Il y a de cela très longtemps, les Aztèques étaient une tribu de nomades qui erraient sur le territoire du Mexique à la recherche d’une patrie où le soleil serait chaud et où la brise des montagnes serait fraîche. La tribu était menée par un guerrier vaillant appelé Huitzitzil. Un jour, ils trouvèrent l’endroit idéal et ils commencèrent à construire une ville.
Il y a de cela très longtemps, les Aztèques étaient une tribu de nomades qui erraient sur le territoire du Mexique à la recherche d’une patrie où le soleil serait chaud et où la brise des montagnes serait fraîche. La tribu était menée par un guerrier vaillant appelé Huitzitzil. Un jour, ils trouvèrent l’endroit idéal et ils commencèrent à construire une ville.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Les Aztèques étaient une tribu de nomades qui erraient sur le territoire du Mexique à la recherche d'une patrie où le soleil serait chaud et où la brise des montagnes serait fraîche.

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que les tribus voisines convoitaient cet endroit. Les guerriers des tribus voisines se sont approchés de Huitzitzil avec l’intention d’éloigner sa tribu de ce lieu sacré. Les Aztèques ont combattu bravement. Les compétences et les prouesses d’Huitzitzil avec sa longue lance pointue émerveillaient. Au moment où les derniers combattants des tribus voisines étaient sur le point de se retrancher, une flèche est venue transpercer l’air et percer le cour d’Huitzitzil, le tuant immédiatement.
Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que les tribus voisines convoitaient cet endroit. Les guerriers des tribus voisines se sont approchés de Huitzitzil avec l’intention d’éloigner sa tribu de ce lieu sacré. Les Aztèques ont combattu bravement. Les compétences et les prouesses d’Huitzitzil avec sa longue lance pointue émerveillaient. Au moment où les derniers combattants des tribus voisines étaient sur le point de se retrancher, une flèche est venue transpercer l’air et percer le cour d’Huitzitzil, le tuant immédiatement.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Une flèche est venue transpercer l'air et percer le cour d'Huitzitzil, le tuant immédiatement

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


Beaucoup de guerriers aztèques ont vu leur chef tomber. Ils doutaient qu’ils puissent persister, car l’ennemi prenait du courage et des forces. Les Aztèques se sont précipités pour poursuivre l’attaque. Certains se sont empressés de chercher le corps de leur héros, mais il avait disparu. Soudainement, un beau colibri vert est apparu, vrombissant, à l’endroit où Huitzitzil était tombé. Les Aztèques ont su immédiatement que cet oiseau était l’esprit de leur héros.
Beaucoup de guerriers aztèques ont vu leur chef tomber. Ils doutaient qu’ils puissent persister, car l’ennemi prenait du courage et des forces. Les Aztèques se sont précipités pour poursuivre l’attaque. Certains se sont empressés de chercher le corps de leur héros, mais il avait disparu. Soudainement, un beau colibri vert est apparu, vrombissant, à l’endroit où Huitzitzil était tombé. Les Aztèques ont su immédiatement que cet oiseau était l’esprit de leur héros.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Les Aztèques ont su immédiatement que cet oiseau était l'esprit de leur héros.

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


Comme Huitzitzil signifie « briller avec la lance », les Aztèques n’avaient aucun doute dans leur esprit : l’oiseau qui utilisait son long bec comme la lance d’un guerrier était leur héros. Huitzitzil avait toujours porté un anneau de plumes brillantes de colibri sur son poignet gauche, montrant sa vénération pour cet oiseau. Avec le recul, les Aztèques ont réfléchi à la possibilité Huitzitzil ait été lui-même un colibri avant de devenir guerrier. Ou, peut-être, s’était-il transformé en oiseau, comme récompense des dieux pour son courage ?
Comme Huitzitzil signifie « briller avec la lance », les Aztèques n’avaient aucun doute dans leur esprit : l’oiseau qui utilisait son long bec comme la lance d’un guerrier était leur héros. Huitzitzil avait toujours porté un anneau de plumes brillantes de colibri sur son poignet gauche, montrant sa vénération pour cet oiseau. Avec le recul, les Aztèques ont réfléchi à la possibilité Huitzitzil ait été lui-même un colibri avant de devenir guerrier. Ou, peut-être, s’était-il transformé en oiseau, comme récompense des dieux pour son courage ?

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

L'oiseau qui utilisait son long bec comme la lance d'un guerrier était leur héros.

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


Les Aztèques ont consacré le colibri en tant que dieu de la guerre. Quand ils ont appris plus tard que les Toltèques - leurs ennemis conquis - avaient eu un guerrier qui s’était aussi transformé en colibri, ils se sont mis à croire que chacun des guerriers qui mourrait à la bataille se transformait en colibri. À l’époque, on accordait à chaque guerrier colibri un moment de repos dans les jardins remplis de fleurs/d’oiseaux du paradis. On croyait qu’ils en avaient besoin pour redevenir guerriers.
Les Aztèques ont consacré le colibri en tant que dieu de la guerre. Quand ils ont appris plus tard que les Toltèques - leurs ennemis conquis - avaient eu un guerrier qui s’était aussi transformé en colibri, ils se sont mis à croire que chacun des guerriers qui mourrait à la bataille se transformait en colibri. À l’époque, on accordait à chaque guerrier colibri un moment de repos dans les jardins remplis de fleurs/d’oiseaux du paradis. On croyait qu’ils en avaient besoin pour redevenir guerriers.

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Les Aztèques ont consacré le colibri en tant que dieu de la guerre.

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


Puis après un certain temps, on a condamné les colibris à errer dans les champs. On les avertit de se maintenir toujours prêts pour la bataille. Alors, si vous voyez des colibris se battre, ne vous étonnez pas ils s’entraînent à la guerre avant de redevenir guerriers !
Puis après un certain temps, on a condamné les colibris à errer dans les champs. On les avertit de se maintenir toujours prêts pour la bataille. Alors, si vous voyez des colibris se battre, ne vous étonnez pas ils s’entraînent à la guerre avant de redevenir guerriers !

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

Si vous voyez des colibris se battre, ne vous étonnez pas ils s'entraînent à la guerre avant de redevenir guerriers.

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • énumérer les éléments de l’intrigue.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons