La fabrication d'une photographie composite est une opération complexe qui nécessite la coopération des artistes et des photographes travaillant sous la conduite de William Notman. En accord avec les photographes, les artistes conçoivent la composition de la photo, qui détaille jusqu'à l'attitude que doivent adopter certaines personnes. Ils préparent ensuite l'esquisse devant guider les photographes. Pour obtenir une juste perspective, les photographes doivent évaluer la distance à laquelle chacun sera photographié, ainsi que le format du négatif qui doit être utilisé. Les personnes placées au premier plan d'une grande photo composite peuvent être prises sur une plaque de 20,3 x 25,4 cm, mais celles qui se trouvent au second et à l'arrière-plan et qui doivent apparaître en plus petit sont respectivement prises sur des plaques de 12,7 x 17,8 cm et de 10,2 x 12,7 cm. Si l'appareil photo est décalé de plus de trente centimètres, les personnes semblent trop grandes ou trop petites.
La fabrication d'une photographie composite est une opération complexe qui nécessite la coopération des artistes et des photographes travaillant sous la conduite de William Notman. En accord avec les photographes, les artistes conçoivent la composition de la photo, qui détaille jusqu'à l'attitude que doivent adopter certaines personnes. Ils préparent ensuite l'esquisse devant guider les photographes. Pour obtenir une juste perspective, les photographes doivent évaluer la distance à laquelle chacun sera photographié, ainsi que le format du négatif qui doit être utilisé. Les personnes placées au premier plan d'une grande photo composite peuvent être prises sur une plaque de 20,3 x 25,4 cm, mais celles qui se trouvent au second et à l'arrière-plan et qui doivent apparaître en plus petit sont respectivement prises sur des plaques de 12,7 x 17,8 cm et de 10,2 x 12,7 cm. Si l'appareil photo est décalé de plus de trente centimètres, les personnes semblent trop grandes ou trop petites.

© Le Musée McCord d'histoire canadienne, 2005.

Esquisse pour une épreuve composite du Marchand de Venise

Esquisse préliminaire pour une épreuve composite du Marchand de Venise, Montréal, QC, 1872

William Notman
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
1872
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
I-71700.1
© Musée McCord


Les artistes et les photographes ne sont pas les seuls à participer à la création de photographies composites. Une fois l'esquisse préparée, toute l'équipe - qui, dans les meilleures années, compte jusqu'à cinquante-cinq employés - participe au processus et la charge de travail de chacun augmente en fonction du nombre de personnes regroupées sur la photo. L'esquisse réalisée, il faut ensuite prendre rendez-vous avec chaque participant à la scène. Lorsqu'il s'agit d'une petite photographie composite réunissant une famille de dix ou de douze membres, la tâche est simple. Mais lorsque l'on a affaire à un grand groupe de trois ou de quatre cents personnes, elle est gigantesque. Dans certains cas, on a même recours à des annonces dans les journaux ou dans les clubs, profitant des réunions où sont convoqués les membres. Il arrive aussi que l'on doive remettre des messages en mains propres, soit au domicile des gens soit sur le lieu de travail, et que la réponse revienne par les mêmes voies.
Les artistes et les photographes ne sont pas les seuls à participer à la création de photographies composites. Une fois l'esquisse préparée, toute l'équipe - qui, dans les meilleures années, compte jusqu'à cinquante-cinq employés - participe au processus et la charge de travail de chacun augmente en fonction du nombre de personnes regroupées sur la photo. L'esquisse réalisée, il faut ensuite prendre rendez-vous avec chaque participant à la scène. Lorsqu'il s'agit d'une petite photographie composite réunissant une famille de dix ou de douze membres, la tâche est simple. Mais lorsque l'on a affaire à un grand groupe de trois ou de quatre cents personnes, elle est gigantesque. Dans certains cas, on a même recours à des annonces dans les journaux ou dans les clubs, profitant des réunions où sont convoqués les membres. Il arrive aussi que l'on doive remettre des messages en mains propres, soit au domicile des gens soit sur le lieu de travail, et que la réponse revienne par les mêmes voies.

© Le Musée McCord d'histoire canadienne, 2005.

Monsieur G. MacPherson dans « Le Marchand de Venise »

Monsieur MacPherson fait aussi partie de la distribution, et le support de posture qu'on lui a fourni est semblable à ceux employés pour le portrait de Monsieur Prescott Esdaile.

William Notman
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
1872
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
I-71784.1
© Musée McCord


Plus il y a de portraits à réaliser, plus les assistants des photographes - chargés d'apporter dans la salle de photographie les plaques humides, fraîchement préparées, dans les porte-plaques opaques, et de rapporter les plaques exposées dans la chambre noire pour qu'elles puissent être développées - doivent se dépêcher. Une fois développés, lavés et séchés, tous les négatifs sont numérotés et l'on inscrit les noms des modèles dans l'émulsion. Tous ces renseignements figurent aussi sur l'enveloppe et sont ensuite consignés dans les deux livres. Les employées de la salle de tirage attendent plus souvent ou plus longtemps, debout près des paniers de tirage placés près des fenêtres orientées vers le sud, essayant de tirer le meilleur profit possible des derniers rayons de soleil pour imprimer les images et maugréant, par temps maussade et pluvieux, contre l'extrême lenteur du processus de tirage. Les services de la comptabilité et du courrier sont aussi affectés par l'accroissement de la clientèle du studio, de même que les préposées au vestiaire chargées d'aider les dames à revêtir les costumes choisis pour les photographies.
Plus il y a de portraits à réaliser, plus les assistants des photographes - chargés d'apporter dans la salle de photographie les plaques humides, fraîchement préparées, dans les porte-plaques opaques, et de rapporter les plaques exposées dans la chambre noire pour qu'elles puissent être développées - doivent se dépêcher. Une fois développés, lavés et séchés, tous les négatifs sont numérotés et l'on inscrit les noms des modèles dans l'émulsion. Tous ces renseignements figurent aussi sur l'enveloppe et sont ensuite consignés dans les deux livres. Les employées de la salle de tirage attendent plus souvent ou plus longtemps, debout près des paniers de tirage placés près des fenêtres orientées vers le sud, essayant de tirer le meilleur profit possible des derniers rayons de soleil pour imprimer les images et maugréant, par temps maussade et pluvieux, contre l'extrême lenteur du processus de tirage. Les services de la comptabilité et du courrier sont aussi affectés par l'accroissement de la clientèle du studio, de même que les préposées au vestiaire chargées d'aider les dames à revêtir les costumes choisis pour les photographies.

© Le Musée McCord d'histoire canadienne, 2005.

Jeunes femmes de la salle de tirage de Notman

Cette photographie représente Mademoiselle Findlay entourée d'un groupe de jeunes femmes qui travaillent dans la salle d'impression du studio photographique Notman.

William Notman
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
1876
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
10 x 13 cm
II-24323.1
© Musée McCord


Les épreuves lavées et séchées sont ensuite remises au service artistique où les figures sont soigneusement découpées à l'aide de ciseaux bien affûtés et collées sur un fond déjà prêt. Dans le cas des photos composites représentant une scène d'intérieur, tel un groupe familial ou une équipe sportive, on dispose généralement d'une photographie de la véritable pièce. Mais pour une scène d'extérieur, il faut presque toujours réaliser un fond peint car il est plus facile d'obtenir une photo naturelle et une perspective crédible si l'on place les personnages dans un paysage spécialement conçu pour eux. Une fois les personnages mis en place, il faut exécuter un léger travail de retouche au lavis sépia pour mieux les fondre à l'arrière-plan. Cette opération se limite généralement à dessiner les ombres projetées par les personnages, à ajouter quelques brins d'herbe pour intégrer les pieds au paysage et éliminer ainsi l'impression de « flottement » des figures, et à rehausser les reflets sur l'eau, sur la glace ou sur la neige, dans le cas des scènes d'hiver. Les scènes d'intérieur sont traitées sensiblement de la même manière. Les techniques de base consistent à accentuer les Pour en lire plus
Les épreuves lavées et séchées sont ensuite remises au service artistique où les figures sont soigneusement découpées à l'aide de ciseaux bien affûtés et collées sur un fond déjà prêt. Dans le cas des photos composites représentant une scène d'intérieur, tel un groupe familial ou une équipe sportive, on dispose généralement d'une photographie de la véritable pièce. Mais pour une scène d'extérieur, il faut presque toujours réaliser un fond peint car il est plus facile d'obtenir une photo naturelle et une perspective crédible si l'on place les personnages dans un paysage spécialement conçu pour eux. Une fois les personnages mis en place, il faut exécuter un léger travail de retouche au lavis sépia pour mieux les fondre à l'arrière-plan. Cette opération se limite généralement à dessiner les ombres projetées par les personnages, à ajouter quelques brins d'herbe pour intégrer les pieds au paysage et éliminer ainsi l'impression de « flottement » des figures, et à rehausser les reflets sur l'eau, sur la glace ou sur la neige, dans le cas des scènes d'hiver. Les scènes d'intérieur sont traitées sensiblement de la même manière. Les techniques de base consistent à accentuer les ombres des détails architecturaux, à ajouter les ombres projetées par les personnages et le mobilier et à rehausser quelque peu les chandeliers, les miroirs et les meubles cirés. À cette étape, même si l'image est achevée, le travail n'est toujours pas terminé. Les photographies composites retournent au service photographique où l'on en produit des négatifs de divers formats avant de les expédier au service de l'encadrement, où elles sont placées sous vitre, dans des cadres appropriés. Tout ce travail supplémentaire est rentable.

© Le Musée McCord d'histoire canadienne, 2005.

Adolphe Vogt, John Fraser et Henry Sandham, employés de Notman

Cette photographie représente trois employés du studio photographique Notman : Adolphe Vogt, John Fraser et Henry Sandham.

William Notman
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
1868
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
17 x 12 cm
I-30063.1
© Musée McCord


Les photos composites sont extrêmement populaires et suscitent un vif intérêt, même auprès des personnes non représentées sur les photos. Les scènes d'événements publics, tel Le carnaval de patinage, Le curling au Canada ou L'investiture du marquis de Lorne, ou encore les excursions du Montreal Snow Shoe Club sont très prisées du grand public, qui les recherche avidement. Des images comme celles qui représentent les clubs de raquetteurs peuvent rassembler plus de trois cents personnes. Chacune étant photographiée séparément, on peut garantir un portrait ressemblant et être ainsi certain de vendre des images à tous les membres du groupe, peut-être même de différents formats. Les copies sont proposées selon des formats variés, adaptés au goût de tous et au portefeuille de chacun. Le studio offre des copies par contact de 10,2 x 12,7 cm, 12,7 x 17,8 cm, 20,3 x 25,4 cm, 27,9 x 35,6 cm, 35,6 x 43,2 cm, 40,6 x 50,8 cm et 45,7 x 55,9 cm réalisées à partir des plaques de verre. Règle générale, les clients commandent les épreuves de grand format déjà encadrées et réservent à leurs albums les clichés de format Pour en lire plus
Les photos composites sont extrêmement populaires et suscitent un vif intérêt, même auprès des personnes non représentées sur les photos. Les scènes d'événements publics, tel Le carnaval de patinage, Le curling au Canada ou L'investiture du marquis de Lorne, ou encore les excursions du Montreal Snow Shoe Club sont très prisées du grand public, qui les recherche avidement. Des images comme celles qui représentent les clubs de raquetteurs peuvent rassembler plus de trois cents personnes. Chacune étant photographiée séparément, on peut garantir un portrait ressemblant et être ainsi certain de vendre des images à tous les membres du groupe, peut-être même de différents formats. Les copies sont proposées selon des formats variés, adaptés au goût de tous et au portefeuille de chacun. Le studio offre des copies par contact de 10,2 x 12,7 cm, 12,7 x 17,8 cm, 20,3 x 25,4 cm, 27,9 x 35,6 cm, 35,6 x 43,2 cm, 40,6 x 50,8 cm et 45,7 x 55,9 cm réalisées à partir des plaques de verre. Règle générale, les clients commandent les épreuves de grand format déjà encadrées et réservent à leurs albums les clichés de format moyen. Quant aux plus petites images, elles sont soit destinées à des albums, soit glissées dans des enveloppes et envoyées à des amis et à des relations afin de faire valoir les activités dynamiques et pittoresques de la ville.

© Le Musée McCord d'histoire canadienne, 2005.

Groupe du service d'ingénierie du chemin de fer du Grand Tronc

Groupe du service d'ingénierie du chemin de fer du Grand Tronc, photographie composite, 1877

Notman & Sandham
Achat de l'Associated Screen News Ltd.
1877
Sels d'argent sur papier monté sur papier - Papier albuminé
27 x 35 cm
N-0000.73.19
© 2011, RCIP-CHIN. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprennant va :
  • définir le mode de vie des habitants du Canada avant et après la Confédération ;
  • identifier les conséquences liées à l’urbanisation et à l’industrialisation sur le territoire occupé ;
  • expliquer les grandes lignes et les acteurs de la Confédération ;
  • expliquer le développement de la technologie, amené par l’industrialisation.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons