime.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Lorsque, en 1752, ils ont remonté le fleuve, Jakob et sa famille n’ont sans doute pas manqué de voir la cigogne qui dominait la cathédrale de Cologne, alors en construction depuis plus de 500 ans. Les ogives de cette église gothique abritent le tombeau des rois mages, ce qui fait de l’endroit un important lieu de pèlerinage.

Cologne est l’une des villes les plus anciennes et les plus importantes de l’histoire allemande. Fondée par les Romains en l’an 50 après Jésus-Christ, cent ans après que César eut repoussé jusqu’au Rhin les frontières de la Gaule, elle s’appelait alors Colonia Agrippinensis (« colonie d’Agrippine »). Cependant, le pont « permanent » qui y fut construit en 310 avait disparu depuis longtemps lorsque le bateau transportant Jakob et sa famille traversa Cologne.

S’étant soustraits au pouvoir de l’archevêché en 1288, les citoyens de Cologne assurèrent eux-mêmes le gouvernement de leur ville jusqu’à l’occupation de celle-ci par les Français, en 1794. Pendant cette période, Cologne devint une ville prospère et un membre important de la Ligue hanséatiqu Pour en lire plus
Lorsque, en 1752, ils ont remonté le fleuve, Jakob et sa famille n’ont sans doute pas manqué de voir la cigogne qui dominait la cathédrale de Cologne, alors en construction depuis plus de 500 ans. Les ogives de cette église gothique abritent le tombeau des rois mages, ce qui fait de l’endroit un important lieu de pèlerinage.

Cologne est l’une des villes les plus anciennes et les plus importantes de l’histoire allemande. Fondée par les Romains en l’an 50 après Jésus-Christ, cent ans après que César eut repoussé jusqu’au Rhin les frontières de la Gaule, elle s’appelait alors Colonia Agrippinensis (« colonie d’Agrippine »). Cependant, le pont « permanent » qui y fut construit en 310 avait disparu depuis longtemps lorsque le bateau transportant Jakob et sa famille traversa Cologne.

S’étant soustraits au pouvoir de l’archevêché en 1288, les citoyens de Cologne assurèrent eux-mêmes le gouvernement de leur ville jusqu’à l’occupation de celle-ci par les Français, en 1794. Pendant cette période, Cologne devint une ville prospère et un membre important de la Ligue hanséatique.

L’« eau de Cologne » fut produite pour la première fois en 1709.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Peinture

Chargement de bateaux au moyen d'une grue. On aperçoit dans le lointain la flèche d'une autre grue utilisée pour construire une cathédrale.

Artiste : Teetzmann
Vues des endroits. Dresden : Verlag C.A. Beger 1830. Tiré de : Die illustrierten Rhein-Beschreibungen von Michael Schmitt, Köln, Weimar, Wien: Böhlau; 1996.
vers 1830
© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


En 1750, le prince Clément Auguste (1723-1761) faisait construire à Bonn des palais et des jardins que l’on peut encore admirer aujourd’hui. Bonn est devenue un siège du pouvoir royal en 1597. Au milieu du XVIIIe siècle, épargnée des épidémies et des guerres, elle était une ville baroque prospère.

Forte de quelque 10 135 habitants en 1751, la population de Bonn avait plus que doublé 150 ans plus tard. La cour n’était pas le plus important employeur. Le commerce gravitait plutôt autour des besoins de l’aristocratie et Bonn était le centre de distribution des produits agricoles des campagnes environnantes. Ses commerçants, surtout les brasseurs et les bouchers, étaient prospères, mais une certaine pauvreté régnait également dans ses rues.
En 1750, le prince Clément Auguste (1723-1761) faisait construire à Bonn des palais et des jardins que l’on peut encore admirer aujourd’hui. Bonn est devenue un siège du pouvoir royal en 1597. Au milieu du XVIIIe siècle, épargnée des épidémies et des guerres, elle était une ville baroque prospère.

Forte de quelque 10 135 habitants en 1751, la population de Bonn avait plus que doublé 150 ans plus tard. La cour n’était pas le plus important employeur. Le commerce gravitait plutôt autour des besoins de l’aristocratie et Bonn était le centre de distribution des produits agricoles des campagnes environnantes. Ses commerçants, surtout les brasseurs et les bouchers, étaient prospères, mais une certaine pauvreté régnait également dans ses rues.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Bonn

Péage et traversier à Bonn. Abraham Storck, 1674.

Artiste : Abraham Storck
Geschichte der Stadt Bonn, Band 3: Bonn als kurlölnische Haupt- und Residenzstadt 1574-1794, sous la dir. de Norbert Schloßmacher
vers 1674
© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Depuis la rivière, la vue de Drachenfels avec son palais en ruine est très saisissante. Elle occupe l’une des Sept Collines (« Siebengebirge ») avoisinant Bonn. C’est un pays de légendes, dont en voici une :

Il y a longtemps, les populations qui vivaient sur la rive gauche du Rhin étaient chrétiennes, tandis que celles qui vivaient sur la rive droite étaient « barbares ». Un jour, les barbares firent prisonnière la fille du roi chrétien. Un prince barbare était tombé amoureux d’elle, mais celle-ci ne voulait pas d’un homme qui ne croyait pas en Dieu.

Un dangereux dragon vivait dans une caverne située sous le château. Les barbares décidèrent de sacrifier la princesse pour calmer la colère du dragon. À la pointe du jour, on l’attacha à un rocher situé devant la caverne. Le prince voulait venir à son aide, mais il n’osait pas. La princesse cependant n’avait pas peur. Elle avait foi en Dieu et ne doutait pas qu’Il viendrait à son secours. Elle prit dans sa main son crucifix et le regarda intensément. Soudain, le dragon sortit de la caverne à la recherche de la victime. Lorsqu’il vit la Pour en lire plus
Depuis la rivière, la vue de Drachenfels avec son palais en ruine est très saisissante. Elle occupe l’une des Sept Collines (« Siebengebirge ») avoisinant Bonn. C’est un pays de légendes, dont en voici une :

Il y a longtemps, les populations qui vivaient sur la rive gauche du Rhin étaient chrétiennes, tandis que celles qui vivaient sur la rive droite étaient « barbares ». Un jour, les barbares firent prisonnière la fille du roi chrétien. Un prince barbare était tombé amoureux d’elle, mais celle-ci ne voulait pas d’un homme qui ne croyait pas en Dieu.

Un dangereux dragon vivait dans une caverne située sous le château. Les barbares décidèrent de sacrifier la princesse pour calmer la colère du dragon. À la pointe du jour, on l’attacha à un rocher situé devant la caverne. Le prince voulait venir à son aide, mais il n’osait pas. La princesse cependant n’avait pas peur. Elle avait foi en Dieu et ne doutait pas qu’Il viendrait à son secours. Elle prit dans sa main son crucifix et le regarda intensément. Soudain, le dragon sortit de la caverne à la recherche de la victime. Lorsqu’il vit la jeune fille, il se précipita vers elle. Toutefois, voyant le crucifix, il fut soudain paralysé et, perdant l’équilibre, tomba dans la rivière tourbillonnante et sombra. Les barbares furent saisis d’admiration pour la princesse et se mirent à genoux. Celle-ci fit venir des prêtres de son village pour les christianiser. Le prince ayant ensuite reçu le baptême, il put, par les liens du mariage, unir son destin à celui de sa princesse adorée.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Rhin

Bateaux traversant les Sept Collines au sud de Bonn dans les années 1760.

Artiste : H. de Leth
Source : Leth, Hendrik de (Ill.) et Grebe, Fredrik Willem (Hrsg.) : Deeze Gezichten langs den Rhyn naar het Leven getekend, en in't koper gebracht ao 1763 & 1764 ... Amsterdam: Grebe, 1767. Tiré de : Der Lauf des Rheines, sous la dir. de W. Schäfke und Ingrid Bodsch, Kölnisches Stadtmuseum, Köln 1993.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Les conditions économiques au XVIIIe siècle étaient si mauvaises dans la région qu’un nombre de plus en plus grand de paysans sont partis dans d’autres pays, en quête d’une vie meilleure. L’Électeur de Coblence bannit l’émigration en 1724, puis de nouveau en 1763, ajoutant la confiscation à une série de châtiments de plus en plus rigoureux.

Coblence, ville de plus de deux mille ans d’histoire, joue depuis toujours un rôle important dans le domaine du transport en raison notamment de sa situation au confluent du Rhin et de son affluent, la Moselle. De nos jours, non seulement les bateaux, mais également des trains et des autocars longent le Rhin et la Moselle en provenance ou à destination de cette ville de 120 000 habitants.
Les conditions économiques au XVIIIe siècle étaient si mauvaises dans la région qu’un nombre de plus en plus grand de paysans sont partis dans d’autres pays, en quête d’une vie meilleure. L’Électeur de Coblence bannit l’émigration en 1724, puis de nouveau en 1763, ajoutant la confiscation à une série de châtiments de plus en plus rigoureux.

Coblence, ville de plus de deux mille ans d’histoire, joue depuis toujours un rôle important dans le domaine du transport en raison notamment de sa situation au confluent du Rhin et de son affluent, la Moselle. De nos jours, non seulement les bateaux, mais également des trains et des autocars longent le Rhin et la Moselle en provenance ou à destination de cette ville de 120 000 habitants.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Koblenz

Pont enjambant la Moselle à Coblence, 1833

Artiste : Leitch Ritchie
Alexander Von Humboldt Schule, Musée canadien de civilization, Carl-Friedrich Gauß Schule, Confederation High School, Deutsachherren-Gymnasium, German Historical Museum, Gymnasium Isernhagen, Horton High School/Acadia University, Integrierte Gesamtschule Bonne-Beuel, Federal Ministry for Education and Research (BMBF) and Deutsche Telekom, Ananas Productions, Schule ans netz,

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Dans les années 1750, la position de Francfort sur les rives du Main a valu à celiu-ci un important rôle commercial. On venait de tous les coins d’Europe pour vendre des denrées à la Foire des moissons-surtout des produits d’agriculture et de cueillette, mais on trouvait également des livres à vendre dans les rues avoisinant la place du marché.

La population de la ville allait croissant non seulement en raison de l’essor du commerce, mais également de la liberté religieuse qui y régnait depuis 200 ans.

Rois et empereurs ont été couronnés à l’église Saint-Barthélemy, l’une des plus célèbres églises du Saint Empire romain germanique.

Malgré cela, Francfort était une ville agitée. Les protestations contre le Conseil se soldaient parfois par de révoltes qui étaient violemment réprimées.
Dans les années 1750, la position de Francfort sur les rives du Main a valu à celiu-ci un important rôle commercial. On venait de tous les coins d’Europe pour vendre des denrées à la Foire des moissons-surtout des produits d’agriculture et de cueillette, mais on trouvait également des livres à vendre dans les rues avoisinant la place du marché.

La population de la ville allait croissant non seulement en raison de l’essor du commerce, mais également de la liberté religieuse qui y régnait depuis 200 ans.

Rois et empereurs ont été couronnés à l’église Saint-Barthélemy, l’une des plus célèbres églises du Saint Empire romain germanique.

Malgré cela, Francfort était une ville agitée. Les protestations contre le Conseil se soldaient parfois par de révoltes qui étaient violemment réprimées.

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Église

Église Saint-Barthélemy, Francfort

Photographe : Heather Holm

© 2009, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • nommer quelques villes en bordure du Rhin;
  • citer certaines caractéristiques culturelles de ces villes;
  • établir un rapport entre l’histoire de plusieurs villes en bordure du Rhin;
  • faire le lien entre la géographie de villes en bordure du Rhin et les caractéristiques culturelles.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons