Quand tu bois avec une paille, tu aspires le liquide en créant un vide à l’intérieur de ta bouche. La nature déteste les vides et le liquide vient combler ce vide.

Le colibri ne boit pas en aspirant le liquide, mais simplement ent plongeant sa langue dans le nectar. Il boit par capillarité. Ce phénomène se produit lorsque les papiers buvards aspirent l’encre et quand les éponges s’imbibent d’eau. Mais savais-tu qu’une plante se nourrit aussi par capillarité?
Quand tu bois avec une paille, tu aspires le liquide en créant un vide à l’intérieur de ta bouche. La nature déteste les vides et le liquide vient combler ce vide.

Le colibri ne boit pas en aspirant le liquide, mais simplement ent plongeant sa langue dans le nectar. Il boit par capillarité. Ce phénomène se produit lorsque les papiers buvards aspirent l’encre et quand les éponges s’imbibent d’eau. Mais savais-tu qu’une plante se nourrit aussi par capillarité?

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

L’action simultanée des forces d’adhésion et de cohésion de certains liquides fait en sorte que si on plonge un matériel constitué de très petits canaux, le liquide monte dans ces canaux jusqu’à ce que le poids de la colonne de liquide exerce sur le liquide restant dans le réservoir une pression égale à celle de la pression atmosphérique. On appelle ce phénomène la capillarité.

L’adhésion : tendance que les molécules ont à se fixer à une surface étrangère.

La cohésion : le fait que les molécules se maintiennent entre elles.

L’action simultanée des forces d’adhésion et de cohésion de certains liquides fait en sorte que si on plonge un matériel constitué de très petits canaux, le liquide monte dans ces canaux jusqu’à ce que le poids de la colonne de liquide exerce sur le liquide restant dans le réservoir une pression égale à celle de la pression atmosphérique. On appelle ce phénomène la capillarité.

L’adhésion : tendance que les molécules ont à se fixer à une surface étrangère.

La cohésion : le fait que les molécules se maintiennent entre elles.


© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

* Fleur (marguerite ou autre)

* Verre d'eau

* Colorant alimentaire

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


1re étape : Colore l’eau

Dilue quelques gouttes de colorant dans un petit verre d’eau.
2e étape : Place la fleur dans le verre

Attention, la fleur doit rester droite.
3e étape : Observe

La fleur boit l’eau colorée par capillarité. Après quelques instants, l’intérieur de la tige prend la couleur du colorant. En moins d’une heure, tu verras apparaître de petites taches colorées sur le bout des pétales de la fleur. Après une nuit complète, la fleur sera toute colorée.

1re étape : Colore l’eau

Dilue quelques gouttes de colorant dans un petit verre d’eau.


2e étape : Place la fleur dans le verre

Attention, la fleur doit rester droite.


3e étape : Observe

La fleur boit l’eau colorée par capillarité. Après quelques instants, l’intérieur de la tige prend la couleur du colorant. En moins d’une heure, tu verras apparaître de petites taches colorées sur le bout des pétales de la fleur. Après une nuit complète, la fleur sera toute colorée.


© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

1re étape : Colore l'eau

2e étape : Place la fleur dans le verre

3e étape : Observe

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


1re étape : Colore l’eau

Dilue quelques gouttes de colorant dans de petits verres d’eau. 2e étape : Fends la tige

Tu dois fendre la tige de la fleur dans le sens de la longueur en autant de section que tu as de couleurs. Couche la fleur sur une planche à découper, ce sera plus facile. 3e étape : À la bouffe !

Plonge chaque section de tige dans un verre d’eau différent et laisse la nature faire le reste. Tu devras trouver un système pour retenir la fleur.

1re étape : Colore l’eau

Dilue quelques gouttes de colorant dans de petits verres d’eau.

2e étape : Fends la tige

Tu dois fendre la tige de la fleur dans le sens de la longueur en autant de section que tu as de couleurs. Couche la fleur sur une planche à découper, ce sera plus facile.

3e étape : À la bouffe !

Plonge chaque section de tige dans un verre d’eau différent et laisse la nature faire le reste. Tu devras trouver un système pour retenir la fleur.


© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.

1re étape : Colore l'eau

2e étape : Fends la tige

3e étape : À la bouffe !

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


La tige des fleurs et des plantes est constituée de plusieurs canaux minuscules. Chaque canal est relié à une partie précise d'un pétale. Ainsi, le canal qui plonge dans l'eau colorée en rouge conduit cette eau dans un pétale, mais pas dans les autres.

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


Céleri

Essaie différentes combinaisons de couleurs et différentes fleurs. Tu peux expérimenter avec d'autres types de colorants, comme des jus de légumes ou de l'encre diluée dans l'eau. Tu peux aussi répéter l'expérience avec une branche de céleri au lieu d'une fleur ou simplement des feuilles d'essuie-tout.

Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke

© Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke 2007. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • consigner ses observations au sujet de l’expérience.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons