La sérigraphie sur vêtements demande un achat initial de matériel, mais ce coût est compensé par divers motifs qu’on peut reproduire et vendre. Les motifs sur les vêtements peuvent renforcer des concepts culturels, tels que des noms personnels aborigènes ou des objets Dorsets et Thuléens.
La sérigraphie sur vêtements demande un achat initial de matériel, mais ce coût est compensé par divers motifs qu’on peut reproduire et vendre. Les motifs sur les vêtements peuvent renforcer des concepts culturels, tels que des noms personnels aborigènes ou des objets Dorsets et Thuléens.

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.

Découper le cadre avec une scie circulaire

On peut rapidement découper les côtés du cadre à la scie circulaire. Vous devez utiliser un guide de coupe. Une planche de 2x 6 peut être divisée en trois morceaux (l’instrument de sécurité est soulevé sur la photo) Utiliser des lunettes de protection.


© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Couper un angle à 45 degrés au bout du cadre

Il y a plusieurs façons de tailler les extrémités en onglet, comme en utilisant une boîte à onglet, une scie à onglet ou une scie sauteuse. Ce projet demande une scie sauteuse à double lames pour découper rapidement deux angles à 45 degrés à la fois.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Coller et utiliser un pistolet à clous

De la colle est appliquée aux coins et le cadre est relié avec un serre-joints. Utilisez un pistolet à clous ou des vis pour renforcer les coins.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Clouer le cadre

Pour renforcer les coins, il vaut mieux utiliser un pistolet à clous, ou simplement un clou ou une vis. Ceci rallongera la durée de vie du cadre puisque, durant notre processus, il sera mouillé et la colle perdra de son efficacité.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Couper le ruban à agrafer

On pourrait utiliser du ruban à agrafer vendu dans le commerce, mais on utilise un tissu épais coupé en bande de 1 pouce de large. Une enveloppe plastifiée Tyvek peut aussi convenir. Ceci est nécessaire pour agrafer un écran sur le cadre.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


D'abord, agrafer les 4 coins

Placer le tissu de l’écran sur le cadre, et s’assurer que les 2 côtés dépassent du cadre d’environ 1 pouce. Ceci sera nécessaire pour tendre le tissu de l’écran. Les deux autres côtés du tissu seront alignés sur le bord du cadre. Agrafer chaque coin, en essayant de maintenir la tension sur le tissu de l’écran.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Agrafer les 2 côtés

Agrafer avec la bande à agrafer les 2 côtés du cadre où le tissu est placé le long des bords. Si vous oubliez et que vous agrafez les bords où vous avez laissé un 1 pouce de marge dépasser du cadre, vous ne pourrez pas tendre votre tissu. (Ceci ne nous est jamais arrivé, bien sûr!)

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Tendre et agrafer les derniers 2 côtés

Utiliser un serre-joint à écran, qui est en fait une pince-étau à large ouverture. Vous pouvez aussi mettre en place deux morceaux de bois et un serre-joint si nécessaire. Tendre et agrafer un côté et faire la même chose sur le dernier côté. Une fois terminé, égaliser en coupant le tissu de l’écran qui dépasse.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Emulsion photosensible

Un patron peut être soit découpé à la main dans un film, soit un système de photo-exposition peut être préparé dans une machine spéciale, un appareil de photo-exposition qui utilise les rayons ultraviolets pour préparer l’écran. On expliquera ce processus en utilisant du Capillex 35 pour créer une image.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Découper le film photosensible

Le Capillex 35 est sensible aux rayons ultraviolets. Vous ne pouvez pas le laisser exposé à la lumière très longtemps, puisqu’il sera graduellement exposé aux ultraviolets. L’étendre sur le cadre, le découper à la taille requise et remettre ensuite le film dans son conditionnement.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Des poids aident à maintenir le film en contact.

On va appliquer de l’eau sur le dessus de l’écran. Le film se ramollira et on devra appliquer une pression pour faire pénétrer le film dans l’écran. On surélève le cadre au-dessus de la table et des poids aident à maintenir le film en contact.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Mouiller la surface avec de l'eau

Appliquer rapidement de l’eau chaude avec une serviette mouillée. Utiliser plusieurs feuilles d’essuie-tout pour absorber l’eau en trop. Après environ 1 minute, faire pression avec une autre feuille d’essuie-tout pour permettre au film de s’imprégner dans l’écran. On peut utiliser un sèche-cheveux pour accélérer le séchage (en accélérant le séchage la surface devrait être prête en une demi-heure). Autrement, après quelques minutes mettre l’écran dans un endroit chaud et sombre pour qu’il sèche. Si vous laissez l’écran à la lumière il sera inutilisable.


© 200i Najuqsvik Community Museum. Tous droits réservés.


Placer l’image sur le film

Le film a été mouillé, enduit sur l’écran et placé dans un endroit sombre et sec. On le retire et l’image à imprimer est placée sous l’écran. Utiliser un morceau de ruban à maroufler pour maintenir l’image en place. Le voici prêt à être placé dans l’appareil à photo-exposition. L’image à dupliquer devrait être très noire et le papier sur lequel elle est dessinée devrait être blanc.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Placer le cadre dans photo-exposition

Le cadre avec l’image à dupliquer attachée en-dessous de l’écran avec un morceau de ruban à maroufler est placé dans l’appareil à photo-exposition. Les tubes de lumière émettent des rayons ultraviolets. La lumière passera à travers le papier blanc occasionnant le durcissement de l’émulsion du film sur le tissu de l’écran. Mais la partie noire de l’image empêchera la lumière de passer et cette partie sera rincée à l’eau après que le cadre ait été retiré de l’appareil.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Nettoyer l’écran exposé

Après avoir retiré l’écran de l’appareil à photo-exposition, on l’amène à l’évier pour laver les côtés à l’eau chaude. Le laisser quelques minutes et continuer le lavage. La partie noire de l’image sera lavée puisque les rayons UV n’ont pas pu la pénétrer. Un vaporisateur aidera à retirer l’émulsion. Il est recommandé de tenir l’écran horizontalement et verser l’eau verticalement. Placer le cadre entièrement fini dans un endroit chaud et le laisser sécher avant de faire un essai d’utilisation pour l’impression.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008 Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Faire une connexion culturelle

Jusqu’ici il y a eu beaucoup d’activités pratiques et de technologie. Mais le vrai bénéfice de cette activité est de mettre en valeur une connexion culturelle. Un bon exemple est de faire connaître aux élèves des noms Inuit personnels. Après avoir recherché des noms dans leur famille, les noms ont été rentrés dans l’ordinateur et imprimés. Un écran a été préparé et les noms imprimés sur des t-shirts ou chandails. Chaque membre de la famille a reçu une copie de leurs noms respectifs. Les élèves ont eu l’occasion découvrir d’autres familles.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Établissez des contrats de production avec des groupes en visite.

La sérigraphie encourage et fait connaître les concepts culturels d’une communauté. De plus de nombreuses organisations communautaires et de groupes en visite ont les fonds pour produire des t-shirt et sweat-shirts. Approchez-les et établissez des contrats de production.

John Jamieson, Caroline Meeko, Mary Kavik
MaryJane McCrea, Sophie DeLaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

La fabrication maison de motifs sur t-shirts est une très bonne façon d’encourager le développement de concepts culturels et de générer une fierté au sein de la communauté. Bien qu’un certain matériel soit nécessaire, si le processus est bien géré, on peut en tirer des revenus qui paieront pour l’équipement et apporteront des profits à la communauté. Toutes les étapes du processus seront décrites, de la fabrication du cadre jusqu’à la production finale du t-shirt.


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons