Les étudiants pourront constater comment cet artéfact historique des années 1930 démontre l’ingéniosité des ingénieurs canadiens à prendre des composantes communes et à les combiner afin de créer une chaufferette portative et unique ainsi qu’un élément décoratif dans une pièce mettant à contribution la toute nouvelle source d’énergie : l’électricité.

Cette chaufferette comporte deux résistances électriques nues bobinés sur des tubes en porcelaine, deux ampoules illuminant des morceaux de verre ambré, et deux ventilateurs, mus par air chaud, pour un effet de feu vacillant. Elle était perçue comme un âtre de foyer moderne et une chaufferette, comparée à foyer ouvert au charbon ou au bois, et avec lequel nul besoin de couper des cordes de bois, de remplir de seau à charbon, pas de fumée, nul besoin d’alimenter le feu et pas de cheminée non plus.

Les concepteurs ont fabriqué cet âtre électrique dans un boîtier en acier, avec une grille avant en bronze coulé et poli, ainsi qu’un grand capot thermoréfléchissant en cuivre, afin d’en faire un appareil de consommation attirant pour les résidents des villages et des villes. Le Pour en lire plus
Les étudiants pourront constater comment cet artéfact historique des années 1930 démontre l’ingéniosité des ingénieurs canadiens à prendre des composantes communes et à les combiner afin de créer une chaufferette portative et unique ainsi qu’un élément décoratif dans une pièce mettant à contribution la toute nouvelle source d’énergie : l’électricité.

Cette chaufferette comporte deux résistances électriques nues bobinés sur des tubes en porcelaine, deux ampoules illuminant des morceaux de verre ambré, et deux ventilateurs, mus par air chaud, pour un effet de feu vacillant. Elle était perçue comme un âtre de foyer moderne et une chaufferette, comparée à foyer ouvert au charbon ou au bois, et avec lequel nul besoin de couper des cordes de bois, de remplir de seau à charbon, pas de fumée, nul besoin d’alimenter le feu et pas de cheminée non plus.

Les concepteurs ont fabriqué cet âtre électrique dans un boîtier en acier, avec une grille avant en bronze coulé et poli, ainsi qu’un grand capot thermoréfléchissant en cuivre, afin d’en faire un appareil de consommation attirant pour les résidents des villages et des villes. Les visiteurs peuvent effectuer une recherche et retrouver comment cet appareil fut mis en marché il y a 80 ans – et comment il annonça l’apparition des cheminées encastrables 50 ans plus tard et des poêles et foyers fermés de la fin des années 1900, fonctionnant à l’électricité, au gaz propane et naturel, au combustible liquide, ainsi qu’au bois et au charbon.

Les étudiants réaliseront que la conception de ce genre d’appareils a évolué, mais que le principe du chauffage électrique est demeuré le même, alors que les fabricants ont plutôt fait preuve de plus d’innovation dans les matériaux utilisés dans les appareils électriques du 20e siècle. Est-ce que 100% de sa capacité est utilisée dans les mains du consommateur? Y a-t-il des pertes en cours de route?

L’électrification des villes, des municipalités et du pays débuta avec conviction lorsqu’en 1905 Niagara Falls aménagea une installation permettant de générer de l’électricité à partir du débit de l’eau. Il s’agit toujours de la source d’énergie la plus propre, la plus naturelle et la plus renouvelable. Les étudiants désireront en apprendre encore plus sur la façon dont l’électricité s’est diffusée rapidement et un peu partout tout au long du 20e siècle – ainsi que sur ses plus mauvais jours, par exemple, lors de la crise du verglas de 1998 qui a affecté l’est de l’Ontario, le sud du Québec et les Maritimes, ainsi que lors de la panne majeure de 2003 sur le nord-est de l’Amérique du Nord.

La résultante est : plus de confort, de commodité et de plaisir que ce que les Canadiens ont vécu avec le bois et le charbon comme seules sources de chaleur.
* Recherche des archives du HVACR Heritage Centre Canada (DCSB #2, HD1001H).
* Artefact historique de la HVACR Centre Canada, T. H. Oliver Collection, Accession No. 2003-084.
* Safety issues with heaters,” www.cityofkingston.ca/residents/.

© 2011, HVACR Heritage Centre Canada. Tous droits réservés.

Un simili-brasero en bronze

Ce simili-brasero en bronze est muni de deux éléments chauffants électriques, à élément ouvert avec des morceaux de verre de couleur ambre reflétant la lumière. C'était une initiative commerciale très créative de la part d'un fabricant canadien de la vallée d'Ottawa.

G. Leslie Oliver, Mark Dorlandt Photography.
G. Leslie Oliver, Ron Shuker, Nigel Heseltine.
vers 1930
Centre du Canada, CANADA
HHCC.2003.084
© 2010, HVACR Heritage Centre Canada. Tous droits réservés.


Deux ventilateurs à légères pales en aluminium

Deux ventilateurs à légères pales en aluminium pivotent sur des roulements à billes. Propulsées par des courants de convection d'air chaud, elles produisent une source de lumière vacillante.

G. Leslie Oliver, Mark Dorlandt Photography.
Ron Shuker, Nigel Heseltine.
vers 1930
Centre du Canada, CANADA
HHCC 2003.084
© 2011, HVACR Heritage Centre Canada. Tous droits réservés.


Une paire d’ampoules standard de 60 watts illumine des morceaux de verre ambré simulant la lueur du feu

Une paire d’ampoules standard de 60 watts illumine des morceaux de verre ambré simulant la lueur du feu.

G. Leslie Oliver, Mark Dorlandt Photography.
G. Leslie Oliver, Ron Shuker, Nigel Heseltine.
vers 1930
Centre du Canada, CANADA
HHCC 2003-084
© 2011, HVACR Heritage Centre Canada. Tous droits réservés.


Deux radiateurs ouverts bobinés sur des noyaux de porcelaine

Deux radiateurs ouverts bobinés sur des noyaux de porcelaine fournissaient 1500 watts de chaleur électrique.

G. Leslie Oliver, Mark Dorlandt Photography.
Ron Shuker, Nigel Heseltine.
vers 1930
Centre du Canada, CANADA
© 2011, HVACR Heritage Centre Canada. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

1) Décrire comment la créativité et l’ingéniosité des ingénieurs avec les divers matériaux ont mené à cette chaufferette-foyer électrique simulée.

2) Pourquoi est-ce que certaines sources d’électricité sont meilleures que d’autres?

3) Est-ce que l’électricité distribue 100 pour cent de sa capacité d’énergie aux consommateurs?

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons