Les épaulards paraissent si paisibles lorsqu’ils voyagent près de la surface, on ne devinerait jamais qu’ils puissent être bavards et bruyants. Et pourtant, sous l’eau, ils font beaucoup de bruits intéressants.

Les épaulards de la C.B. vivent surtout dans la noirceur: la lumière du soleil ne pénètre pas très profondément dans l’océan de cette partie du monde. Alors pour naviguer et communiquer, les épaulards utilisent le son.

Les ondes sonores voyagent cinq fois plus vite sous l’eau que dans l’air, et elles voyagent également beaucoup plus loin. C’est pourquoi les bruits forts, ou la pollution sonore, des bateaux ou des tests de sonars peuvent être nuisibles pour ces animaux.

Parles-tu baleine?

Tout comme nous, les épaulards ont des dialectes. Les sons qu’ils utilisent pour se parler ne sont pas transmis génétiquement d’une génération à l&rsquo Pour en lire plus
Les épaulards paraissent si paisibles lorsqu’ils voyagent près de la surface, on ne devinerait jamais qu’ils puissent être bavards et bruyants. Et pourtant, sous l’eau, ils font beaucoup de bruits intéressants.

Les épaulards de la C.B. vivent surtout dans la noirceur: la lumière du soleil ne pénètre pas très profondément dans l’océan de cette partie du monde. Alors pour naviguer et communiquer, les épaulards utilisent le son.

Les ondes sonores voyagent cinq fois plus vite sous l’eau que dans l’air, et elles voyagent également beaucoup plus loin. C’est pourquoi les bruits forts, ou la pollution sonore, des bateaux ou des tests de sonars peuvent être nuisibles pour ces animaux.

Parles-tu baleine?

Tout comme nous, les épaulards ont des dialectes. Les sons qu’ils utilisent pour se parler ne sont pas transmis génétiquement d’une génération à l’autre – ils sont appris. Et tout comme le langage humain est transformé à travers le temps et l’espace, les dialectes des épaulards diffèrent d’un groupe à l’autre. En analysant les similarités entre les appels de différentes baleines, les scientifiques peuvent découvrir à quel degré ces baleines sont apparentées.

Donne-moi un son, je te dirai qui tu es

En C.B., chaque écotype d’épaulards (résidents, migrateurs et océaniques) produit différents types de sons. Ceci est inhabituel pour des mammifères: la plupart des mammifères de la même espèce produisent, pour communiquer entre eux, des sons très semblables. En fait, contrairement aux oiseaux, la majorité des mammifères sont incapables d’apprendre ou de produire des sons complexes. Les exceptions: les baleines à dents, comme les épaulards, et les êtres humains.

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.

Appuyez sur l’icône du haut-parleur pour entendre des appels d’épaulards.

À propos des appels des épaulards

Quand les épaulards veulent se présenter ou annoncer leur présence dans une région, ils envoient un appel. C’est leur manière de dire, «Salut! Je suis ici! Je fais partie de la matriligne de Marie.» Ces sons aigus, couinements et cris sont plus communément entendus par les scientifiques étudiant le langage des épaulards.

Vancouver Aquarium Marine Science Centre

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.


Appuyez sur l’icône du haut-parleur pour entendre des clics (cliquetis) d’épaulards.

À propos des clics (cliquetis) des épaulards

Comme les chauves-souris, les épaulards envoient des signaux sonores qui rebondissent lorsqu’ils rencontrent un objet, retournant ainsi un écho que les baleines peuvent capter. Cette version animale du sonar s’appelle écholocalisation. Pour les épaulards, ce son est une longue série de clics, que les scientifiques appellent un «click train».

Vancouver Aquarium Marine Science Centre

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.


Appuyez sur l’icône du haut-parleur pour entendre des sifflements d’épaulards.

À propos des sifflements des épaulards

Les épaulards peuvent faire des sons qui ressemblent à des sifflements. Ceux-ci sont utilisés pour socialiser avec d’autres épaulards, lorsqu’ils sont près les uns des autres.

Vancouver Aquarium Marine Science Centre

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.


Appuyez sur l’icône du haut-parleur pour entendre des sons d’épaulards résidents.

À propos des sons d’épaulards résidents

Les épaulards résidents sont bavards. Ils jasent beaucoup, qu’ils soient en poursuite d’un banc de poissons, en déplacement ou au repos. Les groupes familiaux, ou matrilignes, reliés de près ont habituellement des dialectes similaires.

Vancouver Aquarium Marine Science Centre

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.


Appuyez sur l’icône du haut-parleur pour entendre des sons d’épaulards migrateurs.

À propos des sons d’épaulards migrateurs

Les épaulards migrateurs ont un langage très différent de celui des résidents. Ils ne font pas autant de bruit que les résidents: parce que les mammifères marins peuvent entendre leurs clics et leurs sifflements, les migrateurs doivent être silencieux pour pouvoir surprendre ces proies. Contrairement à ceux des résidents, les sons des migrateurs sont très semblables d’un animal à l’autre. Les scientifiques croient que parce que ces animaux ne voyagent pas avec le même groupe toute leur vie, ils n’ont pas la chance de développer différents dialectes.

Vancouver Aquarium Marine Science Centre

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.


Appuyez sur l’icône du haut-parleur pour entendre des sons d’épaulards océaniques.

À propos des sons d’épaulards océaniques

Les épaulards océaniques sont très bavards, comme les résidents. Leurs appels sont complètement différents des deux autres populations, mais ils n’ont pas été étudiés d’aussi près jusqu’à présent.

Vancouver Aquarium Marine Science Centre

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.


Un épaulard nageant près d'un site de repos des lions de mer

Photo : L. Barrett-Lennard

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.


Contrairement aux résidents, les épaulards migrateurs chassent dans un parfait silence de façon à surprendre leurs proies!
Contrairement aux résidents, les épaulards migrateurs chassent dans un parfait silence de façon à surprendre leurs proies!

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.

Le Dr. Lance Barrett-Lennard se préparant à déployer un hydrophone à partir d'un bateau

Photo : K. Heise

© Vancouver Aquarium Marine Science Centre 2006. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • se familiariser avec le vocabulaire employé en biologie;
  • évaluer les répercussions des êtres humains sur la biodiversité et identifier les moyens de préserver la biodiversité;
  • décrire comment des actions personnelles peuvent aider à la conservation des ressources naturelles et à protéger l'environnement dans leur région;
  • démontrer une compréhension de la nature dynamique des écosystèmes.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons