Se reproduit dans presque toute la région tempérée de l’Amérique du Nord, depuis le sud-est de l’Alaska (Trapp et al. 1981), le sud du Yukon et le Mackenzie vers l’est jusqu’aux provinces Maritimes et vers le sud jusqu’à la péninsule Baja California en passant par le nord-est et le sud-ouest des États-Unis. Il passe l’hiver depuis le sud des États-Unis vers le sud jusqu’en Colombie et au Pérou, y compris les Antilles, et parfois plus au nord où les marais ne gèlent pas.

Répartition en Colombie-Britannique
Visiteur d’assez commun localement à commun l’été, du sud de la Colombie-Britannique, y compris le sud-est de l’île de Vancouver, les basses-terres du Fraser, le sud des terres intérieures et les Kootenay, vers le nord jusqu’aux basses-terres de Peace et de Fort Nelson, en passant par Chicotin-Cariboo et les basses-terres de Nechako. Très rare dans les bassins Buckely et Nass. Occasionnel dans les îles de la Reine-Charlotte, le plateau Testin et le passage Chilkat. L’hiver, elle est un visiteur très rare dans les basses-terres du Fraser et accidentel dans la va Pour en lire plus
Se reproduit dans presque toute la région tempérée de l’Amérique du Nord, depuis le sud-est de l’Alaska (Trapp et al. 1981), le sud du Yukon et le Mackenzie vers l’est jusqu’aux provinces Maritimes et vers le sud jusqu’à la péninsule Baja California en passant par le nord-est et le sud-ouest des États-Unis. Il passe l’hiver depuis le sud des États-Unis vers le sud jusqu’en Colombie et au Pérou, y compris les Antilles, et parfois plus au nord où les marais ne gèlent pas.

Répartition en Colombie-Britannique
Visiteur d’assez commun localement à commun l’été, du sud de la Colombie-Britannique, y compris le sud-est de l’île de Vancouver, les basses-terres du Fraser, le sud des terres intérieures et les Kootenay, vers le nord jusqu’aux basses-terres de Peace et de Fort Nelson, en passant par Chicotin-Cariboo et les basses-terres de Nechako. Très rare dans les bassins Buckely et Nass. Occasionnel dans les îles de la Reine-Charlotte, le plateau Testin et le passage Chilkat. L’hiver, elle est un visiteur très rare dans les basses-terres du Fraser et accidentel dans la vallée de l’Okanagan et sur les îles de la Reine-Charlotte.

Reproduction
La marouette de Caroline se reproduit depuis l’extrême sud de l’île de Vancouver, le sud de la côte du continent et les basses-terres du Fraser et depuis le sud des terres intérieures vers le nord jusqu’aux régions de Chicotin-Cariboo et les basses-terres de Nechako jusqu’aux basses-terres de Peace. Il existe une observation isolée d’Atlin, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique.

Elle se reproduit dans diverses sources d’eau douce et dans les habitats des terres humides saumâtres tels que les marais, les marécages, les lacs, les étangs et les prés humides qui contiennent habituellement des massettes, des scirpes et du foin plat. Elle nidifie parfois dans des marais de saules, des rivières marécageuses et sur les bords de ruisseaux, dans les prés d’herbes sèches, les fosses de drainage et d’irrigation et les champs humides. La plupart des nids sont aménagés dans des environnements humides et placés dans une végétation émergente dense, comme des massettes, des scirpes et du foin plat ou dans des herbes denses. Le nid est fabriqué de roseaux, d’herbes, de foin plat, de scirpes et de massettes et l’intérieur est recouvert d’herbes sèches, de tiges de mauvaises herbes et de foin plat. Les nids sont habituellement bien camouflés dans la végétation repliée en forme de dôme. Les couvées varient de 1 à 16 œufs, mais contiennent généralement de 8 à 11 œufs.

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Chant de la marouette de Caroline

Le Royal British Columbia Museum
Réseau canadien d'information sur le patrimoine

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.


Numéro de bande : M6.082(07a)
Observations au sujet de l'enregistrement : 15 ips, Nagra IIIB, microphone AKG, réflecteur parabolique de 40 po. Les deux oiseaux ont chanté; au moins un autre oiseau, à proximité du premier enregistrement, a chanté dans une tonalité plus basse. Peut-être une femelle. Un pleurnichement est entendu à environ un quart de la fin. Une prochaine tonalité différente et des sons plus aigus ont été entendus à 7 minutes du début.
Durée : 11:05
Description du lieu : 5 h – 6 h, 35-40 degrés F, marécage : ¼ à ½ acre avec des massettes, des scirpes et du foin plat, des saules et autres végétaux de marais.
Nom du lieu : Marais sur la promenade Ascot, Victoria (Colombie-Britannique)
Remarques générales : Les premiers chants sur la bande viennent de plus loin dans le marais (de l’est), ensuite de plus près et enfin de la section du marais directement d Pour en lire plus
Numéro de bande : M6.082(07a)
Observations au sujet de l'enregistrement : 15 ips, Nagra IIIB, microphone AKG, réflecteur parabolique de 40 po. Les deux oiseaux ont chanté; au moins un autre oiseau, à proximité du premier enregistrement, a chanté dans une tonalité plus basse. Peut-être une femelle. Un pleurnichement est entendu à environ un quart de la fin. Une prochaine tonalité différente et des sons plus aigus ont été entendus à 7 minutes du début.
Durée : 11:05
Description du lieu : 5 h – 6 h, 35-40 degrés F, marécage : ¼ à ½ acre avec des massettes, des scirpes et du foin plat, des saules et autres végétaux de marais.
Nom du lieu : Marais sur la promenade Ascot, Victoria (Colombie-Britannique)
Remarques générales : Les premiers chants sur la bande viennent de plus loin dans le marais (de l’est), ensuite de plus près et enfin de la section du marais directement devant moi. Une première! L’oiseau a chanté sans arrêt en se nourrissant dans les eaux peu profondes de la surface du marais. Il a à peine levé la tête pour chanter. Il s’est déplacé sur le bord d’un amas de roseaux pour chanter et il a battu des ailes, les ailes soulevées et la tête basse. Un autre oiseau est alors sorti de l’amas de roseaux et a fait de petits bruits (vers la fin de la bande) avant de disparaître.
Date : 1970/05/19
Technicienne : Grace Bell

Copyright © 2003, Royal British Columbia Museum Corporation (RBCM). Tous droits réservés.

Objectifs d'apprentissage

L’apprenant va :

  • se familiariser avec l’apparence, le chant, l’écologie et les groupements taxonomiques des espèces d’oiseaux du Canada, surtout ceux de la Colombie-Britannique;
  • comprendre l’importance des notes de terrain en écologie et connaître l’information que contient habituellement ce genre de notes.

Page d'accueil du Centre des enseignants | Trouvez des ressources d'apprentissage et des plans de leçons