Au cours des dix-neuvième et vingtième siècles, des milliers d'Européens de l'Est débarquent au Canada. Frank Dojacek, originaire de Bohême, profite de l'intérêt marqué de cette vaste clientèle d'immigrants pour les livres en langues étrangères et autres produits des « vieux pays ». Outre ses activités dans les secteurs de la vente au détail, de l'imprimerie et de l'édition, il crée une lucrative entreprise de vente par catalogue qui fournit à ces nouveaux Canadiens des imprimés dans la langue de leur choix et d'autres produits culturels familiers.

Parallèlement aux grands magasins qui utilisent le catalogue, les fournisseurs spécialisés dans les livres en langues étrangères et autres articles d'intérêt pour les immigrants européens vendent leurs produits par correspondance. Pour ces Canadiens de première génération, l'accès à ce genre de produits joue un rôle fondamental dans leur survie et leur intégration culturelles au Canada.

Compte tenu des différences linguistiques, culturelles, religieuses et sociétales évidentes des immigrants venus d'Europe centrale par rapport à la majorité de la population, d'origine britannique, ils se trouvent dans Pour en lire plus
Au cours des dix-neuvième et vingtième siècles, des milliers d'Européens de l'Est débarquent au Canada. Frank Dojacek, originaire de Bohême, profite de l'intérêt marqué de cette vaste clientèle d'immigrants pour les livres en langues étrangères et autres produits des « vieux pays ». Outre ses activités dans les secteurs de la vente au détail, de l'imprimerie et de l'édition, il crée une lucrative entreprise de vente par catalogue qui fournit à ces nouveaux Canadiens des imprimés dans la langue de leur choix et d'autres produits culturels familiers.

Parallèlement aux grands magasins qui utilisent le catalogue, les fournisseurs spécialisés dans les livres en langues étrangères et autres articles d'intérêt pour les immigrants européens vendent leurs produits par correspondance. Pour ces Canadiens de première génération, l'accès à ce genre de produits joue un rôle fondamental dans leur survie et leur intégration culturelles au Canada.

Compte tenu des différences linguistiques, culturelles, religieuses et sociétales évidentes des immigrants venus d'Europe centrale par rapport à la majorité de la population, d'origine britannique, ils se trouvent dans une position particulièrement désavantageuse dans l'Ouest canadien de 1885 à 1915 environ. Afin d'établir des collectivités capables de maintenir et de renforcer les liens avec les leurs, les nouveaux arrivants construisent des églises et d'autres établissements. Toutefois, leur adaptation au mode de vie du Nouveau Monde s'avère beaucoup plus difficile quand l'information n'est à peu près accessible qu'en anglais ou en français. Comment ces colons peuvent-ils se renseigner sur leur nouveau pays s'ils n'en comprennent pas la langue ?

Frank Dojacek, libraire et éditeur

Vers la fin des années 1800, la ville de Winnipeg est devenue le point d'accès à la propriété rurale familiale, dite « homestead », dans l'Ouest, pour des milliers d'immigrants. Beaucoup d'entre eux s'installent dans la partie nord de la ville, le « North End », et forment une collectivité dynamique de membres aux origines, talents et intérêts multiples. L'un de ces nouveaux arrivants se nomme Frank Dojacek (František Dojacek) qui, en 1903, avait quitté la Bohême, aujourd'hui une région de la République tchèque. Pour ce tailleur de formation, Winnipeg constituera le milieu idéal pour développer ses talents d'entrepreneur.

Dojacek comprend vite que les immigrants d'Europe de l'Est constituent une vaste clientèle non desservie, surtout dans le domaine des livres en langues étrangères. À l'époque, la plupart des ouvrages dans une langue autre que l'anglais ou le français sont importés d'Europe et il n'existe aucun mode de distribution efficace pour les gens isolés à la campagne.

En 1904, Dojacek colporte des livres partout dans les Prairies. En moins de deux ans, il ouvre un magasin dans la partie nord de Winnipeg et achète l'inventaire de John Bodrug, l'un des premiers importateurs de livres de l'Europe de l'Est.

© Société du Musée canadien des civilisations

Peinture de Frank Dojacek

Portrait du fondateur de la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. et de la Winnipeg Musical Supply Co. Tableau d'Eugenia Greinert (1951), huile sur toile.

Photo : Harry Foster. Musée canadien des civilisations

2001.130.1.
© Musée canadien des civilisations


Photo noir et blanc de

Elle devient ultérieurement la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. Le nom du magasin est écrit en allemand, en ukrainien et en polonais.

Manitoba Museum

12134
© Manitoba Museum


Les immigrants venus d’Europe Centrale

Bien que Dojacek soit demeuré un nationaliste tchèque, l'homme d'affaires avisé en lui reconnaît l'importance de la démographie. Les Ukrainiens de souche représentent de loin sa clientèle la plus importante. De 1891 à 1914, environ 170 000 Ukrainiens immigrent au Canada; 60 000 autres suivent entre 1925 et 1934. Voilà pourquoi Dojacek nomme son entreprise Ruthenian Booksellers and Publishers, « Ruthenian » étant le terme anglais communément utilisé pour faire référence aux Ukrainiens de l'époque. En 1920, le magasin devient la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. (Ukrainska Knyharnia i Nakladnia) pour refléter le changement d'identité de la collectivité ukrainienne au pays.

Tout en reconnaissant l'importance de sa clientèle ukrainienne, Dojacek ne néglige pas pour autant les autres groupes venus d'Europe centrale qui composent la collectivité d'immigrants de l'Ouest canadien. Il tisse des liens avec les consommateurs de plusieurs façons. Dans sa publicité destinée à la collectivité allemande, il appelle son entreprise le « Magasin allemand de livres Pour en lire plus
Les immigrants venus d’Europe Centrale

Bien que Dojacek soit demeuré un nationaliste tchèque, l'homme d'affaires avisé en lui reconnaît l'importance de la démographie. Les Ukrainiens de souche représentent de loin sa clientèle la plus importante. De 1891 à 1914, environ 170 000 Ukrainiens immigrent au Canada; 60 000 autres suivent entre 1925 et 1934. Voilà pourquoi Dojacek nomme son entreprise Ruthenian Booksellers and Publishers, « Ruthenian » étant le terme anglais communément utilisé pour faire référence aux Ukrainiens de l'époque. En 1920, le magasin devient la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. (Ukrainska Knyharnia i Nakladnia) pour refléter le changement d'identité de la collectivité ukrainienne au pays.

Tout en reconnaissant l'importance de sa clientèle ukrainienne, Dojacek ne néglige pas pour autant les autres groupes venus d'Europe centrale qui composent la collectivité d'immigrants de l'Ouest canadien. Il tisse des liens avec les consommateurs de plusieurs façons. Dans sa publicité destinée à la collectivité allemande, il appelle son entreprise le « Magasin allemand de livres et de musique » - Deutsches Buch- und Musikgeschäft. De la même manière, les consommateurs polonais font leurs achats au « Magasin polonais de livres et de musique » - Polska Ksiegarnia. Dojacek parle lui-même sept langues et s'assure que les clients seront servis dans leur propre langue.

La vente par catalogue

Grâce à la vente par catalogues, imprimés en plusieurs langues, Dojacek rejoint des clients éloignés qui ne peuvent se rendre à son magasin. Les catalogues en allemand, en ukrainien, en polonais, en tchèque et en slovaque sont distribués dans les foyers de l'Ouest. Si certains articles se retrouvent dans toutes les versions du catalogue, Dojacek personnalise chaque édition selon les intérêts et les besoins de la clientèle ciblée.

Bibles, dictionnaires et guides

Dès le début, le vaste inventaire d'imprimés multilingues, surtout en allemand et en ukrainien, sert de matériel de base à l'entreprise de Dojacek. On y trouve dictionnaires, bibles, ouvrages divers et documents religieux, essais politiques, romans et livres pour enfants. Beaucoup de publications traitent de sujets utiles à l'adaptation des nouveaux immigrants : des cours de base pour adultes, ainsi que des guides et des manuels sur les soins médicaux à domicile, les travaux agricoles et la correspondance.

Les cours de base sont des outils pédagogiques très populaires auprès des adultes, car le niveau d'instruction de beaucoup d'immigrants est peu élevé à leur arrivée au Canada. En 1924, Dojacek avait déjà vendu 11 000 manuels de cours en dix éditions. Il écoule 10 000 exemplaires du dictionnaire anglais-ukrainien dont il est l'éditeur. En 1944, le nombre de pages du catalogue annuel augmente jusqu'à contenir, entre autres, une liste de 600 œuvres dramatiques ukrainiennes.

© Société du Musée canadien des civilisations

Page titre de Catalogue de la Ukrainian Bookseller & Publishers

Catalogue de la Ukrainian Bookseller & Publishers Ltd. 1953

Photo : Harry Foster. Musée canadien des civilisations

997.21.3675
© Société du Musée canadien des civilisations


Page titre de Catalogue de musique et de livres

Catalogue de musique et de livres en tchèque et en slovaque, 1934

Photo : Harry Foster. Musée canadien des civilisations

997.20.1085
© Musée canadien des civilisations


Une imprimerie et une maison d’édition

Frank Dojacek est aussi un homme d'affaires habile; il possède en effet sa propre imprimerie et sa maison édition pour approvisionner ses magasins et son service de vente par catalogue. L'imprimerie, installée à l'origine dans le sous-sol de son magasin de Winnipeg, produit beaucoup de volumes, vendus sur les lieux mêmes ou par catalogue, ainsi que des journaux en ukrainien, en allemand, en polonais et en croate. Connue ensuite sous le nom de National Publishers Limited, l'entreprise devient l'un des chefs de file de la publication ethnique au Canada.

Dojacek comprend parfaitement l'importance des outils de communication comme la presse écrite, qui propose aux immigrants des nouvelles sur leur patrie, les œuvres littéraires ou les brochures pratiques sur la vie quotidienne. Il sait aussi que les lecteurs ne peuvent profiter pleinement de toute cette littérature que si elle leur est offerte dans une langue qui leur soit accessible.

Accessoires et instruments de musiques

En quelques années, Frank Dojacek, conscient Pour en lire plus
Une imprimerie et une maison d’édition

Frank Dojacek est aussi un homme d'affaires habile; il possède en effet sa propre imprimerie et sa maison édition pour approvisionner ses magasins et son service de vente par catalogue. L'imprimerie, installée à l'origine dans le sous-sol de son magasin de Winnipeg, produit beaucoup de volumes, vendus sur les lieux mêmes ou par catalogue, ainsi que des journaux en ukrainien, en allemand, en polonais et en croate. Connue ensuite sous le nom de National Publishers Limited, l'entreprise devient l'un des chefs de file de la publication ethnique au Canada.

Dojacek comprend parfaitement l'importance des outils de communication comme la presse écrite, qui propose aux immigrants des nouvelles sur leur patrie, les œuvres littéraires ou les brochures pratiques sur la vie quotidienne. Il sait aussi que les lecteurs ne peuvent profiter pleinement de toute cette littérature que si elle leur est offerte dans une langue qui leur soit accessible.

Accessoires et instruments de musiques

En quelques années, Frank Dojacek, conscient du riche marché de cet autre moyen d'expression culturelle important de l'Europe centrale, ajoute du matériel et des instruments de musique à son inventaire, Au début de ses activités commerciales, dans les années 1910 et 1920, il garde un imposant stock d'instruments : accordéons, harmonicas, violons, mandolines à dos rond, guitares, trompettes, tambours et instruments traditionnels slaves, comme le tsymbaly (tympanon martelé) et la balalaïka.

L'inventaire de Dojacek va varier selon l'évolution des goûts. Dans les années 1930, il remplace les mandolines à dos rond par des modèles plats et n'offre plus de balalaïkas. Un article sera proposé pendant des décennies dans le catalogue : il s'agit d'un ensemble pour violon, qui comprend l'instrument, l'étui et les accessoires. En 1953, l'ensemble se vend 24,95 $.

© Société du Musée canadien des civilisations

Photo couleur des covertures de quatre livres

Captain of Industry, d'Upton Sinclair (traduction), orthographe ukrainienne, livre de cuisine, guide de correspondance.

Photo : Harry Foster. Musée canadien des civilisations

997.22.313,997.21.3677,997.21.3657,997.20.984
© Société du Musée canadien des civilisations


Page d'un catalogue noir et blanc des calendriers muraux

Calendriers muraux, vers 1950.

Photo : Harry Foster. Musée canadien des civilisations
vers 1950
997.20.947
© Musée canadien des civilisations


Artciles ménagers et calendriers

Dans les années 1910 et 1920, diverses activités commerciales de Dojacek prennent de l'ampleur, mais pas de manière spectaculaire. Dans les années 1930, il doit sa survie à son sens aigu des affaires. La date de publication de son premier catalogue est incertaine, mais l'édition de 1918 offre une vaste gamme de livres et autres publications, des instruments de musiques, des partitions et des accessoires musicaux, du matériel de couture, des articles ménagers et autres objets pour la maison. La gamme de produits en inventaire augmente graduellement jusqu'à inclure des disques, des tourne-disques, des radios, des stylos, des appareils électroménagers, des bijoux et des jouets. Dans les années 1970, la vaste gamme de calendriers muraux décoratifs et illustrés constitue un article de vente important. Images religieuses, sujets patriotiques d'Europe centrale, œuvres littéraires, paysages, images d'enfants et d'animaux y sont présentés. Ils sont souvent munis de blocs éphémérides renouvelables de sorte que les clients peuvent conserver leur illustration préférée, année après année.

Pour en lire plus
Artciles ménagers et calendriers

Dans les années 1910 et 1920, diverses activités commerciales de Dojacek prennent de l'ampleur, mais pas de manière spectaculaire. Dans les années 1930, il doit sa survie à son sens aigu des affaires. La date de publication de son premier catalogue est incertaine, mais l'édition de 1918 offre une vaste gamme de livres et autres publications, des instruments de musiques, des partitions et des accessoires musicaux, du matériel de couture, des articles ménagers et autres objets pour la maison. La gamme de produits en inventaire augmente graduellement jusqu'à inclure des disques, des tourne-disques, des radios, des stylos, des appareils électroménagers, des bijoux et des jouets. Dans les années 1970, la vaste gamme de calendriers muraux décoratifs et illustrés constitue un article de vente important. Images religieuses, sujets patriotiques d'Europe centrale, œuvres littéraires, paysages, images d'enfants et d'animaux y sont présentés. Ils sont souvent munis de blocs éphémérides renouvelables de sorte que les clients peuvent conserver leur illustration préférée, année après année.

Médicaments brevetés et marchandises européennes

Outre l'achat de livres, les nouveaux immigrants peuvent se procurer des articles ménagers familiers par l'entremise de la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. Des médicaments brevetés (« Blood Bitters », « Persia Balm » et « eau de Floride »), des aiguiseurs de lames, des faux et des faucilles, du fil à broder et des objets religieux sont importés directement d'Europe. Frank Dojacek évite d'entrer en concurrence directe avec les grands magasins canadiens et concentre ses efforts sur les marchandises qui y sont généralement introuvables. C'est ainsi que la Compagnie de la Baie d'Hudson et Eaton, entre autres, vont reconnaître la valeur des articles spécialisés que Dojacek a en inventaire et lui demanderont de leur fournir des aiguiseurs de lames et autres objets.

© Société du Musée canadien des civilisations

Une agence d’importation

Tandis que l'entreprise F. Dojacek Importers and Jobbers s'occupe de l'achat et de l'importation des produits offerts dans le catalogue Book & Music Stores de Dojacek et dans ses points de vente, les activités de vente au détail sont confiées à la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. et à la Winnipeg Musical Supply Co. Avec le temps, cette dernière devient, du moins dans la région de Winnipeg, le nom le plus connu auprès des consommateurs. À son apogée, la vente par catalogue sert des clients partout au Canada et dans certaines régions des États-Unis. Les acheteurs doivent verser le tiers du prix au moment de leur commande et payer le solde à la réception de la marchandise par la poste. Le traitement des commandes contre remboursement exige toutefois beaucoup de travail administratif. Quand le nombre d'employés est peu élevé, pendant la Seconde Guerre mondiale par exemple, cette politique est abandonnée et les clients doivent inclure une somme correspondant approximativement au montant de la commande; le solde est remboursé. Si un article ne se trouve pas dans l'un des catalogues de Frank Pour en lire plus
Une agence d’importation

Tandis que l'entreprise F. Dojacek Importers and Jobbers s'occupe de l'achat et de l'importation des produits offerts dans le catalogue Book & Music Stores de Dojacek et dans ses points de vente, les activités de vente au détail sont confiées à la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. et à la Winnipeg Musical Supply Co. Avec le temps, cette dernière devient, du moins dans la région de Winnipeg, le nom le plus connu auprès des consommateurs. À son apogée, la vente par catalogue sert des clients partout au Canada et dans certaines régions des États-Unis. Les acheteurs doivent verser le tiers du prix au moment de leur commande et payer le solde à la réception de la marchandise par la poste. Le traitement des commandes contre remboursement exige toutefois beaucoup de travail administratif. Quand le nombre d'employés est peu élevé, pendant la Seconde Guerre mondiale par exemple, cette politique est abandonnée et les clients doivent inclure une somme correspondant approximativement au montant de la commande; le solde est remboursé. Si un article ne se trouve pas dans l'un des catalogues de Frank Dojacek, les clients peuvent passer une commande spéciale. Les catalogues Winnipeg Musical Supply (en anglais) offrent aussi un service de réparation d'instruments de musique et de phonographes. Les usagers de ce service doivent toutefois régler le coût des travaux par paiement anticipé.

Une entreprise familiales

À mesure que les sociétés Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. et Winnipeg Musical Supply grandissent, Dojacek ouvre des succursales à Edmonton, à Regina et à Vancouver, et en confie souvent la supervision à un membre de sa famille. Pour lui, le service à la collectivité chevauche ses activités commerciales. Il embauche souvent des immigrants d'Europe centrale pour travailler dans son magasin. Leur présence au sein du personnel suscite un sentiment de familiarité et de confort chez les clients venus des vieux pays. Beaucoup de ces employés vont, à leur tour, établir de longues associations avec l'entreprise de Dojacek. Après le décès de Dojacek, sa famille continue de s'occuper de l'entreprise. Question de simplifier le patronyme, la deuxième génération change son nom en celui de Dojack. La vente par catalogue survit jusque dans les années 1970, avant que les commandes téléphoniques ne deviennent une pratique commerciale courante. Tom Dojack, le petit-fils de Frank Dojacek, se souvient de son père, Frank Dojack fils, chargeant les commandes à livrer au bureau de poste. Il raconte que la devise officieuse du magasin pour les commandes par catalogue était : « Il n'y a pas de commande trop petite. » La Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. jette rarement les invendus. Ainsi, des rayons complets de publications, imprimées dans les années 1910 et 1920, sont demeurés dans l'espace de rangement du sous-sol à la fermeture du magasin, dans les années 1980.

© Société du Musée canadien des civilisations

Page d'un catalogue avec des dessins noir et blanc des jouets pour enfants

Jouets pour enfants, 1948.

Photo : Harry Foster. Musée canadien des civilisations
1948
997.20.946
© Société du Musée canadien des civilisations


Le déclin de l’entreprise

Durant les années 1970, les ventes évoluent. Par exemple, certains médicaments européens, vendus pendant des décennies, connaissent une popularité suspecte vers la fin de cette décennie, c'est-à-dire jusqu'à ce que la société des alcools du Manitoba décide d'en interdire la vente !

C'est à cette époque que, en raison des changements démographiques et du marché, la vente par catalogue connaît un ralentissement considérable. Bien que certains articles, calendriers, dictionnaire anglais-ukrainien, harmonicas, conservent leur popularité, les ventes diminuent progressivement. Certains facteurs peuvent expliquer ces changements. Par exemple, d'autres fournisseurs vendent moins cher beaucoup d'articles. Les descendants de troisième génération des immigrants, qui sont nés au Canada et qui parlent couramment anglais, n'ont plus besoin des services offerts par une entreprise comme la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. La demande de publications multilingues n'est tout simplement plus la même qu'au début du siècle. Avec l'amélioration des transports, qui acheminent plus de marchandises vers Pour en lire plus
Le déclin de l’entreprise

Durant les années 1970, les ventes évoluent. Par exemple, certains médicaments européens, vendus pendant des décennies, connaissent une popularité suspecte vers la fin de cette décennie, c'est-à-dire jusqu'à ce que la société des alcools du Manitoba décide d'en interdire la vente !

C'est à cette époque que, en raison des changements démographiques et du marché, la vente par catalogue connaît un ralentissement considérable. Bien que certains articles, calendriers, dictionnaire anglais-ukrainien, harmonicas, conservent leur popularité, les ventes diminuent progressivement. Certains facteurs peuvent expliquer ces changements. Par exemple, d'autres fournisseurs vendent moins cher beaucoup d'articles. Les descendants de troisième génération des immigrants, qui sont nés au Canada et qui parlent couramment anglais, n'ont plus besoin des services offerts par une entreprise comme la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. La demande de publications multilingues n'est tout simplement plus la même qu'au début du siècle. Avec l'amélioration des transports, qui acheminent plus de marchandises vers l'Ouest et dans les régions rurales, l'arrivée des centres d'achat et la migration de beaucoup de gens dans les centres urbains, les résidants des Prairies ne sont plus aussi isolés qu'auparavant.

Par conséquent, la nécessité de vendre des marchandises par catalogue diminue. Le magasin de Winnipeg, géré depuis 1949 par Frank Dojack fils, est devenu un vestige de l'ancienne collectivité d'immigrants qui ont déménagé depuis longtemps de leurs maisons traditionnelles du North End de la ville. En 1984, deux ans après le décès de son gérant, la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd. ferme tout simplement ses portes.

Une exposition redonne vie

Le Musée canadien des civilisations a recréé, dans le cadre de son exposition permanente de la salle du Canada, la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd., telle qu'elle existait au début du vingtième siècle. On peut y admirer des articles, des publications et des catalogues qui faisaient partie de l'inventaire de l'entreprise.

Conclusion

Certains sont d'avis que la vente par catalogue a marqué le début de la consommation de masse au Canada et a encouragé les résidants des régions rurales à acheter une gamme croissante de produits inaccessibles auparavant. Dans le cas de la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd., le catalogue a permis aux arrivants de conserver un lien vital avec le monde extérieur et surtout les vieux pays.

Les produits et les services offerts par Frank Dojacek, dans ses magasins et par le biais de ses catalogues, ont eu plusieurs résultats positifs. Outre le renforcement des liens des immigrants avec les vieux pays et les autres membres des collectivités ethniques du Canada, ils leur ont permis de préserver leur langue, leur culture et leurs traditions. Mieux encore, ils représentaient un moyen de vivre en douceur la difficile transition vers les modes de vie de ce pays neuf et étrange.

© Société du Musée canadien des civilisations

Formulaire de commande en Anglais et Ukrainian

Formulaire de commande par catalogue de la Ukrainian Booksellers & Publishers Ltd., années 1940

Photo : Harry Foster. Musée canadien des civilisations

997.20.473.62
© Société du Musée canadien des civilisations


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • observer et énumérer les caractéristiques du mode de vie au début du 20e siècle;
  • comparer l’évolution de la société canadienne et québécoise durant quelques décennies;
  • expliquer les ressemblances et les différences entre la société d’autrefois et celle d’aujourd’hui;
  • discuter des événements marquants de l’époque (crise économique, Guerres mondiales, syndicalisation, mouvement féministe) et de l’impact qu’ils ont eu sur la société canadienne et québécoise.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons