L’aménagement intérieur typique d’une maison japonaise aurait semblé très austère selon les normes des Occidentaux, lors de leur arrivée au Japon, à la fin du XIXe siècle. Les pièces étaient décorées simplement. De plus, les meubles et objets décoratifs étaient rares. On rangeait les effets personnels sur des étagères et dans des coffres. Les planchers étaient recouverts de tatamis, des nattes tressées faites en sections, mesurant six pieds sur trois pieds. Les nattes étaient posées sur le plancher en bois, qui était surélevé à environ un pied du sol. De cette façon, le sol recueillait la poussière durant les étés secs et il absorbait l’humidité durant la saison des pluies. Les murs étaient habituellement nus, sans estampes ni peintures, à l’exception parfois d’un rouleau. Les pièces étaient séparées par deux types de parois coulissantes, les shoji, des cloisons coulissantes faites de papier de riz Pour en lire plus
L’aménagement intérieur typique d’une maison japonaise aurait semblé très austère selon les normes des Occidentaux, lors de leur arrivée au Japon, à la fin du XIXe siècle. Les pièces étaient décorées simplement. De plus, les meubles et objets décoratifs étaient rares. On rangeait les effets personnels sur des étagères et dans des coffres. Les planchers étaient recouverts de tatamis, des nattes tressées faites en sections, mesurant six pieds sur trois pieds. Les nattes étaient posées sur le plancher en bois, qui était surélevé à environ un pied du sol. De cette façon, le sol recueillait la poussière durant les étés secs et il absorbait l’humidité durant la saison des pluies. Les murs étaient habituellement nus, sans estampes ni peintures, à l’exception parfois d’un rouleau. Les pièces étaient séparées par deux types de parois coulissantes, les shoji, des cloisons coulissantes faites de papier de riz translucide et les fusuma, des portes à glissière en papier opaque très épais.

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

L'introduction de produits de consommation occidentaux au cours de l'ère Meiji entraîna l'apparition de plusieurs articles étrangers à l'intérieur des maisons japonaises traditionnelles. On y retrouvait souvent les objets suivants : une horloge, des lampes et des porte-parapluies. Des techniques occidentales s'incorporèrent aussi aux habitations japonaises : par exemple, l'usage de la tuile pour les toits, au lieu de chaume dans les régions rurales et l'introduction de fenêtres en vitre afin d'éclairer les intérieurs, qui étaient souvent sombres.
L'introduction de produits de consommation occidentaux au cours de l'ère Meiji entraîna l'apparition de plusieurs articles étrangers à l'intérieur des maisons japonaises traditionnelles. On y retrouvait souvent les objets suivants : une horloge, des lampes et des porte-parapluies. Des techniques occidentales s'incorporèrent aussi aux habitations japonaises : par exemple, l'usage de la tuile pour les toits, au lieu de chaume dans les régions rurales et l'introduction de fenêtres en vitre afin d'éclairer les intérieurs, qui étaient souvent sombres.

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Même si les Japonais se montraient enthousiastes en ce qui concerne la construction d'édifices publics de style occidental, ils étaient en revanche peu intéressés à habiter dans des maisons de style occidental.  En général, l'influence occidentale, caractérisée par l'ajout d'un petit salon occidental à la maison japonaise traditionnelle, se retrouvait uniquement chez les familles bien nanties. Seulement quelques privilégiés choisirent de vivre dans des résidences construites entièrement en brique et en pierre.

Cependant, un très grand nombre d'édifices de style occidental servaient de commerces ou de bureaux gouvernementaux, c'est pourquoi la plupart des Japonais finirent par s'habituer aux deux styles architecturaux, et des éléments de l'architecture occidentale s'incorporèrent dans de plus en plus d'habitations.

Les fonctionnaires, les médecins, les avocats et les autres membres des professions libérales étaient plus portés à aménager leur maison à l'occidentale, appu Pour en lire plus
Même si les Japonais se montraient enthousiastes en ce qui concerne la construction d'édifices publics de style occidental, ils étaient en revanche peu intéressés à habiter dans des maisons de style occidental.  En général, l'influence occidentale, caractérisée par l'ajout d'un petit salon occidental à la maison japonaise traditionnelle, se retrouvait uniquement chez les familles bien nanties. Seulement quelques privilégiés choisirent de vivre dans des résidences construites entièrement en brique et en pierre.

Cependant, un très grand nombre d'édifices de style occidental servaient de commerces ou de bureaux gouvernementaux, c'est pourquoi la plupart des Japonais finirent par s'habituer aux deux styles architecturaux, et des éléments de l'architecture occidentale s'incorporèrent dans de plus en plus d'habitations.

Les fonctionnaires, les médecins, les avocats et les autres membres des professions libérales étaient plus portés à aménager leur maison à l'occidentale, appuyant ainsi le récent engouement de leur gouvernement pour l'Occident. Souvent, au moment du réaménagement des maisons laissées vacantes après le départ des samouraï partisans des Tokugawa, ils ajoutaient un premier étage de style européen ou des annexes, installaient des fenêtres en vitre et décoraient l'intérieur avec des chaises, des bureaux et d'autres objets décoratifs. Dès la fin des années 1880, un nombre croissant de maisons en briques et en pierres furent construites par des membres des classes fortunées.

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

En règle générale, dans une maison japonaise, les pièces occidentales ne ressemblaient guère aux aménagements intérieurs somptueux des résidences occidentales de la fin du XIXe siècle, époque où l’on appréciait des intérieurs surchargés de décorations et d’accessoires. Au Japon, l’aménagement intérieur était plus sobre. En effet, les pièces étaient meublées de chaises et de tables occidentales, de lampes et elles comprenaient souvent un foyer. On avait tendance à aménager à l’occidentale le petit salon (en plus de la salle de réception traditionnelle japonaise), la bibliothèque ou le cabinet de travail pour homme, que l’on jugeait faits pour les styles occidentaux. Si d’une part, des influences occidentales se glissaient dans les intérieurs japonais traditionnels, d’autre part, on trouvait aussi des mobiliers typiquement japonais dans des maisons occidentales, entre autres des tatamis (nattes de paille), des paravents et des peintures sur rou Pour en lire plus
En règle générale, dans une maison japonaise, les pièces occidentales ne ressemblaient guère aux aménagements intérieurs somptueux des résidences occidentales de la fin du XIXe siècle, époque où l’on appréciait des intérieurs surchargés de décorations et d’accessoires. Au Japon, l’aménagement intérieur était plus sobre. En effet, les pièces étaient meublées de chaises et de tables occidentales, de lampes et elles comprenaient souvent un foyer. On avait tendance à aménager à l’occidentale le petit salon (en plus de la salle de réception traditionnelle japonaise), la bibliothèque ou le cabinet de travail pour homme, que l’on jugeait faits pour les styles occidentaux. Si d’une part, des influences occidentales se glissaient dans les intérieurs japonais traditionnels, d’autre part, on trouvait aussi des mobiliers typiquement japonais dans des maisons occidentales, entre autres des tatamis (nattes de paille), des paravents et des peintures sur rouleaux.

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

Ce n’est qu’après l’arrivée des occidentaux, vers la fin du XIXe siècle, que les chaises furent introduites au Japon. Les Japonais avaient l’habitude de s’asseoir sur des tabourets bas ou sur des tatamis.
Ce n’est qu’après l’arrivée des occidentaux, vers la fin du XIXe siècle, que les chaises furent introduites au Japon. Les Japonais avaient l’habitude de s’asseoir sur des tabourets bas ou sur des tatamis.

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

On suppose que cette chaise au dossier élevé fut fabriquée pour l'exportation ou encore pour un riche client. Elle combine des formes occidentales et l'esthétique japonais. Bien que le dossier de la chaise représente un phénix entouré d'une barrière de temple shintô et que les motifs décoratifs soient de type japonais, la forme classique de la chaise ressemble davantage aux chaises victoriennes de style égyptien. Les pieds en forme de griffes d'animaux sont aussi une influence de l'occident.

Vancouver Museum, Don de Mme Jonathan Rogers

Différentes essences de bois, teinture, laque
h. : 129,5 cm ; l. : 62 cm ; larg. : 61,5 cm
DA 936
© Vancouver Museum


Les bureaux ne faisaient pas partie des meubles traditionnels fabriqués au Japon, puisque les Japonais s’assoyaient par terre pour écrire sur des tables basses (bundai). Ce genre de meuble était probablement destiné à un client occidental.
Les bureaux ne faisaient pas partie des meubles traditionnels fabriqués au Japon, puisque les Japonais s’assoyaient par terre pour écrire sur des tables basses (bundai). Ce genre de meuble était probablement destiné à un client occidental.

© 1999, RCIP. Tous droits réservés.

La forme de ce bureau à cylindre est un mariage intéressant de motifs japonais et occidentaux. La partie supérieure comprend un toit décoratif semblable à ceux que l'on retrouvait dans les résidences japonaises, mais le reste du meuble, soit le bureau à cylindre avec les pieds à colonnes est un modèle courant de bureau européen et américain du XIXe siècle.

Musée des beaux-arts de Montréal, Don de Vivian et de David Campbell

Bois, laqué en hiramaki, hirame, aogai et fundame sur fond de shu-nutri
h. : 171cm ; larg. : 105,7cm ; prof. : 69,5cm
971.Df.1
© Musée des beaux-arts de Montréal


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • décrire un décor intérieur japonais traditionnel;
  • expliquer les influences occidentales qui ont teinté l’architecture, l’aménagement intérieur et l’ameublement pendant l’ère Meiji;
  • constater que l’évolution culturelle des styles donne souvent lieu à un mélange plutôt qu’à un remplacement des styles;
  • apprécier la qualité esthétique de l’art japonais;
  • faire un parallèle entre l’ameublement et l’aménagement intérieur traditionnels du Japon avec ceux de sa propre culture.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons