David Rokeby, Vu (2002)

Lire la transcription

Tout savoir

Album photos

(3 photos)

Vue de l'installation de l'exposition Vue de l'installation de l'exposition Projecteur et installation miroir de Vu

Entrevues

Vidéo David Rokeby

Dans l'extrait vidéo suivant, David Rokeby discute de sa pratique artistique et de sa relation avec la technologie.
(disponible an anglais seulement)

Vidéo David Rokeby

Dans l'extrait vidéo suivant, David Rokeby confie ses réflexions sur le rôle de la conservation à long terme dans sa pratique artistique.
(disponible en anglais seulement)

Notes biographiques de l'artiste

David Rokeby, né à Tillsonburg, Ontario, en 1960, réside à Toronto. Il a étudié l'art expérimental à l'Ontario College of Art and Design. Depuis les années 1980, Rokeby travaille avec des ordinateurs et des caméras vidéo et conçoit le programme de ses propres logiciels. En créant des Installations sonores et des vidéo interactives, ses œuvres plongent de façon concrète et conceptuelle le public dans un dialogue avec la technologie.

Les œuvres de Rokeby ont été exposées en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et en Asie. Il a mérité plusieurs prix pour ses œuvres, notamment le premier Prix Petro-Canada en nouveaux médias (1998), le premier Prix BAFTA (British Academy of Film and Television Arts) en art interactif (2000), un Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques (2002) et le World Technology Award for the Arts à San Francisco (2004).

Haut de la page

Vidéo David Rokeby

Dans l'extrait vidéo suivant, David Rokeby discute de sa pratique artistique et de sa relation avec la technologie.
(disponible an anglais seulement)

Œuvres

Vu examine la perception visuelle et le passage du temps en traçant les mouvements des gens et des pigeons dans la célèbre Piazza San Marco (Venise, Italie). L'installation cinématique consiste en quatre projections vidéo présentées à l'horizontale sur deux murs formant un angle.

Vu repose beaucoup sur un programme informatique développé par Rokeby. Ce dernier fait en sorte que chacune des quatre projections présente une variation des mêmes séquences en temps réel filmées à la Piazza San Marco.

Le programme informatique de Vu procède d'une œuvre antérieure intitulée Watch (1995). Filmée sur une rue passante de Toronto, Watch est une étude du mouvement au moyen du temps. La même image est montrée en deux projections présentées côte à côte : la première projection n'expose que les éléments immobiles de la rue (comme la rue et les lampadaires), tandis que la seconde fait voir les images en mouvement (comme les voitures, les autobus et les gens).

Haut de la page

Vue de l'installation de l'exposition

David Rokeby
Vu
2002
Vue de l'installation de l'exposition
Ordinateur, 2 projecteurs, images numériques et logiciel créé par l'artiste, 2 murs adjacents avec un angle central entre 190 et 220°
Musée des beaux-arts de Montréal
Photo MBAM, Christine Guest

Vidéo David Rokeby

Vidéo – David Rokeby,Vu (2002), à l'exposition au Musée des beaux-arts de Montréal Les Vases communicants - e-art : nouvelles technologies et art contemporain – Dix ans d'action de la fondation Daniel Langlois (2007).

En coulisse

La section « en coulisse » permet de comprendre le fonctionnement du programme informatique de Rokeby et les solutions envisagées aux défis concernant l'installation pour réussir à bien présenter Vu au public.

Programme informatique

Les composants de Vu sont :

  • Séquences de source numérique téléchargées sur le disque dur d'un ordinateur;
  • Logiciel personnalisé de Rokeby téléchargé sur le disque dur d'un ordinateur;
  • Deux projecteurs;
  • Un ordinateur;
  • Deux câbles de carte vidéographique (VGA).

Le logiciel que Rokeby a conçu fait en sorte que chaque projection montre quatre versions différentes de la même séquence :

  • Dans la première projection, les éléments mobiles (public et pigeons) sont séparés des éléments immobiles (architecture de la Piazza San Marco). Les gens et les pigeons sont ainsi dissociés de l'emplacement.
  • La deuxième projection montre la trame du mouvement dans la Piazza San Marco mais reproduite avec un délai d'une demi-seconde. Chaque mouvement est tracé par une ligne orange floue correspondant aux chemins parcourus par les gens et les pigeons.
  • La troisième projection est une étude sur la diversité des déplacements, montrant le mouvement des gens et des pigeons sur une plus longue période de temps. Leurs trajectoires sont tracées par des silhouettes bleues. Les gens et les pigeons semblent créer des processions d'eux-mêmes. Avec le temps, leurs traces disparaissent.
  • La quatrième projection est le contraire de la première : les images de gens et pigeons en mouvement sont à peine visibles contre l'arrière-plan architectural, révélant une Piazza San Marco presque vide—ce qui est rare!

La séquence vidéo dure six minutes et demie et recommence ensuite au début.

Défis concernant l'installation

Vu a été présentée pour la première fois à la Biennale d'architecture de Venise en 2002 et a été exposée à l'international avant d'être acquise dans la collection permanente du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). En 2007, le MBAM a présenté l'exposition e-art : nouvelles technologies et art contemporain – Dix ans d'action de la fondation Daniel Langlois, au terme de laquelle l'œuvre a été acquise.

Lors de l'exposition de Vu au MBAM, quelques difficultés ont surgi par rapport à l'installation :

  • Les dimensions des projections

    Problème :
    Rokeby voulait que les projections aient une largeur complète de dix mètres. L'espace d'exposition au MBAM n'était pas assez profond, ce qui ne permettait pas d'obtenir la dimension désirée avec la lentille du projecteur.

    Solution :
    Le technicien travaillant avec Rokeby a installé deux grands miroirs derrière chaque projecteur pour que les images soient réfléchies par le miroir sur le mur à la dimension désirée. Comme les miroirs étaient suspendus au mur, les images projetées étaient légèrement déformées. Rokeby devait ajuster son logiciel plusieurs fois pour obtenir des images projetées satisfaisantes.

  • Dérèglements informatiques

    Problème :
    Chaque matin, l'ordinateur ne fonctionnait pas et l'œuvre ne pouvait pas être projetée.

    Solution :
    Pour des raisons jamais élucidées, l'ordinateur devait être réinitialisé chaque matin.

Haut de la page

Vidéo David Rokeby

Dans l'extrait vidéo suivant, David Rokeby décrit le fonctionnement de Vu (2002).
(disponible en anglais seulement)

Vue de l'installation de l'exposition

David Rokeby
Vu, 2002
Vue de l'installation de l'exposition
Les Vases communicants - e-art : nouvelles technologies et art contemporain – Dix ans d'action de la fondation Daniel Langlois
Musée des beaux-arts de Montréal
20 septembre – 9 décembre 2007
Photo MBAM

Projecteur et installation miroir de Vu

David Rokeby
Projecteur et installation miroir de Vu
Les Vases communicants - e-art : nouvelles technologies et art contemporain – Dix ans d'action de la fondation Daniel Langlois
Musée des beaux-arts de Montréal
20 septembre – 9 décembre 2007
Photo MBAM, Christine Guest

Défis en matière de conservation

Bien que le fonctionnement de Vu dépende de ses composants technologiques (ordinateur et projecteurs), ces éléments n'ont pas une importance primordiale pour Rokeby. Tant que les caractéristiques visuelles (dimension et qualité de la projection vidéo) sont respectées, les modifications technologiques futures sont acceptables. Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) pourra utiliser de nouveaux équipements lorsque ce sera nécessaire, ce qui facilitera la conservation de l'œuvre.

Au moment de l'acquisition de Vu, le MBAM avait le choix entre deux versions différentes de l'œuvre :

  • Version informatisée

    Le programme informatique de Vu nécessite des modifications à chaque installation. C'est Rokeby, le programmeur du logiciel, qui les effectue généralement. Toutefois, si le MBAM acquiert la version informatisée, il lui reviendra d'effectuer ces modifications complexes. Devoir dépendre de Rokeby pour les modifications futures n'est pas une stratégie viable de conservation à long terme.

  • Version sur disque optique – Blu-ray

    Vu a toujours été exposée en version informatisée. Cependant, pour éviter de futurs problèmes avec le programme informatique, Rokeby a recommandé au MBAM d'acquérir la version sur disque Blu-ray, qui contiendrait des séquences préenregistrées de Vu. Les disques Blu-ray, une forme plus récente de DVD, peuvent stocker plus de données et lire des vidéos à haute définition. Lorsque cette technologie sera remplacée par une nouvelle, le MBAM pourra aisément migrer les séquences de Vu sur la version de stockage voulue.

Finalement, le Musée a décidé d'acquérir les deux versions de Vu - version informatisée et version Blu-ray - ce qui assurera de la flexibilité dans la conservation de l'œuvre à long terme.

Haut de la page

Vidéo David Rokeby

Dans l'extrait vidéo suivant, David Rokeby confie ses réflexions sur le rôle de la conservation à long terme dans sa pratique artistique.
(disponible en anglais seulement)