Habitat
Le pygargue à tête blanche se reproduit du nord-ouest de l’Alaska et du centre du Canada jusqu’au États-Unis et à la péninsule Baja California vers le sud, mais demeure localement réparti dans les terres intérieures de l’Amérique du Nord. Il passe l’hiver entre l’Alaska et le sud du Canada vers le sud, le long de la côte et des principaux réseaux de rivières jusqu’à minimalement, la limite sud de son habitat de reproduction.

Répartition en Colombie-Britannique
Résident de rare à assez commun le long de la côte de l’île de Vancouver, aux îles de la Reine-Charlotte et sur le continent adjacent; saisonnier et de très commun à abondant localement. Visiteur rare et non commun dans le nord des terres intérieures, et résident non commun de la région sud de l’intérieur; local en hiver dans la région où les rivières et les lacs ne gèlent pas. Reproducteur répandu.

Reproduction
Le pygargue à tête blanche se reproduit surtout dans les forêts de conifères, mais aussi dans les boisés d’arbres à feuilles caduques et mixtes, près des bords de Pour en lire plus
Habitat
Le pygargue à tête blanche se reproduit du nord-ouest de l’Alaska et du centre du Canada jusqu’au États-Unis et à la péninsule Baja California vers le sud, mais demeure localement réparti dans les terres intérieures de l’Amérique du Nord. Il passe l’hiver entre l’Alaska et le sud du Canada vers le sud, le long de la côte et des principaux réseaux de rivières jusqu’à minimalement, la limite sud de son habitat de reproduction.

Répartition en Colombie-Britannique
Résident de rare à assez commun le long de la côte de l’île de Vancouver, aux îles de la Reine-Charlotte et sur le continent adjacent; saisonnier et de très commun à abondant localement. Visiteur rare et non commun dans le nord des terres intérieures, et résident non commun de la région sud de l’intérieur; local en hiver dans la région où les rivières et les lacs ne gèlent pas. Reproducteur répandu.

Reproduction
Le pygargue à tête blanche se reproduit surtout dans les forêts de conifères, mais aussi dans les boisés d’arbres à feuilles caduques et mixtes, près des bords de mer, des lacs, des grands fleuves et des marais, et aussi sur des îles. Les gros arbres sont importants dans son environnement. Son nid est habituellement énorme, en forme de plate-forme à cuvette dont le haut est relativement plat, et construit de bois mort, de branches et de brindilles. Certains morceaux de bois ont un diamètre pouvant atteindre 9 cm. L’intérieur du nid est recouvert d’herbes, de mousse, de bandes d’écorce de cèdre, de feuilles et de bouts de branches de conifères fraîches. Les couvées varient d’un à trois œufs, mais la plupart en contiennent deux.

Remarques
Gerrard (1983) estime que 48 000 (69 pour cent) des 70 000 pygargues à tête blanche de l’Amérique du Nord habitent en Alaska et en Colombie-Britannique. Les populations de l’ouest de l’Amérique du Nord sont habituellement stables. Plusieurs biologistes, dont ServUeen et English (1979), ont indiqué qu’il pourrait y avoir des mouvements migratoires réguliers de pygargues à tête blanche le long de la côte du Pacifique, ce que confirment nos données.

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Pygargue à tête blanche

Pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus)

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Chant du pygargue à tête blanche

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Sonogramme

Sonogramme du chant du pygargue à tête blanche

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Numéro de bande : M6.004(19a)
Observations au sujet de l'enregistrement : 15 ips
Durée : Non disponible
Description du lieu : Tôt le matin
Nom du lieu : Parc Hatley, Victoria (Colombie-Britannique)
Remarques générales : Un couple d’oiseaux attentifs se trouve dans un chicot d’un grand arbre. Le nid est dans un autre arbre. Il y a beaucoup d’oiseaux chanteurs dans la région, de même que des buses à queue rousse. Le chant est intermittent, pas suffisamment loin de l’autoroute. Il y a un lagon à proximité.
Date : --/06-07/--
Technicienne : Grace Bell
Numéro de bande : M6.004(19a)
Observations au sujet de l'enregistrement : 15 ips
Durée : Non disponible
Description du lieu : Tôt le matin
Nom du lieu : Parc Hatley, Victoria (Colombie-Britannique)
Remarques générales : Un couple d’oiseaux attentifs se trouve dans un chicot d’un grand arbre. Le nid est dans un autre arbre. Il y a beaucoup d’oiseaux chanteurs dans la région, de même que des buses à queue rousse. Le chant est intermittent, pas suffisamment loin de l’autoroute. Il y a un lagon à proximité.
Date : --/06-07/--
Technicienne : Grace Bell

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Habitat
Se reproduit de la limite des arbres dans le nord de l’Amérique du Nord jusqu’au sud, en Amérique du Nord, en Amérique latine et en Amérique du Sud.

Répartition en Colombie-Britannique
Résident non commun à l’échelle de la province, sauf dans les îles de la Reine-Charlotte, où il se trouve à l’occasion. Reproducteur répandu.

Reproduction
Le grand-duc d’Amérique se reproduit à l’échelle de la province, sauf dans les îles de la Reine-Charlotte, presque partout où l’on trouve des groupements de petits et de grands arbres. On le retrouve dans les forêts denses, les boisés ouverts, les lacs et marais limitrophes et le long des rangées de clôtures. Il se reproduit aussi dans des ouvertures et des crevasses de falaises, des bancs d’argile et des structures fabriquées par l’homme. La plupart des nids sont situés dans des lieux naturels, dont des forêts de conifères et d Pour en lire plus
Habitat
Se reproduit de la limite des arbres dans le nord de l’Amérique du Nord jusqu’au sud, en Amérique du Nord, en Amérique latine et en Amérique du Sud.

Répartition en Colombie-Britannique
Résident non commun à l’échelle de la province, sauf dans les îles de la Reine-Charlotte, où il se trouve à l’occasion. Reproducteur répandu.

Reproduction
Le grand-duc d’Amérique se reproduit à l’échelle de la province, sauf dans les îles de la Reine-Charlotte, presque partout où l’on trouve des groupements de petits et de grands arbres. On le retrouve dans les forêts denses, les boisés ouverts, les lacs et marais limitrophes et le long des rangées de clôtures. Il se reproduit aussi dans des ouvertures et des crevasses de falaises, des bancs d’argile et des structures fabriquées par l’homme. La plupart des nids sont situés dans des lieux naturels, dont des forêts de conifères et d’arbres à feuilles caduques et des falaises. Les 35 nids observés contenaient de 1 à 4 œufs, la majorité contenant 2 œufs.

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Grand-duc d’Amérique

Grand-duc d’Amérique (Bubo virginianus)

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Chant du pygargue à tête blanche

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Sonogramme

Sonogramme du chant du grand-duc d’Amérique

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Numéro de bande : M6.042(17b)
Observations au sujet de l’enregistrement : 15 ips, microphone Brenell NE633 et 100 pieds de câble, réflecteur parabolique de 40 po, bobine de 7 po, le sujet se trouve à 50-100 pieds de distance ou plus
Durée : Non disponible
Description du lieu : 16 h- 18 h
Nom du lieu : Chemin Island, Victoria (Colombie-Britannique)
Remarques générales : Même oiseau que dans l’enregistrement précédent. Impossible de contrôler avec le microphone et le réflecteur et de se centrer parfaitement. Il semble rentrer dans le bas et tout près dans les arbres-buissons après l’écoute. Plusieurs granules sous un sapin recueillies pour analyse. Quelques bons cris perçants qu’il convient d’isoler avant de changer de ruban.
Date : 1963/12/23&28
Technicienne : Grace Bell
Numéro de bande : M6.042(17b)
Observations au sujet de l’enregistrement : 15 ips, microphone Brenell NE633 et 100 pieds de câble, réflecteur parabolique de 40 po, bobine de 7 po, le sujet se trouve à 50-100 pieds de distance ou plus
Durée : Non disponible
Description du lieu : 16 h- 18 h
Nom du lieu : Chemin Island, Victoria (Colombie-Britannique)
Remarques générales : Même oiseau que dans l’enregistrement précédent. Impossible de contrôler avec le microphone et le réflecteur et de se centrer parfaitement. Il semble rentrer dans le bas et tout près dans les arbres-buissons après l’écoute. Plusieurs granules sous un sapin recueillies pour analyse. Quelques bons cris perçants qu’il convient d’isoler avant de changer de ruban.
Date : 1963/12/23&28
Technicienne : Grace Bell

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • se familiariser avec l’apparence, le chant, l’écologie et les groupements taxonomiques des espèces d’oiseaux du Canada, surtout ceux de la Colombie-Britannique;
  • comprendre l’importance des notes de terrain en écologie et connaître l’information que contient habituellement ce genre de notes.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons