La mousse d’Irlande est une petite algue vivace qui croît habituellement dans les eaux comprises entre la ligne de marée basse et environ 9 mètres de profondeur, à des températures oscillant entre 5 et 15 degrés Celsius. Le cycle de vie de la mousse d’Irlande débute sous forme de spores qui sont libérées chaque année par la plante. Les spores se fixent sur les roches au fond de l’eau on peu comme si on les y collaient. La plante arrive à maturité en trois à cinq ans, moment auquel les nombreuses frondes qui la composent varient du vert jaunâtre au pourpre.

Les plants matures atteignent jusqu’à 15 centimètres de hauteur et possèdent la capacité unique de croître à partir de la base. Contrairement aux plantes qu’on retrouve sur la terre ferme, la croissance de la mousse d’Irlande s’effectue par le bas en rai Pour en lire plus

La mousse d’Irlande est une petite algue vivace qui croît habituellement dans les eaux comprises entre la ligne de marée basse et environ 9 mètres de profondeur, à des températures oscillant entre 5 et 15 degrés Celsius. Le cycle de vie de la mousse d’Irlande débute sous forme de spores qui sont libérées chaque année par la plante. Les spores se fixent sur les roches au fond de l’eau on peu comme si on les y collaient. La plante arrive à maturité en trois à cinq ans, moment auquel les nombreuses frondes qui la composent varient du vert jaunâtre au pourpre.

Les plants matures atteignent jusqu’à 15 centimètres de hauteur et possèdent la capacité unique de croître à partir de la base. Contrairement aux plantes qu’on retrouve sur la terre ferme, la croissance de la mousse d’Irlande s’effectue par le bas en raison de la rigueur de son environnement. En effet, à de nombreuses reprises au cours du cycle de croissance de la plante, une tempête viendra brasser durement les eaux qui l’entourent et lui feront perdre son bouquet de frondes. Le fait de croître par le bas permettra à la plante de survivre même si elle perd l’essentiel de ses frondes.


© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.

Mousse d’Irlande (Chondrus Crispus)

Barry King

© Barry King


La récolte en photos.

Les pêcheurs des pittoresques havres de l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard utilisent encore leurs bateaux pour récolter la mousse d’Irlande sur les fonds marins. Les algues sont ensuite acheminées par camion jusqu’aux usines où elles sont transformées.

L'Association des musées communautaires de l'Î.-P.-É.

© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.


Vidéo de la récolte de mousse d’Irlande.

La récolte de la mousse d’Irlande s’effectue toujours à l’ancienne à Miminegash, à l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard. Des chevaux attelés à de longs râteaux détachent la mousse des fonds marins et cette dernière est ensuite ramenée par camion jusqu’aux fermes locales.

L'Association des musées communautaires de l'Î.-P.-É.

© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.


Vidéo de la récolte de mousse d’Irlande.

La mousse d’Irlande doit être soigneusement séchée au soleil et nettoyée avant de pouvoir être vendue.

L'Association des musées communautaires de l'Î.-P.-É.

© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.


Vidéo de la récolte de mousse d’Irlande.

Afin d’obtenir une mousse d’Irlande de qualité, les pêcheurs doivent la séparer des autres plantes aquatiques indésirables.

L’espacement des dents du rateau permet aux pêcheurs de récolter la mousse sans en détruire ses facultés de régénération. Les bateaux ramassent au rateau à proximité du rivage à des profondeurs n’excédant pas dix mètres.

Une fois à terre, la mousse peut être vendue de deux manières :sèche ou humide. Les ramasseurs sont mieux payés pour de la mousse sèche car elle requiert plus de travail de leur part. La mousse doit d’abord être épandue au soleil. Elle doit être tamisée et ratissée afin d’en diminuer l’humidité et d’en augmenter le prix.

L'Association des musées communautaires de l'Î.-P.-É.

© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.


Vidéo de la récolte de mousse d’Irlande.

Du début de l’été à la fin de l’automne, les ramasseurs de mousse d’Irlande travaillent fort. Et ce que les bateaux ne peuvent ramasser ou bien oublient, ce sont les ramasseurs sur la plage qui tentent de le récolter à la main.Tirant un rateau plus petit derrière eux, les ramasseurs parcourent les plages en raclant la mousse.
La mousse est également ramassée en utilisant la force animale.
Ce modèle à un cheval tire un rateau de taille moyenne. Le ramassage de la mousse d’Irlande sur l’Î.-P.-E. est considéré comme une tradition familiale parce qu’il donne de l’ouvrage aux jeunes comme aux vieux, aux hommes comme aux femmes.

L'Association des musées communautaires de l'Î.-P.-É.

© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.


Il existe deux façons de récolter la mousse d’Irlande. La première, la plus fréquente et celle qui requiert un permis, consiste à effectuer la récolte à l’aide d’un bateau en eaux peu profondes. Les bateaux utilisés sont les mêmes que ceux dont on se sert pour la pêche en général, y compris la pêche au homard, au thon et au poisson de fond. La saison de récolte de la mousse s’étend du début de l’été à la fin de l’automne. La méthode de récolte est simple. Il suffit de traîner lentement jusqu’à six dragues de tailles variables dans les bas fonds où croît la mousse. Les dragues détachent la mousse des roches et cette dernière est collectée à l’aide de râteaux. Une fois les râteaux pleins, on les remonte dans le bateau à l’aide d’une série de Pour en lire plus
Il existe deux façons de récolter la mousse d’Irlande. La première, la plus fréquente et celle qui requiert un permis, consiste à effectuer la récolte à l’aide d’un bateau en eaux peu profondes. Les bateaux utilisés sont les mêmes que ceux dont on se sert pour la pêche en général, y compris la pêche au homard, au thon et au poisson de fond. La saison de récolte de la mousse s’étend du début de l’été à la fin de l’automne. La méthode de récolte est simple. Il suffit de traîner lentement jusqu’à six dragues de tailles variables dans les bas fonds où croît la mousse. Les dragues détachent la mousse des roches et cette dernière est collectée à l’aide de râteaux. Une fois les râteaux pleins, on les remonte dans le bateau à l’aide d’une série de câbles et de poulies et on les vide sur le pont du bateau.

Une fois le bateau rempli, le capitaine rentre au port et vend sa cargaison à un acheteur (souvent un propriétaire d’usine de transformation de la mousse d’Irlande) qui l’attend dans son camion d’une demi-tonne à hauts bords. Les pêcheurs pellettent la mousse dans un contenant qu’ils soulèvent à l’aide d’un palan spécial situé sur le quai et la déversent dans le camion. On répète la manœuvre jusqu’à ce que le bateau soit vide. On met ensuite la mousse à sécher au soleil en l’étendant par terre. Les pêcheurs obtiennent un bien meilleur prix pour la mousse séchée que pour la mousse mouillée. En 2004, la mousse mouillée se vendait 17 cents le demi-kilo, tandis que la mousse séchée se vendait 42 cents le demi-kilo.

La deuxième méthode de récolte de la mousse d’Irlande est aussi unique que les gens qui la pratiquent. Après une tempête ayant amené de forts vents, les bouquets de mousse brisés sont poussés en eaux peu profondes. C’est alors que la récolte manuelle commence, à l’aide râteaux à longs manches ou de petits filets. Dans les zones plus profondes, on doit faire appel à des chevaux pour collecter la mousse.

© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.

Récolte de mousse à l’aide d’un cheval dans le comté de Prince-Ouest, Î.-P.-É.

Barry King

© Barry King


Récolte de mousse par bateau.

Barry King

© Barry King


Il est charmant de voir une douzaine de chevaux parcourir de long en large des zones peu profondes, parfois dans l’eau jusqu’au cou, afin de collecter la mousse à l’aide de dragues ou de râteaux qu’ils tirent derrière eux. L’opération s’effectue un peu à la manière dont on labourait jadis les champs, sauf que la personne est assise sur le dos du cheval. On harnache ensuite les chevaux à des paniers qu’ils passent dans l’eau afin de recueillir la mousse. Une fois les paniers remplis, les chevaux remontent la mousse sur la plage et cette dernière est transférée dans des véhicules à hauts bords à l’aide de fourches. Afin qu’on puisse en tirer le meilleur prix possible, la mousse est ensuite étendue sur les pelouses ou les entrées de cour des pêcheurs où elle est mise à sécher au soleil. Au fur et Pour en lire plus

Il est charmant de voir une douzaine de chevaux parcourir de long en large des zones peu profondes, parfois dans l’eau jusqu’au cou, afin de collecter la mousse à l’aide de dragues ou de râteaux qu’ils tirent derrière eux. L’opération s’effectue un peu à la manière dont on labourait jadis les champs, sauf que la personne est assise sur le dos du cheval. On harnache ensuite les chevaux à des paniers qu’ils passent dans l’eau afin de recueillir la mousse. Une fois les paniers remplis, les chevaux remontent la mousse sur la plage et cette dernière est transférée dans des véhicules à hauts bords à l’aide de fourches. Afin qu’on puisse en tirer le meilleur prix possible, la mousse est ensuite étendue sur les pelouses ou les entrées de cour des pêcheurs où elle est mise à sécher au soleil. Au fur et à mesure du processus de séchage, on retire les impuretés et les roches.


© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.

Les chevaux servant à récolter la mousse doivent être très grands et très puissants.

Barry King

© Barry King


Une fois séchée, la mousse est acheminée à l’une des trois usines de transformation de l’Île afin qu’on termine sa préparation et qu’on la vende à un acheteur de l’extérieur, qui en extraira la carraghénane. À son arrivée à l’usine, on entasse la mousse sur un secoueur qui, comme son nom l’indique, secoue la mousse sur une trémie de manière à en retirer tout le sable. La mousse est ensuite entassée très haut sur le plancher à l’aide d’un chargeur ou d’un tracteur à benne frontale. Les tas sont ensuite chargés dans une botteleuse mécanique qui comprime la mousse et la façonne en ballots carrés pesant environ 80 kilos. On empile alors les ballots les uns sur les autres jusqu’à ce qu’ils soient acheminés à un acheteur qui en extraira la précieuse car Pour en lire plus
Une fois séchée, la mousse est acheminée à l’une des trois usines de transformation de l’Île afin qu’on termine sa préparation et qu’on la vende à un acheteur de l’extérieur, qui en extraira la carraghénane. À son arrivée à l’usine, on entasse la mousse sur un secoueur qui, comme son nom l’indique, secoue la mousse sur une trémie de manière à en retirer tout le sable. La mousse est ensuite entassée très haut sur le plancher à l’aide d’un chargeur ou d’un tracteur à benne frontale. Les tas sont ensuite chargés dans une botteleuse mécanique qui comprime la mousse et la façonne en ballots carrés pesant environ 80 kilos. On empile alors les ballots les uns sur les autres jusqu’à ce qu’ils soient acheminés à un acheteur qui en extraira la précieuse carraghénane.

© L'Association des musées communautaires de l'Île-du-Prince-Édouard 2005, Tous droits réservés.

On empile de la mousse d’Irlande avant de la mettre en ballots.

Centre d’interprétation sur la mousse d’Irlande

© Centre d’interprétation sur la mousse d’Irlande


Objectifs d'apprentissage

L'apprenant va :
  • décrire comment se fait la récolte de la mousse d’Irlande à l’Île-du-Prince-Édouard;
  • résumer les étapes suivies par les pêcheurs pour exploiter la mousse d’Irlande.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons