Depuis 1988, le petit village de Rivière-Éternité, situé dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, au nord de Québec, tient annuellement une exposition internationale de crèches de Noël. Se déroulant de la mi-novembre à la mi-janvier, cette exposition présente des œuvres artistiques et des réalisations collectives sous trois formes différentes.

On y retrouve d’abord, dans la salle communautaire de l’église paroissiale, plus de 230 crèches réalisées par des artistes et artisans provenant d’une cinquantaine de pays. Ensuite à l’extérieur, en façade des résidences, on peut y voir des crèches créées par les Éternitériverains. En raison de la rapide tombée de la nuit, celles-ci sont illuminées à compter de 16 heures. Enfin, devant le Centre d’hébergement touristique, se dressent quelques crèches sculptées dans la neige par des résidants de la localité. L’an dernier, quelque 10 000 visiteurs ont ainsi pu admirer 365 crèches différentes.

Chaque année, la Corporation, présidée par madame Eugénie Bouchard, effectue des échanges de crèches avec d’autres pays, notamment la France. En 1994, par exemple, c’est la ville de Trév Pour en lire plus

Depuis 1988, le petit village de Rivière-Éternité, situé dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, au nord de Québec, tient annuellement une exposition internationale de crèches de Noël. Se déroulant de la mi-novembre à la mi-janvier, cette exposition présente des œuvres artistiques et des réalisations collectives sous trois formes différentes.

On y retrouve d’abord, dans la salle communautaire de l’église paroissiale, plus de 230 crèches réalisées par des artistes et artisans provenant d’une cinquantaine de pays. Ensuite à l’extérieur, en façade des résidences, on peut y voir des crèches créées par les Éternitériverains. En raison de la rapide tombée de la nuit, celles-ci sont illuminées à compter de 16 heures. Enfin, devant le Centre d’hébergement touristique, se dressent quelques crèches sculptées dans la neige par des résidants de la localité. L’an dernier, quelque 10 000 visiteurs ont ainsi pu admirer 365 crèches différentes.

Chaque année, la Corporation, présidée par madame Eugénie Bouchard, effectue des échanges de crèches avec d’autres pays, notamment la France. En 1994, par exemple, c’est la ville de Trévarez, en Bretagne, qui était à l’honneur. Cette année, c’est au tour d’Arles, en Provence, d’y présenter ses crèches et ses santons. En contrepartie, celle-ci expose des pièces provenant de Rivière-Éternité lors de son Salon international des santonniers.

Communément appelée le « Bethléem des temps modernes », Rivière-Éternité a inauguré, à l’automne de 1995, une Nativité (œuvre du sculpteur Serge Claveau de Chicoutimi) dans la montagne sise au cœur du village.


© 1995, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Diverses interprétations de la Nativité

Les Éternitériverains aménagent, sur leur propriété, des crèches illuminées offrant diverses interprétations de la Nativité.

Photo : Eugénie Bouchard, Rivière-Éternité, Québec, Canada, 1994
Collection: Corporation des Crèches de Noël de Rivière-Éternité, Québec, Canada
vers 1994
© 1995, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Plus de 230 crèches provenant d'une cinquantaine de pays sont exposées

Plus de 230 crèches provenant d'une cinquantaine de pays sont exposées, de la mi-novembre à la mi-janvier, dans la salle paroissiale de l'église de Rivière-Éternité.

Photo : Eugénie Bouchard, Rivière-Éternité, Québec, Canada, 1994
Collection : Corporation des Crèches de Noël de Rivière-Éternité, Québec, Canada
vers 1994
© 1995, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Nativité installée au centre d'un immense foyer.

Érigée devant le Centre d'hébergement touristique de Rivière-Éternité, la crèche sculptée dans la neige représente la Nativité installée au centre d'un immense foyer.

Photo : Eugénie Bouchard, Rivière-Éternité, Québec, Canada, 1994
Collection : Corporation des Crèches de Noël de Rivière-Éternité, Québec, Canada

© 1995, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.


Largement répandu au Québec aujourd’hui, le phénomène du « Noël du campeur » a débuté en 1962 grâce à l’initiative des propriétaires du Domaine de Rouville, situé à Saint-Jean-Baptiste de Rouville dans la région de la Montérégie, au sud de Montréal. Existant depuis 35 ans, ce vaste terrain de camping-caravaning accueille environ 1 700 familles qui, pour la plupart, résident sur le site durant la saison estivale.

Se tenant en plein cœur de l’été (vers le 24 juillet), cette activité a pour but de permettre à ces familles vivant majoritairement en milieu urbain de recevoir parents et amis pour célébrer Noël. Ainsi, de 15 000 à 16 000 personnes se réunissent sur le site pour participer à cet événement peu ordinaire. En vue de donner un cachet plus « authentique » à la fête, les campeurs décorent leurs caravanes, chalets et parcelles de terrain avec des sapins de Noël, des guirlandes de lumières multicolores et autres décorations de circonstance.

Au cours de la semaine précédant le défilé, les campeurs s’affairent joyeusement à concevoir et à réaliser, en équipe, la décoration des chars allégoriques. Les équipes ri Pour en lire plus
Largement répandu au Québec aujourd’hui, le phénomène du « Noël du campeur » a débuté en 1962 grâce à l’initiative des propriétaires du Domaine de Rouville, situé à Saint-Jean-Baptiste de Rouville dans la région de la Montérégie, au sud de Montréal. Existant depuis 35 ans, ce vaste terrain de camping-caravaning accueille environ 1 700 familles qui, pour la plupart, résident sur le site durant la saison estivale.

Se tenant en plein cœur de l’été (vers le 24 juillet), cette activité a pour but de permettre à ces familles vivant majoritairement en milieu urbain de recevoir parents et amis pour célébrer Noël. Ainsi, de 15 000 à 16 000 personnes se réunissent sur le site pour participer à cet événement peu ordinaire. En vue de donner un cachet plus « authentique » à la fête, les campeurs décorent leurs caravanes, chalets et parcelles de terrain avec des sapins de Noël, des guirlandes de lumières multicolores et autres décorations de circonstance.

Au cours de la semaine précédant le défilé, les campeurs s’affairent joyeusement à concevoir et à réaliser, en équipe, la décoration des chars allégoriques. Les équipes rivalisent d’ingéniosité, d’originalité et d’humour pour produire le plus beau char qui saura se mériter la palme lors du concours.

Le Noël du campeur débute le samedi matin avec les préparatifs du défilé du père Noël, qui se déroulera en après-midi. Ce défilé comporte une quinzaine de chars allégoriques, auxquels viennent s’ajouter des clowns, mascottes, lutins, majorettes et, bien entendu, le père Noël et la fée des Glaces. Après le défilé, chaque famille reçoit ses invités pour un souper familial.

© 1995, RCIP-Réseau canadien d'information sur le patrimoine. Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • découvrir comment les gens, les événements et les idées du passé ont une incidence sur le présent;
  • décrire certaines des traditions de Noël du Québec, en fournissant des exemples;
  • comparer les traditions de Noël d’une culture à l’autre.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons