Il est permis de penser que la Place du marché de Kingston est le plus vieux marché commercial en Ontario. En 1783, le lieutenant John Holland avait prévu un terre-plein – ce qui était normal – dans le plan cadastral original de la ville. Dans toutes les agglomérations, même dans les villages embryonnaires, le marché était le point d’intérêt, pour ne pas dire la raison d’être de l’endroit. C’était le lieu où on échangeait biens et services, l’emplacement déterminant de la ville. Comme l’observaient Brian Osborne et Donald Swainson : « Pour plusieurs raisons, ce marché quotidien constituait le cœur des petites communautés. »

Au début, le marché était un terre-plein gazonné et ouvert au centre d’une agglomération en croissance. C’était le lieu des échanges locaux typiques de denrées alimentaires et d’essence, bref des produits de consommation qui supportaient la vie de tous les jours à Ki Pour en lire plus
Il est permis de penser que la Place du marché de Kingston est le plus vieux marché commercial en Ontario. En 1783, le lieutenant John Holland avait prévu un terre-plein – ce qui était normal – dans le plan cadastral original de la ville. Dans toutes les agglomérations, même dans les villages embryonnaires, le marché était le point d’intérêt, pour ne pas dire la raison d’être de l’endroit. C’était le lieu où on échangeait biens et services, l’emplacement déterminant de la ville. Comme l’observaient Brian Osborne et Donald Swainson : « Pour plusieurs raisons, ce marché quotidien constituait le cœur des petites communautés. »

Au début, le marché était un terre-plein gazonné et ouvert au centre d’une agglomération en croissance. C’était le lieu des échanges locaux typiques de denrées alimentaires et d’essence, bref des produits de consommation qui supportaient la vie de tous les jours à Kingston. Avant l’époque des parcs municipaux, c’était aussi le centre social de la ville. Les soirs et le dimanche, on y retrouvait des pique-niques, des réunions méthodistes, des musiques régimentaires, des discours politiques, et divers spectacles moins édifiants tels que celui du 28 mars 1835, lorsque James Williamson a publiquement fouetté John Vincent, rédacteur du Spectator. C’est là que le crieur du village annonçait les nouvelles, que se tenait la sentinelle de la garnison et qu’on retrouvait le corps de pompiers.

Malgré l’importance du marché, la description qu’en fait l’historien Edwin Horsey vers 1820 corrige notre tendance moderne à l’idéaliser :

Le marché ne comptait pas beaucoup à l’époque.

En 1834, les magistrats de districts ont envisagé de loger adéquatement le marché et l’hôtel de ville dans un édifice de pierre permanent.

Cette année-là, le Kingston Chronicle and Gazette écrivait :

[C’est avec grand plaisir que nous apprenons que les magistrats songent à construire un marché intérieur élégant et complet dans cette ville… L’édifice, qui sera fait de pierre, abritera 28 kiosques et autant de boucheries. Le deuxième étage sera partiellement occupé par un hôtel de ville pratique. L’état délabré et dangereux du marché actuel porte atteinte à la réputation de la ville et tout projet d’amélioration à cet égard sera accueilli favorablement par les citoyens.]

Pendant de nombreuses années, le marché a continué d’être le centre social et commercial de la ville : on y échangeait les denrées périssables et on y faisait les annonces publiques telles que la Confédération et le décès de Sir John A. Macdonald en 1891; cependant, les autres biens de consommation avaient commencé à être vendus dans des magasins permanents sur la rue Princess, où ils généraient davantage de profits. Dans les années 1890, on appelait le marché Produce Market – le marché des produits de la terre, donc un marché de producteurs agricoles au sens moderne. Au début du XXe siècle, le marché était devenu essentiellement redondant et on a commencé à l’utiliser comme stationnement, mais on raconte qu’il n’a jamais complètement cessé d’exister. Quand on a remis l’hôtel de ville en état en 1973, on a fait naître un intérêt renouvelé pour le marché de fruits et légumes qui a entraîné une cure de rajeunissement. En 2005, la ville a décidé de se réapproprier le marché à titre d’espace public en le rénovant; on l’a transformé en patinoire l’hiver et en espace ouvert pour les jours de marché et autres rassemblements publics le reste de l’année. Bien qu’il ne soit plus un marché d’agriculteurs au sens traditionnel et qu’on y trouve désormais une variété de produits d’artisanat, de plantes, de produits de la terre et de denrées alimentaires, le marché conserve son rôle de lieu de rassemblement; il attire encore les gens au cœur de la ville.
Tiré de Market Square: Stage 2 Archaeological Assessment préparé par Earl Moorehead pour la Cataraqui Archaeological Research Foundation.
© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.

1673 Fondation du fort Frontenac à titre de poste militaire; il est aussi largement utilisé comme poste de traite.

1744 Le fort Frontenac est renforcé et devient un important dépôt d’approvisionnement pour les postes intérieurs nouvellement fondés.

1754 Deux marchands ont des entrepôts et des quais près du fort; Kingston se démarque commercialement des autres villes à cause de son commerce d’expédition.

1758 Les Britanniques s’emparent du fort Frontenac et de son contenu : biens amérindiens et approvisionnements militaires et navals. 100 colons et autochtones s’établissent autour du fort.

1783 Les réfugiés loyalistes de la révolution américaine s’établissent dans la région de Kingston, dont Molly Brant et sa famille; l’arpenteur en chef Samuel Holland détermine qu Pour en lire plus
1673 Fondation du fort Frontenac à titre de poste militaire; il est aussi largement utilisé comme poste de traite.

1744 Le fort Frontenac est renforcé et devient un important dépôt d’approvisionnement pour les postes intérieurs nouvellement fondés.

1754 Deux marchands ont des entrepôts et des quais près du fort; Kingston se démarque commercialement des autres villes à cause de son commerce d’expédition.

1758 Les Britanniques s’emparent du fort Frontenac et de son contenu : biens amérindiens et approvisionnements militaires et navals. 100 colons et autochtones s’établissent autour du fort.

1783 Les réfugiés loyalistes de la révolution américaine s’établissent dans la région de Kingston, dont Molly Brant et sa famille; l’arpenteur en chef Samuel Holland détermine qu’on y trouve un bon espace pour une ville et un port, et remarque qu’une agglomération de huit maisons a déjà commencé à s’installer à côté du fort.

1792 Le marché existe de manière informelle

1801 On fonde le marché, mais pas à titre d’entité formelle ou légale.

1811 Les règlements du marché sont publiés pour la première fois par les magistrats de districts.

1822 Un deuxième ensemble de règlements est publié par la cour des sessions trimestrielles. « …le marché occupera l’espace entre les rues King et Front (Ontario)… ».

1838 Le titre de marché est transféré de la Couronne à la ville de Kingston qui vient d’être incorporée; le marché n’est toujours pas enregistré ni décrit légalement.

1840 La ville de Kingston achète le lot 1 du domaine Herchmer pour agrandir et consolider le marché.

1840 (16 avril) Un incendie détruit les édifices du marché.

1841 Les propriétés de location viagères au sud du marché sont récupérées par la ville.

1841 On procède au premier arpentage cadastral du marché.

1841 La ville utilise les propriétés du marché pour soutenir financièrement la construction des édifices du marché et de l’hôtel de ville.

1843 (2 juin) On pose la première pierre de l’hôtel de ville.

1844 L’hôtel de ville de Kingston est complété.

1848 La ville enregistre officiellement le nom de la Place du marché.

1865 (10 janvier) Un grave incendie détruit l’aile de l’hôtel de ville qui abritait le marché; le conseil de Kingston vote la construction d’une nouvelle aile plus restreinte.

1867 On annonce la Confédération canadienne à la Place du marché.

1891 On annonce le décès de Sir John A. Macdonald à la Place du marché.

Début du XXe siècle Le marché est devenu redondant parce que la population se procure désormais ses biens dans les magasins; le site est asphalté et devient un stationnement.

1973 On rénove l’hôtel de ville; un intérêt renouvelé pour le marché en découle et on ouvre à nouveau un marché de produits de la terre.

2005 On procède à des fouilles à la Place du marché, et on met à jour les fondations de l’aile de l’ancien marché; la Place du marché est rénovée et on en refait la surface, qui devient notamment une patinoire en hiver.
Tiré de Kingston Archaeological Master Plan Study: Stage I Report publié par la Cataraqui Archaeological Research Foundation.
© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.

Marché impromptu au Cambodge

Marché impromptu au Cambodge

Cataraqui Archaeological Research Foundation
Earl Moorehead, Hannah Roth, Kingston Language Services

© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.


Marché extérieur à Hanoï, Vietnam

Marché extérieur à Hanoï, Vietnam

Cataraqui Archaeological Research Foundation
Earl Moorehead, Hannah Roth, Kingston Language Services

© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.


Marché extérieur à Donetsk, Ukraine

Marché extérieur à Donetsk, Ukraine

Cataraqui Archaeological Research Foundation
Earl Moorehead, Hannah Roth, Kingston Language Services

© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.


Marché intérieur à Kota Baru, Malaisie

Marché intérieur à Kota Baru, Malaisie

Cataraqui Archaeological Research Foundation
Earl Moorehead, Hannah Roth, Kingston Language Services

© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.


Place du marché de Kingston, 19e siècle

Place du marché de Kingston, 19e siècle

Cataraqui Archaeological Research Foundation
Earl Moorehead, Hannah Roth, Kingston Language Services

© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.


Affiche annonçant la cérémonie du dépot de la pierre de fondation pour l'Hôtel de ville de Kingston, 1843

Affiche annonçant la cérémonie du dépot de la pierre de fondation pour l'Hôtel de ville de Kingston, 1843. Accéder à une plus grande version de cette image.

Cataraqui Archaeological Research Foundation
Earl Moorehead, Hannah Roth, Kingston Language Services

© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.


Annonce de la Confédération, Place du marché de Kingston, 1867

Annonce de la Confédération, Place du marché de Kingston, 1867

Cataraqui Archaeological Research Foundation
Earl Moorehead, Hannah Roth, Kingston Language Services

© 2007, Cataraqui Archaeological Research Foundation. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

  1. Étudier les facteurs qui ont causé et influencé les changements urbains et sociétaux dans la région de Kingston à partir de la préhistoire – d’environ 7000 à 1900 avant notre ère.
  2. Examiner le rôle que le marché joue dans les communautés du monde.
  3. Analyser le développement du marché comme lieu traditionnel de rencontre et d’interaction commerciale, sociale et politique dans les communautés canadiennes.
  4. Observer le développement et l’évolution de la Place du marché de Kingston en tenant compte des événements importants la concernant.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons