Sur le sol canadien - l’épopée de la chaussure dans le Canada d’autrefois Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
ExpositionChaussures mémorables

LES KAMIKS DES INUITS
LES MOCASSINS DES PREMIÈRES NATIONS
DES STYLES CHANGEANTS - LE RÔLE DE LA TRAITE ET DES VOYAGEURS
DES CHAUSSURES POUR UNE TERRE NOUVELLE
LA CHAUSSURE CANADIENNE À L’ÈRE DE L’ARTISANAT
LA CHAUSSURE CANADIENNE À L’ÈRE DE LA MÉCANISATION
LES CHAUSSURES POUR HOMME
CHAUSSURES POUR FEMME
LES CHAUSSURES BELL
LES CHAUSSURES POUR ENFANTS
LES PATINS À GLACE
L’INDUSTRIALISATION - LA FABRICATION DES CHAUSSURES À L’ÈRE DE LA MÉCANISATION
LA BOUTIQUE DU DETAILLANT
BOTTES À BOUTONS À BOUTS MUFLÉS
LES CHAUSSURES ET LA PUBLICITE
LES RACINES DU TEMPS PRÉSENT
Magasin de chaussures A. Henderson & Son, Pictou, Nouvelle-Écosse, vers 1831
Magasin de chaussures A. Henderson & Son, Pictou, Nouvelle-Écosse, vers 1831
Magasin de chaussures A. Henderson & Son, Pictou, Nouvelle-Écosse, vers 1914
Magasin de chaussures A. Henderson & Son, Pictou, Nouvelle-Écosse, vers 1914
La boutique du détaillant

Des articles en stock

Durant la première partie du xixe siècle, les fabricants de chaussures des villes importantes se mirent à stocker les modèles de chaussures plutôt que les fabriquer en fonction de la demande. Ainsi s’annoncèrent les débuts du commerce de détail, où le consommateur pouvait se procurer des modèles bon marché de chaussures fabriquées en série. Cheap Thomas Thompson’s Shoe Warehouse compte parmi les établissements de ce type qui prospérèrent dans le Toronto des années 1830.

La production en série et les modèles importés

Afin de se procurer le stock nécessaire pour répondre aux besoins de la clientèle d’un magasin de chaussures, les entrepreneurs adoptaient diverses approches. Certains mirent sur pied un système de production en série, dans le cadre duquel le cuir était prédécoupé dans des tailles standard, et divers artisans étaient recrutés afin de réaliser certaines opérations spécifiques à la chaîne. L’article obtenu était toujours une chaussure de confection manuelle, mais réalisée par plusieurs individus, au lieu de par un seul maître cordonnier. Dès 1809, un maître cordonnier à Montréal, employant une douzaine de compagnons, a quelques années plus tard été en mesure de garnir sa boutique de quelque 500 paires de chaussures.

D’autres entrepreneurs importaient tout simplement des chaussures en fonction de la demande, faisant principalement affaire avec les manufacturiers en pleine expansion aux États-Unis. Ce fut la mécanisation de cette industrie qui finit par permir aux boutiques de garder en stock plusieurs centaines de paires de chaussures à la mode, mais relativement peu coûteuses.

Continuer >>
12
EnglishCarte du siteRemerciementsVos commentaires© Musée Bata de la chaussure, 2005. Tous droits réservés