Né à Wingham (Ontario), en 1860. Mort à Toronto (Ontario), en 1947. Formé de 1878 à 1882, au Central Ontario School of Art and Design de Toronto, George Reid, ARC, se perfectionne ensuite à la Pennsylvania Academy auprès de Thomas Eakins (1883). Il réalise quelques voyages en Europe au cours desquels il visite la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal. Reid peint à l’huile, à l’aquarelle et dessine au pastel. Il apporte dans son œuvre la précision de l’académisme et il est surtout reconnu comme peintre de genre. Élu à l’Académie royale des arts du Canada (ARC) en 1889, il est directeur du Central Ontario School of Art (qui deviendra plus tard l’Ontario College of Art and Design). En 1944, il remet 459 tableaux au gouvernement du Canada.

Pour en lire plus
Né à Wingham (Ontario), en 1860. Mort à Toronto (Ontario), en 1947. Formé de 1878 à 1882, au Central Ontario School of Art and Design de Toronto, George Reid, ARC, se perfectionne ensuite à la Pennsylvania Academy auprès de Thomas Eakins (1883). Il réalise quelques voyages en Europe au cours desquels il visite la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal. Reid peint à l’huile, à l’aquarelle et dessine au pastel. Il apporte dans son œuvre la précision de l’académisme et il est surtout reconnu comme peintre de genre. Élu à l’Académie royale des arts du Canada (ARC) en 1889, il est directeur du Central Ontario School of Art (qui deviendra plus tard l’Ontario College of Art and Design). En 1944, il remet 459 tableaux au gouvernement du Canada.

Œuvres

Ombre de nuages - vers 1915, huile sur toile. Edmonton Art Gallery

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Hamilton (Ontario), en 1881. Mort à Montréal (Québec), en 1956. Originaire d’Hamilton où il étudie avec John S. Gordon, Albert Henry Robinson, ARC, part pour Paris en 1903. Il poursuit sa formation à l’académie Julian avec Bouguereau et Bachet, puis à l’École des Beaux-Arts avec Ferrier. Au cours de ce séjour, il voyage en Normandie et en Corse. De retour à Hamilton, John S. Gordon l’engage comme assistant et Robinson expose pour la première fois en 1906. En 1910, il rencontre A.Y. Jackson avec qui il se lie d’amitié. Entre 1918 et 1933, Albert Henry Robinson arpente les rives du Saint-Laurent et les Laurentides, réalisant de nombreux paysages qui constituent la majeure partie de son œuvre.

Pour en lire plus
Né à Hamilton (Ontario), en 1881. Mort à Montréal (Québec), en 1956. Originaire d’Hamilton où il étudie avec John S. Gordon, Albert Henry Robinson, ARC, part pour Paris en 1903. Il poursuit sa formation à l’académie Julian avec Bouguereau et Bachet, puis à l’École des Beaux-Arts avec Ferrier. Au cours de ce séjour, il voyage en Normandie et en Corse. De retour à Hamilton, John S. Gordon l’engage comme assistant et Robinson expose pour la première fois en 1906. En 1910, il rencontre A.Y. Jackson avec qui il se lie d’amitié. Entre 1918 et 1933, Albert Henry Robinson arpente les rives du Saint-Laurent et les Laurentides, réalisant de nombreux paysages qui constituent la majeure partie de son œuvre.

Œuvres

Chute de neige, Les Éboulements - 1926, huile sur toile. Art Gallery of Hamilton
Dégel du printemps - 1928, huile sur toile. Edmonton Art Gallery

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à New Brunswick (New Jersey, États-Unis), en 1868. Mort à Citronelle (Alabama, États-Unis), en 1947. Graveur, peintre de paysages et de marines, Henry Mortikar Rosenberg est né au New Jersey. Il reçoit sa première formation à Chicago, puis il part étudier à Munich, Paris, Florence, et finalement, Venise. De retour à Chicago, il déménage à New York où il rencontre James E. Roy de Halifax, qui l’encourage à découvrir la Nouvelle-Écosse. Rosenberg s’installe à Dartmouth en 1897. De 1907 à 1910, il dirige la Victoria School of Art and Design à Halifax et, en 1910, il fonde le Nova Scotia Museum of Fine Arts (aujourd’hui l'Art Gallery of Nova Scotia). Il réalise de nombreux tableaux qui témoignent de son attachement à l’œuvre de Whistler. En 1934, il se retire à Citronelle, en Alabama, où il meurt en 1947.

Pour en lire plus
Né à New Brunswick (New Jersey, États-Unis), en 1868. Mort à Citronelle (Alabama, États-Unis), en 1947. Graveur, peintre de paysages et de marines, Henry Mortikar Rosenberg est né au New Jersey. Il reçoit sa première formation à Chicago, puis il part étudier à Munich, Paris, Florence, et finalement, Venise. De retour à Chicago, il déménage à New York où il rencontre James E. Roy de Halifax, qui l’encourage à découvrir la Nouvelle-Écosse. Rosenberg s’installe à Dartmouth en 1897. De 1907 à 1910, il dirige la Victoria School of Art and Design à Halifax et, en 1910, il fonde le Nova Scotia Museum of Fine Arts (aujourd’hui l'Art Gallery of Nova Scotia). Il réalise de nombreux tableaux qui témoignent de son attachement à l’œuvre de Whistler. En 1934, il se retire à Citronelle, en Alabama, où il meurt en 1947.

Œuvres

Paysage boisé - non daté, huile sur panneau. Art Gallery of Nova Scotia

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Née à Montréal (Québec), en 1896. Morte à Montréal (Québec), en 1971. Anne Savage étudie à l’Art Association of Montreal de 1914 à 1918 avec William Brymner et Maurice Cullen. Elle passe l’année 1920 à Minneapolis, où elle étudie à la Minneapolis School of Design. De retour à Montréal en 1921, elle rejoint le groupe de Beaver Hall. Elle débute l’année suivante une carrière d’enseignante, donnant des cours au Commercial and Technical School de Montréal, puis au Byng High School où elle enseigne jusqu’en 1948. En 1937, elle fonde les cours d’art pour enfants à l’Art Association of Montreal. Elle enseigne aussi la pédagogie des arts à l’Université McGill de 1954 à 1959. Au cours de ses années d’enseignement, elle consacre ses étés à la peinture. La qualité et l’originalité de son enseignement lui méritent, toute sa vie durant, l’admiration et la reconnaissance de ses pairs comme de ses Pour en lire plus
Née à Montréal (Québec), en 1896. Morte à Montréal (Québec), en 1971. Anne Savage étudie à l’Art Association of Montreal de 1914 à 1918 avec William Brymner et Maurice Cullen. Elle passe l’année 1920 à Minneapolis, où elle étudie à la Minneapolis School of Design. De retour à Montréal en 1921, elle rejoint le groupe de Beaver Hall. Elle débute l’année suivante une carrière d’enseignante, donnant des cours au Commercial and Technical School de Montréal, puis au Byng High School où elle enseigne jusqu’en 1948. En 1937, elle fonde les cours d’art pour enfants à l’Art Association of Montreal. Elle enseigne aussi la pédagogie des arts à l’Université McGill de 1954 à 1959. Au cours de ses années d’enseignement, elle consacre ses étés à la peinture. La qualité et l’originalité de son enseignement lui méritent, toute sa vie durant, l’admiration et la reconnaissance de ses pairs comme de ses élèves.

Œuvres

La Charrue - 1931-1933, huile sur toile. Musée des beaux-arts de Montréal

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Née à Halifax (Nouvelle-Écosse), en 1867. Morte à Halifax (Nouvelle-Écosse), en 1954. Élève de George Harvey à la Victoria School of Art de Halifax, Edith Smith partage ensuite un atelier avec son frère cadet Lewis, avec qui elle offre des cours privés. Professeur dans l’âme, elle enseigne à la Victoria School of Art et au Halifax Ladies’ College. Son enseignement met l’accent sur l’importance du dessin.

Normal 0 false false false Pour en lire plus
Née à Halifax (Nouvelle-Écosse), en 1867. Morte à Halifax (Nouvelle-Écosse), en 1954. Élève de George Harvey à la Victoria School of Art de Halifax, Edith Smith partage ensuite un atelier avec son frère cadet Lewis, avec qui elle offre des cours privés. Professeur dans l’âme, elle enseigne à la Victoria School of Art et au Halifax Ladies’ College. Son enseignement met l’accent sur l’importance du dessin.

Œuvres

Paysage des Hautes-Terres à la ferme - non daté, huile sur toile montée sur carton. Art Gallery of Nova Scotia

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Halifax (Nouvelle-Écosse), en 1871. Mort à Rockingham (Nouvelle-Écosse), en 1926. Frère cadet d’Edith A. Smith, Lewis Smith étudie à la Victoria School of Art, où il subit d’abord l’influence de George Harvey avant de tendre vers l’impressionnisme et d’autres mouvements artistiques. Il travaille comme artiste commercial quelque temps pour l’agence de publicité Grip Ltd. de Toronto, où il se lie d’amitié avec J.E.H. MacDonald. De 1910 à 1912, Lewis Smith est directeur de la Victoria School of Art.

Normal 0 Pour en lire plus
Né à Halifax (Nouvelle-Écosse), en 1871. Mort à Rockingham (Nouvelle-Écosse), en 1926. Frère cadet d’Edith A. Smith, Lewis Smith étudie à la Victoria School of Art, où il subit d’abord l’influence de George Harvey avant de tendre vers l’impressionnisme et d’autres mouvements artistiques. Il travaille comme artiste commercial quelque temps pour l’agence de publicité Grip Ltd. de Toronto, où il se lie d’amitié avec J.E.H. MacDonald. De 1910 à 1912, Lewis Smith est directeur de la Victoria School of Art.

Œuvres

Bassin de Bedford - 1915, huile sur toile. Art Gallery of Nova Scotia

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Arthabaska (Québec), en 1869. Mort à Daytona Beach (Floride, États-Unis), 1937. Dès 1887, Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté, ARC, participe à la décoration d’églises. Les relations de sa famille lui permettent de rencontrer Wilfrid Laurier, dont il obtient de nombreuses commandes. Entre 1891 et 1912, il voyage au Canada, aux États-Unis et en Europe, surtout en France où il étudie à l’École des Beaux-Arts de Paris et dans les académies Julian et Colarossi. Il expose aux Salons de la Société des artistes français, dès 1894. De retour au Canada en 1912, il travaille dans son atelier d’Arthabaska et dans celui de Montréal. Sa réputation est fermement établie à ce moment. La peinture de Suzor-Coté sera notamment influencée par l’impressionnisme. Il est particulièrement intéressé par les effets de la lumière sur la neige et sur l’eau, généralement au moment du dégel. Bien que ce soit comme paysagiste que Suzor-Coté Pour en lire plus
Né à Arthabaska (Québec), en 1869. Mort à Daytona Beach (Floride, États-Unis), 1937. Dès 1887, Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté, ARC, participe à la décoration d’églises. Les relations de sa famille lui permettent de rencontrer Wilfrid Laurier, dont il obtient de nombreuses commandes. Entre 1891 et 1912, il voyage au Canada, aux États-Unis et en Europe, surtout en France où il étudie à l’École des Beaux-Arts de Paris et dans les académies Julian et Colarossi. Il expose aux Salons de la Société des artistes français, dès 1894. De retour au Canada en 1912, il travaille dans son atelier d’Arthabaska et dans celui de Montréal. Sa réputation est fermement établie à ce moment. La peinture de Suzor-Coté sera notamment influencée par l’impressionnisme. Il est particulièrement intéressé par les effets de la lumière sur la neige et sur l’eau, généralement au moment du dégel. Bien que ce soit comme paysagiste que Suzor-Coté soit le mieux connu, il fut aussi peintre d’histoire en immortalisant de grands événements. Atteint de paralysie en 1927, il meurt dix ans plus tard à Daytona Beach (Floride).

Œuvres

Sans titre - 1895, huile sur panneau de bois, Musée des beaux-arts de Sherbrooke
Le Faucheur - 1918, huile sur toile. Art Gallery of Hamilton
Paysage de fin d’hiver, rivière Gosselin - 1918, huile sur toile. Edmonton Art Gallery
Les ombres qui passent, rivière Nicolet - 1925, huile sur toile. Musée national des beaux-arts de Québec

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • approfondir ses connaissances en ce qui concerne quelques-uns des peintres paysagistes les plus réputés au Canada et en Russie (1860-1940);
  • établir des liens entre les expériences, le lieu géographique et l’époque des peintres paysagistes, et le style et les éléments de leurs œuvres;
  • comparer le vécu de peintres paysagistes qui travaillaient en Russie et au Canada de 1860 à 1940.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons