Les arts médiatiques : historique, installation et conservation

Lire la transcription

Entrevues

Vidéo Richard Gagnier

Dans l'extrait video suivant, Richard Gagnier, Chef du Service de la restauration du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) discute du processus de l'émulation.

Chronologie interactive ici

Version HTML | Version Flash

Définition

« Art médiatique » fait référence aux œuvres d'art dont le fonctionnement fait appel à un composant technologique. Le terme « média » s'applique à tout matériel de communication servant à transmettre et à stocker de l'information. En intégrant des technologies émergentes à leurs œuvres, les artistes ayant recours aux nouveaux médias redéfinissent constamment les catégories traditionnelles de l'art.

Avec les années, nombre de disciplines artistiques ont été classées sous le générique « art médiatique », notamment :

  • Art biotechnologique
  • Art cinétique
  • Art électronique
  • Art en réseau
  • Art informatique
  • Art interactif
  • Art multimédia
  • Art numérique
  • Art robotique
  • Art sonore
  • Art spatial
  • Art technologique
  • Art vidéo
  • Cyberart

Haut de la page

Historique

L'expérimentation avec des technologies audio et visuelles en art remonte au 19e siècle. Dès l'apparition de nouvelles technologies, les artistes ont intégré la photographie, le film, la radio, la télévision, l'ordinateur et l'Internet à leur pratique artistique. Créées à différentes périodes historiques, les composants des œuvres d'art illustrent un aspect de notre relation avec la technologie et son évolution.

Chronologie

Le développement de l'art médiatique a été influencé par les progrès technologiques, ainsi que par les mouvements d'avant-garde en art au 20e siècle qui cherchaient de nouvelles façons de faire de l'art, de le voir et de le comprendre. En situant les principales influences technologiques et artistiques, cette chronologie abrégée retrace les racines de l'art médiatique des années 1830 jusqu'à aujourd'hui.

19e siècle

Années 1830

  • L'ingénieur en mécanique et mathématicien britannique Charles Babbage (1791 – 1871) invente la machine analytique, ancêtre de l'ordinateur moderne. La machine peut, au moyen de cartes perforées, calculer des données numériques.Note de bas de page 1
  • L'artiste et chimiste français Louis Daguerre (1787 – 1851) développe le daguerréotype, une des premières formes de la photographie.Note de bas de page 2

Années 1890

  • L'inventeur américain Thomas Edison (1847 – 1931) développe le kinétographe et le kinétoscope – des appareils qui permettent de réaliser et de visionner individuellement de courts films. Les réalisateurs français Auguste Lumière (1862 – 1954) et Louis Lumière (1864 – 1948) font découvrir les films au public.Note de bas de page 3
  • La radio est développée par plusieurs inventeurs à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. L'inventeur serbe-américain Nikola Tesla (1856 – 1943) met au point la bobine Tesla, une bobine d'induction pour la technologie de la radio;Note de bas de page 4 le physicien allemand Heinrich Hertz est le premier à diffuser des ondes électromagnétiques;Note de bas de page 5 le physicien bengali Jagadish Chandra Bose (1858 – 1937) mène d'importantes expériences avec des ondes radioélectriques courtes;Note de bas de page 6 le physicien russe Alexander Stepanovich Popov (1859 – 1906) démontre la transmission des ondes électromagnétiques sur de longues distances;Note de bas de page 7 et l'inventeur italien Guglielmo Marconi (1874 – 1937) fait avancer la télégraphie sans fil (la diffusion de messages au moyen de la radio).Note de bas de page 8

20e siècle

Années 1920

  • Le cinéma et la radio deviennent de plus en plus populaires;Note de bas de page 9
  • Les découvertes suivantes contribuent au développement de la télévision. L'inventeur écossais John Logie Baird (1888 – 1946) donne la première démonstration publique d'un système de télévision;Note de bas de page 10 l'inventeur russe-américain Vladimir Kozmich Zworykin (1889 – 1982) développe un système de transmission et de réception d'information reposant sur la technologie du tube à rayons cathodiques (CRT) (un écran fluorescent qui affiche des images au moyen d'un rayon électronique);Note de bas de page 11 et l'inventeur américain Philo Taylor Farnsworth (1906 – 1971) conçoit les principes de fonctionnement de la télévision électronique.Note de bas de page 12
  • Le mouvement artistique d'avant-garde Dada introduit de nouvelles façons de représenter la réalité, dont le ready-made (objets de fabrication commerciale exposés dans un contexte muséal ou de galerie), le collage et le photomontage.Note de bas de page 13

Années 1930

  • Le mathématicien anglais Alan Turing (1912 – 1954) publie la description théorique d'un ordinateur numérique qui peut résoudre des problèmes mathématiques;Note de bas de page 14
  • L'ingénieur allemand Konrad Zuse (1910 – 1995) conçoit un ordinateur dont le programme est stocké sur des pellicules cinématographiques de 35 mm;Note de bas de page 15
  • L'artiste hongrois Laszlo Moholy-Nagy, associé à l'école allemande Bauhaus qui combine métiers d'art et beaux-arts, crée le modulateur lumière-espace. Cette installation sculpture cinétique génère des effets de lumière une fois en mouvement.Note de bas de page 16

Années 1940

  • L'Université de la Pennsylvanie conçoit l'ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer), qui utilise des commutateurs pour gérer le programme de l'ordinateur; l'ordinateur est si volumineux qu'il occupe une salle à lui seul.Note de bas de page 17

Années 1950

Années 1960

  • L'Internet voit le jour, mais il est réservé aux chercheurs universitaires, aux militaires et aux services secrets du gouvernement américain;Note de bas de page 19
  • Les mouvements artistiques influents qui suivent apparaissent et évoluent au fil des décennies :Note de bas de page 20
    • Fluxus : Des artistes, des compositeurs et des créateurs travaillent ensemble pour conjuguer moyens et disciplines artistiques;
    • Pop Art : Des artistes s'intéressent à la culture commerciale et à la production de masse;
    • Art conceptuel : Les artistes mettent l'accent sur l'idée, le processus et le langage à la base de l'objet d'art plus que sur son esthétique et ses matériaux;
    • Art de la performance : Une personne ou un groupe performe cette forme artistique éphémère;
    • Art vidéo : Des caméras vidéo portables abordables deviennent accessibles au grand public et sont intégrées à la pratique artistique.Note de bas de page 21
  • Une série de performances entre artistes et ingénieurs, 9 Evenings: Theatre and Engineering, a lieu à New York. L'événement est le précurseur de l'organisation Experiments in Art and Technology (E.A.T).Note de bas de page 22

Années 1970

  • Des rencontres annuelles pour artistes travaillant avec des ordinateurs commencent à s'organiser. Mentionnons notamment Ars Electronica en Autriche et SIGGRAPH (Special Interest Group on Computer Graphics and Interactive Techniques) aux États-Unis.Note de bas de page 23

Années 1980

  • Les ordinateurs personnels (PC) deviennent plus accessibles et abordables;
  • Les jeux vidéo sont popularisés.Note de bas de page 24

Années 1990

  • L'Internet devient un véhicule populaire de diffusion et de partage de contenu (courrier électronique, publication, commerce, partage de fichiers et jeux en ligne);
  • Les PC deviennent plus puissants. Les utilisateurs peuvent maintenant manipuler des images, concevoir des sites Web, se servir de logiciels en 3D, et modifier du contenu vidéo et audio;
  • Les universités commencent à offrir des programmes en nouveaux médias et design;Note de bas de page 25
  • Des musées, galeries et autres institutions d'art commencent à collectionner et à exposer des œuvres d'art médiatique.Note de bas de page 26

21e siècle

  • L'art médiatique ne cesse de progresser, et se sert de plus en plus de nouvelles technologies qui se développent de façon exponentielle;
  • Le logiciel d'exploitation libre gagne en popularité. Il permet aux gens d'utiliser et de modifier librement un logiciel existant;
  • Les jeux vidéo et les interfaces Web comme flickr, myspace, YouTube, Facebook et Second Life deviennent des matériaux nouveaux en art;
  • Les musées et autres institutions commencent à établir des politiques et implanter des procédures pour la documentation d'œuvres d'art médiatique et des stratégies de conservation sur mesure pour celles-ci.

Haut de la page

Installation

Les musées agissent comme des gardiens en conservant des objets culturels pour le plaisir et l'éducation de générations futures. En raison de la grande diversité de matériaux utilisés dans les œuvres d'art médiatique, leur exposition et leur conservation posent plusieurs défis pour les musées. Ces derniers doivent ainsi assurer une collaboration constante entre l'artiste, le conservateur, l'archiviste, le restaurateur et le technicien.Note de bas de page 27

Comment un musée expose-t-il et installe-t-il des œuvres d'art médiatique?

Les œuvres d'art médiatique ne s'accrochent pas au mur comme un tableau. Les artistes, conservateurs et techniciens doivent faire preuve de créativité dans l'aménagement des aires d'exposition de l'art médiatique. Certaines œuvres sont des installations dont la conception se sert de l'espace d'exposition. D'autres œuvres nécessitent de l'équipement de grandes dimensions. Certains artistes considèrent l'équipement comme faisant partie de leur œuvre, tandis que d'autres préfèrent le dissimuler.

L'art médiatique peut aussi inviter la participation du public en permettant aux visiteurs de manipuler certains composants d'une œuvre. L'artiste, le conservateur, l'éducateur et le technicien doivent donc réfléchir à la façon d'assurer l'interaction des visiteurs avec l'œuvre.

Haut de la page

Conservation

Quels sont les principaux défis en matière de conservation?

L'art médiatique utilise des technologies qui changent inévitablement avec le temps, et les technologies adoptées par les artistes se servant des nouveaux médias sont représentatives d'une période historique donnée. Les restaurateurs et conservateurs travaillent ensemble pour conserver cette période de l'histoire en restant aussi fidèles que possible à l'œuvre d'art d'origine. À défaut de quoi, le contexte historique et technologique de ces œuvres culturelles dignes d'intérêt risque d'être oublié.

En raison de l'évolution constante de la technologie, les œuvres d'art médiatique posent des défis en matière de conservation aux musées :

  • Détérioration des composants : Se produit lorsqu'un élément d'une œuvre ne fonctionne plus et ne peut être réparé. Avec le temps, toute technologie risque de tomber en panne. Par exemple, le ruban magnétique d'une vidéocassette finira par se dégrader, engendrant soit une qualité inférieure de l'image, soit la disparition de l'image.
  • Obsolescence technologique : Se produit lorsque l'équipement technologique a fait son temps et ne peut plus être utilisé. Les compagnies en électronique passent à de nouvelles technologies, et les anciens modèles ne sont plus fabriqués. Lorsqu'un élément d'une œuvre d'art médiatique devient épuisé, obsolète ou incompatible avec un nouveau logiciel, l'œuvre entière peut cesser de fonctionner.
Vidéo Richard Gagnier

Dans l'extrait vidéo suivant, Richard Gagnier, Chef du Service de la restauration du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), discute des défis en matière de conservation que pose l'art médiatique.
(disponible en anglais seulement)

Quelles sont les principales stratégies en matière de conservation?

Depuis la fin du 19e siècle, les professionnels de musée conservent des œuvres traditionnelles, comme des tableaux, des estampes, des dessins et des sculptures. Puisque les musées collectionnent des œuvres d'art médiatique depuis quelques décennies seulement, leur conservation est un phénomène relativement nouveau. La conservation des œuvres traditionnelles est déterminée par l'analyse scientifique de leurs éléments constitutifs chimiques. En revanche, celle des œuvres d'art médiatique doit tenir compte de la variabilité des technologies. Ainsi, les restaurateurs ont développé de nouvelles stratégies de conservation, dont les aspects sont à la fois positifs et problématiques :

  • Entreposage : Consiste à garder concrètement une œuvre dans un environnement sûr et contrôlé afin d'en conserver l'état initial. Il s'agit de la stratégie la plus traditionnelle de conservation, car l'œuvre n'est pas modifiée.

    Problème principal : Lorsque l'équipement se détériore ou devient obsolète, l'œuvre cesse de fonctionner.

  • Migration : Consiste à remplacer un vieil élément technologique par une version plus récente.

    Problème principal : L'apparence initiale de l'œuvre est susceptible de changer. De plus, cette stratégie peut ne pas correspondre à l'intention initiale de l'artiste.

  • Émulation : Consiste à simuler les aspects d'origine de l'œuvre au moyen d'une technologie actuelle.

    Problème principal : Cette stratégie peut ne pas correspondre à l'intention initiale de l'artiste.

  • Ré-interprétation : Consiste à re-créer l'œuvre chaque fois qu'elle est exposée en fonction de pratiques et de médias contemporains.

    Problème principal : Cette stratégie peut ne pas correspondre à l'intention initiale de l'artiste.

Haut de la page

Vidéo Richard Gagnier

Dans l'extrait video suivant, Richard Gagnier, Chef du Service de la restauration du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) discute du processus de l'émulation.

Recherche

Quelle recherche est effectuée au Canada sur la conservation de l'art médiatique?

  • L'Alliance de recherche

    Avec la forte augmentation des œuvres à composants technologiques, de nouveaux défis concernant l'exposition, la documentation et la conservation à long terme de l'art médiatique dans les collections des musées se sont récemment manifestés. L'Alliance de recherche Documentation et conservation du patrimoine des arts médiatiques (DOCAM) a été instituée par la fondation Daniel Langlois pour l'art, la science et la technologie à Montréal. Réunissant les milieux universitaires et muséaux, cette vaste alliance de recherche interdisciplinaire vise à formuler des solutions concrètes pour la conservation à long terme de l'art médiatique.

Haut de la page

Notes en bas de page

Note en bas de page 1

Lev Manovich. The Language of New Media( Cambridge, Massachusetts: The MITPress, 2001) 20.

Retour à la réference1

Note en bas de page 2

Lev Manovich. The Language of New Media( Cambridge, Massachusetts: The MITPress, 2001) 20.

Retour à la réference2

Note en bas de page 3

Lumières Brothers Films. " A History". http://www.holonet.khm.de/visual_alchemy/lumiere.html (N'est plus disponible).

Retour à la réference3

Note en bas de page 4

"Tesla, Nikola" Encyclopædia Britannica(vol. 11, 15 ièmeed. 2005) 654.

Retour à la réference4

Note en bas de page 5

"Hertz, Heinrich." Encyclopædia Britannica(vol. 5, 15 ièmeed. 2005) 892.

Retour à la réference5

Note en bas de page 6

"Bose, Jagadas Chandra." Encyclopædia Britannica(vol. 2, 15 ièmeed. 2005) 399.

Retour à la réference6

Note en bas de page 7

" Popov, Alexander Stepanovich." (en anglais seulement) Encyclopædia Britannica(vol. 9, 15 ièmeed. 2005) 607.

Retour à la réference7

Note en bas de page 8

"Marconi, Guglielmo." Encyclopædia Britannica(vol. 7, 15 ièmeed. 2005) 826.

Retour à la réference8

Note en bas de page 9

Media Art Net. " Media - Art/Art – Media".http://medienkunstnetz.de/themes/overview_of_media_art/. (en anglais seulement) (Consulté le 28 mai 2008).

Retour à la réference9

Note en bas de page 10

"Baird, John Logie." Encyclopædia Britannica(vol. 1, 15 ièmeed. 2005) 809.

Retour à la réference10

Note en bas de page 11

"Zworykin, Vladimir Kozmich." Encyclopædia Britannica(vol. 12, 15 ièmeed. 2005) 947.

Retour à la réference11

Note en bas de page 12

"Farnsworth, Philo Taylor." Encyclopædia Britannica(vol. 4, 15 ièmeed. 2005) 688.

Retour à la réference12

Note en bas de page 13

Mark Tribe et Reena Jana. New Media Art. ed. Uta Grosenick (Cologne, Allemagne : Taschen, 2006) 7.

Retour à la réference13

Note en bas de page 14

Lev Manovich. The Language of New Media( Cambridge, Massachusetts: The MITPress, 2001) 24 – 5.

Retour à la réference14

Note en bas de page 15

Lev Manovich. The Language of New Media( Cambridge, Massachusetts: The MITPress, 2001) 24 – 5.

Retour à la réference15

Note en bas de page 16

Media Art Net. http://www.medienkunstnetz.de/works/licht-raum-modulator/. (en anglais seulement) (Consulté le 27 mai 2008).

Retour à la réference16

Note en bas de page 17

New Media art and History. http://wiki.media-culture.org.au/index.php/New_Media_Art_-_History. (N'est plus disponible).

Retour à la réference17

Note en bas de page 18

Janet Murray. " Inventing the Medium." The New Media Reader. eds. Noah Wardrip-Fruin et Nick Montfort ( Cambridge, Massachusetts; The MITPress, 2003) 7.

Retour à la réference18

Note en bas de page 19

New Media art and History. http://wiki.media-culture.org.au/index.php/New_Media_Art_-_History. (N'est plus disponible).

Retour à la réference19

Note en bas de page 20

Lev Manovich. " New Media from Borges to HTML." The New Media Reader. eds. Noah Wardrip-Fruin et Nick Montfort ( Cambridge, Massachusetts; The MITPress, 2003) 23.

Retour à la réference20

Note en bas de page 21

" Video Art in Canada." The Virtual Museums of Canada. http://videoart.virtualmuseum.ca/exhibition.php. (Consulté le 28 mai 2008).

Retour à la réference21

Note en bas de page 22

Media Art Net. http://www.medienkunstnetz.de/exhibitions/9evenings/images/27/. (en anglais seulement) (Consulté le 6 juin 2008).

Retour à la réference22

Note en bas de page 23

Lev Manovich. " New Media from Borges to HTML." The New Media Reader. eds. Noah Wardrip-Fruin et Nick Montfort ( Cambridge, Massachusetts; The MITPress, 2003) 13.

Retour à la réference23

Note en bas de page 24

Janet Murray. " Inventing the Medium." The New Media Reader. eds. Noah Wardrip-Fruin et Nick Montfort ( Cambridge, Massachusetts; The MITPress, 2003) 9.

Retour à la réference24

Note en bas de page 25

Lev Manovich. " New Media from Borges to HTML." The New Media Reader. eds. Noah Wardrip-Fruin et Nick Montfort ( Cambridge, Massachusetts; The MITPress, 2003) 13.

Retour à la réference25

Note en bas de page 26

Mark Tribe et Reena Jana. New Media Art. ed. Uta Grosenick (Cologne, Allemagne : Taschen, 2006) 10.

Retour à la réference26

Note en bas de page 27

http://www.docam.ca/IMG/video/seminaire2008-Gagnon1.html. (Consulté le 6 juin 2008).

Retour à la réference27

Haut de la page