Sur le sol canadien - l’épopée de la chaussure dans le Canada d’autrefois Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
ExpositionChaussures mémorables

LES KAMIKS DES INUITS
LES MOCASSINS DES PREMIÈRES NATIONS
DES STYLES CHANGEANTS - LE RÔLE DE LA TRAITE ET DES VOYAGEURS
LE CANOT
LE POSTE DE TRAITE
DES STYLES CHANGEANTS SUITE AU CONTACT
LE VÊTEMENT MÉTIS
L’ÉTERNEL MOCASSIN ET SES VARIANTES
LES PIONNIERS PORTAIENT MOCASSINS ET RAQUETTES À NEIGE
DES CHAUSSURES POUR UNE TERRE NOUVELLE
LA CHAUSSURE CANADIENNE À L’ÈRE DE L’ARTISANAT
LA CHAUSSURE CANADIENNE À L’ÈRE DE LA MÉCANISATION
Liste de marchandises de traite, 1748
Liste de marchandises de traite, 1748
Le poste de traite

La valeur des marchandises de traite

« La valeur de l’argent proprement dit est totalement étrangère à ce type de transactions. La valeur des marchandises est calculée en termes de peaux. La notion de peaux en tant qu’unités d’échange attitrée remonte aux origines de la traite des fourrures; l’unité de base, la peau de castor… était alors l’unité d’échange, et toutes les autres peaux et marchandises de traite étaient évaluées par rapport au nombre de peaux de castor auxquelles elles correspondaient; ainsi, un castor (sa peau) était jugé valoir une peau de vison, une martre valait 2 peaux, un renard noir comptait pour 20 peaux, et ainsi de suite; de la même manière, une couverture — la valeur marchande d’un fusil ou d’une bouilloire était aussi calculée selon le système des peaux. »
W.F. Butler The Great Lone Land 1872

Vous pouvez si vous le souhaitez négocier un échange (troc) de peaux contre des marchandises — un castor représente une unité d’échange.

Reportez-vous à la liste établissant la valeur de chaque peau d’animal. Notez que la peau de castor constitue l’unité de base de ce système, puisque la valeur des autres peaux est calculée par rapport au nombre de peaux de castor auxquelles elles équivalent.

Continuer >>
12
EnglishCarte du siteRemerciementsVos commentaires© Musée Bata de la chaussure, 2005. Tous droits réservés