Une photo du Musée de la carrosserie Campbell, à l’arrière un dessin de la salle d’assemblée lieu où un carrosse pre

La manufacture de carrosserie, dans sa forme et dans sa fonction, reproduit les éléments fonctionnels des voitures qu’on y construit. La manufacture de carrosserie Campbell au bord du Tantramar est très typique d’une manufacture préindustrielle de la première moitié du dix-neuvième siècle.

Leslie Van Patter
Paul Bogaard, Adèle Hempel, Johanne Gnassi
19e siècle
Sackville, Nouveau-Brunswick, CANADA
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.


Une MANUFACTURE de carrosserie constitue une progression par rapport au simple atelier où quelques ouvriers fabriquent un chariot ou un traîneau pour leurs besoins personnels. Une “manufacture” doit être assez spacieuse pour accommoder plusieurs ouvriers faisant des travaux spécialisés ainsi que des machines pour les aider dans leur travail. Il faut aussi prévoir une source “d’énergie” pour faire fonctionner les machines. On s’attendrait donc à ce qu’une manufacture soit plus compliquée qu’un atelier.

Le BÂTIMENT abritant la manufacture doit être aménagé avec soin. En effet, où et comment doit-on disposer les ouvriers, les différents postes de travail et les machines motorisées? Les manufactures de carrosserie de l’époque avaient sans doute leurs caractéristiques propres, mais il semblerait que la carrosserie Campbell ait été assez typique à plusieurs points de vue. Après tout, l’a Pour en lire plus
Une MANUFACTURE de carrosserie constitue une progression par rapport au simple atelier où quelques ouvriers fabriquent un chariot ou un traîneau pour leurs besoins personnels. Une “manufacture” doit être assez spacieuse pour accommoder plusieurs ouvriers faisant des travaux spécialisés ainsi que des machines pour les aider dans leur travail. Il faut aussi prévoir une source “d’énergie” pour faire fonctionner les machines. On s’attendrait donc à ce qu’une manufacture soit plus compliquée qu’un atelier.

Le BÂTIMENT abritant la manufacture doit être aménagé avec soin. En effet, où et comment doit-on disposer les ouvriers, les différents postes de travail et les machines motorisées? Les manufactures de carrosserie de l’époque avaient sans doute leurs caractéristiques propres, mais il semblerait que la carrosserie Campbell ait été assez typique à plusieurs points de vue. Après tout, l’aménagement de l’espace intérieur de la manufacture en différentes salles pour différentes tâches dépendait de ce que l’on y construisait et de ce dont on avait besoin pour la fabrication. Il s’agit d’une manufacture de carrosserie (bien que l’on y construisit aussi des chariots et des traîneaux) … et l’aménagement fonctionnel dépend donc largement des étapes clés dans la construction de n’importe quelle voiture (ou chariot ou traîneau).1 Quelles sont donc les caractéristiques principales d’une voiture?
1  Kinney, Thomas. The Carriage Trade: Making Horse-drawn Vehicles in America. Baltimore: Johns Hopkins Univ. Press, 2004. 52-55.
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.

Un dessin d’un carrosse, qui s’éclate en cinq parties, intitulées: siège, corps, train d’atterrissage, roues et axes

Play this animation to learn the key parts that make up a carriage, no matter what style or model.

Cette animation commence avec un dessin d’un carrosse typique, et ensuite (quand vous actionnez le bouton) le carrosse s’éclate en cinq parties essentielles: siège, corps, train d’atterrissage, roues et axes.

Tantramar Interactive Inc.
Leslie Van Patter, Paul Bogaard, Johanne Gnassi
19e siècle
© 2006, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.


À vrai dire, une voiture (un chariot ou un traîneau) n’est pas « faite » … elle est assemblée.

Une voiture prend forme en assemblant cinq pièces essentielles. Chaque pièce, à son tour, est formée de ses propres composantes. Voici les composantes que les artisans qualifiés devaient faire en premier :
les rais, les moyeux, les jantes et les bandages - tous faits à la main et emboîtés pour faire une roue;

les côtés, le fond, les pièces de cadrage... pour faire la boîte;

les longues pôles de bois recourbées et une traverse... pour faire les limons;

les essieux, les boîtes d’essieu, les extensions, les ressorts et une 5e roue... pour former le train;

la partie inférieure, les côtés, le dossier ... pour faire un siège;

Et c’est sans compter la bourrure, les décorations en métal, les tabliers et les lanternes! Toutes ces pièces devaient être faites à partir de matières premières, comme Pour en lire plus
À vrai dire, une voiture (un chariot ou un traîneau) n’est pas « faite » … elle est assemblée.

Une voiture prend forme en assemblant cinq pièces essentielles. Chaque pièce, à son tour, est formée de ses propres composantes. Voici les composantes que les artisans qualifiés devaient faire en premier :
les rais, les moyeux, les jantes et les bandages - tous faits à la main et emboîtés pour faire une roue;

les côtés, le fond, les pièces de cadrage... pour faire la boîte;

les longues pôles de bois recourbées et une traverse... pour faire les limons;

les essieux, les boîtes d’essieu, les extensions, les ressorts et une 5e roue... pour former le train;

la partie inférieure, les côtés, le dossier ... pour faire un siège;

Et c’est sans compter la bourrure, les décorations en métal, les tabliers et les lanternes! Toutes ces pièces devaient être faites à partir de matières premières, comme le bois de différents arbres (qu’ils abattaient eux-mêmes), le fer de formes variées produit à la fonderie et le cuir venant de la tannerie.
1 Kinney, Thomas. The Carriage Trade: Making Horse-drawn Vehicles in America. Baltimore: Johns Hopkins Univ. Press, 2004. 55-63.
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.

Cette image prise du Musée de la carrosserie Campbell démontre roues en construction, des moyeux, des rais et des jantes.

Dans ce coin de l’atelier on peut voir une roue en en train d’être assemblée, et, dans l’arrière-plan, un assortiment de roues. Le médaillon montre une série de quatre moyeux à différents stades de fabrication : séchage, tournage et perçage de trous pour former des mortaises que recevront le bout finement formé des rais – on en compte généralement 14 par roue.

David Corkum
Paul Bogaard, Leslie Van Patter, Adèle Hempel, Johanne Gnassi
19-20e siècle
1998.1.1548,1553,1554; 1998.4.1,3
© 2007, Town of Sackville. Tous droits réservés.


Cette image d’un établi au musée de la carrosserie Campbell démontre un corps de véhicule, et à l’arrière se trouve

Des établis sont placés le long des murs de cette salle et sont éclairés par la lumière des fenêtres. On peut voir ce qui semble être un simple cadre qui formera la boîte de la voiture. C’est en fait une pièce d’ébénisterie assez sophistiquée. Un peu plus loin sur l’établi, un siège prend forme.

Paul Bogaard
Leslie Van Patter, Adèle Hempel, Johanne Gnassi
19-20e siècle
1998.1.2425; 1998.1.2428
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.


Cette image est de morceaux de train d’atterrissage, au Musée de la carrosserie Campbell, à des étapes d’exécution di

Les composantes sont toutes soigneusement façonnées pour faire à l’intérieur du train. Il y a des pièces compliquées comme les essieux, les ressorts et différentes pièces en bois. Le train permet à la boîte et au siège d’être attachés aux roues tout en assurant la rotation et la conduite. Si vous regardez de plus près, vous verrez que certains spécimens sont peu élaborés, d’autres sont raffinés et certains sont habilement peinturés et prêts à être utilisés.

Paul Bogaard
Leslie Van Patter, Adèle Hempel, Johanne Gnassi
19-20e siècle
1998.1.2676, 2657, 2542, 2705, 3604, 2716
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.


Cette image, prise dans l’atelier Campbell, montre une paire de brancards repeints, pour attacher un seul cheval au carross

Une paire de limons est utilisée pour attacher le cheval à la voiture. Vous pouvez voir dans l’animation éclatée à quel endroit /les limons sont attachés à la voiture. Un seul cheval est placé entre les deux limons et attelé avec différentes pièces de harnais. Deux chevaux nécessitent un attelage différent – une longue pièce de bois allant de l’avant-train de la voiture jusqu’au milieu des chevaux. Vous remarquerez que les limons sont très courbés à un bout. Pour y parvenir, on doit chauffer la pièce de bois à la vapeur et puis la recourber soigneusement.

Paul Bogaard
Leslie Van Patter, Adèle Hempel, Johanne Gnassi
19-20e siècle
2002.2.21
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.


Cette image montre une toupie et les morceaux en bois d’une toupie fabriquée dans la manufacture Campbell de carrosses.

La voiture peut fonctionner sans couverture, mais une course à la pluie battante peut vous faire regretter cet ajout pratique! Originalement les contre-fiches en bois étaient chauffées à la vapeur, recourbées puis couvertes de canevas ou de cuir. Plus tard la carrosserie Campbell décide d’acheter ses couvertures toutes faites, généralement avec des contre-fiches en métal, et elle les fixe aux voitures si les clients le désirent.

Paul Bogaard
Leslie Van Patter, Adèle Hempel, Johanne Gnassi
19-20e siècle
1998.1.2418, 2419; 2002.2.32
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.


(1) Pour commencer, nos ouvriers ont besoin de matières premières, comme du bois et du métal par exemple; il leur faut un endroit pour scier les billots de bois en plaques et en planches et un autre endroit pour chauffer le métal dans une forge afin de le couper et le façonner en différentes pièces :

(2) Ensuite le forgeron a besoin d’une forge pour façonner les pièces spécialisées :

(3) Les menuisiers ont besoin d’établis spéciaux et d’outils pour faire toutes les différentes pièces mentionnées;

(4) Ensuite les pièces doivent être assemblées en cinq parties principales et finalement ces parties sont assemblées pour former la voiture au complet;

(5) et sans oublier que le tout doit être peinturé, rembourré et décoré.

Résumons:
(1) Il faut une salle pour les machines motorisées… et une source d’énergie;
(2) Il faut une forge... qui doit être située dans un bâtiment sépa Pour en lire plus
(1) Pour commencer, nos ouvriers ont besoin de matières premières, comme du bois et du métal par exemple; il leur faut un endroit pour scier les billots de bois en plaques et en planches et un autre endroit pour chauffer le métal dans une forge afin de le couper et le façonner en différentes pièces :

(2) Ensuite le forgeron a besoin d’une forge pour façonner les pièces spécialisées :

(3) Les menuisiers ont besoin d’établis spéciaux et d’outils pour faire toutes les différentes pièces mentionnées;

(4) Ensuite les pièces doivent être assemblées en cinq parties principales et finalement ces parties sont assemblées pour former la voiture au complet;

(5) et sans oublier que le tout doit être peinturé, rembourré et décoré.

Résumons:
(1) Il faut une salle pour les machines motorisées… et une source d’énergie;
(2) Il faut une forge... qui doit être située dans un bâtiment séparé (pensez au feu…)
(3) Il faut une salle avec des établis et des outils spéciaux…
(4) Il faut de l’espace pour assembler une voiture au complet….et cette salle devrait se trouver non loin de l’endroit où l’on peinture, puisque l’assemblage et la peinture se font dans une série d’étapes indépendantes…
(5) Et il faut une salle juste pour la peinture. Puisque cet endroit doit être à l’abri de la poussière, il se trouve généralement à l’étage supérieur, protégée par des murs en plâtre.

© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.

Une animation qui permet de voir à travers l’extérieur de l’atelier, jusqu’à la disposition de quatre endroits de tr

Explorez cette illustration pour voir comment les Campbell ont décidé d’organiser la chaîne de montage de leurs voitures.

Dans cette dernière animation, en déplaçant la souris on peut voir à travers l’extérieur de l’illustration à l’aquarelle de la manufacture de carrosses. En parcourant le rez-de-chaussée, vous verrez des artisans au travail à l’établi dans une salle, et d’autres dans la salle à machines, notamment des scies et des tours, alimentés par un cheval de labour. Au premier étage, vous parcourez la salle d’assemblage, où vous verrez un ouvrier qui monte l’escalier avec une pièce complétée (une roue), et d’autres ouvriers en train d’assembler un carrosse. Finalement, dans la salle à peinture, vous verrez des ouvriers en train de peindre des morceaux.

Peter Manchester, Tantramar Interactive Inc.
Leslie Van Patter, Paul Bogaard, Johanne Gnassi, Alice Cotton
19e siècle
© 2007, Tantramar Heritage Trust. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Dans le projet <<La Disposition de l’Atelier>> les élèves et leurs enseignants vont pouvoir intégrer les objectifs suivants:

• Découvrir la coordination des travaux dans une manufacture préindustrielle;

• Examiner comment la forme fait suite à la fonction;

• Établir des liens entre les conditions requises pour faire une voiture à cheval, et les étapes nécessaires pour sa construction;

• Découvrir une période importante de l’histoire canadienne, où la manufacture était encore confiée aux artisans, et faire la comparaison avec le monde industriel d’aujourd’hui;

• Faire des recherches, identifier et décrire les parties principales d’une voiture à cheval;

• Identifier les habiletés variées exigées dans la manufacture artisanale;

• Faire des recherches, discuter et analyser cette manufacture de carrosses en particulier, en comparaison avec d’autres manufactures de carrosses, partout au Canada.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons