Depuis la période Edo, Hina Matsuri (trad. litt. «fête des poupées») se célèbre le 3 mars dans les familles qui ont une ou plusieurs filles. Avant la fête, les fillettes exposent un ensemble de poupées hina, composé d’un empereur et d’une impératrice de l’époque Heian vêtus de costumes traditionnels, disposés sur une étagère à cinq ou à sept gradins. Un ensemble complet comprend aussi des poupées à l’effigie des autres membres de la cour, par exemple la suite impériale, les dames de la cour et des objets miniatures. Les branches fleuries du pêcher font aussi partie de l’étalage, parce que l’on croit qu’elles éloignent le mal.

Depuis la période Edo, Hina Matsuri (trad. litt. «fête des poupées») se célèbre le 3 mars dans les familles qui ont une ou plusieurs filles. Avant la fête, les fillettes exposent un ensemble de poupées hina, composé d’un empereur et d’une impératrice de l’époque Heian vêtus de costumes traditionnels, disposés sur une étagère à cinq ou à sept gradins. Un ensemble complet comprend aussi des poupées à l’effigie des autres membres de la cour, par exemple la suite impériale, les dames de la cour et des objets miniatures. Les branches fleuries du pêcher font aussi partie de l’étalage, parce que l’on croit qu’elles éloignent le mal.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Hina Matsuri avec ensembles de poupeés sur étagère à gradins.

Hashimoto Chikanobu
Musée Edo-Tokyo

Estampe en couleur sur bois
87201392
© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


Les étalages servent d’autels le jour de la fête. Des gâteaux de riz aux herbes en forme de diamants y sont présentés en guise d’offrandes et sont offerts aux jeunes filles, qui sont à l’honneur ce jour-là. Pour souligner l’occasion, les fillettes revêtent leur plus beau kimono et invitent des ami(e)s à venir partager les gâteaux de riz et du shirozake, boisson sucrée composée de malt de riz. La célébration de hina sert de prière pour la jeune fille visant à lui apporter chance, santé et bonheur. Il est de mauvaise augure d’exposer l’ensemble hina après le trois mars, car selon les croyances, ce geste risquerait de retarder le mariage de l’enfant.
Les étalages servent d’autels le jour de la fête. Des gâteaux de riz aux herbes en forme de diamants y sont présentés en guise d’offrandes et sont offerts aux jeunes filles, qui sont à l’honneur ce jour-là. Pour souligner l’occasion, les fillettes revêtent leur plus beau kimono et invitent des ami(e)s à venir partager les gâteaux de riz et du shirozake, boisson sucrée composée de malt de riz. La célébration de hina sert de prière pour la jeune fille visant à lui apporter chance, santé et bonheur. Il est de mauvaise augure d’exposer l’ensemble hina après le trois mars, car selon les croyances, ce geste risquerait de retarder le mariage de l’enfant.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Le jour de leur naissance ou de leur premier anniversaire, les fillettes reçoivent habituellement de leurs parents ou de leurs grands-parents la première partie d'un ensemble de poupées hina, soit les poupées à l'effigie de l'empereur et de l'impératrice. L'ensemble de poupées hina n'est pas un jouet, contrairement à la plupart des poupées occidentales.
Le jour de leur naissance ou de leur premier anniversaire, les fillettes reçoivent habituellement de leurs parents ou de leurs grands-parents la première partie d'un ensemble de poupées hina, soit les poupées à l'effigie de l'empereur et de l'impératrice. L'ensemble de poupées hina n'est pas un jouet, contrairement à la plupart des poupées occidentales.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Le couple impérial porte des vêtements de cour propres à ceux de l'époque Heian. L'impératrice est coiffée d'une couronne de style chinois, ornée d'un phénix au sommet et d'une parure de perles en rangs sur les côtés, et l'empereur, d'une coiffure de soie laquée noire, appelé kanmuri. Deux traits dessinés en gris au-dessus de leurs sourcils peints, pratique typique de la période Heian, indiquent leur rang et leur origine divine.

Vancouver Museum

Fabriquées en bois et recouvertes de gofun (coquilles d'oeufs) et vêtues de brocarts.
DB 1271
© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


Le couple impérial est toujours disposé sur des étagères, assis sur un tissu rouge vif, des paravents pliants derrière eux et des lanternes de cour à chaque extrémité. L’impératrice tient habituellement un éventail pliant, hiogi, tandis que l’empereur tient un sceptre plat, shaku, emblème de son rang.
Le couple impérial est toujours disposé sur des étagères, assis sur un tissu rouge vif, des paravents pliants derrière eux et des lanternes de cour à chaque extrémité. L’impératrice tient habituellement un éventail pliant, hiogi, tandis que l’empereur tient un sceptre plat, shaku, emblème de son rang.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Yokohama, ville jumelée à Vancouver, a offert ces poupées fabriquées à la main avec des visages en porcelaine et vêtues de brocarts de soie aux habitants de Vancouver vers la fin des années 1980. Elles font actuellement partie de la collection du Vancouver Museum.

Vancouver Museum

DB 660, DB 935, DB 698, DB 932
© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


Les poupées présentées dans cet objet d’apprentissage, qui remontent peut-être à l’ère Meiji, sont disposées sur l’étalage selon leur rang. On trouve l’empereur et l’impératrice au sommet. Ils sont suivis par trois dames de la cour sur l’étage suivant, ensuite cinq musiciens, placés en ordre croissant, de la plus basse octave - le joueur de tambour - à la plus haute - le chanteur - et, pour finir, trois pages de la cour. Même si la fête des filles et son équivalent masculin, la fête des garçons qui a lieu le cinq mai, sont toujours célébrées, elles perdirent de leur popularité au Japon durant l’ère Meiji. Le gouvernement Meiji, engagé à s’occidentaliser, raya plusieurs fêtes traditionnelles du calendrier des événements annuels.
Les poupées présentées dans cet objet d’apprentissage, qui remontent peut-être à l’ère Meiji, sont disposées sur l’étalage selon leur rang. On trouve l’empereur et l’impératrice au sommet. Ils sont suivis par trois dames de la cour sur l’étage suivant, ensuite cinq musiciens, placés en ordre croissant, de la plus basse octave - le joueur de tambour - à la plus haute - le chanteur - et, pour finir, trois pages de la cour. Même si la fête des filles et son équivalent masculin, la fête des garçons qui a lieu le cinq mai, sont toujours célébrées, elles perdirent de leur popularité au Japon durant l’ère Meiji. Le gouvernement Meiji, engagé à s’occidentaliser, raya plusieurs fêtes traditionnelles du calendrier des événements annuels.

© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.

Hina Ningyou

Vancouver Museum

DB 660-671
© 1999, CHIN-Canadian Heritage Information Network. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • Décrire la fête des poupées et son but.
  • Décrire les poupées typiques et la manière dont elles sont disposées.
  • Apprécier la qualité esthétique de l’art décoratif japonais en faisant précisément référence aux poupées de la fête.
  • Faire un parallèle entre la forme et la fonction des poupées de la fête japonaise et celles des poupées de sa propre culture.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons