Microscope de Janssen

Réplique du microscope de Janssen, vers 1595.

Photo gracieuseté de Lucent Books Inc.
vers 1595
Réplique microscope
© RCIP 2001


On croit que Hans et Zacharias Janssen ont fabriqué l’un des premiers microscopes (un modèle composé, à deux lentilles) à Middelburg, en Hollande, vers 1595.

Au XVIIIe siècle, le microscope connut plusieurs améliorations mécaniques : mécanismes de mise au point, objectifs multiples, platines spécialisées pour recevoir divers types de spécimens, platines surélevées pour un meilleur éclairage des spécimens par le dessous. Vers la fin du XVIIIe siècle, des platines mécaniques permettaient de déplacer les spécimens dans deux directions.

Au début du XIXe siècle, les fabricants de microscopes apportèrent deux importantes améliorations à la qualité optique : la correction de l’aberration chromatique, un effet d’optique qui donne des images aux bords colorés, et la correction de l’aberration sphérique, un effet d’optique qui donne des images floues. Vers 1830, on obtenait de grandes images claires plutôt que de grandes images floues.
On croit que Hans et Zacharias Janssen ont fabriqué l’un des premiers microscopes (un modèle composé, à deux lentilles) à Middelburg, en Hollande, vers 1595.

Au XVIIIe siècle, le microscope connut plusieurs améliorations mécaniques : mécanismes de mise au point, objectifs multiples, platines spécialisées pour recevoir divers types de spécimens, platines surélevées pour un meilleur éclairage des spécimens par le dessous. Vers la fin du XVIIIe siècle, des platines mécaniques permettaient de déplacer les spécimens dans deux directions.

Au début du XIXe siècle, les fabricants de microscopes apportèrent deux importantes améliorations à la qualité optique : la correction de l’aberration chromatique, un effet d’optique qui donne des images aux bords colorés, et la correction de l’aberration sphérique, un effet d’optique qui donne des images floues. Vers 1830, on obtenait de grandes images claires plutôt que de grandes images floues.

© RCIP 2001

Microscope de type Culpeper

Microscope caractéristique du XVIIIe siècle

Fabricant inconnu
Collection d´objets du University Health Network
vers 1800
1942.4.1
© RCIP 2001


Microscope Benjamin Martin

Microscope optique à tambour caractéristique du milieu du XIXe siècle

Fabriqué par Benjamin Martin
Musée des sciences et de la technologie du Canada
vers 1850-1870
ROYAUME-UNI
720429
© RCIP 2001


Les microscopes les plus employés sont les microscopes optiques, qui utilisent la lumière visible pour créer une image agrandie d'un objet. Le microscope optique le plus simple comporte une lentille biconvexe à courte distance focale.

Le microscope composé comporte deux lentilles -- un objectif et un oculaire -- montées aux extrémités d'un tube fermé, qui donnent un grossissement supérieur à ce que permet une lentille seule.

Le grossissement total d'un microscope composé est déterminé par la longueur focale des deux lentilles. Ce grossissement peut être supérieur à 2 000 fois.
Les microscopes les plus employés sont les microscopes optiques, qui utilisent la lumière visible pour créer une image agrandie d'un objet. Le microscope optique le plus simple comporte une lentille biconvexe à courte distance focale.

Le microscope composé comporte deux lentilles -- un objectif et un oculaire -- montées aux extrémités d'un tube fermé, qui donnent un grossissement supérieur à ce que permet une lentille seule.

Le grossissement total d'un microscope composé est déterminé par la longueur focale des deux lentilles. Ce grossissement peut être supérieur à 2 000 fois.

© RCIP 2001

Fonctionnement du microscope optique composé

Celui-ci utilise deux lentilles (ou plus) pour augmenter la taille de l'image mise au foyer sur la rétine de l'observateur. Les rayons lumineux (A) qui proviennent d'un objet (B) sont déviés lorsqu'ils traversent la première lentille (C). Ils convergent en un foyer (D), à partir duquel ils s'écartent pour créer une première image (E). Les rayons lumineux qui forment cette image agrandie continuent de s'écarter avant d'être déviés vers l'intérieur par une seconde lentille (F), l'oculaire. Les rayons qui traversent l'oculaire atteignent l'œil selon un angle tel qu'ils semblent provenir d'un objet beaucoup plus gros (G), qui constitue l'image virtuelle ou finale.

Gracieuseté de Lucent Books Inc

© RCIP 2001


Schéma des possibilités de grossissement d´un microscope optique

Plant cell = Cellule végétale; Animal cell = Cellule animale; Bacterium = Bactérie; Light microscope = Microscope optique. Tailles de cellules représentées sur une échelle logarithmique indiquant la gamme de résolutions normale d´un microscope optique.

Graphic de David C. Kasserra

© RCIP 2001


Le scientifique italien Marcello Malpighi fut l’un des premiers grands utilisateurs du microscope et est considéré de nos jours comme le père de l’embryologie et de l’histologie. En 1661, Malpighi employa un microscope pour reconnaître et décrire les minuscules vaisseaux sanguins, appelés capillaires, qui relient les artères et les veines. Cela constitua un appui important à la théorie de William Harvey selon laquelle le sang circule du cœur vers les extrémités du corps avant de revenir vers le cœur.

Antoni van Leeuwenhœk, avec son simple microscope à une seule lentille, parvint à obtenir des grossissements de 50 jusqu’à plus de 200 fois. Le spécimen était empalé sur une aiguille, derrière la lentille, et le tout soulevé jusqu’à la hauteur des yeux.

Leeuwenhœk fit des observations remarquables avec cet instrument très simple, rapportant ses découvertes dans des lettres à la Société Royale de Londres. En 1673, Leeuwenhœk d&eac Pour en lire plus

Le scientifique italien Marcello Malpighi fut l’un des premiers grands utilisateurs du microscope et est considéré de nos jours comme le père de l’embryologie et de l’histologie. En 1661, Malpighi employa un microscope pour reconnaître et décrire les minuscules vaisseaux sanguins, appelés capillaires, qui relient les artères et les veines. Cela constitua un appui important à la théorie de William Harvey selon laquelle le sang circule du cœur vers les extrémités du corps avant de revenir vers le cœur.

Antoni van Leeuwenhœk, avec son simple microscope à une seule lentille, parvint à obtenir des grossissements de 50 jusqu’à plus de 200 fois. Le spécimen était empalé sur une aiguille, derrière la lentille, et le tout soulevé jusqu’à la hauteur des yeux.

Leeuwenhœk fit des observations remarquables avec cet instrument très simple, rapportant ses découvertes dans des lettres à la Société Royale de Londres. En 1673, Leeuwenhœk décrivit ce que l’on reconnut plus tard être des corpuscules du sang (les globules rouges). Ses rapports firent sensation : il y décrivait des «animalcules», de petites créatures mobiles qui semblaient omniprésentes.

Au XIXe siècle, le microscope permit d’observer des bactéries et facilita grandement l’élaboration de la théorie selon laquelle les maladies sont dues à des germes. Ce fut le début de la bactériologie médicale, et de l’identification de bactéries spécifiques responsables de nombreuses maladies contagieuses. En 1882, Robert Koch inventa une technique de coloration qui lui permit de voir Mycobacterium tuberculosis. Ce qui enthousiasma le monde ne fut pas tant la valeur scientifique de la découverte de Koch, mais plutôt la certitude que la bataille contre l’un des pires ennemis de l’humanité pouvait vraiment commencer.

Le microscope a contribué à de nombreuses découvertes scientifiques canadiennes. Voici le microscope du laboratoire du Dr James Collip à l’Université McGill. De 1927 à 1947, Collip, biochimiste canadien de renom, travailla avec Hans Selye à McGill et entreprit un grand nombre d’études histologiques et biochimiques des glandes endocrines.


© RCIP 2001

Microscope de Leeuwenhœk

Reproduction d´un microscope de Leeuwenhœk

Fabriqué par la société d´optique Bausch & Lomb
Collection d´objets du University Health Network
vers 1933
Microscope de Leeuwenhœk (reproduction)
1972.10.1
© RCIP 2001


Bacille de la tuberculose

Image actuelle de la bactérie responsable de la tuberculose (bâtonnets colorés en rouge) dans une expectoration d´un patient atteint de la maladie, teintée à l´aide d´un colorant acido-alcoolo-résistant

Photo gracieuseté du Département de microbiologie et d´immunologie de l´Université Queen´s

Bacille
© RCIP 2001


Microscope du laboratoire du Dr Collip

Le microscope a contribué à de nombreuses découvertes scientifiques canadiennes. Voici le microscope du laboratoire du Dr James Collip à l'Université McGill. De 1927 à 1947, Collip, biochimiste canadien de renom, travailla avec Hans Selye à McGill et entreprit un grand nombre d'études histologiques et biochimiques des glandes endocrines.

Fabricant inconnu
Musée de la santé de Kingston
Date inconnue
Microscope de Collip
997039002
© RCIP 2001


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant :

  • identifiera et appréciera la manière dont l’histoire et la culture façonnent les sciences et la technologie d’une société;
  • donnera des exemples de la manière dont les sciences et la technologie ont influencé le diagnostic et le traitement des maladies humaines et ont fait de la technologie médicale une partie intégrante de notre vie;
  • décrira les progrès scientifiques et technologiques passés et présents, puis présentera et appréciera leurs effets sur les individus et les sociétés;
  • décrira la manière dont les Canadiens ont participé aux sciences et à la technologie à l’échelle mondiale.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons