La fabrication de houppes de caribous et d’élans est une forme d’art aborigène d’une beauté considérable et source d’une économie importante dans le Yukon et les Territoires du Nord Ouest. On collecte des morceaux de peau sur les animaux dont on retire la chair, que l’on teint, sèche et préserve pour les utiliser ensuite. Les houppes de poils sont attachées à un tissu en velours avec une toile qui permet de faire des boucles avec le fil et des nœuds sur l’arrière de la toile. Les motifs sont égalisés aux ciseaux.
La fabrication de houppes de caribous et d’élans est une forme d’art aborigène d’une beauté considérable et source d’une économie importante dans le Yukon et les Territoires du Nord Ouest. On collecte des morceaux de peau sur les animaux dont on retire la chair, que l’on teint, sèche et préserve pour les utiliser ensuite. Les houppes de poils sont attachées à un tissu en velours avec une toile qui permet de faire des boucles avec le fil et des nœuds sur l’arrière de la toile. Les motifs sont égalisés aux ciseaux.

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.

Poil de caribou coloré

On collecte le poil de la fourrure fournit par Renewable Resources and Hunters (Ressources Renouvelables et Chasseurs). Les poils du cou sont les meilleurs. Les poils doivent être propres, sans insectes et peignés dans le même sens. La teinture vendue en magasin convient. Les poils dureront des années s’ils sont préservés dans des conditionnements en plastiques hermétiques avec des boules antimites. Les mettre dans une pièce fraîche.

Peter Menzies
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Entreposer la peau avec les poils

On retire la peau avec les poils de leur conditionnement. On coupera les poils si besoin est.

Peter Menzies

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


L'aiguille forme des boucles

En commençant par l’arrière de la toile, l’aiguille passe par le dessous, forme une boucle et repasse par en-dessous proche du premier trou. On place une touffe de poils dans la boucle et l’aiguille tire la boucle vers le bas, ce qui tire les poils et les fait tenir debout.

Peter Menzies
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Tenir les poils en place et faire un nœud

Il faut faire un nœud résistant sur l’arrière de la toile pour tenir les poils en place. Il faut un nœud pour chaque boucle.

Peter Menzies
Twyla Wheeler

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Égaliser quelques poils

Après avoir bien attaché les poils, on peut les égaliser avec des ciseaux bien aiguisés. On peut aussi laisser d’autres poils tel quel.

Peter Menzies
Twyla Wheeler

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Le produit final est prêt a vendre.

Le produit final est assez robuste et facile à transporter. On peut l’encadrer ou faire de jolies présentations d’art Boréal.

Peter Menzies
MaryJane McCrea, Sophie Delaporte

© 2008, Najuqsivik Community Museum. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage


1. Art Tutchone Boréal et esquisse de traditions
2. Utilisation de fourrure d’animaux et respects des animaux
3. Développement de qualités pratiques sur les traditions et comment apprendre…
4. Développement de qualités artistiques – créativité, tâches techniques


Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons