Sur le sol canadien - l’épopée de la chaussure dans le Canada d’autrefois Pour voir davantage du Musée virtuel du Canada
ExpositionChaussures mémorables

LES KAMIKS DES INUITS
LA CHASSE AU PHOQUE ET AU CARIBOU
VÊTEMENTS DE PROTECTION EN PEAU DE PHOQUE ET EN PEAU DE CARIBOU
LA SUPERPOSITION D’ÉPAISSEURS PROTECTRICES
LA FABRICATION DES KAMIKS
DES MOTIFS ET DES STYLES
LA DÉCORATION DES KAMIKS
LES TECHNIQUES DE COUTURE ET DE DÉCORATION
LES MOCASSINS DES PREMIÈRES NATIONS
DES STYLES CHANGEANTS - LE RÔLE DE LA TRAITE ET DES VOYAGEURS
DES CHAUSSURES POUR UNE TERRE NOUVELLE
LA CHAUSSURE CANADIENNE À L’ÈRE DE L’ARTISANAT
LA CHAUSSURE CANADIENNE À L’ÈRE DE LA MÉCANISATION
Quatre épaisseurs de peau de phoque pour kamik
Quatre épaisseurs de peau de phoque pour kamik
La superposition d’épaisseurs protectrices

Les Inuits couvrent leurs pieds d’un assemblage de deux à cinq épaisseurs protectrices, en fonction de la température, du terrain et des activités effectuées.

« Je superpose des épaisseurs supplémentaires de bas intérieurs et extérieurs, chaussons et bottes, jusqu’à ce que mes pieds soient suffisamment bien isolés du froid durant mes activités. Je multiplie les épaisseurs lorsque je vais à la pêche sous la glace et j’en porte moins si je reste à l’intérieur. »
Elva Pigalak, Coppermine, 1986

Voici quatre possibilités de superpositions de peaux, dans l’ordre dans lequel elles sont enfilées – chausson intérieur, bas extérieur, botte, chausson extérieur.

Continuer >>
Cliquer sur l'image pour actionner
Bottes inuites de la terre de Baffin
Bottes inuites de la terre de Baffin
123
EnglishCarte du siteRemerciementsVos commentaires© Musée Bata de la chaussure, 2005. Tous droits réservés