En avril 1865, un embâcle important se produisit entre Trois-Rivières et Québec, ce qui occasionna une montée du niveau de l’eau de plus de cinq mètres. Les îles de l’archipel étaient presque complètement submergées. On ne voyait, pour ainsi dire, que de l’eau. Cette terrible inondation entraîna la mort d’une trentaine de personnes dont dix-neuf à l’Île de Grâce. Quinze des dix-huit maisons de cette île furent emportées. Quelques années après cette catastrophe, presque toutes les habitations ont été reconstruites sur cette île.
En avril 1865, un embâcle important se produisit entre Trois-Rivières et Québec, ce qui occasionna une montée du niveau de l’eau de plus de cinq mètres. Les îles de l’archipel étaient presque complètement submergées. On ne voyait, pour ainsi dire, que de l’eau. Cette terrible inondation entraîna la mort d’une trentaine de personnes dont dix-neuf à l’Île de Grâce. Quinze des dix-huit maisons de cette île furent emportées. Quelques années après cette catastrophe, presque toutes les habitations ont été reconstruites sur cette île.

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Chalet blanc et gris sur pilotis lors d'une inondation printanière

Afin d'éviter les dommages causés par les inondations printanières, les chalets bâtis près des chenaux sont élevés sur pilotis.

Philippe Manning
2008 05 02
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Chalet sur pilotis sur l'Île Plate

Les chalets sur l'Île Plate sont juchés très haut au sommet de longs pilots afin d'éviter d'être endommagés lors des inondations printanières car cette île est très basse.

Mario Cloutier
2012 08 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Vieux bâtiment à deux étages à l'Île d'Embarras

Des animaux étaient gardés dans ce bâtiment. Lors des inondations printanières, on montait les animaux au deuxième étage.

Philippe Manning

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


À l’extrémité ouest de l’Île de Grâce se trouvent la maison et les bâtiments ayant appartenu à Henri Letendre. Il demeura dans la maison de ses parents presque toute sa vie. Il était considéré comme le dernier des insulaires. Autrefois, plusieurs personnes résidaient sur cette île en permanence. Il y avait même une petite école où la mère et les tantes d’Henri enseignaient. En 1947, on comptait une cinquantaine de familles. L’hiver, on balisait des chemins où la glace avait été épaissie. Les gens circulaient sur ces ponts de glace pour accéder à la terre ferme. À partir de 1953, les ponts de glace disparurent car le travail des brise-glaces permit la circulation des navires sur le fleuve pendant toute la saison hivernale. Se sentant ainsi isolés, la plupart des insulaires quittèrent l’Île de Grâce. Aujourd’hui, on observe surtout des chalets sur cette île qui n’est accessible qu’en bateau.
À l’extrémité ouest de l’Île de Grâce se trouvent la maison et les bâtiments ayant appartenu à Henri Letendre. Il demeura dans la maison de ses parents presque toute sa vie. Il était considéré comme le dernier des insulaires. Autrefois, plusieurs personnes résidaient sur cette île en permanence. Il y avait même une petite école où la mère et les tantes d’Henri enseignaient. En 1947, on comptait une cinquantaine de familles. L’hiver, on balisait des chemins où la glace avait été épaissie. Les gens circulaient sur ces ponts de glace pour accéder à la terre ferme. À partir de 1953, les ponts de glace disparurent car le travail des brise-glaces permit la circulation des navires sur le fleuve pendant toute la saison hivernale. Se sentant ainsi isolés, la plupart des insulaires quittèrent l’Île de Grâce. Aujourd’hui, on observe surtout des chalets sur cette île qui n’est accessible qu’en bateau.

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Vue aérienne en couleur de la maison et des bâtiments d'Henri Letendre (1921-2003) à l'Île de Grâce

On voit ici la maison et les bâtiments ayant appartenus à Henri Letendre sur l'Île de Grâce.

Philippe Manning
2005 10 22
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Chalet en bois gris sur pilotis

Plusieurs propriétaires de chalets utilisent un poêle à bois pour cuisiner et se réchauffer.

Mario Cloutier
2012 08 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Chalet muni de trois cheminées et de réservoirs pour l'eau

Des chalets sont dotés de moyens ingénieux pour améliorer le confort des occupants. En effet, le propriétaire de ce chalet a placé des contenants remplis d'eau sur le toit afin d'avoir une réserve d'eau chaude.

Mario Cloutier
2012 08 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Chalet équipé d'une éolienne

Certaines personnes équipent leur chalet d'une éolienne qui leur fournit de l'électricité.

Mario Cloutier
2012 08 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Chalet sur pilotis sur l'Île Plate

En plus d'une éolienne, ce chalet est équipé de panneaux solaires pour se procurer de l'énergie.

Mario Cloutier
2012 08 04
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Le foin récolté sur les îles de l’archipel du lac Saint-Pierre est très riche grâce aux apports d’éléments nutritifs provenant des crues printanières. Au début du XXe siècle, plusieurs îles étaient inondées au moins tous les deux ans. Les insulaires tiraient donc avantage de cet enrichissement naturel. Ils n’avaient qu’à récolter le foin. Cette culture ne devait être renouvelée qu’à tous les 15 à 20 ans.

Les terres retrouvées sur les îles servent aussi de pâturage. On y sème également des céréales.
Le foin récolté sur les îles de l’archipel du lac Saint-Pierre est très riche grâce aux apports d’éléments nutritifs provenant des crues printanières. Au début du XXe siècle, plusieurs îles étaient inondées au moins tous les deux ans. Les insulaires tiraient donc avantage de cet enrichissement naturel. Ils n’avaient qu’à récolter le foin. Cette culture ne devait être renouvelée qu’à tous les 15 à 20 ans.

Les terres retrouvées sur les îles servent aussi de pâturage. On y sème également des céréales.

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Les marais abondants dans l’archipel et autour du lac Saint-Pierre accueillent un grand nombre de canards. La chasse est donc une activité très importante sur ce territoire. À l’automne, on observe plusieurs caches bien camouflées parmi les plantes aquatiques. Certains chasseurs utilisent leur chaloupe comme cache en y ajoutant des plantes pour pouvoir passer inaperçus. On nomme ce type d’embarcation pour la chasse une « caboche ».
Les marais abondants dans l’archipel et autour du lac Saint-Pierre accueillent un grand nombre de canards. La chasse est donc une activité très importante sur ce territoire. À l’automne, on observe plusieurs caches bien camouflées parmi les plantes aquatiques. Certains chasseurs utilisent leur chaloupe comme cache en y ajoutant des plantes pour pouvoir passer inaperçus. On nomme ce type d’embarcation pour la chasse une « caboche ».

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Les chenaux de l’archipel constituent un lieu de prédilection pour les pêcheurs car les poissons s’y trouvent en abondance.

La réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre abrite une faune ichtyologique variée comptant près de quatre-vingt espèces.

La Société d’aménagement de la baie Lavallière (SABL) effectue le suivi des poissons retrouvés dans cette baie. On y dénombre 27 espèces de poissons dont la barbotte brune, la perchaude, le grand brochet, le crapet-soleil, la marigane noire, le meunier noir, l’umbre de vase, la carpe allemande, le méné jaune et le méné d’herbe. Pour la faune ichtyologique se reproduisant tôt en saison, comme le grand brochet et la perchaude, la Baie de Lavallière représente une frayère intéressante.

Autrefois abondante dans la région du lac Saint-Pierre, la perchaude a connu une baisse de population dramatique probablement à cause de multiples facteurs tels que la dégradation de l’habitat et l’introduction du gobie à taches noires, une espèce exotique envahissante utilisant la même nourriture que les jeunes perchaudes. Cette espèce de poisson provient de la mer Noire. Elle a fait Pour en lire plus
Les chenaux de l’archipel constituent un lieu de prédilection pour les pêcheurs car les poissons s’y trouvent en abondance.

La réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre abrite une faune ichtyologique variée comptant près de quatre-vingt espèces.

La Société d’aménagement de la baie Lavallière (SABL) effectue le suivi des poissons retrouvés dans cette baie. On y dénombre 27 espèces de poissons dont la barbotte brune, la perchaude, le grand brochet, le crapet-soleil, la marigane noire, le meunier noir, l’umbre de vase, la carpe allemande, le méné jaune et le méné d’herbe. Pour la faune ichtyologique se reproduisant tôt en saison, comme le grand brochet et la perchaude, la Baie de Lavallière représente une frayère intéressante.

Autrefois abondante dans la région du lac Saint-Pierre, la perchaude a connu une baisse de population dramatique probablement à cause de multiples facteurs tels que la dégradation de l’habitat et l’introduction du gobie à taches noires, une espèce exotique envahissante utilisant la même nourriture que les jeunes perchaudes. Cette espèce de poisson provient de la mer Noire. Elle a fait son entrée au lac Saint-Pierre en étant transportée par les eaux de ballast des navires transocéaniques. Afin d’assurer la pérennité de la perchaude au lac Saint-Pierre, on a dû, en 2012, se résoudre à interdire la pêche à la perchaude pendant cinq ans dans l’archipel, le lac et ses principaux tributaires. Il faudra cependant apporter des changements importants dans la pratique de différentes activités dans les secteurs agricole et industriel pour améliorer la qualité de l’eau afin que le stock de perchaudes atteigne le même niveau d’abondance qu’autrefois au lac Saint-Pierre.

© 2013, Biophare. Tous droits réservés.

Fillette avec son père faisant de la pêche sur la glace.

La pêche se pratique à toutes les saisons. L'hiver, on parle de la pêche blanche. On perce un trou dans la glace afin de mettre à l'eau la ligne portant un hameçon appâté. La ligne est maintenue en place grâce à un système de balancier, la brimbale. Celle-ci se met à bouger lorsqu'un poisson mord à l'hameçon. Les principales espèces pêchées sont le grand brochet et le doré jaune.

Philippe Manning
2013 02 23
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Cabanes de pêcheurs sur la glace du Chenal du Moine

Sur la glace du chenal plusieurs personnes s'activent autour de leurs cabanes multicolores ou de leurs roulottes. Pendant que les adultes s'installent pour la pêche, les enfants s'amusent à glisser en traîneau sur la berge de l'Île du Moine. Cette ambiance festive apporte un peu de chaleur durant la saison froide.

Philippe Manning
2013 02 23
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Filet utilisé par les pêcheurs commerciaux.

Les pêcheurs commerciaux utilisent un filet, un verveux, que les gens nomment communément un « varveau ».

Philippe Manning
2005 08 26
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Pêcheur commercial devant son fumoir à poissons

M. Desmarais, un pêcheur commercial, fume les filets d'esturgeon dans son fumoir à Notre-Dame-de-Pierreville.

Philippe Manning
2008 09 10
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Cabane en bois rouge et bleue décorée de silhouettes de poissons multicolores

À Notre-Dame-de-Pierreville, on peut se procurer différentes espèces de poissons pêchés au lac Saint-Pierre et fumés sur place.

Philippe Manning
2008 09 10
© 2013, Biophare. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Objectifs pédagogiques

  1. Être capable de se représenter le territoire et ses caractéristiques.
  2. Approfondir sa connaissance des différents moyens utilisés par les humains pour s’adapter aux particularités de l’environnement de la région du lac Saint-Pierre.

Liens pédagogiques

Ils seront établis entre le contenu de l’exposition virtuelle L’humain au coeur du lac Saint-Pierre et les différents contenus des programmes de formation : l’utilisation responsable des ressources pour un partage équitable des richesses; la reconnaissance de l’interdépendance entre l’environnement et l’organisation d’une société sur son territoire.

Résultats pédagogiques

Dresser un portrait global de ce qui se passe sur le territoire : caractéristiques physiques et activités humaines.

Mesures prises pour créer le plan de cours à partir de la collection d’objets d’apprentissage

Un carnet d’observation, fourni dans l’exposition virtuelle, permettra aux élèves de noter en équipes les informations sur les caractéristiques physiques de l’archipel et du lac Saint-Pierre ainsi que les activités humaines qui y sont pratiquées.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons