Les couteaux en métal sont importants dans toutes les communautés aborigènes. Des feuilles (minces) d’acier carbone trempé peuvent faire de magnifiques couteaux à dépeçage, en utilisant des outils manuels de base et du papier ponce. Les dernières étapes de durcissement et de trempages demandent un four (kiln) avec jauge de température. Pour les couteaux plus petits, un réchaud à propane peut être utilisé pour durcir et traiter l’acier (revenu), évitant ainsi l’utilisation d’un four.
Les couteaux en métal sont importants dans toutes les communautés aborigènes. Des feuilles (minces) d’acier carbone trempé peuvent faire de magnifiques couteaux à dépeçage, en utilisant des outils manuels de base et du papier ponce. Les dernières étapes de durcissement et de trempages demandent un four (kiln) avec jauge de température. Pour les couteaux plus petits, un réchaud à propane peut être utilisé pour durcir et traiter l’acier (revenu), évitant ainsi l’utilisation d’un four.

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.

L'acier O1 (O veut dire trempé à l’huile)

Les feuilles sont faites d’acier O1 (O veut dire trempé à l’huile) qui est trempé et qui peut être acheté dans différentes tailles chez un ferrailleur. Ce projet demande de l’acier de 3/16’’ d’épaisseur de 1’’ de large sur 3 pieds de long. L’acier trempé est un métal souple qui durcira au four et qui sera ensuite traité à la chaleur (revenu) pour fabriquer un couteau à dépecer de qualité raffinée.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Plusieurs designs sont possibles

Un couteau à dépecer devrait avoir une petite lame coupante courbée et un petit manche. Les élèves veulent souvent rallonger la lame et la rendre plus pointue ce qui n’est pas utile pour le dépeçage.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Le patron final peut être tracé sur l'acier

Le patron final peut être découpé dans une feuille de papier et être, soit collé sur l’acier, soit tracé sur l’acier au crayon.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Protéger la lame du couteau

La lame est enveloppée dans un cuir souple pour la protéger des mors de l’étau.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Une petite encoche à la lime aidera

Il est souvent difficile de préparer la surface pour la scie à métaux. Faire une petite encoche à la lime pour préparer la surface à découper.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Découper verticalement

Maintenir la scie à métaux aussi perpendiculaire que possible. Faire tourner la feuille d’acier dans l’étau. Découper droit pour ébaucher le patron. Utiliser une huile lubrifiante, ou autre type d’huile, pour éviter que la lame de la scie à métaux ne se réchauffe et crée une friction.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Après 6 ou 7 découpes, la feuille d’acier est découpée grossièrement et son ébauche est prête à être limée pour lui donner sa forme finale.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2007, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Modeler le profil

La scie à métaux fait des découpes droites. On utilise une lime grossière pour donner une forme et polir l’ébauche. Après avoir utilisé la lime, le bord peut être affiné au papier de verre grain numéro 120, 180, 220 jusqu’à 400. L’ébauche n’a pas besoin d’être finie jusqu’à ce que la lame ait été durcie.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Ebauche finale

Bien que le fabricant de couteaux commence par un patron sur la feuille d’acier, ceci ne veut pas dire que l’ébauche finale sera exactement la même. Chaque couteau aura une taille différente. La meilleure chose à faire est de graver le manche en acier au nom de l’élève, car on les mélange facilement. Le manche en acier sera ensuite recouvert.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Fabriquer une cale à poncer

La cale à poncer est un élément essentiel dans le travail du métal. Il vaut mieux utiliser du bois dur, mais le contreplaqué peut aussi convenir. Appliquer un morceau de papier à maroufler dans le sens de la longueur en couvrant les bords de la cale, avec le côté ponceur vers le haut.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Plier et rouler le papier ponce

Tourner le papier ponce de dos. Utiliser un objet aiguisé pour le plier le long du bois. Envelopper la cale en suivant le pli. Répéter en refaisant un pli et replier encore une fois. Continuer jusqu’à ce que le papier ponce soit complètement enroulé autour de la cale, côté ponce vers le haut.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Le ruban adhésif aux extrémités

Après l’enroulement, ajouter du ruban adhésif aux extrémités. Ecrire la taille du grain. Lorsque le papier ponce est usé, retirer une épaisseur pour exposer le papier ponce neuf en dessous. Vous aurez besoin de papier ponce à différents grains, 120, 180, 220, 400, 600 et 1200.


© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Préparer pour percer

Il est préférable de percer les trous pour les attaches du manche maintenant. Si vous oubliez, vous ne pourrez jamais percer l’acier une fois durci. Faire un trou avec un clou pour chaque trou dont vous avez besoin, en général 2 ou 3.


© 2007, Nuiyak School. Tous droits réservés.


Percer les trous pour la manche

Utiliser la vitesse la plus lente de la perceuse. Appliquer un peu d’huile pour que le foret ne chauffe pas et permette aux copeaux de se détacher. Mettre la lame dans un étau ou serrer la lame avec un morceau de bois. Utiliser un foret aux dimensions du diamètre. Une tige de fer à souder usée peut faire office d’attache. Cette opération est dangereuse et doit être constamment surveillée par l'enseignant.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Repérer le centre de la lame

Il est important de trouver une façon de marquer le centre du bord coupant sur la feuille d’acier. Ceci permettra de limer les deux côtés de façon à peu près égale. Mais il existe encore beaucoup de variables. Ainsi, si l’élève ne suit pas une ligne, le couteau fonctionnera quand même. On utilise la pointe sèche d’un compas pour repérer le centre à l’œil nu. Se vous n'avez pas de compas, utiliser un crayon feutre pour marquer le centre. Effacer et recommencer si vous n'êtes pas au centre.

John Jamieson, Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


La lame va être limée. Il est essentiel que la lame ne dépasse jamais le bord. Installer plusieurs clous pour la maintenir. Si la main de l’élève glisse, les doigts toucheront le bois, ce qui évitera qu’il se coupe.


© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Utiliser des étaux pour sécurer la lame

Il est important de protéger la lame derrière le bord de la table. Utiliser un morceau de cuir et un morceau de métal à poser sur l’acier, ce qui formera une garde et un guide pour la lime. Cette garde est nécessaire pour éviter que l’on se coupe la main. Garder un angle faible en limant. Bouger doucement le bord de la lime vers le haut de la lame. Une ligne noire montre la ligne que doit suivre la lime en mouvements ascendants.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum Tous droits réservés.


Tenir le couteau

Le couteau que l’on fabrique est un petit couteau à dépecer. L’index est en contact avec l’arrière de la lame et demande une garde pour que le doigt ne soit pas coupé. Le pouce s’étend jusqu’à la pointe de la lame.

John Jamieson
Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


La garde du couteau

Le crayon montre l’endroit où l’on pourrait mettre une garde. On la crée en plaçant un morceau de métal le long de la garde qui agit pour arrêter la lime.

John Jamieson, Chris Meeko, Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Tracer la silhouette du couteau sur le bois

Choisir un matériau pour le manche. Du micarta est utilisé dans cet exemple. On peut aussi utiliser du bois dur.

John Jamieson, Danny Kavik
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Noter bien l'extérieur du manche

Les deux parties du manche sont comme un miroir. On les confond facilement.

John Jamieson
Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Serrer bien la lame dans l'étau

Percer les trous est très dangereux. Le couteau doit être bien serré dans l’étau, sinon le foret pourrait faire pivoter la lame. L’enseignant doit observer les élèves durant l’opération.

John Jamieson, Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Fixer le manche au couteau

Fixer une attache pour garder le couteau et le manche alignés. Changer la position de l’étau et percer le second trou.

John Jamieson, Danny Kavik
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Les deux attaches vont aligner le manche

Une fois qu’un côté du manche est aligné, on retourne le couteau et on perce la deuxième partie du manche.

John Jamieson, Danny Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


LIMER LE MANCHE

Retirer la lame, replacer les attaches et limer le manche jusqu'à obtenir sa forme presque finale.

John Jamieson, Danny Kavik
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Durcir le couteau au four

L’acier carbone doit être chauffé à 1450 degrés F pendant 15 minutes avant de le retirer et de le tremper dans de l’huile végétale légère. Utiliser des lunettes de protection et mettre des gants.

John Jamieson, Danny Kavik
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Tremper rapidement

Mettre la lame rapidement dans l’huile légère et la faire tourner dans le liquide pendant quelques minutes. Ceci emprisonne les atomes de carbone dans les cristaux de fer, ce qui rend l’acier très craquant et ne convient pas comme couteau fini.

John Jamieson, Danny KaVIK
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


La lame couverte du carbone

A l’origine la lame avait été poncée avec un grain 400. Ceci était nécessaire puisque la lame a besoin d’être encore poncée en commençant par un grain 400.

John Jamieson, Danny KaVIK

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Le ponçage à grain 400

Serrer la lame dans un étau en protégeant le côté coupant. Utiliser un ponçage à grain 600 avant le revenu.

John Jamieson, Danny KaVIK

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Durcir à 425 degrés F

Après avoir travaillé la lame au grain 600, la placer dans un four (kiln) à 425 degrés F jusqu'à ce que la lame prenne une couleur jaune paille. Ce processus enlève des atomes de carbone au centre des cristaux de fer et les place à la surface du cristal rendant l’acier plus « tendre ». Faites attention que la lame ne vire pas au brun foncé ou au violet, sinon la lame perd de sa dureté et vous devez recommencer le durcissement.

John Jamieson, Danny Kavik
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Poncer, Une roue polissoir, La Colle

Utiliser la ponce à grain 1200, coller le deux parties du manche avec de la super glue, utiliser une roue polissoir si vous en avez une à disposition.

John Jamieson, Danny KaVIK

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

Un morceau d’acier O1 sera découpé, limé, poncé, durci, trempé pour fabriquer un petit couteau à dépecer. Ce projet couvre tous les détails du processus et explique le concept de durcissement et de trempage.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons