La cérémonie de thé

Utagawa Hiroshige III
Musée Edo-Tokyo
vers 1880
Estampe sur bois
89200844-46
© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


Le thé devint populaire au Japon dès le VIIe siècle, époque où il fut introduit par des moines bouddhistes de la Chine. Le thé perdit néanmoins de sa popularité au Japon lors des IXe et Xesiècles, et un prêtre zen réintroduisit le thé et la cérémonie du thé au Japon au cours du XIIesiècle. Par la suite, la cérémonie du thé fut étroitement liée au bouddhisme zen et elle se pratiquait dans les temples et à la cour. Une autre forme de cérémonie du thé, celle-ci moins religieuse et plus tumultueuse, prit aussi naissance en même temps que la cérémonie du thé se répandait dans les couches de la société japonaise, y compris la riche classe des Samouraï.
Le thé devint populaire au Japon dès le VIIe siècle, époque où il fut introduit par des moines bouddhistes de la Chine. Le thé perdit néanmoins de sa popularité au Japon lors des IXe et Xesiècles, et un prêtre zen réintroduisit le thé et la cérémonie du thé au Japon au cours du XIIesiècle. Par la suite, la cérémonie du thé fut étroitement liée au bouddhisme zen et elle se pratiquait dans les temples et à la cour. Une autre forme de cérémonie du thé, celle-ci moins religieuse et plus tumultueuse, prit aussi naissance en même temps que la cérémonie du thé se répandait dans les couches de la société japonaise, y compris la riche classe des Samouraï.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

La couverte de type céladon du bol à thé est une imitation des poteries céladons de la dynastie Sung produites en Chine, est le signe de l'influence de la Chine dans la cérémonie du thé.

Legs de Mlle Adaline Van Horne
Musée des beaux-arts de Montréal
XIXe siècle
8,8 x 11,2 (diam.) cm
Grès
1944.Dp.18
© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


La cérémonie du thé est un rituel esthétique effectué selon des règles strictes qui régissent tous les aspects de la cérémonie, y compris l’ordre dans lequel les tâches sont effectuées et le choix des ustensiles. La tranquillité et la sérénité de la cérémonie du thé comportent les caractéristiques du bouddhisme zen, qui se caractérise par une recherche de la paix spirituelle et une appréciation de la beauté de la cérémonie. Même un simple support à couvercle comme celui-ci destiné à recevoir le couvercle de la bouilloire en fonte (servant à bouillir l’eau) est décoré de façon magnifique, comme l’étaient tous les ustensiles utilisés pour la cérémonie.
La cérémonie du thé est un rituel esthétique effectué selon des règles strictes qui régissent tous les aspects de la cérémonie, y compris l’ordre dans lequel les tâches sont effectuées et le choix des ustensiles. La tranquillité et la sérénité de la cérémonie du thé comportent les caractéristiques du bouddhisme zen, qui se caractérise par une recherche de la paix spirituelle et une appréciation de la beauté de la cérémonie. Même un simple support à couvercle comme celui-ci destiné à recevoir le couvercle de la bouilloire en fonte (servant à bouillir l’eau) est décoré de façon magnifique, comme l’étaient tous les ustensiles utilisés pour la cérémonie.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Support à couvercle (futaoki)

Musée des beaux-arts de Montréal, Don de Joseph-Arthur Simard
XIXe siècle
Grès, poterie de Kutani, four de Yoshidaya
4,6 x 5,7 (diam.) cm
1960.Ee.1807
© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


La cérémonie du thé se déroule habituellement comme suit: un hôte convie plusieurs invités à le joindre dans un salon de thé traditionnel pour la cérémonie. En entrant dans le salon, chaque invité admire le rouleau et l’arrangement floral dans l’alcôve avant de prendre sa place près de l’âtre. Les invités doivent s’asseoir tranquillement en attendant que l’eau bouille et regarder le maître du thé effectuer ses tâches. Au moment où l’hôte présente un bol de thé à un invité, ce dernier doit prendre le bol à thé de ses deux mains et boire le thé bruyamment. L’invité remet ensuite le bol à son hôte. Celui-ci lave le bol avant de servir le thé aux autres invités.
La cérémonie du thé se déroule habituellement comme suit: un hôte convie plusieurs invités à le joindre dans un salon de thé traditionnel pour la cérémonie. En entrant dans le salon, chaque invité admire le rouleau et l’arrangement floral dans l’alcôve avant de prendre sa place près de l’âtre. Les invités doivent s’asseoir tranquillement en attendant que l’eau bouille et regarder le maître du thé effectuer ses tâches. Au moment où l’hôte présente un bol de thé à un invité, ce dernier doit prendre le bol à thé de ses deux mains et boire le thé bruyamment. L’invité remet ensuite le bol à son hôte. Celui-ci lave le bol avant de servir le thé aux autres invités.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Peinture sur rouleau : Morning Glories

Tatebayashi Kagei
Musée des beaux-arts de Montréal

Aquarelle sur papier
168,20 x 41,8 cm
1957.Ee.2
© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


Au cours de la période des Tokugawa, la cérémonie du thé prit de l’importance à titre de forme de réception officielle, pratiquée par les membres des classes supérieures. La cérémonie était dorénavant très politisée, et de nombreux seigneurs féodaux gardèrent des maîtres du thé pour les aider avec la cérémonie. Seuls les membres de la classe des samouraï avaient le droit de pratiquer la cérémonie du thé, en plus des prêtres et de la noblesse.

La simplicité de la cérémonie du thé traditionnelle de style bouddhique zen telle que pratiquée dans les temples fut modifiée par la classe des Samouraï et remplacée par des décors luxueux et des ustensiles à thé décorés de façon somptueuse.
Au cours de la période des Tokugawa, la cérémonie du thé prit de l’importance à titre de forme de réception officielle, pratiquée par les membres des classes supérieures. La cérémonie était dorénavant très politisée, et de nombreux seigneurs féodaux gardèrent des maîtres du thé pour les aider avec la cérémonie. Seuls les membres de la classe des samouraï avaient le droit de pratiquer la cérémonie du thé, en plus des prêtres et de la noblesse.

La simplicité de la cérémonie du thé traditionnelle de style bouddhique zen telle que pratiquée dans les temples fut modifiée par la classe des Samouraï et remplacée par des décors luxueux et des ustensiles à thé décorés de façon somptueuse.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Pendant l’ère Meiji, la cérémonie du thé était n’était plus le privilège exclusif de la classe des Samouraï : d’où le retour à l’austérité et à la simplicité dans la cérémonie, qui comptait désormais un plus grand nombre d’adeptes. Même les femmes commencèrent à apprendre l’art, qui, par le passé, avait toujours été réservée aux hommes.
Pendant l’ère Meiji, la cérémonie du thé était n’était plus le privilège exclusif de la classe des Samouraï : d’où le retour à l’austérité et à la simplicité dans la cérémonie, qui comptait désormais un plus grand nombre d’adeptes. Même les femmes commencèrent à apprendre l’art, qui, par le passé, avait toujours été réservée aux hommes.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L'apprenant va :

  • Raconter l’histoire et décrire les origines de la cérémonie du thé au Japon.
  • Décrire l’évolution de la cérémonie du thé pendant l’ère Meiji.
  • Décrire une cérémonie du thé typique.
  • Comparer la cérémonie du thé au Japon avec les pratiques semblables de sa propre culture.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons