Caractéristiques du territoire

La région du lac Saint-Pierre a été reconnue réserve de la biosphère par l’UNESCO en 2000 dans le cadre du programme « L’homme et la biosphère ». Cette reconnaissance internationale souligne non seulement les attributs exceptionnels de ce milieu naturel, mais surtout l’importance de sa prise en charge par l’être humain.

Le territoire de la réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre s’étend de Berthier et Sorel-Tracy jusqu’à Trois-Rivières et Bécancour. Il comprend les rives nord et sud du fleuve et du lac, l’archipel et le lac Saint-Pierre.

En amont du lac Saint-Pierre, on rencontre 103 îles. Cet archipel est le plus important du fleuve Saint-Laurent.

Le lac Saint-Pierre, un élargissement du fleuve Saint-Laurent, occupe une surface d’environ 500 km2 (longueur de 35 km et largeur de 15 km) qui peut augmenter jusqu’à plus de 600 km2 lors des crues printanières. D’ailleurs, cette région comporte la plus importante plaine d’inondation en eaux douces du Québec. Ses milieux Pour en lire plus
Caractéristiques du territoire

La région du lac Saint-Pierre a été reconnue réserve de la biosphère par l’UNESCO en 2000 dans le cadre du programme « L’homme et la biosphère ». Cette reconnaissance internationale souligne non seulement les attributs exceptionnels de ce milieu naturel, mais surtout l’importance de sa prise en charge par l’être humain.

Le territoire de la réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre s’étend de Berthier et Sorel-Tracy jusqu’à Trois-Rivières et Bécancour. Il comprend les rives nord et sud du fleuve et du lac, l’archipel et le lac Saint-Pierre.

En amont du lac Saint-Pierre, on rencontre 103 îles. Cet archipel est le plus important du fleuve Saint-Laurent.

Le lac Saint-Pierre, un élargissement du fleuve Saint-Laurent, occupe une surface d’environ 500 km2 (longueur de 35 km et largeur de 15 km) qui peut augmenter jusqu’à plus de 600 km2 lors des crues printanières. D’ailleurs, cette région comporte la plus importante plaine d’inondation en eaux douces du Québec. Ses milieux humides (herbiers aquatiques, marais, marécages) représentent 50 % de tous ceux retrouvés sur le Saint-Laurent. Les milieux humides contribuent à l’amélioration de la qualité de l’eau en la filtrant. Ils procurent de plus une très grande biodiversité.

Le lac Saint-Pierre a une profondeur moyenne de trois mètres. Pour assurer la circulation des navires commerciaux de fort tonnage, un chenal d’une profondeur de 11,3 mètres et d’une largeur de 245 mètres y a été creusé.


Signification des mots : écosystème, biosphère et patrimoine


Un écosystème est un milieu dans lequel interagissent les organismes vivants (animaux et végétaux) avec la matière inerte. Ceci forme une unité écologique.

La biosphère est constituée de l’ensemble des écosystèmes de la planète Terre.

Le patrimoine est ce qu’on laisse en héritage aux générations futures. Il peut prendre diverses formes, alors on ajoute un qualificatif pour le définir : naturel, mondial, culturel, architectural, rural, linguistique, etc.

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Grand Héron prenant son envol dans la baie de l'Île de Grâce.

La région du lac Saint-Pierre supporte une population importante de Grands Hérons. Ces oiseaux échassiers sont friands de poissons dont le fleuve Saint-Laurent regorge.

Philippe Manning
2008 07 14
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Les majestueux érables argentés de la Grande Île supportent près de 1300 nids de Grand Héron ce qui en fait l’une des plus importantes héronnières au monde. Depuis 1992, le refuge faunique de la Grande-Île est protégé durant la période de nidification. Il est interdit d’y accéder du 1er avril au 31 juillet sauf pour des fins de recherche scientifique, d’inspection, de protection ou de surveillance.
Les majestueux érables argentés de la Grande Île supportent près de 1300 nids de Grand Héron ce qui en fait l’une des plus importantes héronnières au monde. Depuis 1992, le refuge faunique de la Grande-Île est protégé durant la période de nidification. Il est interdit d’y accéder du 1er avril au 31 juillet sauf pour des fins de recherche scientifique, d’inspection, de protection ou de surveillance.

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Réflexion de la lumière sur l'eau du marais de la Baie de Lavallière

D'une superficie de 21 kilomètres carrés, la Baie de Lavallière représente le plus grand marais aménagé de l'est de l'Amérique du Nord.

Philippe Manning
2008 06 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Arbres du marécage de la Baie de Lavallière se réfléchissant sur l'eau.

Les milieux humides de la Baie de Lavallière offrent un lieu idéal pour l'observation des oiseaux. Dans la région du lac Saint-Pierre, il est possible de voir 288 espèces d’oiseaux dont 116 sont considérées comme nicheuses.

Philippe Manning
2008 06 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


La Société de Conservation, d’Interprétation et de Recherche de Berthier et ses Îles (SCIRBI) offre près de 10 km de sentiers sillonnant l’Île de la Commune et l’Île du Milieu en face de Berthierville. Il est possible d’y circuler durant toute l’année. Les panneaux d’interprétation disposés le long du parcours fournissent des informations favorisant la découverte de la flore et de la faune des milieux humides. Trois tours d’observation permettent d’avoir un point de vue impressionnant sur les vastes marais. Le sentier longe également le pâturage communal permettant aux marcheurs de s’approcher des vaches et des chevaux qui s’y trouvent.
La Société de Conservation, d’Interprétation et de Recherche de Berthier et ses Îles (SCIRBI) offre près de 10 km de sentiers sillonnant l’Île de la Commune et l’Île du Milieu en face de Berthierville. Il est possible d’y circuler durant toute l’année. Les panneaux d’interprétation disposés le long du parcours fournissent des informations favorisant la découverte de la flore et de la faune des milieux humides. Trois tours d’observation permettent d’avoir un point de vue impressionnant sur les vastes marais. Le sentier longe également le pâturage communal permettant aux marcheurs de s’approcher des vaches et des chevaux qui s’y trouvent.

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Femme assise sur un banc installé au milieu d'un quai flottant sur un herbier aquatique.

Le banc installé au milieu d’un quai flottant sur un herbier aquatique permet aux marcheurs d’arrêter quelques instants pour apprécier la quiétude régnant dans les milieux humides.

Philippe Manning
2008 08 14
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Tunnel d'affût dans la plaine inondable de Saint-Barthélémy

Ce tunnel d'affût se trouve dans la plaine inondable de la rive nord du fleuve Saint-Laurent entre Saint-Barthélémy et Maskinongé. Cet endroit correspond à une halte migratoire importante pour les canards et les oies. Au printemps, cet emplacement est très prisé par les amateurs d'observation d'oiseaux.

Philippe Manning
2008 08 14
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Une femme sur la passerelle du sentier de la Pointe-à-Caron à Louiseville

La passerelle sur pilotis d'une longueur de 985 mètres de la Pointe-à-Caron permet de circuler dans les milieux humides et d'observer la faune et la flore foisonnantes de ces habitats. Tout au long du parcours, des panneaux d'interprétation fournissent des renseignements pertinents sur la grande biodiversité rencontrée dans les marais et les marécages du lac Saint-Pierre.

Philippe Manning
2012 09 19
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Une femme sur la passerelle du sentier de la Pointe-Yamachiche

En empruntant la longue passerelle de 576 mètres sur pilotis de la Pointe-Yamachiche, on pénètre dans une vaste zone marécageuse. Des panneaux d'interprétation fournissent une quantité d'informations pertinentes nous faisant découvrir la richesse de la faune et de la flore de ce lieu enveloppant. Ce projet contribue grandement à ouvrir une fenêtre sur l'impressionnant lac Saint-Pierre couronné de sa vaste plaine inondable.

Philippe Manning
2012 09 19
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Passerelle au-dessus de l'étang du Boisé du Séminaire de Nicolet

Le Boisé du Séminaire représente la première réserve naturelle privée en milieu urbain au Québec. Cet oasis de paix aux pins énormes est situé à l'arrière de la Cathédrale de Nicolet.

Philippe Manning
2012 08 27
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Phare sur le fleuve Saint-Laurent devant le Parc écologique de l'Anse du Port à Nicolet

Les passerelles sur pilotis du parc écologique de l'Anse du Port, à Nicolet, traversent un marais et une érablière en zone inondable. Le sentier se termine par une tour d'observation de plus de 12 mètres de hauteur près du fleuve Saint-Laurent.

Philippe Manning
2008 09 10
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Des centaines d'Oies des neiges se reposant au printemps dans la plaine inondable de Baie-du-Febvre.

Au printemps, la plaine inondable de Baie-du-Febvre devient le refuge d'une quantité considérable d'Oies des neiges lors de leur migration.

Francine Ouellet
2008 04 15
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Magnifiques plantes dans le sentier Tolba à Odanak

Le sentier d'interprétation Tolba à Odanak permet de découvrir les plantes utilisées traditionnellement par la nation Wabanaki dans leur milieu naturel et d'observer le lieu de ponte de la tortue peinte et de la tortue serpentine. Tolba signifie tortue en langage abénakis.

Philippe Manning
2012 09 14
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Depuis plus de 500 ans, cet immense territoire constitue un emplacement stratégique et naturel marquant pour l’histoire canadienne: la présence iroquoienne (XVIe siècle) et abénakise (XVIIIe siècle); la visite des explorateurs Cartier (1535) et Champlain (1603-1609-1610); la fondation de Trois-Rivières par Laviolette (1634); la construction du fort Richelieu (1642); la fondation de la seigneurie de Pierre de Saurel (1672), l’établissement des Loyalistes et des Allemands à Sorel durant la Guerre d’indépendance américaine (1775-1781) et, finalement, l’importante activité industrielle aux XXe et XXIe siècles. Ce territoire a de tout temps exercé un attrait important sur l’humain par son accès aux principales voies d’eau facilitant le transport, ses terres très riches favorisant l’agriculture ainsi que sa faune abondante disponible pour la chasse et la pêche.
Depuis plus de 500 ans, cet immense territoire constitue un emplacement stratégique et naturel marquant pour l’histoire canadienne: la présence iroquoienne (XVIe siècle) et abénakise (XVIIIe siècle); la visite des explorateurs Cartier (1535) et Champlain (1603-1609-1610); la fondation de Trois-Rivières par Laviolette (1634); la construction du fort Richelieu (1642); la fondation de la seigneurie de Pierre de Saurel (1672), l’établissement des Loyalistes et des Allemands à Sorel durant la Guerre d’indépendance américaine (1775-1781) et, finalement, l’importante activité industrielle aux XXe et XXIe siècles. Ce territoire a de tout temps exercé un attrait important sur l’humain par son accès aux principales voies d’eau facilitant le transport, ses terres très riches favorisant l’agriculture ainsi que sa faune abondante disponible pour la chasse et la pêche.

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Groupe de Canards colvert pataugeant sur le fleuve.

La chasse à la sauvagine (canards et oies) connaît plusieurs adeptes dans la région du lac Saint-Pierre, mais on y capture également le cerf de Virginie.

Philippe Manning
2012 11 20
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Un pêcheur dans son embarcation tenant un doré de bonne taille.

La réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre abrite une faune ichtyologique variée comptant près de quatre-vingt espèces de poissons.

Paul Messier
2012 08 02
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Navire commercial se déplaçant dans le chenal de navigation du fleuve Saint-Laurent.

Environ 5 000 navires commerciaux de tous genres passent chaque année dans le chenal de navigation du Saint-Laurent. Ces navires de fort tonnage circulent sur le fleuve durant toute l'année jusqu'à Montréal.

Mario Cloutier
2012 08 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Silhouette des cheminées fumantes de l’usine à l’horizon vues de l’archipel

La nature sauvage des îles tranche sur la toile de fond lointaine qui laisse entrevoir les activités portuaires et industrielles.

Mario Cloutier
2012 08 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Champ de soya près de la rivière Yamaska

Les riches terres de la région du lac Saint-Pierre permettent une activité agricole importante. On y cultive principalement le maïs et le soya et on y élève des troupeaux de bovins.

Philippe Manning
2012 09 14
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Objectifs pédagogiques

  1. Être capable de se représenter le territoire et ses caractéristiques.
  2. S’approprier le sens des termes patrimoine, écosystème et biosphère.
  3. Approfondir sa connaissance des divers éléments de son milieu.
Liens pédagogiques

Ils seront établis entre le contenu de l’exposition virtuelleet les différents contenus des programmes de formation: l’utilisation responsable des ressources pour un partage équitable des richesses; la reconnaissance de l’interdépendance entre l’environnement et l’organisation d’une société sur son territoire.

Résultats pédagogiques


Dresser un portrait global de ce qui se passe sur le territoire : caractéristiques physiques et activités humaines.

Mesures prises pour créer le plan de cours à partir de la collection d’objets d’apprentissage

Un carnet d’observation, fourni dans l’exposition virtuelle L’humain au coeur du lac Saint-Pierre, permettra aux élèves de noter en équipes les informations sur les caractéristiques physiques de l’archipel et du lac Saint-Pierre ainsi que les activités humaines qui y sont pratiquées.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons