Né à Claremont (Ontario), en 1877. Mort à Lac Canoe (Ontario), en 1917. Principalement autodidacte, Tom Thomson travaille en 1905 chez les photograveurs Legg Brothers de Toronto. (Il se peut qu’à cette époque, il ait suivi des cours du soir à la Central Ontario School of Art and Design. ) Deux ans plus tard, il travaille comme artiste commercial pour l’agence de publicité Grip Ltd., où il rencontre J.E.H. MacDonald, puis Arthur Lismer (1911) et Fred Varley (1912). En 1912, Thomson fait la rencontre de son mécène, le Dr James McCallum. Fervent amateur de la vie en forêt, il travaille comme guide de pêche et garde forestier au parc Algonquin. À partir de cette époque, il se consacre à la peinture de façon constante. Il peint de nombreuses études dans le parc Algonquin, qu’il retranscrit en grand format dans son atelier. En 1917, Thomson meurt tragiquement dans un mystérieux accident de canotage. Sa carrière d’artiste aura duré cinq ans, mais son art sera déterminant dans l’évolution de la pein Pour en lire plus
Né à Claremont (Ontario), en 1877. Mort à Lac Canoe (Ontario), en 1917. Principalement autodidacte, Tom Thomson travaille en 1905 chez les photograveurs Legg Brothers de Toronto. (Il se peut qu’à cette époque, il ait suivi des cours du soir à la Central Ontario School of Art and Design. ) Deux ans plus tard, il travaille comme artiste commercial pour l’agence de publicité Grip Ltd., où il rencontre J.E.H. MacDonald, puis Arthur Lismer (1911) et Fred Varley (1912). En 1912, Thomson fait la rencontre de son mécène, le Dr James McCallum. Fervent amateur de la vie en forêt, il travaille comme guide de pêche et garde forestier au parc Algonquin. À partir de cette époque, il se consacre à la peinture de façon constante. Il peint de nombreuses études dans le parc Algonquin, qu’il retranscrit en grand format dans son atelier. En 1917, Thomson meurt tragiquement dans un mystérieux accident de canotage. Sa carrière d’artiste aura duré cinq ans, mais son art sera déterminant dans l’évolution de la peinture canadienne.

Œuvres

Dans le Nord - 1915, huile sur toile. Musée des beaux-arts de Montréal
Le Bosquet de bouleaux, automne - 1915-1916, huile sur toile, Art Gallery of Hamilton

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Née à Halifax (Nouvelle-Écosse), en 1900. Morte à Chiswick (Angleterre), en 1959. D’abord élève des classes privées d’Edith Smith, Marjorie Hughson Tozer étudie au Nova Scotia College of Art and Design avec Elizabeth Nutt, puis à l’Ontario College of Art de Toronto.

Normal 0 false false false Pour en lire plus
Née à Halifax (Nouvelle-Écosse), en 1900. Morte à Chiswick (Angleterre), en 1959. D’abord élève des classes privées d’Edith Smith, Marjorie Hughson Tozer étudie au Nova Scotia College of Art and Design avec Elizabeth Nutt, puis à l’Ontario College of Art de Toronto.

Œuvres

Balayé par le vent - vers 1927, huile sur toile. Art Gallery of Nova Scotia

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Sheffield (Angleterre), en 1881. Mort à Unionville (Ontario), en 1969. Formé à la Sheffield School of Art où il reçoit une solide formation artistique entre 1892 et 1900, puis à l’Académie royale d’Anvers (1900–1902), Frederick Varley, ARC, est incité à s’établir au Canada par son ami Arthur Lismer. Il immigre en 1912 et se trouve un emploi comme illustrateur commercial. En 1918, il reçoit une commande des Archives de guerre du Canada pour illustrer la guerre en Europe. Membre du Groupe des Sept, Varley enseigne à la Vancouver School of Decorative and Applied Arts à partir de 1926. En 1933, il ouvre avec MacDonald, sa propre école : le BC College of Arts. Malgré la fréquentation importante, l’école ferme ses portes deux ans plus tard, conséquemment aux contrecoups de la crise économique. Varley déménage à Ottawa où il entreprend une carrière de portraitiste.

Pour en lire plus
Né à Sheffield (Angleterre), en 1881. Mort à Unionville (Ontario), en 1969. Formé à la Sheffield School of Art où il reçoit une solide formation artistique entre 1892 et 1900, puis à l’Académie royale d’Anvers (1900–1902), Frederick Varley, ARC, est incité à s’établir au Canada par son ami Arthur Lismer. Il immigre en 1912 et se trouve un emploi comme illustrateur commercial. En 1918, il reçoit une commande des Archives de guerre du Canada pour illustrer la guerre en Europe. Membre du Groupe des Sept, Varley enseigne à la Vancouver School of Decorative and Applied Arts à partir de 1926. En 1933, il ouvre avec MacDonald, sa propre école : le BC College of Arts. Malgré la fréquentation importante, l’école ferme ses portes deux ans plus tard, conséquemment aux contrecoups de la crise économique. Varley déménage à Ottawa où il entreprend une carrière de portraitiste.

Œuvres

Andante Cantabile (Howe Sound), Vancouver - vers 1929, huile sur panneau. Edmonton Art Gallery

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Listowel (Ontario), en 1858. Mort à Sainte-Pétronille (Québec), en 1938. Horatio Walker, ARC, reçoit sa première formation artistique chez les photographes Notman et Fraser de Toronto, entre 1873 et 1876. Il est photographe à Rochester pendant quelques années. Vers le milieu des années 1880, il passe l’hiver à New York et l’été à l’île d’Orléans. Dans ses peintures, la représentation extrêmement idéalisée de la vie rurale québécoise lui fait camper sur un fond de ciel brillant des paysans laborieux, et rappelle celle des peintres français de l’École de Barbizon. Grâce à ce style, Walker se taille de son vivant une place de choix parmi les peintres canadiens : ses tableaux se vendent à des prix enviés et lui attirent des distinctions. À partir de 1908, il est membre du Canadian Art Club.

Pour en lire plus
Né à Listowel (Ontario), en 1858. Mort à Sainte-Pétronille (Québec), en 1938. Horatio Walker, ARC, reçoit sa première formation artistique chez les photographes Notman et Fraser de Toronto, entre 1873 et 1876. Il est photographe à Rochester pendant quelques années. Vers le milieu des années 1880, il passe l’hiver à New York et l’été à l’île d’Orléans. Dans ses peintures, la représentation extrêmement idéalisée de la vie rurale québécoise lui fait camper sur un fond de ciel brillant des paysans laborieux, et rappelle celle des peintres français de l’École de Barbizon. Grâce à ce style, Walker se taille de son vivant une place de choix parmi les peintres canadiens : ses tableaux se vendent à des prix enviés et lui attirent des distinctions. À partir de 1908, il est membre du Canadian Art Club.

Œuvres

Labour aux premières lueurs du jour - 1900, huile sur toile. Musée national des beaux-arts du Québec

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Doon (Ontario), en 1855. Mort à Doon (Ontario), en 1936. Peintre autodidacte, Homer Watson, ARC, se rend à Toronto où il travaille dans les studios du photographe William Notman en 1874–1875, où il rencontre Lucius O’Brien, Henri Perré et John Arthur Fraser. Il étudie la peinture en copiant des œuvres à la Toronto Normal School. Il est élu à l’Académie royale des arts du Canada (ARC) en 1882. D’abord marqué par les travaux des peintres britanniques Thomas Gainsborough et John Constable, Homer Watson s’intéresse à la vie rurale et au labeur des paysans. À la fin de sa vie, il réalise avec moins de succès quelques tableaux de facture impressionniste.

Pour en lire plus
Né à Doon (Ontario), en 1855. Mort à Doon (Ontario), en 1936. Peintre autodidacte, Homer Watson, ARC, se rend à Toronto où il travaille dans les studios du photographe William Notman en 1874–1875, où il rencontre Lucius O’Brien, Henri Perré et John Arthur Fraser. Il étudie la peinture en copiant des œuvres à la Toronto Normal School. Il est élu à l’Académie royale des arts du Canada (ARC) en 1882. D’abord marqué par les travaux des peintres britanniques Thomas Gainsborough et John Constable, Homer Watson s’intéresse à la vie rurale et au labeur des paysans. À la fin de sa vie, il réalise avec moins de succès quelques tableaux de facture impressionniste.

Œuvres

L’Approche de l’orage dans les Adirondacks - 1879, huile sur toile. Musée des beaux-arts de Montréal
Paysage de la Grand River à Doon - vers 1881, huile sur toile. Art Gallery of Nova Scotia
Le Chêne rouge - 1919, huile sur toile. Art Gallery of Nova Scotia

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Né à Alternun (Angleterre), en 1805. Mort à Brantford (Ontario), en 1887. Né en Cornouailles, le jeune Robert Whale, ARC, démontre un talent précoce pour le portrait. Il est envoyé à Londres pour étudier à la National Gallery. À cette époque, il est influencé par l’œuvre de Joshua Reynolds. Whale émigre au Canada en 1852. Il figure parmi les membres fondateurs de l’Ontario Society of Artists, en 1872. On retrouve dans son œuvre de nombreux paysages peints en Ontario : chutes du Niagara, Dundas, Hamilton.

Normal 0 false Pour en lire plus
Né à Alternun (Angleterre), en 1805. Mort à Brantford (Ontario), en 1887. Né en Cornouailles, le jeune Robert Whale, ARC, démontre un talent précoce pour le portrait. Il est envoyé à Londres pour étudier à la National Gallery. À cette époque, il est influencé par l’œuvre de Joshua Reynolds. Whale émigre au Canada en 1852. Il figure parmi les membres fondateurs de l’Ontario Society of Artists, en 1872. On retrouve dans son œuvre de nombreux paysages peints en Ontario : chutes du Niagara, Dundas, Hamilton.

Œuvres

Vue de Hamilton - 1862, huile sur toile. Art Gallery of Hamilton

© 2003, RCIP. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • approfondir ses connaissances en ce qui concerne quelques-uns des peintres paysagistes les plus réputés au Canada et en Russie (1860-1940);
  • établir des liens entre les expériences, le lieu géographique et l’époque des peintres paysagistes, et le style et les éléments de leurs œuvres;
  • comparer le vécu de peintres paysagistes qui travaillaient en Russie et au Canada de 1860 à 1940.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons