La santé est une préoccupation qui touche chacun d’entre nous. Tout au long de l’histoire, elle s’est manifestée dans la représentation artistique des corps : assaillis par la maladie et par la dévastation d’épidémies telle la peste ou la lèpre; révélés par les leçons d’anatomie ou les portraits d’individus atteints de maladie mentale, etc. Si, à la Renaissance, un pouvoir de guérison était attribué à certaines images, aujourd’hui, l’art nous met en face des fléaux que sont entre autres le sida et le cancer; il nous montre autrement l’univers pharmaceutique contemporain; il nous place devant un corps où s’inscrivent la souffrance et parfois la gêne. Les connaissances en biologie, en neurologie ou en médecine se répercutent dans les œuvres réunies ici et montrent comment s’estompe l’étanchéité entre art et science.
La santé est une préoccupation qui touche chacun d’entre nous. Tout au long de l’histoire, elle s’est manifestée dans la représentation artistique des corps : assaillis par la maladie et par la dévastation d’épidémies telle la peste ou la lèpre; révélés par les leçons d’anatomie ou les portraits d’individus atteints de maladie mentale, etc. Si, à la Renaissance, un pouvoir de guérison était attribué à certaines images, aujourd’hui, l’art nous met en face des fléaux que sont entre autres le sida et le cancer; il nous montre autrement l’univers pharmaceutique contemporain; il nous place devant un corps où s’inscrivent la souffrance et parfois la gêne. Les connaissances en biologie, en neurologie ou en médecine se répercutent dans les œuvres réunies ici et montrent comment s’estompe l’étanchéité entre art et science.

© Galerie de l'UQAM 2007. Tous droits réservés.

Une année d’AZT

Une année d’AZT

General Idea
Collection du Musée des beaux-arts du Canada, achat.
1991
1 825 capsules au mur en styrène moulé à vide avec vinyle
12,7 x 31,7 x 6,3 cm chacune
© General Idea


L’installation Une année d’AZT fait partie du dernier cycle d’œuvres produites par General Idea, dont le thème général est le sida. Cette pièce monumentale présente 1 825 capsules manufacturées. Comme le titre l’indique, les comprimés correspondent au dosage annuel du médicament AZT que devait ingérer une personne séropositive au tournant des années 1990. L’aspect clinique et méthodique de l’ensemble ainsi que son gigantisme sont une métaphore de l’effet dévastateur du virus et de l’ampleur de sa gestion au quotidien; ils évoquent l’environnement pharmaceutique dans lequel se trouve plongée une personne infectée.

Deux des membres de General Idea sont décédés des suites de la maladie en 1994, ce qui fait peut-être de l’installation une forme d’autoportrait. Ce collectif a voulu contribuer à faire connaître la maladie. Son ultime manifestation montre la figure de l’artiste en activiste, en militant pour une cause, et en appelle &agr Pour en lire plus
L’installation Une année d’AZT fait partie du dernier cycle d’œuvres produites par General Idea, dont le thème général est le sida. Cette pièce monumentale présente 1 825 capsules manufacturées. Comme le titre l’indique, les comprimés correspondent au dosage annuel du médicament AZT que devait ingérer une personne séropositive au tournant des années 1990. L’aspect clinique et méthodique de l’ensemble ainsi que son gigantisme sont une métaphore de l’effet dévastateur du virus et de l’ampleur de sa gestion au quotidien; ils évoquent l’environnement pharmaceutique dans lequel se trouve plongée une personne infectée.

Deux des membres de General Idea sont décédés des suites de la maladie en 1994, ce qui fait peut-être de l’installation une forme d’autoportrait. Ce collectif a voulu contribuer à faire connaître la maladie. Son ultime manifestation montre la figure de l’artiste en activiste, en militant pour une cause, et en appelle à la responsabilisation du spectateur en tant que citoyen.

© Galerie de l'UQAM 2007. Tous droits réservés.

Pensées après coup

[…]

Felix, Jorge et moi avons vécu et travaillé ensemble pendant 27 années, au cours desquelles nous sommes devenus un seul et même organisme, un seul système nerveux, un seul ensemble d’habitudes, de tics, de préférences. Nous nous présentions comme un « groupe » appelé General Idea, et des photos très travaillées nous représentaient comme l’aboutissement de notre propre art : nous empruntions nos corps pour les transformer en accessoires, porteurs de significations manipulées dans le but de créer une image, une certaine réalité. Nous avions choisi de faire partie du monde de la publicité et des médias. Nous avons fait de nous-mêmes les artistes que nous voulions être.

Depuis la disparition de Jorge et de Felix, j’ai lutté pour découvrir les frontières de mon propre corps en tant qu’organisme indépendant, en tant qu’être existant en dehors de General Idea. Au Pour en lire plus
Pensées après coup

[…]

Felix, Jorge et moi avons vécu et travaillé ensemble pendant 27 années, au cours desquelles nous sommes devenus un seul et même organisme, un seul système nerveux, un seul ensemble d’habitudes, de tics, de préférences. Nous nous présentions comme un « groupe » appelé General Idea, et des photos très travaillées nous représentaient comme l’aboutissement de notre propre art : nous empruntions nos corps pour les transformer en accessoires, porteurs de significations manipulées dans le but de créer une image, une certaine réalité. Nous avions choisi de faire partie du monde de la publicité et des médias. Nous avons fait de nous-mêmes les artistes que nous voulions être.

Depuis la disparition de Jorge et de Felix, j’ai lutté pour découvrir les frontières de mon propre corps en tant qu’organisme indépendant, en tant qu’être existant en dehors de General Idea. Au cours des cinq dernières années, je me suis retrouvé, exactement comme un grand blessé, à redécouvrir les limites de mon système nerveux, à réapprendre à fonctionner sans mes extensions corporelles (sans les trois têtes, les douze membres) et à trouver des possibilités nouvelles à partir d’un physique réduit.

.- AA Bronson

Extrait du texte de AA Bronson tiré du catalogue de Peggy Gale.- Tout le temps / Every Time : La Biennale de Montréal 2000.- Montréal : Centre international d’art contemporain de Montréal, 2000.- p. 34.

© Centre international d’art contemporain de Montréal, 2000

Pionnier de l’art conceptuel au Canada, reconnu sur la scène internationale, General Idea est un collectif d’artistes torontois fondé en 1969 par AA Bronson, Felix Partz et Jorge Zontal. Leur démarche s’est distinguée par de nombreuses stratégies d’appropriation et de manipulation des formes de la culture populaire, médiatique et artistique. Après 25 ans d’association, le groupe se dissout en 1994 à la suite du décès de Felix Partz et Jorge Zontal, tous deux atteints du sida. AA Bronson, seul membre survivant, poursuit ses recherches de façon individuelle.

www.aabronson.com/art/gi.org

expositions (sélection)
2005 Trade Show, MASS MoCA, North Adams (États-Unis) Expérience de la durée, Biennale de Lyon 2005, Lyon (France) 2003 General Idea Editions 1968-1995, circulation rétrospective organisée par la Blackwood Gallery, University of Toronto, Mississauga (Ontario) Pour en lire plus
Pionnier de l’art conceptuel au Canada, reconnu sur la scène internationale, General Idea est un collectif d’artistes torontois fondé en 1969 par AA Bronson, Felix Partz et Jorge Zontal. Leur démarche s’est distinguée par de nombreuses stratégies d’appropriation et de manipulation des formes de la culture populaire, médiatique et artistique. Après 25 ans d’association, le groupe se dissout en 1994 à la suite du décès de Felix Partz et Jorge Zontal, tous deux atteints du sida. AA Bronson, seul membre survivant, poursuit ses recherches de façon individuelle.

www.aabronson.com/art/gi.org


expositions (sélection)
  • 2005 Trade Show, MASS MoCA, North Adams (États-Unis)
  • Expérience de la durée, Biennale de Lyon 2005, Lyon (France)
  • 2003 General Idea Editions 1968-1995, circulation rétrospective organisée par la Blackwood Gallery, University of Toronto, Mississauga (Ontario)
  • 2002 A Day Without Art, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa (Ontario)
  • 1999 The Museum as Muse: Artists Reflect, Museum of Modern Art, New York (États-Unis)

© Galerie de l'UQAM 2007. Tous droits réservés.

sida
Le sida est une phase grave et tardive de l’infection par le virus d’immunodéficience humaine (VIH), qui détruit les défenses immunitaires de l’organisme et l’expose à diverses infections. Depuis les premières manifestations du sida, qui remontent à 1980, trois modes de transmission ont été identifiés : par voie sexuelle, par voie sanguine, ainsi que durant la grossesse et l’allaitement, la mère porteuse du virus risquant de le transmettre à son enfant. En 1990, on calculait qu’un million de personnes étaient décédées des suites de la maladie, alors qu’en 2006 l’Organisation des Nations unies estime à 40,3 millions le nombre de personnes atteintes.

AZT
Conçu en 1987, l’AZT (azydothymidine) est le premier antiviral administré aux personnes infectées par le VIH. Ce médicament, qui ne mène pas à la guérison, retarde l’arrivée des symptômes de la maladie, malgré sa haute toxicité, ses importants effets secondaires et, pour ces raisons, le recours à de nombreuses transfusions sanguines. Le prix astronomique du médicament l’a mis hors de portée de la majorité de Pour en lire plus

sida
Le sida est une phase grave et tardive de l’infection par le virus d’immunodéficience humaine (VIH), qui détruit les défenses immunitaires de l’organisme et l’expose à diverses infections. Depuis les premières manifestations du sida, qui remontent à 1980, trois modes de transmission ont été identifiés : par voie sexuelle, par voie sanguine, ainsi que durant la grossesse et l’allaitement, la mère porteuse du virus risquant de le transmettre à son enfant. En 1990, on calculait qu’un million de personnes étaient décédées des suites de la maladie, alors qu’en 2006 l’Organisation des Nations unies estime à 40,3 millions le nombre de personnes atteintes.

AZT
Conçu en 1987, l’AZT (azydothymidine) est le premier antiviral administré aux personnes infectées par le VIH. Ce médicament, qui ne mène pas à la guérison, retarde l’arrivée des symptômes de la maladie, malgré sa haute toxicité, ses importants effets secondaires et, pour ces raisons, le recours à de nombreuses transfusions sanguines. Le prix astronomique du médicament l’a mis hors de portée de la majorité des personnes séropositives.

installation
Catégorie d’œuvres multidimensionnelles qui empruntent à plusieurs disciplines (peinture, sculpture, photographie, vidéo, son, etc.), qui sont conçues ou adaptées à un lieu.


© Galerie de l'UQAM 2007. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • démontrer qu’il comprend le lien qui existe entre la science et l’art;
  • tenter d’expliquer l’état d’esprit de l’artiste au moment où ils ont réalisé cette œuvre.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons