Christine Davis discute de son développement en tant qu'artiste et de ses intérêts

Transcription

J'ai commencé par faire des installations, simplement fabriquer des trucs. C'est-à-dire, ma toute première œuvre, je crois que j'en étais à ma première année, j'ai repeint la pièce au complet en noir et j'ai ensuite écrit à la main sur le mur tout autour une ligne de texte, sur la ligne d'horizon, ce fut tout. C'est là que tout a commencé. Je pense que je n'étais pas vraiment attirée par la photographie. En fait, la photographie ne m'intéresse pas, mais je crois qu'elle est en réalité seulement un élément parmi tous ceux que je pourrais utiliser. Pour ce qui est des études, j'ai étudié en arts visuels, en danse et en mathématiques. Finalement, j'ai étudié dans toutes sortes de domaines. Mon œuvre n'est pas inspirée des médias, dans le sens où j'utilise constamment le projecteur de diapositives, mais je m'intéresse aux systèmes de connaissance, si l'on peut dire. Au fond, c'est l'impulsion d'universaliser et que j'aime ensuite désassembler ou combiner différents systèmes qui vous rendent conscients de la façon dont cette impulsion fonctionne et comment on peut l'orienter vers différents objectifs pour créer un type d'altérité ou donner naissance à un niveau de compréhension, surtout de nos jours dans le royaume du numérique, et aussi ralentir les choses, et, je crois, les rendre physiques et concrètes. Au fond c'est ça.