À l’origine, tous les joueurs avaient les mêmes bâtons. Les gardiens ont rapidement adopté des bâtons élargis dans leur moitié inférieure afin de mieux arrêter les rondelles. Aujourd’hui, comme les gardiens de but manient souvent la rondelle, leurs bâtons sont munis d’une lame courbe, comme les bâtons ordinaires.
À l’origine, tous les joueurs avaient les mêmes bâtons. Les gardiens ont rapidement adopté des bâtons élargis dans leur moitié inférieure afin de mieux arrêter les rondelles. Aujourd’hui, comme les gardiens de but manient souvent la rondelle, leurs bâtons sont munis d’une lame courbe, comme les bâtons ordinaires.

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Les bâtons de gardien

Les bâtons de gardien de but du début à nos jours.

RCIP

© Dave Sandford/Temple de la renommée du hockey


Les premières jambières, semblables à celles utilisées au bandy et au cricket, sont apparues au tournant du siècle. Comme la protection prenait de plus en plus d’importance, les jambières sont devenues plus grosses et plus solides. Au début, elles étaient confectionnées en cuir ou en peau de cheval et rembourrées de feutre, de poils de daim ou d’éponge. Cependant, ces matériaux absorbaient l’eau provenant de la glace et s’alourdissaient. À la fin des années 1980, l’usage des matériaux synthétiques, devenu populaire, assurait une meilleure protection tout en offrant un équipement beaucoup plus léger et une plus grande liberté de mouvement.
Les premières jambières, semblables à celles utilisées au bandy et au cricket, sont apparues au tournant du siècle. Comme la protection prenait de plus en plus d’importance, les jambières sont devenues plus grosses et plus solides. Au début, elles étaient confectionnées en cuir ou en peau de cheval et rembourrées de feutre, de poils de daim ou d’éponge. Cependant, ces matériaux absorbaient l’eau provenant de la glace et s’alourdissaient. À la fin des années 1980, l’usage des matériaux synthétiques, devenu populaire, assurait une meilleure protection tout en offrant un équipement beaucoup plus léger et une plus grande liberté de mouvement.

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

L’évolution des jambières du gardien de but

L’évolution des jambières du gardien de but.

RCIP

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.


C’est à Émile Francis, dit « le chat », que l’on doit la création des gants de gardien de but. À l’origine, les gardiens portaient les mêmes gants que les joueurs offensifs. Vers la fin des années 1940, Francis s’est présenté devant le filet muni d’un gant de baseball de premier but. Le jeu n’était désormais plus le même. La nouvelle pièce d’équipement a immédiatement été contestée. Toutefois, Clarence Campbell, président de la LNH à cette époque, l’a officiellement approuvée : la « mitaine » faisait partie de l’équipement du gardien. Au fil des ans, le gant a évolué et sa forme actuelle s’apparente beaucoup à celle d’autrefois. On doit également à Francis l’invention du « bouclier ». Il a attaché à l’aide de ruban adhésif une pièce de caoutchouc mousse au gant de la main qui tient le bâton. Rapidement, cet assemblage de fortune s’est transform&e Pour en lire plus
C’est à Émile Francis, dit « le chat », que l’on doit la création des gants de gardien de but. À l’origine, les gardiens portaient les mêmes gants que les joueurs offensifs. Vers la fin des années 1940, Francis s’est présenté devant le filet muni d’un gant de baseball de premier but. Le jeu n’était désormais plus le même. La nouvelle pièce d’équipement a immédiatement été contestée. Toutefois, Clarence Campbell, président de la LNH à cette époque, l’a officiellement approuvée : la « mitaine » faisait partie de l’équipement du gardien. Au fil des ans, le gant a évolué et sa forme actuelle s’apparente beaucoup à celle d’autrefois. On doit également à Francis l’invention du « bouclier ». Il a attaché à l’aide de ruban adhésif une pièce de caoutchouc mousse au gant de la main qui tient le bâton. Rapidement, cet assemblage de fortune s’est transformé en gant entièrement en cuir, rembourré avec du feutre ou de l’éponge, puis fait de plexiglas incassable.

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

Le gant du gardien de but

Le gant du gardien de but

RCIP

© Temple de la renommée du hockey


Plusieurs personnes croient que Jacques Plante a marqué l’histoire du hockey en étant le premier gardien de la LNH à porter un masque protecteur en fibre de verre le 1er novembre 1959. Or, l’histoire est quelque peu différente. Le 7 janvier 1930, un puissant tir du légendaire Howie Morenz vers le filet des Maroons de Montréal a heurté de plein fouet le visage de Clint Benedict, lui brisant le nez et l’os malaire. Quand Benedict est revenu devant le filet de Montréal, il portait un masque de confection artisanale essentiellement en cuir qui rappelait le protecteur facial utilisé par les boxeurs. Cet essai n’a duré que deux matchs : Benedict avait peine à voir à cause de l’épais protège-nez. Il a donc cessé de l’utiliser.

C’est toutefois Jacques Plante qui a popularisé le port du masque au sein de la LNH. Il était déjà une vedette de la ligue, ayant été couronné joueur le plus utile et meilleur gardien de but, lorsqu’il a décidé de rompre Pour en lire plus
Plusieurs personnes croient que Jacques Plante a marqué l’histoire du hockey en étant le premier gardien de la LNH à porter un masque protecteur en fibre de verre le 1er novembre 1959. Or, l’histoire est quelque peu différente. Le 7 janvier 1930, un puissant tir du légendaire Howie Morenz vers le filet des Maroons de Montréal a heurté de plein fouet le visage de Clint Benedict, lui brisant le nez et l’os malaire. Quand Benedict est revenu devant le filet de Montréal, il portait un masque de confection artisanale essentiellement en cuir qui rappelait le protecteur facial utilisé par les boxeurs. Cet essai n’a duré que deux matchs : Benedict avait peine à voir à cause de l’épais protège-nez. Il a donc cessé de l’utiliser.

C’est toutefois Jacques Plante qui a popularisé le port du masque au sein de la LNH. Il était déjà une vedette de la ligue, ayant été couronné joueur le plus utile et meilleur gardien de but, lorsqu’il a décidé de rompre avec la tradition en se présentant à un match de la LNH avec un masque. À la suite d’une coupure au visage engendrée par un tir d’Andy Bathgate, Jacques Plante a menacé son entraîneur, « Toe » Blake, de ne pas revenir au jeu si ce dernier ne l’autorisait pas à porter son masque qu’il utilisait déjà à l’entraînement. Blake n’était pas très enthousiaste à cette idée, mais il n’avait guère le choix car il ne possédait aucun autre gardien de but. Plante a donc enfilé son masque de confection artisanale et a repris sa position devant le filet du Canadien et a conduit son équipe à la victoire. On a établi que, historiquement, il s’agit de « la première fois » car Plante n’a jamais cessé de porter son masque.

Étonnamment, les autres gardiens se sont vivement opposés au port du masque. Certains prétendaient que le masque de protection était synonyme de froussard. D’autres se plaignaient qu’il obstruait leur vision ou qu’il était trop chaud. Or, comme Jacques Plante était un gardien de renommée et qu’il en faisait la promotion, il a certainement influencé les gardiens de la Ligue qui ont tous fini par le porter.

Les équipements de protection pour le visage n’ont cessé d’évoluer. Le port du masque répandu, on s’est ensuite attardé à sa décoration. Gerry Cheevers, des Bruins de Boston, a lancé une mode en décidant de peindre des points de suture chaque fois qu’il recevait une rondelle ou un coup de bâton au visage ; chaque point simulait une blessure que le masque lui avait épargnée. Le masque a rapidement été recouvert de points de suture, lui donnant un aspect décoratif. La popularité du masque de Cheevers a eu un effet boule de neige au sein de la Ligue de sorte que la plupart des gardiens portent désormais des masques peints.

© 2001, RCIP. Tous droits réservés.

La mode des dessins sur les masques

« Chico » Resch et Gerry Cheevers (à la gauche) ont lancé la mode des dessins sur les masques, ajoutant de la couleur et de la personnalité au jeu. Également sur la photo, Gilles Meloche et Gary « le cobra » Simmons.

RCIP

© London Life-Portnoy/Temple de la renommée du hockey


L’évolution de l’équipement du gardien de but

L’évolution de l’équipement du gardien de but : Lorne Chabot, Bill Durnan, Turk Broda, Jacques Plante, Johnny Bower, Ken Dryden, Grant Fuhr, Patrick Roy, Curtis Joseph.

RCIP

© Temple de la renommée du hockey


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • étudier le rôle que le hockey joue dans l’identité canadienne;
  • explorer l’histoire du hockey au Canada;
  • étudier l’évolution de l’équipement de hockey utilisé par les joueurs de hockey canadiens et comment celui-ci a amélioré la qualité et la sécurité du jeu;
  • explorer l’évolution des règlements du hockey au Canada;
  • être en mesure d’identifier les personnes importantes qui ont participé au hockey au Canada;
  • identifier les arénas et patinoires d’importance historique au Canada;
  • décrire la participation des peuples autochtones dans le hockey au fil du temps.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons