Jacques Perron, Défilement (1997)

Lire la transcription

Tout savoir

Album photos

(2 photos)

Bande vidéo transférée sur vidéodisque, moniteur, papier, base, 1/3 Vue de l'installation de l'exposition

Entrevues

Audio Défilement

Dans l'extrait audio suivant, Jacques Perron décrit l'expérience des visiteurs de Défilement (1997).

Notes biographiques de l'artiste

Jacques Perron est né en 1955 à Ottawa, Ontario, et réside à Montréal, Québec. Perron a étudié en photographie au Collège Dawson de Montréal avant d'obtenir un diplôme en philosophie à l'Université du Québec à Montréal.

Perron fait des expériences avec la photographie, les projections de diapositives et de films. Il s'intéresse à la transposition de ces techniques artistiques de l'une à l'autre, afin de créer une ambivalence entre ces médias. En 1986, Perron a cofondé Les Productions de l'Os. Pendant les trois années suivantes, il a créé une série de performances et d'installations dans des lieux peu courants (comme des aires de stationnement) qui combinaient la danse, la musique, associées à du mouvement et des projections d'images.

Perron a exposé son travail au Canada et en Europe, notamment à AXENÉO7 (Gatineau), OBORO (Montréal), au Centre international d'art contemporain de Montréal et au Musée d'art contemporain de Montréal et au Netherlands Media Art Institute et au Centre d'art contemporain de Basse-Normandie. En 1999, il a reçu le prix Graff, remis à des artistes du Québec en milieu de carrière. Outre sa pratique artistique, Perron a aussi travaillé comme caméraman et consultant dans le cadre de projets de film et de vidéo, comme traducteur et comme coordonnateur de projets spéciaux pour des publications électroniques à la fondation Daniel Langlois pour l'art, la science et la technologie.

Haut de la page

Œuvre

Exposée dans une salle sombre,Défilement est une sculpture vidéo composée d'un petit moniteur CRT (tube à rayons cathodiques) placé sur un piédestal blanc à hauteur des yeux. Une vidéo présentée en boucle montre un œil humain en gros plan. La qualité tridimensionnelle du moniteur CRT et sa relation au piédestal – dont les dimensions correspondent à la taille du moniteur – jouent un rôle dans l'aspect sculptural de Défilement.

Lorsqu'on observe Défilement de loin, on voit l'image d'un seul œil affichée sur un écran, recouvert d'une feuille de papier blanc. Dès qu'on s'approche de l'œuvre, le grain de l'image devient plus apparent. Lorsqu'on se rapproche encore plus de l'œuvre, l'œil semble se transformer en un motif abstrait de points qui vibrent.

Dans la séquence vidéo de Défilement, Perron a manipulé l'image de l'œil pour produire de brefs mouvements : la pupille et l'iris se déplacent, l'œil regarde de haut en bas et de droite à gauche, et vibre même. Séparée par des bandes noires, le cadre de l'image dans lequel se trouve l'œil bouge à la manière d'un carrousel ou d'un zootrope au ralenti. L'œil fait penser à un projecteur, à une caméra de surveillance ou à un cyclope.

Chargée d'électricité statique, une feuille de papier blanche vierge adhère à l'écran du moniteur. Perron cherche à brouiller les frontières entre la vidéo et la photographie. Dans Défilement, il obtient cet effet par la feuille de papier qui estompe l'image à l'écran. Le grain du papier absorbe la lumière de l'écran et la pixellisation de la vidéo, donnant au papier une qualité photographique. Comme l'indique Perron : « C'est la feuille qui "problématise" l'œuvre, [qui] lui donne cette ambivalence si importante pour moi : photo/vidéo? grain/pixel? C'est le frottement entre ces différents aspects qui m'intéresse. La feuille donne une chaleur, court-circuite la froideur de l'écran, humanise ce regard inhumain. »Note de bas de page 1

Figure (1992), une œuvre cruciale précédente de Perron, a servi d'inspiration à Défilement. Elle présente un visage flou en noir et blanc où la qualité du grain de la photographie y est accentuée. L'ambivalence du sujet (est-ce le visage d'un homme ou d'une femme?) est une qualité importante de l'œuvre pour Perron. Il existe plusieurs versions de Figure : d'abord une photographie, laquelle a aussi été présentée comme un film en boucle, une vidéo en boucle et une image numérique imprimée sur papier.

Haut de la page

Bande vidéo transférée sur vidéodisque, moniteur, papier, base, 1/3

Jacques Perron
Défilement
1997
Bande vidéo transférée sur vidéodisque, moniteur, papier, base, 1/3
154,8 x 22,3 x 33 cm (moniteur et base)
Musée des beaux-arts de Montréal
Cadeau de Jacques Perron
Photo MBAM, Brian Merrett

Vidéo Défilement

Vidéo: Jacques Perron, Défilement (1997).

Audio Défilement

Dans l'extrait audio suivant, Jacques Perron décrit l'expérience des visiteurs de Défilement (1997).

En coulisse

Dans la section « en coulisse », la conception de Défilement et l'équipement utilisé sont explorés. Les défis particuliers posés par l'installation de Défilement au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) sont aussi examinés.

Le processus de création de Défilement

Le processus de création de Défilement a supposé une transposition entre plusieurs médiums artistiques. Perron a commencé par photographier les yeux d'une personne. Il a ensuite transféré ces photographies sur des diapositives, qu'il a projetées sur grand écran. Le grossissement des diapositives rend apparent le grain de la photographie. Perron a ensuite enregistré sur une bande vidéo les diapositives grossies des deux yeux séparément, ce qui ajoutait de la pixellisation à l'image. Perron a employé la séquence vidéo comme matière première. Il a ensuite monté et manipulé les mouvements de l'œil de la séquence vidéo.

Défilement est le fruit d'une résidence vidéo à AXENÉO 7, un centre d'artistes dirigé par des artistes à Gatineau, Québec. Perron décrit le contexte dans lequel il a créé Défilement comme suit : « Je cherchais une vibration, je cherchais de la neige, je cherchais du noise. C'est incroyablement amplifié, ce qu'on voit là. […] C'est vraiment pousser les machines au bout. »Note de bas de page 2

Défis en matière d'installation

En 1999, le MBAM a acquis Défilement. Perron avait à l'origine enregistré la séquence vidéo sur VHS, que le MBAM a depuis transférée sur DVD. Dans les deux cas, le magnétoscope et le lecteur DVD sont soustraits aux regards lorsque l'œuvre est exposée.

Le matériel de la version actuelle (2008) de Défilement comprend :

  • 1 piédestal en bois, peint en blanc;
  • 1 moniteur CRT (tube à rayons cathodiques);
  • 1 feuille de papier blanc vierge;
  • 1 DVD (vidéodisque numérique);
  • 1 lecteur de DVD (vidéodisque numérique).

Un aspect important de Défilement est l'électricité statique créée par l'écran CRT, qui tient la feuille de papier en place. La dépendance envers l'électricité statique pour tenir la feuille de papier a posé un défi lors de l'installation de l'œuvre.

Défi :
Avant que le MBAM acquière l'œuvre, Défilement a été exposé dans des centres d'artistes autogérés et des galeries. Depuis son acquisition, une difficulté imprévue a surgi : la feuille de papier n'adhère pas de façon constante à l'écran.

Le MBAM voit deux explications à cette situation :

  • La sécheresse favorise l'électricité statique, au contraire de l'humidité. À des fins de conservation, les musées ont augmenté le taux d'humidité dans les salles d'exposition, ce qui entraîne une diminution de l'électricité statique.
  • Les musées reçoivent plus de visiteurs que les centres d'artistes autogérés. Le déplacement des gens engendre une circulation d'air qui peut interrompre la traction de l'électricité statique.

Solution :
La solution actuelle est de fixer discrètement le papier en place. Le papier a ainsi le même effet que lorsqu'il tient à l'écran par l'électricité statique. Ni Perron ni le MBAM n'aiment particulièrement cette solution temporaire, car la façon dont le papier tient à l'écran grâce à l'électricité statique est un aspect conceptuel important de l'œuvre pour Perron. C'est toutefois la meilleure solution trouvée à ce jour.

Haut de la page

Audio Défilement

Dans l'extrait audio suivant, Jacques Perron décrit le processus de conception de Défilement (1997).

Vue de l'installation de l'exposition

Jacques Perron
Défilement
1997
Vue de l'installation de l'exposition
Repères : art canadien contemporain, dix ans d'acquisition
Musée des beaux-arts de Montréal
9 juin – 3 octobre 2004
Photo MBAM

Défis en matière de conservation

Moniteur CRT (tube à rayons cathodiques)

Une des préoccupations majeures en matière de conservation de Défilement est qu'il est de plus en plus difficile de se procurer des moniteurs CRT, qui sont remplacés par de nouvelles technologies. Les moniteurs CRT seront probablement obsolètes dans quelques décennies. Les restaurateurs du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) cherchent à acheter un certain nombre de moniteurs CRT pendant qu'on en trouve encore sur le marché. Si on ne les utilise pas fréquemment, les moniteurs CRT ont une longue durée de vie. Entreposés jusqu'à la prochaine exposition de Défilement, il suffirait de remplacer un moniteur défectueux par un nouveau.

Haut de la page

Notes en bas de page

Note en bas de page 1

Correspondance par courriel avec Jacques Perron, 20 juin 2008.

Retour à la réference 1

Note en bas de page 2

Amanda Beattie, chercheuse et rédactrice; Émilie Boudrias, assistante de recherche DOCAM; Richard Gagnier, Chef du Service de la restauration. Musée des beaux-arts de Montréal. Entrevue avec Jacques Perron, 19 juin 2008.

Retour à la réference 2

Haut de la page