Libellule

La libellule ne replie pas ses ailes.

Musée du Séminaire de Sherbrooke

© Musée du Séminaire de Sherbrooke. Tous droits réservés.


Les insectes, les araignées et les scorpions sont des arthropodes. Ils sont les premiers animaux à sortir de l’eau il y a 400 millions d’années. La loi de la jungle s’installe alors et certains insectes développent un moyen ingénieux d’échapper aux prédateurs : le vol. Ce n’est que le début de leur incroyable diversification.

Minuscules au début, les insectes prolifèrent et certains atteignent 70 cm d’envergure 100 millions d’années plus tard. Plusieurs sont incapables de fermer leurs ailes et donc de se cacher. Ils disparaissent, sauf quelques rares espèces comme la libellule.
Les insectes, les araignées et les scorpions sont des arthropodes. Ils sont les premiers animaux à sortir de l’eau il y a 400 millions d’années. La loi de la jungle s’installe alors et certains insectes développent un moyen ingénieux d’échapper aux prédateurs : le vol. Ce n’est que le début de leur incroyable diversification.

Minuscules au début, les insectes prolifèrent et certains atteignent 70 cm d’envergure 100 millions d’années plus tard. Plusieurs sont incapables de fermer leurs ailes et donc de se cacher. Ils disparaissent, sauf quelques rares espèces comme la libellule.

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

En 225 millions d’années, les insectes développent un système compliqué d’articulations de manière à plier leurs ailes et à en recouvrir leur corps. Ceux qui n’ont pas d’ailes évoluent peu. Ainsi, on peut s’étonner que les blattes, les éphémères, les sauterelles, les punaises, les araignées, les mille-pattes et plusieurs autres arthropodes aient traversé 300 millions d’années sans grandes transformations. Qui pourrait en faire autant ?
En 225 millions d’années, les insectes développent un système compliqué d’articulations de manière à plier leurs ailes et à en recouvrir leur corps. Ceux qui n’ont pas d’ailes évoluent peu. Ainsi, on peut s’étonner que les blattes, les éphémères, les sauterelles, les punaises, les araignées, les mille-pattes et plusieurs autres arthropodes aient traversé 300 millions d’années sans grandes transformations. Qui pourrait en faire autant ?

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Les blattes

Les blattes ou "cafards" étaient déjà très répendus au Crétacé.

Musée du Séminaire de Sherbrooke

© Musée du Séminaire de Sherbrooke. Tous droits réservés.


L’apparition des plantes sur les terres émergées remonte à environ 425 millions d’années. Ces petites formes simples se sont propagées et diversifiées. Elles ont donné naissance, 100 millions d’années plus tard, à des forêts luxuriantes composées de fougères et de gymnospermes, c’est-à-dire des arbres à graines nues.

Au début du Crétacé, les gymnospermes continuent à dominer les flores sur les continents, mais plusieurs espèces connaissent un sévère déclin ; seuls les conifères prospèrent. Au milieu du Crétacé, les angiospermes apparaissent. Ces plantes à fleurs enferment leurs graines dans un ovaire. À la fin du Crétacé, elles dominent déjà le paysage. Les angiospermes sont représentés par une cinquantaine de familles dont le bouleau, le figuier, le houx, le magnolia, le chêne, le palmier et le sycomore. Il y a peu de changements qui ont autant affecté l’aspect des paysages que l’app Pour en lire plus
L’apparition des plantes sur les terres émergées remonte à environ 425 millions d’années. Ces petites formes simples se sont propagées et diversifiées. Elles ont donné naissance, 100 millions d’années plus tard, à des forêts luxuriantes composées de fougères et de gymnospermes, c’est-à-dire des arbres à graines nues.

Au début du Crétacé, les gymnospermes continuent à dominer les flores sur les continents, mais plusieurs espèces connaissent un sévère déclin ; seuls les conifères prospèrent. Au milieu du Crétacé, les angiospermes apparaissent. Ces plantes à fleurs enferment leurs graines dans un ovaire. À la fin du Crétacé, elles dominent déjà le paysage. Les angiospermes sont représentés par une cinquantaine de familles dont le bouleau, le figuier, le houx, le magnolia, le chêne, le palmier et le sycomore. Il y a peu de changements qui ont autant affecté l’aspect des paysages que l’apparition des angiospermes, sinon ceux apportés par l’être humain.

L’apparition a eu aussi un impact considérable sur l’écologie de la planète. Le nectar des fleurs représente une nouvelle source de nourriture. Il n’en faut pas plus pour que de nouveaux groupes d’insectes se développent dont, parmi eux, les papillons, les guêpes, les abeilles, les termites et les fourmis. Il s’agit des premiers insectes sociaux connus. Leur mode de vie en colonies très structurées, où chacun a un travail à accomplir, leur assure un succès évolutif sans précédent. Ces insectes facilitent la reproduction et leur évolution en parallèle avec les plantes se fait au profit des paysages. À la fin du Crétacé, les insectes se spécialisent à des espèces de fleurs.

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Guépe

La guêpe a contribué à la diversité des paysages.

Musée du Séminaire de Sherbrooke

© Musée du Séminaire de Sherbrooke. Tous droits réservés.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • être amené à éprouver un enthousiasme et un intérêt durables à l’endroit de l’étude des sciences ;
  • décrire certains animaux invertébrés du Crétacé ainsi que leur écologie;
  • décrire comment l’évolution a influé sur les espèces invertébrées du Crétacé, et fournir des exemples ;
  • définir les angiospermes et les gymnospermes, et décrire l’évolution des plantes à fruit sur la Terre.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons