Le carbone, l’élément le plus commun, survient naturellement dans l’atmosphère en tant que dioxyde de carbone. Les plantes, et particulièrement les forêts, utilisent la photosynthèse pour convertir le dioxyde de carbone en biomasse végétale. Par la décomposition et la respiration, le carbone effectue régulièrement des cycles dans la lithosphère (la croûte de la Terre), l’hydrosphère (l’eau de surface) et l’atmosphère.

À mesure que les forêts poussent, elles utilisent le dioxyde de carbone de l’atmosphère pour créer de la végétation. Conséquemment à leur respiration, les plantes dégagent de l’oxygène que les humains et les animaux utilisent pour respirer. Lorsque les arbres meurent naturellement ou qu’ils sont abattus par des pratiques forestières, leur capacité à convertir le dioxyde de carbone en carbone est détruite et ce dioxyde de carbone demeure dans l’atmosphère où il contribue à l’accum Pour en lire plus
Le carbone, l’élément le plus commun, survient naturellement dans l’atmosphère en tant que dioxyde de carbone. Les plantes, et particulièrement les forêts, utilisent la photosynthèse pour convertir le dioxyde de carbone en biomasse végétale. Par la décomposition et la respiration, le carbone effectue régulièrement des cycles dans la lithosphère (la croûte de la Terre), l’hydrosphère (l’eau de surface) et l’atmosphère.

À mesure que les forêts poussent, elles utilisent le dioxyde de carbone de l’atmosphère pour créer de la végétation. Conséquemment à leur respiration, les plantes dégagent de l’oxygène que les humains et les animaux utilisent pour respirer. Lorsque les arbres meurent naturellement ou qu’ils sont abattus par des pratiques forestières, leur capacité à convertir le dioxyde de carbone en carbone est détruite et ce dioxyde de carbone demeure dans l’atmosphère où il contribue à l’accumulation de « gaz à effet de serre » (principalement du carbone, de l’eau et du nitrogène).

On pense que « l’effet de serre » dont on parle tant est la cause des changements climatiques de la Terre. Les deux principaux contributeurs à l’effet de serre sont la combustion de combustibles fossiles (le pétrole, le gaz naturel, le charbon et le bois) et la déforestation. Lorsque les combustibles fossiles brûlent, ils dégagent dans l’atmosphère le carbone accumulé et à cause des taux croissants de déforestation, il y a moins d’arbres pour éliminer le dioxyde de carbone de l’atmosphère. Depuis quelques années, la combustion de combustibles fossiles et la déforestation surviennent à un tel rythme que le carbone accumulé dans l’atmosphère contribue aux changements de la température et du climat.

Foresterie
Les forêts agissent en tant que banque de carbone en emmagasinant le carbone dans la végétation, les débris (matière organique en décomposition) et le sol. Un puits de carbone est une forêt dans laquelle le stock de carbone augmente. Une forêt est considérée une source de carbone lorsque son stock de carbone diminue.

Des bonnes pratiques de gestion forestière peuvent éliminer le carbone de l’atmosphère en protégeant les forêts existantes qui sont de puits de carbone, en diminuant la perturbation du sol et en augmentant le taux de croissance des forêts. Les pratiques forestières comme la sylviculture et la gestion d’occurrences naturelles telles que les insectes, les maladies et les incendies peuvent également augmenter ou diminuer l’impact des changements climatiques en influençant le taux d’absorption et d’accumulation du carbone.

Lorsque les arbres sont abattus ou meurent à cause d’infestations d’insectes, d’incendies ou de maladies, le carbone est dégagé dans l’atmosphère. La plantation et la régénération de forêts créent des puits pour le carbone par l’entremise de la photosynthèse et l’accumulation de carbone dans les racines, les branches et les troncs.

Les scientifiques ont attribué les récents étés chauds et secs en Colombie-Britannique aux changements climatiques mondiaux causés par l’effet de serre et la combustion excessive de combustibles fossiles. Les sérieux incendies dans l’Intérieur de la Colombie-Britannique et la propagation rapide du dendoctrone du pin (qui aime les étés chauds et secs et les récents hivers doux) sont deux exemples de la façon dont le climat et les changements climatiques peuvent affecter les forêts de la Colombie-Britannique et comment les forêts, à leur tour, sont affectées par les pratiques forestières qui réagissent à ces changements.

© 2006, British Columbia Forest Discovery Centre. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

Après avoir utilisé cet objet, les élèves pourront :
- Décrire au moins deux aspects de l’industrie forestière de la Colombie-Britannique qui affectent l’atmosphère, la biosphère, l’hydrosphère et la lithosphère.
- Expliquer comment l’industrie forestière de la Colombie-Britannique interagit avec les écosystèmes.
- Évaluer l'impact de l'activité humaine sur le climat

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons