Haïda Gwaii est la patrie du peuple haïda. Dans un milieu naturel remarquablement riche, une société complexe et très évoluée s’est développée au fil de milliers d’années.

Les traces des ancêtres haïdas ont été retrouvées à plus de 800 sites archéologiques connus à Haïda Gwaii. Le plus ancien qui ait été découvert à l’heure actuelle remonte à environ 9000 ans.

Selon de nouvelles données archéologiques, la population de Haïda Gwaii aurait atteint 30 000 personnes. Le calcul se fonde sur la densité des établissements étudiés dans la partie méridionale de l’archipel, ainsi que sur la découverte de nombreux sites qui se trouvent maintenant dans la zone intertidale et même infratidale. Le niveau de la mer a connu des fluctuations spectaculaires à Haïda Gwaii. Il y a dix mille ans, une plaine herbeuse recouvrait une bonne partie du détroit d’Hécate, qui sépare l’archipel du c Pour en lire plus
Haïda Gwaii est la patrie du peuple haïda. Dans un milieu naturel remarquablement riche, une société complexe et très évoluée s’est développée au fil de milliers d’années.

Les traces des ancêtres haïdas ont été retrouvées à plus de 800 sites archéologiques connus à Haïda Gwaii. Le plus ancien qui ait été découvert à l’heure actuelle remonte à environ 9000 ans.

Selon de nouvelles données archéologiques, la population de Haïda Gwaii aurait atteint 30 000 personnes. Le calcul se fonde sur la densité des établissements étudiés dans la partie méridionale de l’archipel, ainsi que sur la découverte de nombreux sites qui se trouvent maintenant dans la zone intertidale et même infratidale. Le niveau de la mer a connu des fluctuations spectaculaires à Haïda Gwaii. Il y a dix mille ans, une plaine herbeuse recouvrait une bonne partie du détroit d’Hécate, qui sépare l’archipel du continent. Les humains et les animaux se déplaçaient librement dans cette zone, et les besoins en transport maritime étaient minimes par rapport à ce qu’ils sont aujourd’hui.

© 1998, RCIP. Tous droits réservés.

Cuivre orné de l'emblème de l'Ours. Musée d'anthropologie de l'Université de Colombie-Britannique A7102

Musée d'anthropologie de l'Université de Colombie-Britannique

A7102
© Musée d'anthropologie de l'Université de Colombie-Britannique


Harpon

Harpon d'ivoire.

Photo : Musée de Haïda Gwaii, Qay'llnagaay

1.248
© Musée de Haïda Gwaii


On estime à une cinquantaine au moins le nombre de villages prospères existant à Haïda Gwaii au moment de l’arrivée des Européens (vers 1774).

Le contact avec les Européens, à partir de la fin du XVIIIe siècle, a eu un effet dévastateur sur la population haïda. Plusieurs épidémies de variole ont décimé les villages, dont la plus meurtrière a eu lieu en 1862. On estime à environ 95 % la proportion de la population haïda emportée par la maladie. Selon un recensement effectué en 1885 par la Compagnie de la baie d’Hudson, il ne restait que 800 Haïdas. En 1915, la population ne comptait plus que 588 personnes. Malgré cet incroyable désastre, puis les effets néfastes des pensionnats, la culture haïda a survécu ; à l’heure actuelle, la population est remontée à 4000 personnes.
On estime à une cinquantaine au moins le nombre de villages prospères existant à Haïda Gwaii au moment de l’arrivée des Européens (vers 1774).

Le contact avec les Européens, à partir de la fin du XVIIIe siècle, a eu un effet dévastateur sur la population haïda. Plusieurs épidémies de variole ont décimé les villages, dont la plus meurtrière a eu lieu en 1862. On estime à environ 95 % la proportion de la population haïda emportée par la maladie. Selon un recensement effectué en 1885 par la Compagnie de la baie d’Hudson, il ne restait que 800 Haïdas. En 1915, la population ne comptait plus que 588 personnes. Malgré cet incroyable désastre, puis les effets néfastes des pensionnats, la culture haïda a survécu ; à l’heure actuelle, la population est remontée à 4000 personnes.

© 1998, RCIP. Tous droits réservés.

Photo de Village

Old Massett, 1879.

Photo : O.C. Hastings
Musée royal de Colombie-Britannique
vers 1879
© Musée royal de Colombie-Britannique


Skidegate, 1884.

Photo : Richard Maynard
Musée royal de Colombie-Britannique

© Musée royal de Colombie-Britannique


Après l’épidémie de variole, les Haïdas survivants se sont installés dans deux villages du centre de l’archipel, Skidegate, à l’extrémité sud de l’île Graham, et Old Massett, à l’embouchure du bras Massett.

Aujourd’hui, ces deux villages sont en plein essor. Alors que l’économie des îles était basée sur la foresterie et la pêche commerciale depuis les années 30, le déclin des stocks de poisson et des ressources forestières accélère le recours à de nouveaux modes de subsistance à Haïda Gwaii. Le tourisme, la transformation secondaire du bois et l’artisanat sont de nouvelles voies de développement économique pour les îles.

Old Massett et Skidegate sont chacun dotés d’un Conseil administratif de village. De plus, on a créé le Conseil de la nation haïda, qui rassemble en un vaste éventail politique les deux Conseils de village, les clans et les individus. Le Conseil de la nation doit protéger et affi Pour en lire plus
Après l’épidémie de variole, les Haïdas survivants se sont installés dans deux villages du centre de l’archipel, Skidegate, à l’extrémité sud de l’île Graham, et Old Massett, à l’embouchure du bras Massett.

Aujourd’hui, ces deux villages sont en plein essor. Alors que l’économie des îles était basée sur la foresterie et la pêche commerciale depuis les années 30, le déclin des stocks de poisson et des ressources forestières accélère le recours à de nouveaux modes de subsistance à Haïda Gwaii. Le tourisme, la transformation secondaire du bois et l’artisanat sont de nouvelles voies de développement économique pour les îles.

Old Massett et Skidegate sont chacun dotés d’un Conseil administratif de village. De plus, on a créé le Conseil de la nation haïda, qui rassemble en un vaste éventail politique les deux Conseils de village, les clans et les individus. Le Conseil de la nation doit protéger et affirmer les titres et les droits de propriété du peuple haïda, et notamment négocier avec les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique en vue d’une entente sur un traité et sur les revendications territoriales.

© 1998, RCIP. Tous droits réservés.

Logo

Conseil du village de Skidegate.

Conseil du village de Skidegate

© Conseil du village de Skidegate.


Logo

Conseil du village de Old Masset

Conseil du village de Old Massett

© Conseil du village de Old Massett


Logo

Le Conseil de la nation haïda

Le Conseil de la nation haïda

© Le Conseil de la nation haïda


Cette société se fonde sur un système de filiation matrilinéaire. La propriété, les titres, les noms, les emblèmes, les masques, les représentations et même les chants sont parmi les privilèges héréditaires des Haïdas. Ce patrimoine est transmis par la mère. Un chef, par exemple, va généralement tenir son titre du frère de sa mère, c’est-à-dire de son oncle maternel. Un groupe de familles alliées, descendant d’un ancêtre commun, forme un lignage, dont les emblèmes, les noms et les chants sont communs.

À l’heure actuelle, une quarantaine de lignages sont représentés à Old Massett et Skidegate, les deux grandes communautés haïdas de l’archipel. Les familles sont partagées en deux groupes, Aigle et Corbeau. Chaque Haïda est soit Aigle, soit Corbeau, comme sa mère. Une personne Aigle doit épouser une personne Corbeau.
Cette société se fonde sur un système de filiation matrilinéaire. La propriété, les titres, les noms, les emblèmes, les masques, les représentations et même les chants sont parmi les privilèges héréditaires des Haïdas. Ce patrimoine est transmis par la mère. Un chef, par exemple, va généralement tenir son titre du frère de sa mère, c’est-à-dire de son oncle maternel. Un groupe de familles alliées, descendant d’un ancêtre commun, forme un lignage, dont les emblèmes, les noms et les chants sont communs.

À l’heure actuelle, une quarantaine de lignages sont représentés à Old Massett et Skidegate, les deux grandes communautés haïdas de l’archipel. Les familles sont partagées en deux groupes, Aigle et Corbeau. Chaque Haïda est soit Aigle, soit Corbeau, comme sa mère. Une personne Aigle doit épouser une personne Corbeau.

© 1998, RCIP. Tous droits réservés.

Photo

Fête à Skidegate.

Photo: Barb Wilson

© Barb Wilson


Photo

Les chefs haïdas et Elijah Harper à Skidegate.

Photo : Joy LaFortune

© Joy LaFortune


Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :
  • résumer l’histoire du peuple haïda, d’hier à aujourd’hui ;
  • définir la structure de la société haïda ;
  • décrire les conséquences de l’arrivée des Européens, et l’effet sur la population haïda.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons