Comme toutes les forêts, la forêt tropicale peut être divisée verticalement en étages ou «strates». Du sol jusqu’au faîte des arbres, la quantité de lumière, la température et le taux d’humidité varient, de sorte que chacune des strates convient plus particulièrement à certains types de plantes. Par exemple, les orchidées, qui sont des plantes herbacées épiphytes (c’est-à-dire qui croissent sur des arbres), s’établissent dans les strates supérieures.

Pour trouver leur nourriture ou encore un abri, les animaux adoptent eux aussi la strate qui répond le mieux à leurs besoins, ce qui ne les empêche pas de visiter les autres, à l’occasion.

Parmi les différentes façons de déterminer les strates, voici une méthode simple à trois niveaux, applicable à la forêt tropicale du Biodôme de Montréal.
Comme toutes les forêts, la forêt tropicale peut être divisée verticalement en étages ou «strates». Du sol jusqu’au faîte des arbres, la quantité de lumière, la température et le taux d’humidité varient, de sorte que chacune des strates convient plus particulièrement à certains types de plantes. Par exemple, les orchidées, qui sont des plantes herbacées épiphytes (c’est-à-dire qui croissent sur des arbres), s’établissent dans les strates supérieures.

Pour trouver leur nourriture ou encore un abri, les animaux adoptent eux aussi la strate qui répond le mieux à leurs besoins, ce qui ne les empêche pas de visiter les autres, à l’occasion.

Parmi les différentes façons de déterminer les strates, voici une méthode simple à trois niveaux, applicable à la forêt tropicale du Biodôme de Montréal.

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés

La forêt tropicale du Biodôme

La strate arborescente: les arbres de taille moyenne et les grands arbres.

La strate arbustive: les arbustes et les arbrisseaux.

La strate herbacée: les plantes herbacées au sol.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


La strate herbacée

La strate herbacée est présente dans tous les habitats terrestres de la forêt tropicale du Biodôme de Montréal. Elle est particulièrement visible à l’entrée de l’écosystème et près des plans d’eau.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Caurale soleil

Le caurale soleil tire son nom des couleurs rayonnantes qui ornent le dessus de ses ailes. On le voit souvent au sol, près de l’eau, où il se nourrit d’invertébrés, comme des insectes, des araignées, des escargots, des crabes ou des vers de terre. Il mange aussi des petits poissons, des têtards, des grenouilles, des crapauds et des lézards. Le caurale lave souvent ses proies, surtout lorsqu’elles sont destinées à nourrir ses petits.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Dendrobate dorée

Les couleurs de cette grenouille d’Amérique centrale varie selon les régions. La dendrobate dorée que l’on voit ici est parée de noir et de vert vif. Elle se cache sous les feuilles mortes tombées au sol et chasse les petits insectes, notamment les araignées.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Phyllobate tricolore

On reconnaît cette très petite grenouille aux deux lignes de couleur orange vif qu’elle porte sur le dos. Elle vit sur les plantes basses et sur le sol. Sa couleur vive annonce aux prédateurs qu’elle est très toxique. Elle se nourrit de petits invertébrés, comme les insectes.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Tortue charbonnière

La tortue charbonnière est une tortue terrestre. On la trouve donc au sol, dans le sous-bois; en général, elle ne s’éloigne jamais beaucoup de l’eau. Elle mange des feuilles, des fruits, des champignons et des petits animaux, vivants ou en décomposition.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Sicale bouton-d’or

Même si on le voit souvent dans les arbustes et les arbrisseaux, c’est surtout au sol que ce petit oiseau jaune trouve sa nourriture : des graines et quelques insectes. Assez répandu dans plusieurs régions d’Amérique du sud, on l’apprécie beaucoup comme oiseau de compagnie.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Grenouille tungara

Cette petite grenouille nocturne vit parmi les feuilles mortes tombées au sol. Elle possède une peau verruqueuse, ce qui lui donne l’apparence d’un petit crapaud. Comme la plupart des grenouilles, elle se nourrit d’insectes et d’autres invertébrés.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Tohi ligné

Le tohi ligné est un petit oiseau semi-terrestre. Il quitte souvent les arbustes pour aller au sol se nourrir d’insectes, de petits fruits, de graines et d’araignées.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Crapaud géant

Le crapaud géant est plutôt difficile à observer. Il se cache souvent dans le sol où, à moitié enterré, il guette ses proies: des insectes, des vers et parfois même une souris.

Biodôme de Montréal

© Biodôme de Montréal, 2005. Tous droits réservés


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • apprendre à mieux connaître les écosystèmes des Amériques;
  • observer la diversité que chaque écosystème offre tant sur le plan de la flore, de la faune que du climat;
  • nommer les différents éléments qui structurent les différents écosystèmes, tels que la végétation, la faune, le sol, etc.;
  • expliquer les différentes causes et conséquences des actions humaines sur les écosystèmes (à partir de la 4e année);
  • formuler et justifier des pistes de solutions sur des sujets comme le
  • réchauffement de la planète afin de préserver nos écosystèmes et la biodiversité sur Terre (à partir de la 6e année).

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons