« … voulez-vous comprendre parfaitement et goûter les paroles de Jésus-Christ ? Appliquez-vous à conformer toute votre vie à la sienne. »

Thomas à Kempis, L’Imitation de Jésus-Christ

L’union entre le Christ et ses disciples que propose l’image du Christ perçu comme Fiancé de l’âme a peut-être, assez curieusement, trouvé son expression exemplaire en saint François d’Assise (1181/2-1226). L’intimité de la relation de ce moine avec Jésus a effacé la distance historique et culturelle qui séparait les vies de ces deux êtres, et leur existence s’est fondue l’une dans l’autre. Par l’ardeur de sa souffrance et le caractère sublime de sa joie, la vie de saint François était modelée sur celle du Christ. Bien malgré lui, saint François est peu à peu devenu le héraut de toutes les personnes qui avaient le sentiment que l’Église institutionnelle av Pour en lire plus
« … voulez-vous comprendre parfaitement et goûter les paroles de Jésus-Christ ? Appliquez-vous à conformer toute votre vie à la sienne. »

Thomas à Kempis, L’Imitation de Jésus-Christ

L’union entre le Christ et ses disciples que propose l’image du Christ perçu comme Fiancé de l’âme a peut-être, assez curieusement, trouvé son expression exemplaire en saint François d’Assise (1181/2-1226). L’intimité de la relation de ce moine avec Jésus a effacé la distance historique et culturelle qui séparait les vies de ces deux êtres, et leur existence s’est fondue l’une dans l’autre. Par l’ardeur de sa souffrance et le caractère sublime de sa joie, la vie de saint François était modelée sur celle du Christ. Bien malgré lui, saint François est peu à peu devenu le héraut de toutes les personnes qui avaient le sentiment que l’Église institutionnelle avait perdu de vue le but véritable de la vie chrétienne - conformer sa vie à celle du Christ.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Saint François recevant les stigmates

Ce ne sont pas que les mains et les pieds de saint François qui ont reçu les stigmates : on dit que l'image du Christ crucifié - image à la fois tragique et triomphante - transperça son cœur d'une lance.

Artiste inconnu
vers 1850-1875
Vellum
PMA:J99.1976.
© Collection de Simon Dowsey.


« Dorénavant, que personne ne me suscite d’ennuis : je porte dans mon corps les marques de Jésus. »

Ga 6, 17

La vie de saint François, après sa conversion, a été conforme en tous points à celle du Christ, mais aucun événement n’a été plus révélateur de cette identification que celui de septembre 1224. Imitant Jésus, saint François se retira de la communauté et demeura seul sur le mont Alverne, en Toscane, pendant quarante jours. À la fin de cette retraite, il eut une vision. Un séraphin à six ailes lui apparut, tenant le Christ crucifié entre ses ailes. Cette apparition produisit un grand effet sur saint François. Il fut rempli d’un désir renouvelé et ardent de servir le Christ, et ses mains et pieds se sont mis à saigner comme s’ils avaient été transpercés de clous, tandis que sa poitrine était marquée d’une cicatrice comme si elle avait été percée d’u Pour en lire plus
« Dorénavant, que personne ne me suscite d’ennuis : je porte dans mon corps les marques de Jésus. »

Ga 6, 17

La vie de saint François, après sa conversion, a été conforme en tous points à celle du Christ, mais aucun événement n’a été plus révélateur de cette identification que celui de septembre 1224. Imitant Jésus, saint François se retira de la communauté et demeura seul sur le mont Alverne, en Toscane, pendant quarante jours. À la fin de cette retraite, il eut une vision. Un séraphin à six ailes lui apparut, tenant le Christ crucifié entre ses ailes. Cette apparition produisit un grand effet sur saint François. Il fut rempli d’un désir renouvelé et ardent de servir le Christ, et ses mains et pieds se sont mis à saigner comme s’ils avaient été transpercés de clous, tandis que sa poitrine était marquée d’une cicatrice comme si elle avait été percée d’une lance. L’impression des stigmates du Christ révèle l’intime affinité - de corps, d’esprit et d’âme - entre François et son Sauveur.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Saint François recevant les stigmates

Subjugué par une vision du Christ crucifié, saint François constate que les plaies de Jésus se sont imprimées dans son corps.

Giotto (1267-1337).
Musée du Louvre.
vers 1300-1325
Retable
PMA:J99.1806.
© The Provincial Museum of Alberta.


« Que vous êtes chéri de Dieu, puisqu’il vous confie ces trois grands dépôts : la virginité de Marie, la Personne de Son fils unique, le secret de tout son mystère. »

Bossuet, Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même

Dans la liturgie catholique, le 19 mars est la fête de saint Joseph, l’humble charpentier, époux de la Vierge Marie, père adoptif de Jésus et patron de l’Église universelle. En 1624, les Récollets l’ont proclamé saint patron de la Nouvelle-France. Chez les catholiques, le prénom Joseph est donné à un grand nombre de garçons en l’honneur de ce modèle de l’amour et de la compassion, Dieu l’ayant choisi pour aimer et protéger Marie et élever Jésus. Dans le Québec du XX<sup>e</sup> siècle, le frère André Bessette a perpétué cette dévotion à saint Joseph en fondant l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, à Montré Pour en lire plus
« Que vous êtes chéri de Dieu, puisqu’il vous confie ces trois grands dépôts : la virginité de Marie, la Personne de Son fils unique, le secret de tout son mystère. »

Bossuet, Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même

Dans la liturgie catholique, le 19 mars est la fête de saint Joseph, l’humble charpentier, époux de la Vierge Marie, père adoptif de Jésus et patron de l’Église universelle. En 1624, les Récollets l’ont proclamé saint patron de la Nouvelle-France. Chez les catholiques, le prénom Joseph est donné à un grand nombre de garçons en l’honneur de ce modèle de l’amour et de la compassion, Dieu l’ayant choisi pour aimer et protéger Marie et élever Jésus. Dans le Québec du XX<sup>e</sup> siècle, le frère André Bessette a perpétué cette dévotion à saint Joseph en fondant l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, à Montréal. Aujourd’hui, il est invoqué comme modèle divin et humain, par les commerçants, par toutes les personnes qui, comme lui, cherchent un refuge au cours d’un voyage ou par celles qui voient en lui un mari et un père idéal.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Saint Joseph et l'Enfant Jésus

L'humanité du Christ enfant est évidente : il marche à côté de son père, Joseph, en portant une croix, symbole de sa Passion, de sa Mort et de sa Résurrection.

Artiste inconnu

Sculpture
PMA:J99.1511.
© Musée de la civilisation.


« Et l’ange lui dit : ’Sois sans crainte, Marie; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. »

Lc 1, 30-32

La Vierge Marie a été appelée Notre-Dame à la fin du Moyen-Âge, à l’époque de l’amour courtois. Depuis, elle est devenue la Patronne à qui nous devons notre dévotion. Cette image de la mère nourricière et protectrice s’est fermement incrustée dans la culture québécoise. En Nouvelle-France, ce sont les Jésuites et les Récollets qui ont implanté très tôt la dévotion mariale. De nombreuses villes et églises ont été placées sous la protection de Notre-Dame. Au cours de la deuxième moitié du XIX<sup>e</sup> siècle, les apparitions de la Vierge à la rue du Bac (médaille miraculeuse) et &a Pour en lire plus
« Et l’ange lui dit : ’Sois sans crainte, Marie; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. »

Lc 1, 30-32

La Vierge Marie a été appelée Notre-Dame à la fin du Moyen-Âge, à l’époque de l’amour courtois. Depuis, elle est devenue la Patronne à qui nous devons notre dévotion. Cette image de la mère nourricière et protectrice s’est fermement incrustée dans la culture québécoise. En Nouvelle-France, ce sont les Jésuites et les Récollets qui ont implanté très tôt la dévotion mariale. De nombreuses villes et églises ont été placées sous la protection de Notre-Dame. Au cours de la deuxième moitié du XIX<sup>e</sup> siècle, les apparitions de la Vierge à la rue du Bac (médaille miraculeuse) et à Lourdes, en France, ont ravivé la dévotion à Marie. Au Québec, les Enfants de Marie, un mouvement pour jeunes filles, leur proposait la Mère de Dieu comme modèle et exemple parfait d’une bonne vie morale. Ce mouvement a été actif jusque dans la deuxième moitié du XX<sup>e</sup> siècle.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

La Vierge et l'enfant Jésus arborant chacun un Sacré-Cœur

L'inscription latine figurant sur cette peinture est la suivante : « Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. »

Artiste inconnu

Huile sur toile
PMA:J99.1513.
© Musée de la civilisation.


« C'est la fête de la Sainte-Famille de Jésus, Marie et Joseph. Offrez à N.S. [Notre-Seigneur] ce jour-là vos familles, et demandez-lui tous ensemble la grâce que les familles qui composent cette Paroisse soient des familles saintes… »

Mgr de Saint-Vallier, Rituel du diocèse de Québec, 1703

Par décret rendu en 1927, Louis XIII, aussi appelé le Roi dévot, veilla à ce que la Nouvelle-France soit une colonie catholique. Les colonisateurs de ce rude territoire mettaient leur vie au service de Dieu. La vie pénible de la colonie et la mission religieuse qui l'animait expliquent l'attachement des familles au culte de la Sainte Famille. Cette dévotion a vu le jour en France et a été diffusée en Nouvelle-France par Mme D'Ailleboust et sa Congrégation de la Sainte-Famille. À Ville-Marie, cette dévotion a été encouragée par Marguerite Bourgeoys, qui pressait toutes les familles de son entourage de vivre selon les principes de la Sainte Famille, modèle div Pour en lire plus
« C'est la fête de la Sainte-Famille de Jésus, Marie et Joseph. Offrez à N.S. [Notre-Seigneur] ce jour-là vos familles, et demandez-lui tous ensemble la grâce que les familles qui composent cette Paroisse soient des familles saintes… »

Mgr de Saint-Vallier, Rituel du diocèse de Québec, 1703

Par décret rendu en 1927, Louis XIII, aussi appelé le Roi dévot, veilla à ce que la Nouvelle-France soit une colonie catholique. Les colonisateurs de ce rude territoire mettaient leur vie au service de Dieu. La vie pénible de la colonie et la mission religieuse qui l'animait expliquent l'attachement des familles au culte de la Sainte Famille. Cette dévotion a vu le jour en France et a été diffusée en Nouvelle-France par Mme D'Ailleboust et sa Congrégation de la Sainte-Famille. À Ville-Marie, cette dévotion a été encouragée par Marguerite Bourgeoys, qui pressait toutes les familles de son entourage de vivre selon les principes de la Sainte Famille, modèle divin et humain. À Québec, en 1703, Mgr Saint-Vallier a bien repris l'essentiel de ce modèle dans son Rituel.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

« … Petit Enfant Jésus de Bethléem, je vous adore et je vous aime. »

Léon XIII, Prière au saint Enfant Jésus

« Laissez les petits enfants venir à moi, ne les empêchez pas; car c'est à leurs pareils qu'appartient le Royaume de Dieu » (Lc 18, 15). Dieu a choisi une Vierge pour porter son Fils et l'élever comme un homme. Au XIIIe siècle, saint François d'Assise avait proposé un culte de la Nativité. Mais ce n'est qu'après la Réforme que de nombreuses images ont commencé à illustrer toutes les étapes de la vie de Jésus. Par la suite, des images de l'enfance du Christ ont été ajoutées, notamment la fameuse image du Christ Jésus portant les instruments de la Passion décrite par Jeanne Perraud au XVIIIe siècle et, bien entendu, les histoires tirées de la Bible telles que celle de Jésus devant les docteurs de la Loi dans le Temple. Ainsi, dans tous les pays catholiques, l'enfant Jésus dans ses langes a to Pour en lire plus
« … Petit Enfant Jésus de Bethléem, je vous adore et je vous aime. »

Léon XIII, Prière au saint Enfant Jésus

« Laissez les petits enfants venir à moi, ne les empêchez pas; car c'est à leurs pareils qu'appartient le Royaume de Dieu » (Lc 18, 15). Dieu a choisi une Vierge pour porter son Fils et l'élever comme un homme. Au XIIIe siècle, saint François d'Assise avait proposé un culte de la Nativité. Mais ce n'est qu'après la Réforme que de nombreuses images ont commencé à illustrer toutes les étapes de la vie de Jésus. Par la suite, des images de l'enfance du Christ ont été ajoutées, notamment la fameuse image du Christ Jésus portant les instruments de la Passion décrite par Jeanne Perraud au XVIIIe siècle et, bien entendu, les histoires tirées de la Bible telles que celle de Jésus devant les docteurs de la Loi dans le Temple. Ainsi, dans tous les pays catholiques, l'enfant Jésus dans ses langes a touché les cœurs et uni nombre d'enfants, de mères et de pères. Ces images concrétisent la notion d'un Dieu à destinée humaine.

© 2000, RCIP. Tous droits réservés.

Enfant Jésus

Sur cette image pieuse, le Christ enfant émerge du monde humain brumeux nimbé d'une luminescence glorieuse et tend les mains en geste d'accueil et de compassion.

Artiste inconnu
20e siècle
PMA: J99.1509.
© Musée de la civilisation.


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • résumer l’histoire de Saint François et le lien de cette figure historique avec l’histoire du Christ ;
  • faire le lien de l’histoire de la religion avec la Nouvelle France ;
  • décrire les icônes clés dans la religion québecoise dans un contexte historique incluant : Saint Jospeh, la Vierge Marie, la famille Sainte et la Nativité.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons