La Banque des fermiers de Rustico
Passer au contenu
 Page précédente

La Banque des fermiers de Rustico

 

La Banque des fermiers de Rustico

La présurseure du mouvement des caisses populaires en Amérique

La Banque des fermiers de Rustico a été la première coopérative d'épargne et de crédit au Canada et a été la précurseure du mouvement des caisses populaires de l'amérique du Nord. Son succès a probablement inspiré Alphonse Desjardins, le pionnier des caisses populaires du Québec. Alphonse Desjardins a commencé à travailler comme sténographe du hansard à Ottawa en 1892, où il a très probablement entendu parler de la banque de Rustico. Après s'être instruit sur le sujet pendant trois ans, il a fondé la première caisse populaire à Lévis en 1900.

La Banque des fermiers ferme ses portes le 1er juillet 1894

Les membres du conseil d'administration avaient été bien formés par l'abbé Belcourt et ils étaient déterminés à ne pas laisser une simple loi mettre fin aux opérations de leur banque. Avec l'aide de quelques députés fédéraux, ils ont réussi à maintenir la banque en opération jusqu'en 1894.

La charte de la banque a expiré le 1er juillet 1894. La banque semble avoir juste disparue. Adrien Doiron, le caissier de la banque, est décédé quelques années après à l'âge de 55 ans. Les livres comptables de la banque ont été placés dans un coffre et remisés dans une maison de ferne. Quelques années plus tard, la maison a brûlé et les livres de la banque ont été détruits dans le feu. La loi de prescription s'est occupé des prêts, et le feu, en détruisant les billets de banque hors circulation, a complété la liquidation de la banque.

Le legs de la Banque des fermiers de l'abbé Belcourt

La Banque des fermiers de Rustico a opéré avec succès pendant trente années. L'abbé Belcourt a fait beaucoup pour les Acadiens de l'Île-du-Prince-Édouard en établissant la Banque des fermiers de Rustico. La banque a permis aux Acadiens :

  • d'empêcher que leurs terres soient confisquées par les créanciers, d'acheter des terres ou d'emprunter de l'argent pour payer leur loyer;
  • d'améliorer la condition économique générale des Acadiens;
  • d'améliorer la position de l'Église catholique par rapport à la supériorité économique de la population protestante;
  • de fournir une accumulation de capitaux accessibles aux fermiers acadiens, ce qui a eu pour effet d'augmenter la prospérité chez les Acadiens;
  • de développer chez tous les habitants de l'Île un plus grand respect envers les Acadiens;
  • d'entreprendre une expérience qui a frayé la voie au mouvement des caisses populaires en Amérique du Nord. La monnaie de la banque a acquis un grand respect et a eu des répercussions positives bien longtemps après la disparition de celle-ci.
page 6
Portrait d'Alphonse Desjardins

Alphonse Desjardins, fondateur du mouvement des caisses populaires en Amérique du Nord. Image d'archives de Wikipédia.

Illustration de l'abbé Georges-Antoine Belcourt

L'abbé Georges-Antoine Belcourt

Tous droit réservés Tous droit réservés