Introduction

La durabilité et le design durable mettent en valeur la responsabilité continue de la société de choisir et d’élaborer des méthodes de fabrication et de construction ainsi que des modes de vie qui ont peu d’impact à long terme sur la santé de l’environnement, de la société et de l’économie. Le gouvernement, les industries et les consommateurs doivent prendre en compte l’empreinte écologique et le patrimoine qu’ils laisseront derrière eux pour les générations futures dans le monde. Vu le contexte de commerce international et de mondialisation dans lequel on se trouve, les designers et les fabricants ont désormais pour responsabilité d’envisager l’entièreté du cycle de vie des produits qu’ils créent. Alors que de plus en plus de produits et de matériaux sont transportés de par le monde, nous devons considérer la façon dont les produits sont fabriqués, par qui ils sont fabriqués et dans que Pour en lire plus
Introduction

La durabilité et le design durable mettent en valeur la responsabilité continue de la société de choisir et d’élaborer des méthodes de fabrication et de construction ainsi que des modes de vie qui ont peu d’impact à long terme sur la santé de l’environnement, de la société et de l’économie. Le gouvernement, les industries et les consommateurs doivent prendre en compte l’empreinte écologique et le patrimoine qu’ils laisseront derrière eux pour les générations futures dans le monde. Vu le contexte de commerce international et de mondialisation dans lequel on se trouve, les designers et les fabricants ont désormais pour responsabilité d’envisager l’entièreté du cycle de vie des produits qu’ils créent. Alors que de plus en plus de produits et de matériaux sont transportés de par le monde, nous devons considérer la façon dont les produits sont fabriqués, par qui ils sont fabriqués et dans quelles conditions ils sont fabriqués. Nous devons envisager la provenance des matières premières. Sont-elles renouvelables ? Quels sont les impacts environnementaux résultant de la culture et de la récolte de ces matériaux ? D’autres facteurs que l’on doit prendre en considération : l’énergie consommée et les déchets engendrés par l’empaquetage et l’expédition, la durée de vie, l’utilisation du produit et, finalement, la façon dont on va s’en débarrasser et l’endroit où il sera déposé.

Cette portion du module présente une étude de cas à propos d’une designer canadienne de mobilier qui propose une approche alternative dans la création de commerces durables et autonomes dans les pays en voie de développement. L’activité se concentre sur l’histoire de la banane en tant que produit importé en Amérique du Nord, ce qui fournit un cadre de discussion et d’analyse de multiples enjeux apparentées au commerce international.



Étude de cas
La designer canadienne Patty Johnson collabore avec des fabricants de mobilier à Guyana, 2004-2006

Discipline de design : Design industriel

Explication du design

Design
Design, lorsqu’il est utilisé comme verbe, signifie réfléchir, concevoir et exécuter une idée. C’est un procédé créatif de résolution de problèmes. Lorsqu’il est utilisé comme substantif, le design fait référence au résultat ou au produit d’une telle démarche cognitive.

Design industriel
Cette branche du design se réfère spécifiquement à la conceptualisation d’objets destinés à être manufacturés en usine en grandes quantités. Se différenciant des produits faits à la main et des produits artisanaux, le design industriel représente la plus grande part des produits vendus dans le monde à l’heure actuelle.

Artisanat
Avant l’avènement des usines à la fin du 18e siècle, tous les objets créés par l’homme étaient issus de l’artisanat résultant des traditions artisanales. Mettant en avant l’utilisation de connaissances et de compétences particulières, l’artisanat nécessite toujours l’utilisation de ses propres mains lorsque l’on crée quelque chose, que ce soit un panier tissé à la main, un chandail tricoté ou une poterie.

Production en série
Liée à la montée en puissance des industries, la production en série désigne la fabrication de multiples copies d’un même produit. Elle se caractérise par des standards de mesure et de conformité très précis. L’objet produit en série constitue le composant le plus important du capitalisme et consommateurisme.

Design durable
Le design durable est mesuré par les trois facteurs décisifs suivants : économie, société et environnement. Le design durable est censé combler les besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à subvenir à leurs besoins. On peut également définir le design durable comme l’art de produire des objets et de construire des espaces en n’utilisant que des ressources renouvelables. Ces objets et espaces, une fois en service, ne consommeraient à leur tour que des ressources renouvelables, et ce, dans une démarche de conception intégrée en vue de réduire l’empreinte écologique de notre génération.



Designer
Patty Johnson (Toronto, Ontario)

Patty Johnson est une designer de mobilier dont les œuvres ont été produites par des compagnies canadiennes telles que Keilhauer, Nienkamper et Speke/Klein. Johnson, une membre active de la collectivité des designers, a organisé des exhibitions internationales de design canadien à New York et à Londres. Elle est éducatrice de design et enseigne au Collège Sheridan (Oakville, Ontario) et au Collège d’Art et de Design de l’Ontario (Toronto, Ontario). Elle termine en ce moment sa maîtrise de design de mobilier au Collège d’Art et de Design Central St. Martins à Londres, en Angleterre.

Le travail de Johnson représente aussi bien l’artisanat que la production en série. Sa connaissance des petits et des grands fabricants du Canada est indispensable aux pays en voie de développement. Elle agit comme consultante en République du Guyana, en Amérique du Sud et au Botswana (Afrique).

Défi

Les gouvernements de la République du Guyana et des États-Unis travaillent main dans la main pour rendre les industries de la République du Guyana plus compétitives sur le plan international. Ce programme est financé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID).

Le commerce de mobilier fut identifié comme étant un secteur d’activité qui pourrait se révéler viable pour la République du Guyana. Ils produisaient déjà du mobilier pour leur marché local et cultivaient une grande variété de matériaux de forêt de qualité. Toutefois, être compétitif sur le plan international exige plus que de vendre à un coût inférieur par rapport à des pays comme l’Indonésie ou la Malaisie. Les fabricants guyaniens devaient développer une gamme de produits de meilleure qualité et offrant quelque chose de nouveau. Le design était l’ingrédient qui manquait à ces entreprises afin de retenir l’attention du monde.

Les entreprises guyaniennes devaient tout d’abord améliorer leurs produits locaux, la conception de leurs usines, leur capacité de rendement et les compétences de leur personnel. Elles ont fait appel à une designer expérimentée ayant une bonne connaissance des procédés de fabrication, des matériaux, de la distribution (comment vendre et expédier le mobilier), du marché international du mobilier, des exigences des consommateurs et des tendances de par le monde. Une fois leurs produits pratiquement terminés, les entreprises pouvaient commencer à promouvoir leurs nouveaux meubles grâce à de meilleurs outils marketing. Elles pouvaient également montrer le fruit de leur travail lors de salons commerciaux internationaux.

Les questions de durabilité ont été prises en considération tout au long de ce processus. Les produits du bois des forêts tropicales d’Amérique du Sud sont très prisés sur le plan international pour du mobilier et des projets de construction. Ces bois sont toutefois trop souvent exploités sans égard à l’économie locale, la population active et l’impact sur l’environnement. De vastes forêts tropicales sont protégées en République du Guyana même si la population active du pays a grand besoin d’emplois durables.

Clients et utilisateurs
•    Les entreprises forestières et les entreprises de mobilier guyaniennes, ainsi que leurs employés bénéficieraient de l’amélioration de leurs opérations, de l’accès aux marchés internationaux en étant munis de produits compétitifs et, potentiellement, de l’augmentation de leurs ventes tout en pratiquant des prix plus élevés
•    Les citoyens guyaniens, y compris les tribus indigènes qui dépendent de la forêt, bénéficieraient de plus de contrôle sur leurs ressources naturelles, de meilleures conditions de travail, d’une réduction de l’impact sur l’environnement et d’une économie plus forte
•    Les distributeurs de mobilier internationaux, les magasins de meubles et les décorateurs d’intérieurs qui fourniraient les meubles à leurs clients
•    Les consommateurs, les hôtels et les restaurants à travers le monde qui achèteraient les meubles

Solution

Les gouvernements de la République du Guyana et des États-Unis ont décidé de financer un programme d’un an, dont le résultat serait le lancement d’une nouvelle gamme de produits en mai 2006 à l’« International Contemporary Furniture Fair » à New York. La designer Patty Johnson a été engagée comme consultante pour l’industrie du meuble. En plus de ses accomplissements initiaux, Johnson a collaboré avec Liana Cane, Precision Woodworking et la communauté Wai Wai dans le but d’élaborer des produits design prêts à être commercialisés. Elle a visité des usines et a proposé des changements qui permettraient d’améliorer la mise au point de prototypes, la conception d’usine, les méthodes de fabrication et le rendement, tout en réduisant les coûts. Elle a aidé les entreprises à adapter leur collection de meubles pour le marché international, à créer des moyens de promotion et à se préparer pour le salon commercial de New York.

En s’appuyant sur son expérience professionnelle et sur les exemples d’entreprises canadiennes, Johnson a tenu un séminaire abordant les sujets suivants :
•    les tendances des meubles en bois
•    l’ergonomie
•    les techniques de fabrication
•    l’utilisation de matériaux et des outils électriques
•    l’organisation des usines
•    les entreprises hors Guyana interressées par les meubles et accessoires fabriqués dans l’hémisphère Sud

Deux entreprises se sont unies pour créer un tout nouveau produit. Precision Woodworking fabriquera les composants en bois de feuillus alors que Liana Cane fournira la liane (similaire au rotin ou au bambou) trouvée dans les forêts tropicales locales. Ce partenariat encouragera peut-être d’autres entreprises guyaniennes à collaborer en profitant des compétences et des ressources à leur disposition pour devenir plus compétitives sur le plan international.

En 2004, Patty Johnson s’est associée au designer canadien Terence Cooke, au fabricant canadien Pure Design et à Liana Cane pour créer la gamme de meubles Par. Ils ont utilisé des matériaux et des techniques de fabrication locales pour créer une collection de chaises et de tables. Les pieds étaient en acier tubulaire fabriqué par Pure Design à Edmonton. Les meubles ont remporté un prix « Best of Canada » attribué par le magazine « Canadian Interiors ».

Patty Johnson travaille maintenant en Afrique par l’intermédiaire d’un programme qui a pour but de stimuler l’exportation du Botswana. Elle collabore avec le groupe Etsha Weavers et l’entreprise de meubles Mogomotsi Enterprises. Mogomotsi élargira sa gamme de produits avec Mabeo, une nouvelle série de produits destinés à l’exportation. Johnson attend vivement des possibilités d’initiatives similaires en Inde et au Vietnam.
Ressources d’études de cas


Patty Johnson

http://www.keilhauer.com/designerbio/designerbio.asp?DesignerID=13

http://www.sheridanc.on.ca/academic/arts/craftsdesign/furniture/johnson_content.html

http://www.renegademedia.info/articles/azure-may-2003.html

http://www.eye.net/eye/issue/issue_11.28.02/city/design.html

http://www.spekeklein.com/AD/bios/patty_johnson.htm

Projet USAID

http://www.gtisproject.com/index.php?option=com_content&task=view&id=8&Itemid=65

Prix du magazine Canadian Interiors
http://www.canadianinteriors.com/archive/2004/ja04/bestcan7story.htm

International Contemporary Furniture Fair
http://www.icff.com

Des étudiants de l’école de Design Parsons à New York se déplacent en République du Guyana pour travailler avec Liana Cane sur une nouvelle gamme de produits

http://www.isdesignet.com/Magazine/J_A%2700/ednote.html

http://productdesign.parsons.edu/html/collaboration_html/Guyana/guyana.html


Les entreprises guyaniennes participant au programme USAID
http://www.gsmp.org/lianacane/

Commerce de bois équitable
http://www.eftafairtrade.org/Document.asp?DocID=100&tod=53329

Projets au Botswana

Artisanat du Botswana
http://www.botswanacraft.bw/

Entreprise de meubles Mogomotsi Enterprises
http://mogomotsi-a.en.21cpp.com/en/

Groupe Etsha Weavers
http://www.botswanacraft.bw/gallery/gallery.html

Programmes canadiens de développement international

Agence canadienne de développement international
http://www.acdi-cida.gc.ca/index-e.htm

Ingénieurs sans frontières – Canada
http://www.ewb.ca/content/en/index2.shtml

Design durable
http://www.valuecreatedreview.com/

© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.

Bateau pour la transporation de la plante Kufa pour utiliser dans les usines de meubles.

La plante Kufa, également connue sous le nom de Liana Cane, pousse dans les forêts du Guyana et peut atteindre une hauteur de 30 mètres. C’est une culture qui se régénère facilement et est prisée pour la fabrication de meubles par sa flexibilité, sa longueur et sa durabilité.

Photo par Patty Johnson
2006
GUYANA
© 2006, Patty Johnson. Tous droits réservés.


La chaise Par fait partie d'une ligne de meubles tissés et fabriquées à Guyana et Canada

La gamme de meubles Par est un exemple de collaboration internationale. Les chaises et les tables ont été construites avec des matériaux et des méthodes de fabrication guyaniennes. Les pieds et l’armature sont en acier tubulaire provenant de l’entreprise Pure Design à Edmonton.

Patty Johnson, Terrence Cooke, Pure Design (Edmonton), Lianacane (Guyana), Photo par Pure Design
2004
GUYANA
Edmonton, Alberta, CANADA
CANADA Région de Toronto, Ontario, Région de Toronto, CANADA
© 2006, Liana Cane. Tous droits réservés.


La designer Patty Johnson travaille avec des tisserands de la communauté indigène Wai Wai de Guyana dans l’usine de Liana

La designer canadienne Patty Johnson travaille dans l’usine Liana Cane avec des tisserands de la communauté indigène Wai Wai de la République du Guyana

Photo par le Dr. Fenton Sands
2006
GUYANA
© 2006, Patty Johnson. Tous droits réservés. Johnson


L'usine LianaCane où les employés fabriquent des meubles tissés

Liana Cane est une entreprise qui produit du mobilier tissé en utilisant des matériaux durables en provenance des forêts tropicales de la République du Guyana. Les employés de l’usine assemblent des armatures de meubles faites en lianes de kufa cuites à la vapeur et tendues autour de gabarits en bois.

Photo par Patty Johnson
2006
GUYANA
© 2006,Patty Johnson. Tous droits réservés.


Usine de menuiserie Precision (Precision Woodworking Factory)

L’entreprise Precision collaborera avec Liana Cane pour lancer une nouvelle gamme de meubles tissés et de meubles en bois de feuillus à l’International Contemporary Furniture Fair à New York en mai 2006.

Photo par Patty Johnson
2006
GUYANA
© 2006, Patty Johnson. Tous droits réservés.


Meubles en bois destinés à l’exportation par Mogomotsi Enterprises Funiture Company

Mogomotsi Enterprises Furniture Company (Botswana, Afrique) Patty Johnson collabore avec des entreprises au Botswana pour créer du mobilier destiné à l’exportation.

Patty Johnson (Toronto), Mogomotsi Enterprises Furniture Company (Botswana), Photo par Mabeo
2006
BOTSWANA
© 2006, Mogomotsi Enterprises Furniture Company Tous droits réservés.


Groupe de tisserands Etsha près de leur village

Patty Johnson collabore avec le Groupe de tisserands Etsha dans le but de fabriquer des objets contemporains basés sur les paniers anciens.et les techniques à la manière d’autrefois.

Photo par Patty Johnson
2006
BOTSWANA
© 2006, Patty Johnson. Tous droits réservés.


Paniers fabriques par la groupe de tisserands Etsha

Les paniers Etsha comprennent des techniques de tissage traditionnelles venues d’Angola et des motifs et couleurs du Botswana.

Photo par Patty Johnson
2006
BOTSWANA
© 2006, Patty Johnson. Tous droits réservés.


Patty Johnson explique ce qui l’a amenée à devenir designer de meubles

Patty Johnson explique ce qui l’a amenée à devenir designer de meubles et la raison pour laquelle elle se focalise sur le caractère social de son travail.

Patty Johnson explique ce qui l’a amenée à devenir designer de meubles et la raison pour laquelle elle se focalise sur le caractère social de son travail. Je pense que comme la plupart des designers, j’ai emprunté un chemin peu orthodoxe pour en arriver là où je suis. J’ai fait des études de littérature et de théâtre à l’Université de Toronto. Je m’intéressais beaucoup à la littérature et au théâtre moderne, j’ai mis en scène de nombreuses pièces. La plupart de ces pièces avaient pour thème des idéaux utopiques et des théories existentielles modernes. Après mes études, j’avais très envie de poursuivre une carrière créative…

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
CANADA Région de Toronto, Ontario, Région de Toronto, CANADA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson explique ce qui l’a amenée à devenir designer de meubles et la raison pour laquelle elle se focalise sur le caractère social de son travail.

"…ou artistique d’une façon ou d’une autre. Je n’étais pas convaincu qu’une carrière dans le théâtre ou dans les arts visuels avait réellement un sens à mes yeux, étant donné que mes intérêts artistiques étaient supplantés par le besoin de me sentir utile. Je voulais m’assurer que ce que je faisais avait une utilité, une fonction, ou un sens dans la vie des gens. En quittant l’université, j’ai commencé à travailler pour l’Association canadienne pour la santé mentale en tant que travailleuse sociale en milieu psychiatrique. J’ai travaillé dans leur programme de logements comme conseillère pour patients. J’ai fait ça pendant à peu près deux ans. À cette époque, mon ami a commencé à suivre un cours de design de mobilier au Collège Sheridan à Oakville, dans l’école d’art et de design, maintenant appelé école d’animation et de design. Ça me semblait plutôt intéressant. Il ne m’est jamais venu à l’esprit qu’on pouvait être un designer de mobilier ou un designer tout court. Je n’y connaissais rien. Mais comme ça me semblait intéressant, j’ai envisagé de suivre le même cours moi aussi. Je m’y suis inscrite et ai ainsi débuté ma carrière de designer de meubles. Dés que j’ai quitté l’école, j’ai fait des meubles – j’avais le studio, l’espace pour le magasin et je faisais des meubles. Petit à petit, mon intérêt pour la chose diminuait et je trouvais que la production ou la conception d’objets dans le but de les produire était bien plus intéressante et correspondait mieux à mes idéaux de jeunesse. J’ai donc commencé à concevoir des meubles plus adaptés à la production et j’ai commencé à travailler pour des fabricants canadiens. J’ai commencé à faire des missions consultatives dans des pays en voie de développement comme La République du Guyana, en Amérique du Sud. À partir de là, je me suis bâti une carrière, qui à mon avis, embrasse mes préoccupations sociales ainsi qu’une certaine démocratie dans le design, et ce, à de multiples niveaux - en concevant des produits correspondant à une grande variété de personnes."

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
CANADA Région de Toronto, Ontario, Région de Toronto, CANADA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson explique la façon dont elle a établi son rôle en tant que designer canadienne de meubles en République du Guyana.

Établir un rôle pour une designer canadienne de meuble en République du Guyana "J’ai commencé à travailler en République du Guyana en 2000. J’ai été engagée par l’Agence canadienne de développement international. J’ai été engagée comme consultante en conception de meubles pour l’industrie du meuble en République du Guyana. Je n’ai jamais mis les pieds dans un pays du tiers monde avant, mais j’y suis restée 21 jours. Durant cette période, j’ai visité 14 usines en République du Guyana. J’ai pu comparer leur industrie du meuble à celle du Canada et des États-Unis et étudier les obstacles auxquels font face les pays du tiers monde. C’est presque un miracle qu’une industrie de ce type existe dans ces pays. J’ai terminé ma mission et j’ai été très touchée par leurs efforts. Les matériaux qu’ils utilisaient correspondaient bien au type de matériaux avec lesquels j’avais travaillé auparavant. J’étais très impliquée et j’avais très envie de continuer de travailler là-bas. Il était très difficile de rester travailler en Guyana étant donné que leur industrie n’est pas du tout équipée pour collaborer avec des designers. Ils ne possèdent pas les infrastructures permettant au design de fleurir. Ce dont ils ont besoin en plus du design est un véritable accès aux marchés internationaux."

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
GUYANA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson explique la façon dont elle a établi son rôle en tant que designer canadienne de meubles en République du Guyana.

Patty Johnson explique la façon dont elle a établi son rôle en tant que designer canadienne de meubles en République du Guyana. "Nous avons commencé à nous entretenir avec l’USAID, qui est l’agence américaine pour le développement international et qui dirige plusieurs gros projets en République du Guyana. Ils dirigent des projets dans une variété de secteurs comme les sociétés de pêche, les sociétés de bois d’œuvre, la santé et la sécurité. Ils ne dirigent que des programmes tertiaires et nous leur avons proposé de diriger un programme de fabrication de meubles dans le but de créer une gamme de produits exportables et destinés à être inaugurés. Au départ, quand nous avons élaboré mon mandat, il couvrait mes frais pour une année de travail sur la gamme de produits avec une série de visites en République du Guyana. Nous leur avons suggéré que je collabore avec quelques entreprises et qu’en même temps je collabore avec quelques fabricants locaux pour améliorer la qualité de leurs produits dans l’espoir qu’ils arrivent à se positionner sur le marché de l’export. Peu après le début du projet, l’USAID a voulu l’élargir en y incluant une inauguration à New York. Le projet a été pensé pour se dérouler sur une durée d’à peu près un an et demi en commençant par le développement du produit, essayer de subvenir aux besoins des marchés locaux et en finissant par une inauguration à New York. Nous en sommes à deux mois de l’inauguration."

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
GUYANA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson explique la façon dont elle a établi son rôle en tant que designer canadienne de meubles en République du Guyana.

Patty Johnson explique la façon dont elle a établi son rôle en tant que designer canadienne de meubles en République du Guyana. "Je suppose qu’une des choses qui rend ce projet adéquat pour quelqu’un comme moi est le fait que j’ai une éducation dans l’artisanat. Bien que je me sois toujours intéressé à la production, mon intérêt pour l’artisanat ne s’est jamais estompé. C’est ce que j’ai étudié et c’est ce qui continue de constituer mon éducation. J’ai une maîtrise de la « Central St. Martin’s school ». Cette école est réputée pour de nombreuses choses, parmi lesquelles la création de mode, mais également l’artisanat et le design. Et après avoir dit ça, je clarifierais que mon niveau de compétence de la production artisanale se fait ici sentir, et illustre les raisons de mon intérêt pour ce genre de projets. Pour quelque peu clarifier ceci, je dirais que 2/3 du monde fonctionne sur un mode de main-d’œuvre manuelle. Malgré le fait qu’il est dans notre culture de penser plus vite, plus grand, meilleur, le fait est que de nombreux objets que nous utilisons tous les jours sont fabriqués à la main dans des pays en voie de développement ou dans des économies émergentes. Le design a la vocation de répondre à ce genre de choses. Je vois ceci comme une partie très importante de ce que je fais."

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
GUYANA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson explique la façon dont elle a établi son rôle en tant que designer canadienne de meubles en République du Guyana.

Patty Johnson explique la façon dont elle a établi son rôle en tant que designer canadienne de meubles en République du Guyana. "Je dois mentionner que les gens des compagnies avec lesquelles je travaille en République du Guyana et à Mabeo ont beaucoup voyagé. Ils en savent beaucoup sur le design. Ils comprennent le processus de design et presque tous les clients avec lesquels j’ai travaillé accordent de l’importance au design dans ce qu’ils font. Ils ont tous déjà une clientèle bien établie. Je pense que chacune de ces entreprises travaille avec moi parce qu’ils veulent changer leur façon de faire. Et ils comprennent également que le design est une porte d’entrée vers l’exportation. Il est impossible de fabriquer du mobilier à ce niveau, à ce volume sans comprendre le processus de design, sans comprendre qu’il faut dessiner quelque chose, la modeler, en fabriquer un prototype, en fabriquer une copie de référence. Ensuite seulement, on peut fabriquer l’objet."

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
GUYANA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson explique les difficultés qu’on peut rencontrer lorsqu’on travaille dans des pays en voie de développement.

Revoir ses attentes ; les défis à relever lorsque l’on travaille dans des pays en voie de développement "La qualité des produits est une chose sur laquelle nos efforts se sont concentré pour pénétrer au mieux les marchés qu’on visait. Ces marchés s’attendent non seulement à une fabrication et à des matériaux de qualité, mais aussi à un effort sur le plan du design. Ceci a pris pas mal de temps à se mettre en place et a nécessité beaucoup de compromis de part et d’autre. À mon avis, le second gros problème, est l’infrastructure dans les pays en voie de développement – pour être honnête, il n’y en a pas. Je pense qu’il faut vraiment revoir ses attentes sur le plan du déroulement des opérations. On ne peut pas travailler dans cet environnement et s’attendre à ce que le parc à bois local puisse vous livrer rapidement en cas de besoin. Ça n’arrivera pas. L’infrastructure n’y est pas. La photographie et les moyens de communication y sont inexistants. L’électricité s’éteint à longueur de journée. Certaines des communautés avec lesquelles je travaille vivent dans des endroits très isolés, en plein milieu de la République du Guyana, dans la forêt tropicale ou dans le désert du Kalahari au Botswana – et malgré les publicités IBM, ces personnes ne possèdent pas d’ordinateurs, ils n’ont même pas le téléphone. Il y a donc de nombreux sujets sur lesquels il vaut mieux être très flexible et il faut se débrouiller pour travailler de façon efficace dans ces conditions. Certaines personnes avec lesquelles je collabore ne parlent pas anglais, voilà d’autres obstacles à gérer."

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
GUYANA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson nous parle de ce qu’elle a appris à propos des pratiques durables en travaillant avec des fabricants de la République du Guyana.

Protéger la forêt tropicale : fabrication durable en République du Guyana "À mon avis, personne n’est plus conscient de ces choses [développement durable, protection de l’environnement] que les gens qui travaillent dans ces pays. Ils m’ont plus appris à ce sujet qu’on ne pourrait l’imaginer. Ils ne comptent pas sur mes compétences dans le domaine, je peux vous le dire tout de suite. Par exemple, Liana Cane, travailler avec des vignes qui se renouvellent aisément dans la forêt tropicale en République du Guyana – leur mission, leur mandat est entièrement basé sur la durabilité. C’est ce qu’ils représentent et c’est pour cela que la compagnie existe."

Mars 2006
GUYANA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson nous parle des conséquences positives qui pourraient être engendrées par de nouvelles possibilités d’exportation de mobilier en République du Guyana.

La République du Guyana dans l’économie globale : exporter des meubles avec un nouveau modèle d’entreprise pourrait se révéler bénéfique. "Il y a bon nombre de discussions, à juste titre d’ailleurs, autour des marchés globaux, et de ce qui se passe sur la planète, aussi bien à l’échelle globale que locale. Je pense que ce projet a été une très bonne contribution de ma part à ce débat. La méthodologie de ce projet était très importante pour moi. Le développement de cette méthodologie comprend non seulement les procédés de design, mais aussi des méthodes de travail et de collaboration très explicites avec les fabricants et les communautés locales. Le modèle est celui d’un partenariat de collaboration non hiérarchique, rien à voir avec une branche ou une succursale. Travailler à la croisée des cultures pour créer de nouvelles identités pour les gens, pour construire des ressources économiques pour les communautés et pas seulement pour les fabricants. Tout ça dans l’espoir de créer des compétences au sein de leurs communautés pour que 1. leurs communautés puissent continuer d’exister 2. ces techniques puissent être transmises aux jeunes générations Je ne veux pas y donner une signification traditionnelle et un peu condescendante. Je veux dire que la plupart des jeunes ne s’intéressent pas à ces techniques parce qu’elles sont encore appliquées de façon extrêmement traditionnelle. Même s’ils vivent dans des régions très isolées, ils sont au courant de ce qui se passe dans le monde. Je pense donc que si on peut leur montrer comment ces techniques peuvent engager leur pays dans les débats économiques du monde, ils s’y intéresseront bien plus. Ce serait également très bénéfique pour les fabricants qui sont responsables et soutiennent des centaines de personnes dans ces pays, s’ils avaient des commandes conséquentes ou s’ils pouvaient être présents sur les marchés fortunés."

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
GUYANA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Patty Johnson nous parle de ses rencontres en République du Guyana.

Sur la même longueur d’onde : nouveaux collègues, nouveaux amis "Sur le plan personnel, j’ai rencontré des personnes extraordinaires. J’ai beaucoup apprécié toutes les personnes avec lesquelles j’ai travaillé. Ils sont très intelligents et possèdent une grande sensibilité politique. Quand je vois les efforts qu’ils font dans ces endroits-là, je me dis que personne n’est plus méritant qu’eux. Nous avons beaucoup travaillé, nous avons construit plein de choses. Les objets pour lesquels nous avons fabriqué des prototypes ont convaincus les gens travaillant à l’usine. J’avais vraiment l’impression qu’on était complètement sur la même longueur d'onde."

Qasim Virjee
Patty Johnson, Elise Hodson
Mars 2006
GUYANA
© 2006, Design Exchange. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Objectifs d’apprentissage

Les élèves analysent l’impact des multinationales et de la mondialisation sur les nations en voie de développement, les économies émergentes et l’exploitation des ressources naturelles et humaines. Ils raisonnent de façon critique et font appel à leurs compétences de résolution de problèmes en utilisant la méthodologie des designers. Les élèves, travaillant en groupe, font appel à de multiples styles d’apprentissage et remettent en question leurs acquis cognitifs ; font appel à leurs compétences de planification, d’organisation et de sociabilité ; utilisent des technologies actuelles pour illustrer visuellement l’histoire de l’« United Fruit Company ». On introduit les élèves au concept de construction de scénario comme méthode de visualisation du futur. À travers une étude de cas canadienne, les élèves évaluent la façon dont les compétences canadiennes sont appliquées dans des pays en voie de développement pour élever les peuples indigènes et créer des économies autonomes et durables.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons