Tableau d'un paysage où Emily Carr dépeint une plage de Colombie-Britannique.

Shoreline, 1936, plage au pied des falaises de Beacon Hill avec la pointe Clover à l'horizon.

Emily Carr (1871-1945)

1966.2.1
© 2006, Collection McMichael d'art canadien, Don de Mme H. P. de Pencier. Tous droits réservés.


«Plus que jamais, je suis persuadée que la façon traditionnelle de représenter notre pays ne peut véritablement exprimer sa majesté, sa grandeur, ses contrées sauvages et ses étendues silencieuses - des millions de caméras avec leurs mécanismes ne sauraient dépeindre le Canada tel qu'il est… pour ce faire, il faut vivre et aimer notre pays au plus profond de notre être.»1PRIVATE "TYPE=PICT;ALT="

«Plus que jamais, je suis persuadée que la façon traditionnelle de représenter notre pays ne peut véritablement exprimer sa majesté, sa grandeur, ses contrées sauvages et ses étendues silencieuses - des millions de caméras avec leurs mécanismes ne sauraient dépeindre le Canada tel qu'il est… pour ce faire, il faut vivre et aimer notre pays au plus profond de notre être.»1

1 Emily Carr, Growing Pains: The Autobiography of Emily Carr (Toronto : Clarke, Irwin, 1966) 228.
© 1966, Clarke, Irwim. Tous droits réservés.

Shoreline représente le triomphe de Carr sur les obstacles à la fois personnels et artistiques, triomphe réalisé particulièrement tard dans sa vie à la fin des années 1920 et dans les années 1930. Comme dans de nombreuses œuvres de sa période mûre, elle s'est placée seule sur une plage étroite. L'eau, l'air et la terre bougent autour d'elle suivant de larges rythmes alors que la lumière céleste vibre au-dessus. On ressent intensément la présence de l'artiste partout, et il est impossible de distinguer son énergie de celle de la nature elle-même. Chaque touche de pinceau exprime la joie dans l'harmonie de toute chose vivante.1

Shoreline représente le triomphe de Carr sur les obstacles à la fois personnels et artistiques, triomphe réalisé particulièrement tard dans sa vie à la fin des années 1920 et dans les années 1930. Comme dans de nombreuses œuvres de sa période mûre, elle s'est placée seule sur une plage étroite. L'eau, l'air et la terre bougent autour d'elle suivant de larges rythmes alors que la lumière céleste vibre au-dessus. On ressent intensément la présence de l'artiste partout, et il est impossible de distinguer son énergie de celle de la nature elle-même. Chaque touche de pinceau exprime la joie dans l'harmonie de toute chose vivante.1

1 David Wistow, « Emily Carr », La Collection McMichael d'art canadien (Kleinburg : La Collection McMichael d'art canadien, 1989) 133.
© 1989, Collection McMichael d'art canadien. Tous droits réservés.

Emily Carr et son chien, 1930

Emily Carr et son chien, 1930

Inconnu

© Collection M.O. Hammond, Bibliothèque et Archives Canada. Tous droits réservés.


Farouchement individualiste, pleine de ressources, aventureuse, indomptable : ces traits de caractère donnent en partie une idée de la personnalité complexe du peintre canadien de la côte ouest le plus remarquable, Emily Carr. Après la mort de ses deux parents lorsqu'elle était adolescente, Carr quitta Victoria [Colombie-Britannique] en 1890 pour faire des études d'art à San Francisco et revint trois ans plus tard. En 1898, avant de pousser plus loin ses études en Angleterre, elle a effectué le premier de plusieurs voyages vers la nature sauvage de la Colombie-Britannique, motivée par une curiosité à propos [des Premières Nations] de la côte nord-ouest et leurs nombreux villages, avec leurs maisons et leurs mâts totémiques sculptés et peints. Au début, Carr se concentra sur les études de personnages et de portraits mais elle finit par s'intéresser presque exclusivement aux sculptures monumentales autochtones.

Après 1910…

Après 1910, les peintures [de Carr] sont colorées et brossées av Pour en lire plus

Farouchement individualiste, pleine de ressources, aventureuse, indomptable : ces traits de caractère donnent en partie une idée de la personnalité complexe du peintre canadien de la côte ouest le plus remarquable, Emily Carr. Après la mort de ses deux parents lorsqu'elle était adolescente, Carr quitta Victoria [Colombie-Britannique] en 1890 pour faire des études d'art à San Francisco et revint trois ans plus tard. En 1898, avant de pousser plus loin ses études en Angleterre, elle a effectué le premier de plusieurs voyages vers la nature sauvage de la Colombie-Britannique, motivée par une curiosité à propos [des Premières Nations] de la côte nord-ouest et leurs nombreux villages, avec leurs maisons et leurs mâts totémiques sculptés et peints. Au début, Carr se concentra sur les études de personnages et de portraits mais elle finit par s'intéresser presque exclusivement aux sculptures monumentales autochtones.

Après 1910…

Après 1910, les peintures [de Carr] sont colorées et brossées avec luminosité - évidence de son séjour en France et de son adoption des modes artistiques européennes d'avant-garde. En 1913, elle organise à Vancouver une exposition de ses œuvres consacrées aux thèmes [des Premières Nations]. Malgré une certaine réponse favorable, l'exposition a peu contribué à satisfaire la recherche de reconnaissance de Carr, et les quinze prochaines années se sont avérées inefficaces. Elle a peu peint et s'est débattue simplement pour survivre.

La rencontre avec le Groupe…

En 1927, un événement a transformé de manière draconienne sa vie. Carr a été invitée à participer à une exposition de l'art [des Premières Nations] de la côte nord-ouest au Musée des beaux-arts [du Canada]. Sa rencontre avec les membres du Groupe des Sept, en particulier Lawren Harris, ralluma son désir de peindre. Elle était électrisée par leur appui et leur encouragement (Harris avait dit d'elle « tu es l'une d'entre nous ») et par leurs luttes similaires pour saisir les immenses forces de la nature et le monde spirituel.

Pendant les quinze années suivantes, jusqu'à sa mort, Carr peignit et écrivit avec passion. Ses images de la côte ouest frémissent d'une force expressive inattendue, parfois menaçante, parfois vivifiante. À l'âge de presque soixante ans, elle avait enfin découvert son vrai moi créateur.1

1David Wistow, « Emily Carr », La Collection McMichael d'art canadien (Kleinburg : La Collection McMichael d'art canadien, 1989) 133.


© 2006, Collection McMichael d'art canadien. Tous droits réservés.

Voyage d’Emily Carr à Paris en 1910, au cours duquel elle a été exposée à une nouvelle tendance dans l’art européen et en a été marquee. « L’Art moderne au Canada – Les débuts » L’Art moderne et la peinture abstraite au Canada, 1991

Emily Carr, peintre de la Colombie-Britannique, embarque pour Paris en 1910. Son objectif est bien précis : «L'histoire de Paris ne m'intéresse guère, dit-elle. Je veux tout connaître au sujet de cet art entièrement nouveau.» Dans le cadre de la capitale française, elle réalise des œuvres qui éclatent les paramètres d'une description simpliste. Tout l'emballe et, ce faisant, son style évolue. Couleurs vives et formes épurées concrétisent une vision globale du sujet et donnent corps à des concepts subjectifs. Dès son retour en Colombie-Britannique elle poursuit son parcours artistique. « War Canoes » est un bon exemple de cette approche : L'usage de formes sinueuses brossées avec de généreux coups de pinceau et de couleurs abondantes expriment d'emblée les silhouettes menaçantes des superbes canoës de guerre indiens. La puissance picturale de ses tableaux dépeignant les forces de la nature atteint, dorénavant, de nouveaux sommets d'expression.

Office national du film du Canada/Musée des beaux-arts du Canada
Sharona Adamowicz-Clements

© 1991, Avec la permission de l’ONF/Musée des beaux-arts du Canada


Objectifs d'apprentissage

L'objet d'apprentissage Shoreline d'Emily Carr est conçu pour que les élèves et les enseignants atteignent les objectifs suivants :

  • Apprendre sur l'artiste et sa contribution à l'art canadien;
  • Explorer des thèmes relatifs à l'histoire et au patrimoine culturel du Canada;
  • Établir des liens entre l'art et l'identité culturelle;
  • Apprendre sur une période importante de l'art et de l'histoire du Canada, et son effet sur l'identité nationale;
  • Discuter et analyser une œuvre d'art en utilisant les principes de design et autres termes artistiques, et classifier une œuvre d'art par période, style et sujet;
  • Rechercher, identifier et décrire les caractéristiques visuelles, thèmes et idées de l'art;
  • Identifier les habiletés requises dans les diverses techniques d'arts visuels et carrières artistiques.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons