La pression du public à propos des préoccupations environnementales, sociales et économiques a aidé à former l’industrie forestière afin de permettre davantage de commentaires dans les décisions et l’aménagement du territoire.

Dans le passé, plusieurs compagnies forestières étaient motivées seulement par les préoccupations économiques : comment obtenir le plus de bois possible au moindre coût possible. Les préoccupations du public à propos de l’environnement et la santé des communautés locales étaient parfois ignorées. Aujourd’hui, l’industrie forestière de la Colombie-Britannique suit des directives beaucoup plus strictes. Le public a plus souvent l’occasion de participer à la prise de décisions à propos de l’aménagement des forêts.

En Colombie-Britannique, 95 % du territoire est la propriété de ses citoyens. La forêt publique est gérée par le gouvernement provincial qui utilise des règles et Pour en lire plus
La pression du public à propos des préoccupations environnementales, sociales et économiques a aidé à former l’industrie forestière afin de permettre davantage de commentaires dans les décisions et l’aménagement du territoire.

Dans le passé, plusieurs compagnies forestières étaient motivées seulement par les préoccupations économiques : comment obtenir le plus de bois possible au moindre coût possible. Les préoccupations du public à propos de l’environnement et la santé des communautés locales étaient parfois ignorées. Aujourd’hui, l’industrie forestière de la Colombie-Britannique suit des directives beaucoup plus strictes. Le public a plus souvent l’occasion de participer à la prise de décisions à propos de l’aménagement des forêts.

En Colombie-Britannique, 95 % du territoire est la propriété de ses citoyens. La forêt publique est gérée par le gouvernement provincial qui utilise des règles et des directives de la Forest and Range Practices Act (FRPA). Cette loi essaie d’assurer que les citoyens soient directement impliqués dans les décisions à propos de l’aménagement du territoire.

Si une compagnie forestière veut exploiter une forêt publique près de chez vous, le processus d’aménagement du territoire de la Colombie-Britannique exige que la compagnie doive tout d’abord élaborer un plan d’intendance forestière avant que le gouvernement approuve la quantité de bois à abattre. Un plan d’intendance forestière doit prendre en considération non seulement les besoins de la compagnie, mais aussi l’environnement, la communauté locale et l’économie.

Puis, le plan d’intendance doit être partagé avec les citoyens, les groupes organisés, les divers niveaux de gouvernement, y compris les Premières nations, et tous les intervenants (les personnes ou les groupes touchés par l’utilisation proposée). Ils ont tous l’occasion de participer au débat.

Bien que le but de la FRPA soit d’augmenter les chances de participation du public, comme toutes les réglementations gouvernementales, il y a divergences d’opinions quant à l’efficacité des mesures qui existaient auparavant et qui existent aujourd’hui.

Dans toute communauté, l’abattage d’arbres change le paysage, crée des préoccupations à propos de l’environnement naturel. Le maintien de l’habitat de la faune et la protection de la qualité de l’eau dans les ruisseaux, les lacs et les rivières pour les poissons, les animaux et les personnes sont importants. Les entreprises forestières touchent également les communautés locales qui peuvent être associées à l’exploitation forestière ou au tourisme. La question à savoir comment gérer les forêts tout en laissant des arbres pour les générations futures est complexe. Elle requiert l’apport de tous les Britanno-Colombiens.

© 2006, British Columbia Forest Discovery Centre. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

Après avoir utilisé cet objet, les élèves pourront :
- Associer l’implication du public aux décisions d’aménagement du territoire

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons