Né à Londres (Angleterre), en 1837. Mort à Kingston (Ontario), en 1903. Forshaw Day, ARC, étudie l’architecture à Dublin en 1857 (Royal Dublin Society). Il s’installe à Halifax en 1862 où il enseigne au Technological Institute jusqu’en 1879. Dans la même année, il part pour Kingston où, jusqu’en 1897, il enseigne le dessin au Royal Military College. Day peint abondamment en Angleterre et en Irlande, mais aussi en Suisse ainsi que dans différentes régions du Canada (Maritimes, Ontario, Colombie-Britannique et Territoires du Nord-Ouest). Les sujets de prédilection de ce peintre prolifique sont le paysage et les marines. Membre de l’Ontario Society of Artists, Forshaw Day a régulièrement présenté ses œuvres aux expositions de l’Académie royale des arts du Canada (ARC).

Pour en lire plus
Né à Londres (Angleterre), en 1837. Mort à Kingston (Ontario), en 1903. Forshaw Day, ARC, étudie l’architecture à Dublin en 1857 (Royal Dublin Society). Il s’installe à Halifax en 1862 où il enseigne au Technological Institute jusqu’en 1879. Dans la même année, il part pour Kingston où, jusqu’en 1897, il enseigne le dessin au Royal Military College. Day peint abondamment en Angleterre et en Irlande, mais aussi en Suisse ainsi que dans différentes régions du Canada (Maritimes, Ontario, Colombie-Britannique et Territoires du Nord-Ouest). Les sujets de prédilection de ce peintre prolifique sont le paysage et les marines. Membre de l’Ontario Society of Artists, Forshaw Day a régulièrement présenté ses œuvres aux expositions de l’Académie royale des arts du Canada (ARC).

Œuvres
Purcell’s Cove ; Spectacle Island - non daté, huile sur toile. Art Gallery of Nova Scotia



© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Née en Nouvelle-Écosse, en 1884. Morte en Nouvelle-Écosse, en 1961. Après des études au Nouveau-Brunswick, Mabel Killam Day se rend à New York où elle suit les cours de Robert Henri, du Groupe des Huit. Elle travaille alors plusieurs années aux États-Unis avant de revenir s’installer dans les Maritimes.

Normal 0 false false false Pour en lire plus
Née en Nouvelle-Écosse, en 1884. Morte en Nouvelle-Écosse, en 1961. Après des études au Nouveau-Brunswick, Mabel Killam Day se rend à New York où elle suit les cours de Robert Henri, du Groupe des Huit. Elle travaille alors plusieurs années aux États-Unis avant de revenir s’installer dans les Maritimes.

Œuvres
Le Cap de Paddy - vers 1928, huile sur toile. Art Gallery of Nova Scotia

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Stanbridge (Québec), en 1846. Mort à Glen Sutton (Québec), en 1888. En 1864, Allan Edson, ARC, se rend à Londres pour parfaire sa formation artistique. Il commence à s’illustrer dès 1866, en se faisant remarquer par son talent et par ses activités dans les associations artistiques. Membre fondateur de la Society of Canadian Artists en 1867, il participe à leur première exposition l’année suivante. Il est aussi l’un des premiers membres de l’Ontario Society of Artists, fondée en 1872. En 1880, Edson figure parmi les membres fondateurs de l’Académie royale des arts du Canada (ARC). Décrit par ses contemporains comme un homme modeste, il est considéré, dès 1870, comme l’un des paysagistes les plus en vue au Canada. Au début des années 1880, il vit en France, puis il séjourne à Londres en 1886–1887. Plusieurs de ses œuvres sont influencées par l’American Hudson River School of Painting.

Pour en lire plus
Né à Stanbridge (Québec), en 1846. Mort à Glen Sutton (Québec), en 1888. En 1864, Allan Edson, ARC, se rend à Londres pour parfaire sa formation artistique. Il commence à s’illustrer dès 1866, en se faisant remarquer par son talent et par ses activités dans les associations artistiques. Membre fondateur de la Society of Canadian Artists en 1867, il participe à leur première exposition l’année suivante. Il est aussi l’un des premiers membres de l’Ontario Society of Artists, fondée en 1872. En 1880, Edson figure parmi les membres fondateurs de l’Académie royale des arts du Canada (ARC). Décrit par ses contemporains comme un homme modeste, il est considéré, dès 1870, comme l’un des paysagistes les plus en vue au Canada. Au début des années 1880, il vit en France, puis il séjourne à Londres en 1886–1887. Plusieurs de ses œuvres sont influencées par l’American Hudson River School of Painting.

Œuvres
Le temps est à l’orage, lac Memphrémagog - 1880, huile sur toile. Musée national des beaux-arts du Québec
Sans titre - 1883, aquarelle et gouache, Musée des beaux-arts de Sherbrooke

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Lieu, dates de naissance et de décès inconnus. En 1895, Katharine Evans arrive de Pennsylvanie afin de prendre la direction du Victoria School of Design à Halifax. Son arrivée attendue en Nouvelle-Écosse fut très appréciée en vertu de sa réputation d’artiste, principalement comme aquarelliste.

Normal 0 false false false Pour en lire plus
Lieu, dates de naissance et de décès inconnus. En 1895, Katharine Evans arrive de Pennsylvanie afin de prendre la direction du Victoria School of Design à Halifax. Son arrivée attendue en Nouvelle-Écosse fut très appréciée en vertu de sa réputation d’artiste, principalement comme aquarelliste.

Œuvres
L’Étang de Steele, Halifax - 1898, aquarelle sur papier. Art Gallery of Nova Scotia

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Sainte-Rose (Québec), en 1888. Mort à Macamic (Québec), en 1970. Marc-Aurèle Fortin, ARC, étudie les rudiments de la peinture avec Ludger Larose et Edmond Dyonnet, entre 1904 et 1908, année où il part travailler à Edmonton, en Alberta, comme employé de banque (1908–1910). Avant de revenir à Montréal en 1912, il fréquente les ateliers de l’Art Institute of Chicago et fait des voyages à New York et à Boston. Fortin expose à Chicago en 1929 et l’année suivante à Pretoria (Afrique du Sud). En 1935, il se rend dans le sud de la France et dans le nord de l’Italie. À partir de ce moment, il expose régulièrement. Bien connu comme peintre de paysages, Fortin représente diverses régions du Québec avec beaucoup d’originalité en se servant de nouvelles techniques. Atteint d’une grave maladie à la fin des années 1950, il cesse de peindre.

Pour en lire plus
Né à Sainte-Rose (Québec), en 1888. Mort à Macamic (Québec), en 1970. Marc-Aurèle Fortin, ARC, étudie les rudiments de la peinture avec Ludger Larose et Edmond Dyonnet, entre 1904 et 1908, année où il part travailler à Edmonton, en Alberta, comme employé de banque (1908–1910). Avant de revenir à Montréal en 1912, il fréquente les ateliers de l’Art Institute of Chicago et fait des voyages à New York et à Boston. Fortin expose à Chicago en 1929 et l’année suivante à Pretoria (Afrique du Sud). En 1935, il se rend dans le sud de la France et dans le nord de l’Italie. À partir de ce moment, il expose régulièrement. Bien connu comme peintre de paysages, Fortin représente diverses régions du Québec avec beaucoup d’originalité en se servant de nouvelles techniques. Atteint d’une grave maladie à la fin des années 1950, il cesse de peindre.

Œuvres
L’Orme à Pont-Viau - entre 1925 et 1930. huile sur toile. Musée national des beaux-arts du Québec

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Montréal (Québec), en 1866. Mort à Montréal (Québec), en 1921. Joseph-Charles Franchère, ARC, étudie au Conseil des arts et manufactures et à l’école de l’abbé Chabert à Montréal. Il effectue un stage dans l’atelier du peintre décorateur F.X.E. Meloche avant de partir pour Paris en 1888, où il fréquente pendant deux ans les académies Julian et Colarossi. En 1890, il est reçu à l’École des Beaux-Arts de Paris. Dès cette époque, il soumet ses œuvres aux expositions de l’Art Association of Montreal et de l’Académie royale des arts du Canada (ARC) ainsi qu’aux expositions universelles (Chicago en 1893, Buffalo en 1901, et Saint-Louis en 1904). Franchère enseigne au Conseil des arts et manufactures et au Monument national. Peintre de formation académique, il se spécialise dans des tableaux idéalisant la vie rurale, mais il illustre aussi des livres et peint plusieurs portraits officiels.

Pour en lire plus
Né à Montréal (Québec), en 1866. Mort à Montréal (Québec), en 1921. Joseph-Charles Franchère, ARC, étudie au Conseil des arts et manufactures et à l’école de l’abbé Chabert à Montréal. Il effectue un stage dans l’atelier du peintre décorateur F.X.E. Meloche avant de partir pour Paris en 1888, où il fréquente pendant deux ans les académies Julian et Colarossi. En 1890, il est reçu à l’École des Beaux-Arts de Paris. Dès cette époque, il soumet ses œuvres aux expositions de l’Art Association of Montreal et de l’Académie royale des arts du Canada (ARC) ainsi qu’aux expositions universelles (Chicago en 1893, Buffalo en 1901, et Saint-Louis en 1904). Franchère enseigne au Conseil des arts et manufactures et au Monument national. Peintre de formation académique, il se spécialise dans des tableaux idéalisant la vie rurale, mais il illustre aussi des livres et peint plusieurs portraits officiels.

Œuvres
Sillery vu des Plaines d’Abraham - 1895, huile sur toile. Musée national des beaux-arts du Québec

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Londres (Angleterre), en 1838. Mort à New York (États-Unis), en 1898. Après son départ d’Angleterre en 1858, J.A. Fraser, ARC, travaille dans les studios du photographe montréalais William Notman où il s’occupe de nuancer les photographies. Membre de la Society of Canadian Artists en 1867 et premier vice-président de l’Ontario Society of Artists, formée en 1872, il enseigne dans son école d’art en 1878. Ses paysages ont été louangés par la critique de l’époque pour leur réalisme photographique. Son caractère fougueux est à la source de conflits avec ses collègues. Fraser quitte le Canada pour passer les quatorze dernières années de sa vie aux États-Unis, à Boston et à New York.

Pour en lire plus
Né à Londres (Angleterre), en 1838. Mort à New York (États-Unis), en 1898. Après son départ d’Angleterre en 1858, J.A. Fraser, ARC, travaille dans les studios du photographe montréalais William Notman où il s’occupe de nuancer les photographies. Membre de la Society of Canadian Artists en 1867 et premier vice-président de l’Ontario Society of Artists, formée en 1872, il enseigne dans son école d’art en 1878. Ses paysages ont été louangés par la critique de l’époque pour leur réalisme photographique. Son caractère fougueux est à la source de conflits avec ses collègues. Fraser quitte le Canada pour passer les quatorze dernières années de sa vie aux États-Unis, à Boston et à New York.

Œuvres
Ligne du Fraser du CP
- 1886, aquarelle sur papier. Art Gallery of Hamilton

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Montréal (Québec), en 1881. Mort à Montréal (Québec), en 1942. En 1897, Clarence Gagnon, ARC, est l’élève de William Brymner à l’Art Association of Montreal. Récipiendaire de quelques prix en 1899, il part pour Paris en 1904 où il entre dans l’atelier du peintre Jean-Paul Laurens à l’académie Julian. De retour au Québec, il est associé à l’Académie royale des arts du Canada (ARC) en 1910 et il en devient membre en 1922. Entre 1924 et 1936, Gagnon séjourne à Paris et il voyage en Europe. À cette époque, il illustre quelques livres dont Maria Chapdelaine de Louis Hémon et Le grand silence blanc de Rouquette. Il revient au Québec en 1936.

Oeuvres
Brise d’été à Dinard - 1907, huile sur toile. Musée national des beaux-arts du Québec Pour en lire plus
Né à Montréal (Québec), en 1881. Mort à Montréal (Québec), en 1942. En 1897, Clarence Gagnon, ARC, est l’élève de William Brymner à l’Art Association of Montreal. Récipiendaire de quelques prix en 1899, il part pour Paris en 1904 où il entre dans l’atelier du peintre Jean-Paul Laurens à l’académie Julian. De retour au Québec, il est associé à l’Académie royale des arts du Canada (ARC) en 1910 et il en devient membre en 1922. Entre 1924 et 1936, Gagnon séjourne à Paris et il voyage en Europe. À cette époque, il illustre quelques livres dont Maria Chapdelaine de Louis Hémon et Le grand silence blanc de Rouquette. Il revient au Québec en 1936.

Oeuvres
Brise d’été à Dinard - 1907, huile sur toile. Musée national des beaux-arts du Québec
Vue de la vallée du Gouffre, Charlevoix - vers 1915, huile sur panneau. Musée des beaux-arts de Montréal
Soir à Sienne - vers 1918, huile sur toile. Edmonton Art Gallery
Village laurentien - entre 1921 et 1927, huile sur toile. Musée national des beaux-arts du Québec

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • approfondir ses connaissances en ce qui concerne quelques-uns des peintres paysagistes les plus réputés au Canada et en Russie (1860-1940);
  • établir des liens entre les expériences, le lieu géographique et l’époque des peintres paysagistes, et le style et les éléments de leurs œuvres;
  • comparer le vécu de peintres paysagistes qui travaillaient en Russie et au Canada de 1860 à 1940.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons